Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // Brest/Lyon

L’OL a-t-il une tête de champion ?

À en croire Leonardo, il y aurait donc des équipes faites pour l’Europe et d’autres pour la L1. En se faisant sortir d’Europa League pour mieux se relancer dans la course au titre, l’OL aura l’occasion à Brest (14 heures) de donner un peu plus de crédit à la théorie de Leo.

Modififié
Certains soirs, histoire de se convaincre que son club n’a pas complètement déserté la catégorie des grands de ce monde, le supporter lyonnais se repasse ces quelques formules-clés qui firent les années de domination. Sa préférée, celle répétée par Gérard Houllier et laissée depuis en héritage à ses successeurs : « Une grande équipe ne perd jamais deux fois de suite. » De fait, l’OL n’a pas suffisamment perdu cette saison en Ligue 1 (cinq défaites) pour donner prise à cette idée qui sous-tend la fin des années de domination, celle d’un déclassement aussi progressif qu’inévitable. Et pourtant, les Lyonnais sont bien sortis là où l’on jauge les grandes équipes, sur la scène européenne. Pour la seizième fois de suite.

Coup de Reims

Pour malhonnête qu’il soit, le procédé n’en amène pas moins à se poser la question suivante : et si, plutôt que d’incarner le grand club qu’il a toujours cherché à devenir, l’OL en revenait toujours à ce titre qui lui colle au maillot, celui de plus grande équipe de L1 ? Du moins pour le début du XXIe siècle. Une idée ramenée à sa manière par Leonardo du côté d’Auguste-Delaune : « Il faut dire la vérité. Peut-être que nous ne sommes pas faits pour jouer ce genre de match. On a créé une équipe pour jouer l’Europe plus que le championnat. » Pour ce qu’on en a saisi, la vérité en question concerne d’abord le PSG. Avant de se rappeler qu’à une victoire près, contre Brest cet après-midi, elle pourrait relancer aussi l’idée d’un titre pour l’OL. Le supporter lyonnais en sait quelque chose : c’est précisément cette vérité, ou du moins son illusion, qui a valu à son club de remporter un deuxième titre de champion en 2004, pourtant promis aux Monégasques à la mi-saison. Jusqu’à ce que la Dèche et sa bande se mettent en tête de jouer l’Europe plus que le championnat.

Si les six points lâchés par les Parisiens entre l’aller et le retour face à Valence ont pu redonner un peu de crédit à l’affaire, cela ne nous dit pas si l’OL a l’étoffe d’un champion. Pour commencer à y croire, il faudrait repérer quelque chose de la dynamique enclenchée les deux saisons précédentes par le LOSC et Montpellier, au même moment de la saison. C’est en général à partir de février qu’un champion peut se dessiner autour d’un système de jeu identifié, d’un onze type élargi à un petit groupe de joueurs concernés, d’un genre de crack capable d’emporter la décision et d’un minimum d’interférences hors et sur le terrain jusqu’à mai. Avec son 4-3-3 remanié au gré des adversaires du jour et des absences du moment, Rémi Garde a su jusqu’à présent composer avec un effectif élargi. Considéré comme le cœur de la réussite lyonnaise cette saison, le milieu de terrain a vu ainsi se succéder les formules depuis la reprise. Où Fofana vient confirmer sa belle progression quand Malbranque a besoin de souffler, où l’intérim de Malbranque fait croire un instant, à White Hart Lane, qu’il est possible de se passer d’un meneur en titre. Avant que Grenier ne se rebiffe au retour et que Mvuemba ne relance sa saison pourrie sur une action de classe face à Lorient.

Washing Maxime


Ce qui amène à considérer la place du type au-dessus du lot dont le seul souffle mènerait l’équipe jusqu’au titre. Difficile de le trouver devant dans un 4-3-3 qui n’a jamais su faire la part belle aux attaquants. Si le jeu de protection et de remise permet à Gomis de mieux s’en tirer sur la longueur, l’OL a largement prouvé qu’il ne dépendait pas du passage à vide de l’un de ses deux attaquants vedettes pour suivre le fil de sa saison. À l’inverse, on a appris à repérer que le niveau d’intensité proposé par le milieu dépendait surtout de celui de Gonalons. Washing Maxime n’a peut-être rien du joueur providentiel comme on l’entend – on pense à Hazard ou à Belhanda pour les deux dernières saisons. Pourtant, on est prêt à croire que la différence entre la saison I et la saison II de cet OL de Garde se joue précisément dans la plus grande régularité des performances du capitaine lyonnais. On avait eu le temps de s’en apercevoir une première fois en décembre face à Nancy (1-1), où le milieu avait patiné comme jamais en l’absence de son récupérateur-relanceur de première. Il faudra remettre ça cet après-midi (blessure au mollet), sans pouvoir compter non plus sur son MIP de Fofana (suspendu) pour s’acquitter d’une pige devant la défense.

L’occasion de prendre la mesure des interférences qui peuvent encore parasiter la fin de saison. Entre la prolongation de contrat qui se négocie en coulisses (Grenier, Réveillère), la masse salariale qu’il faut revoir à la baisse (Briand, Gourcuff, Lisandro) ou le fonctionnement à l’économie programmé pour amortir le projet du nouveau stade, on a compris que la priorité lyonnaise se situait davantage dans la construction d’un modèle économique rentable plutôt que dans l’acquisition de nouveaux titres. Autrement dit, cet OL-là était d’abord programmé pour rester dans l’ombre de Paris, pourvu qu’il y ait la Ligue des champions au bout. L’air de rien, il se pourrait bien que cette stratégie devienne le meilleur argument en faveur des Lyonnais dans la course au titre.

Par Serge Rezza
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur