1. //
  2. // Les 23 Italiens

L'Italie sans talent ?

C'est le signe de quelqu'un qui doute : contrairement à 2006, où il avait publié sa liste sans tergiverser, Marcello Lippi a ce coup-ci attendu jusqu'au dernier moment pour donner les noms des 23 joueurs qu'il emportera avec lui en Afrique du Sud. Il n'y aura ni Borriello, ni Rossi.

Modififié
0 13
Marcello Lippi est-il devenu fou ? Il y en a pour le penser, et le premier d'entre eux pourrait s'appeler Fabio Quagliarella. Selon la presse italienne, le sélectionné de la dernière heure était tellement certain de quitter le regroupement de Sestrières et de rentrer chez lui qu'il avait déjà fait ses valises depuis plusieurs jours. Sauf que voilà : mardi soir, à quelques heures de la date butoir, le sélectionneur italien a décidé de garder Quagliarella (et Bochetti). A la place, c'est Marco Borriello et Giuseppe Rossi qui restent à la maison. Une cote tellement grosse que personne n'avait osé la jouer.

Borriello, passe encore. Même s'il sort d'une bonne saison –14 buts dont la plupart servis dorés sur tranche par Ronaldinho et Pirlo–, l'attaquant du Milan AC a contre lui le fait de présenter le même profil que Gilardino, le titulaire, et Pazzini, l'homme en feu du moment. Soit celui du gladiateur planté dans la surface, qui pèse sur la défense, gêne la relance adverse, prend les ballons de la tête, oriente, fait remonter le bloc, et pour finir la met au fond. Un type comme ça, très bien, deux, OK, mais trois, et l'Italie se serait mise à ressembler à la Norvège. Exit Borriello, donc. Même si on aurait aimé le voir à l'œuvre et qu'il avait une bonne gueule de sauveur, la décision est compréhensible.

Mais Giuseppe Rossi ? Il y a un an tout rond, à la Coupe des Confédérations, “Pepito” s'était révélé comme la seule bonne nouvelle du fiasco italien. Enfin un type avec de la fraîcheur, qui pouvait prendre la balle et accélérer, frapper de loin et demander des une-deux. En vrai, Rossi, c'était, en l'absence de Balotelli, la seule preuve d'une Italie qui avance un pied dans le XXème siècle. Pensez : un gars qui est né à l'étranger (aux États-Unis), qui parle plusieurs langues, et qui, à 23 ans à peine, a déjà joué à Manchester United et Villarreal. Certes, le petit “Pepito” sort d'une saison mi-figue mi-raisin, qui s'explique en partie par la mort de son père. Mais tout de même : Lippi, qui avait fait débuter le garçon en octobre 2008, semblait l'apprécier. Qui maintenant pour apporter de la fantaisie ?

Le voilà, le problème de l'Italie : Di Natale mis à part (qui portera d'ailleurs le numéro 10), la Nazionale ne compte aucun joueur un tant soit peu fin techniquement, vif et imprévisible. Fabio Quagliarella, l'élu, n'est pas nul ; mais bon, sa saison n'a pas été folle non plus, et à part mettre des buts spectaculaires, il ne sert généralement pas à grand-chose. Au final, l'équipe de Lippi apparaît aujourd'hui comme une bande de mecs sérieux, expérimentés et professionnels, sans plus –aucun plus. En Afrique du Sud, l'Italie se pointera avec une équipe de 28 ans et 9 mois de moyenne d'âge. La deuxième plus vieille de son histoire, après celle de 1974 (28 ans et 10 mois). A l'époque, l'Italie était rentrée chez elle après trois petits matchs, un nul, une défaite et une victoire. Cela pourrait être prémonitoire.

Stéphane Monteverdi

Le groupe des 23 Italiens

Gardiens


Gianluigi Buffon ; Morgan De Sanctis ; Federico Marchetti

Défenseurs


Salvatore Bocchetti ; Domenico Criscito ; Leonardo Bonucci ; Fabio Cannavaro ; Giorgio Chiellini ; Christian Maggio ; Gianluca Zambrotta

Milieux


Mauro Camoranesi ; Daniele De Rossi ; Gennaro Gattuso ; Andrea Pirlo ; Claudio Marchisio ; Riccardo Montolivo ; Angelo Palombo ; Simone Pepe

Attaquants


Antonio Di Natale ; Alberto Gilardino ; Vincenzo Iaquinta ; Giampaolo Pazzini ; Fabio Quagliarella

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

sans talent ?
Pirlo, Montolivo ont beaucoup de talent

certes la sélection de Lippi fait un peu peur, c'est vrai que j'aurais préféré Rossi à Camonaresi ou Pepe, après l'Italie tient la route quand même collectivement, elle doit terminer première de son groupe après une demi finale n'est pas à exclure si la condition physique est présente, malgré un Totti revenu de blessure et en méforme (avant Nesta), Lippi avait réussi en 2006 à faire une grosse équipe.
après oui au niveau des individualités, je n'ai jamais vu une Italie aussi faible.
Roossi et Boriello ont raté leurs séances de plongeons dans la surface, c'est pour cette raison qu'ils sont écartés!
Et Montolivo, c'est du poulet? Ce joueur est une merveille. Sinon 28.9 c'est plus vieux que 28.10 hein...
Equipe plus que faiblarde. Equipe sans réel génie (Pirlo, on ne me l'a fait pas, putain, Pirlo c'est bon pour Larqué. Quant à Buffon, oui, d'accord, mais c'était il y a très très longtemps), sans vedette, sans rien. Equipe de merde, en fait, qui sera éliminée au premier tour. Une preuve ? Sur quel Italien les démocraties libérales d'Europe de l'Ouest se branlent depuis bientôt deux ans ? Sur l'imposture Balotelli. La vedette du foot italien qui n'est même pas dans les 23.
Je vous hais, médias.
L'italie n'est pas sans talent. Malgré une saison compliquée , elle a toujours le meilleur gardien du monde (je crois pas que casillas ait été extraordinaire), elle aura une défense de qualité, j'en suis persuadé d'autant que sens bien la présence d'un criscito sur le côté ( un jeunot contrairement à ce qui est souvent dit) quant à chiellini je ne suis pas obiligé de vous le présenter! Je pense à Bonucci qui à Bari forme une charnière extra avec un rannochia malheuresement blessé... le milieu de terrain me parait tout à fait convenable.Pirlo a eu une saison compliquée car Milan est catastrophique). Seule l'attaque me semble faiblarde, après ca reste à voir. En 2006 l'italie pensait s'appuyer sur un Toni de gala qui n'a mis qu'un misérable doublé...La suite on la connait. Quelque chose me dit que l'Italie sera bel et bien au rendez-vous, toujours sous estimée, la faute à un calcio sous médiatisé, mais ou les joueurs de talents ne sont pas forcemment dans les clubs du "nord"
Pas de fuori, mais des talents y'en a à la pelle.
Au final une équipe pas favorite du tout, mais avec un groupe solide, et qui fera chier bon nombre d'équipe. Ca se jouera à une transversal, des péno...
L'italie 2008 était plus moche (hormis Cassano) se fait sortir par l'espagne aux pénos...

Si Lippi avait voulu des fuori, il aurait retenu Cassano, Miccoli et Totti. Là son plan est autre, jouer efficace, sans la moindre magie.

Qu'on se le dise, toutes les coupes du monde dans le tiers monde sont moche en terme de football... y'aura pas d'exception pour cette coupe du monde de la honte.
quand même le gros reproche qu'on peut faire à Lippi est de se priver d'un Miccoli, joueur atypique et dribbleur...là on a quand même trop de joueur du même moule.
par contre Montolivo, Marchisio et Pirlo, c'est joli et technique.
Juste par curiosité, c'était où la dernière coupe du monde dans "le tiers-monde" ?
En considérant que l'Afrique du Sud fait partie du tiers-monde évidemment.
Alors les mecs qui disent qu'ils passeront pas le premier tour doivent être des fins connaisseurs.... Vous avez ne serait-ce que regardé le groupe dans lequel ils sont ? Nouvelle-Zélande, Slovaquie, Paraguay... Je crois que c'est le groupe le plus mauvais de cette coupe du monde. C'est juste impossible qu'ils ne passent pas.

En +, c'est mal connaître Lippi et les Italiens. Oui, vous ne verrez pas une Italie géniale... mais vous verrez une Italie solide, solide et encore solide. Je pense que personne n'a envie de les jouer malgré toutes vos critiques. Et comme dit plus haut, la géniale Espagne, favorite de tous les pronostics, a dû passer par les pénos pour sortir l'Italie en 2008.

L'Italie sera dure à jouer, comme toujours. Mon pronostic : 1/4 de finale.

Sinon, côté choix des joueurs, Cannavaro est fini... je ne comprends pas pourquoi le prendre ou alors comme GO dans le vestiaire. Et effectivement Miccoli et/ou Cassano auraient pu apporter un peu de folie salvatrice devant...
@ipodnani. Je m'étais mal exprimé, j'entends tiers-monde footbalistique avant tout. La dernière, c'était en 2002, en Corée/Japon. Année d'ailleurs où l'Italie amorçait sa future victoire de 2006, grâce à une génération incroyable. Mais Moreno était là pour rappeler qu'une coupe du monde hors europe, se doit d'être moche, et gagné par un brésil ou une Allemagne moche...


Miccoli est blessé 4 mois, mais de toute façon entretiens de mauvaises relations avec les Lippi depuis son passage à la Juve, où le petit sudiste voulait rester libre d'un système bianconeri plutôt affreux...
Cassano a pour lui la légende d'avoir taper le fils Lippi, et reste pas facile à intégrer dans un groupe. Même si l'Italie de Prandelli fera sans doute appel à lui dans 3 mois.
Pour moi, "Italie sans talent" relève de l'ignominie, de l'antithèse ou de l'oxymore (je vais laisser nos grammairiens en discuter).
Certes, cette équipe n'est peut-être pas la plus talentueuse de l'histoire de l'Italie. Mais chaque joueur de cette équipe possède un talent énorme, de Buffon à Di Natale (si celui-ci prend confiance, attention aux défenses)en passant par Pirlo ou Montolivo (que beaucoup d'entre vous cite).

Quant à ceux qui disent - ou a celui qui dit - que Pirlo manque de talent, je n'aurai qu'un mot : LOL. On peut polémiquer sur sa "vieillesse", sur sa "baisse de niveau", mais pas sur son talent. Quand t'as la vision de jeu de Ballack, la frappe de Juninho et la coupe de cheveux de Daniel Bravo, t'as obligatoirement du talent.

Et moins on attendra ces sacrés italiens, plus ils seront dangereux. Alors attention.
Mais si il y a du talent, cineccitta n'est pas morte!
Olff, pourquoi écris-tu "coupe du monde de la honte" ; peux-tu être plus explicite ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 13