Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Les 23 Italiens

L'Italie sans talent ?

C'est le signe de quelqu'un qui doute : contrairement à 2006, où il avait publié sa liste sans tergiverser, Marcello Lippi a ce coup-ci attendu jusqu'au dernier moment pour donner les noms des 23 joueurs qu'il emportera avec lui en Afrique du Sud. Il n'y aura ni Borriello, ni Rossi.

Modififié
Marcello Lippi est-il devenu fou ? Il y en a pour le penser, et le premier d'entre eux pourrait s'appeler Fabio Quagliarella. Selon la presse italienne, le sélectionné de la dernière heure était tellement certain de quitter le regroupement de Sestrières et de rentrer chez lui qu'il avait déjà fait ses valises depuis plusieurs jours. Sauf que voilà : mardi soir, à quelques heures de la date butoir, le sélectionneur italien a décidé de garder Quagliarella (et Bochetti). A la place, c'est Marco Borriello et Giuseppe Rossi qui restent à la maison. Une cote tellement grosse que personne n'avait osé la jouer.

Borriello, passe encore. Même s'il sort d'une bonne saison –14 buts dont la plupart servis dorés sur tranche par Ronaldinho et Pirlo–, l'attaquant du Milan AC a contre lui le fait de présenter le même profil que Gilardino, le titulaire, et Pazzini, l'homme en feu du moment. Soit celui du gladiateur planté dans la surface, qui pèse sur la défense, gêne la relance adverse, prend les ballons de la tête, oriente, fait remonter le bloc, et pour finir la met au fond. Un type comme ça, très bien, deux, OK, mais trois, et l'Italie se serait mise à ressembler à la Norvège. Exit Borriello, donc. Même si on aurait aimé le voir à l'œuvre et qu'il avait une bonne gueule de sauveur, la décision est compréhensible.

Mais Giuseppe Rossi ? Il y a un an tout rond, à la Coupe des Confédérations, “Pepito” s'était révélé comme la seule bonne nouvelle du fiasco italien. Enfin un type avec de la fraîcheur, qui pouvait prendre la balle et accélérer, frapper de loin et demander des une-deux. En vrai, Rossi, c'était, en l'absence de Balotelli, la seule preuve d'une Italie qui avance un pied dans le XXème siècle. Pensez : un gars qui est né à l'étranger (aux États-Unis), qui parle plusieurs langues, et qui, à 23 ans à peine, a déjà joué à Manchester United et Villarreal. Certes, le petit “Pepito” sort d'une saison mi-figue mi-raisin, qui s'explique en partie par la mort de son père. Mais tout de même : Lippi, qui avait fait débuter le garçon en octobre 2008, semblait l'apprécier. Qui maintenant pour apporter de la fantaisie ?

Le voilà, le problème de l'Italie : Di Natale mis à part (qui portera d'ailleurs le numéro 10), la Nazionale ne compte aucun joueur un tant soit peu fin techniquement, vif et imprévisible. Fabio Quagliarella, l'élu, n'est pas nul ; mais bon, sa saison n'a pas été folle non plus, et à part mettre des buts spectaculaires, il ne sert généralement pas à grand-chose. Au final, l'équipe de Lippi apparaît aujourd'hui comme une bande de mecs sérieux, expérimentés et professionnels, sans plus –aucun plus. En Afrique du Sud, l'Italie se pointera avec une équipe de 28 ans et 9 mois de moyenne d'âge. La deuxième plus vieille de son histoire, après celle de 1974 (28 ans et 10 mois). A l'époque, l'Italie était rentrée chez elle après trois petits matchs, un nul, une défaite et une victoire. Cela pourrait être prémonitoire.

Stéphane Monteverdi

Le groupe des 23 Italiens

Gardiens


Gianluigi Buffon ; Morgan De Sanctis ; Federico Marchetti

Défenseurs


Salvatore Bocchetti ; Domenico Criscito ; Leonardo Bonucci ; Fabio Cannavaro ; Giorgio Chiellini ; Christian Maggio ; Gianluca Zambrotta


Milieux


Mauro Camoranesi ; Daniele De Rossi ; Gennaro Gattuso ; Andrea Pirlo ; Claudio Marchisio ; Riccardo Montolivo ; Angelo Palombo ; Simone Pepe

Attaquants


Antonio Di Natale ; Alberto Gilardino ; Vincenzo Iaquinta ; Giampaolo Pazzini ; Fabio Quagliarella

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Les fans allemands en grève pour protester contre les prix des places il y a 3 heures Le duo Berlusconi-Galliani débarque à Monza 19
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi