En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires Euro 2016
  2. // Groupe H
  3. // J8
  4. // Italie/Bulgarie (1-0)

L'Italie sans forcer

Une ouverture du score après 5 minutes de jeu, mais un résultat final identique malgré une prestation plus convaincante que face à Malte : l'Italie doit décidément se contenter de petites victoires. En l'occurrence un nouveau 1-0, signé De Rossi sur penalty, qui s'est fait expulser un peu plus tard. Quant à la Bulgarie, elle est éliminée de la course à l'Euro.

Modififié

Italie 1-0 Bulgarie

But : De Rossi (5e) pour l'Italie

Daniele De Rossi fait partie des joueurs indéniablement meilleurs en sélection qu'en club. Une performance qui s'explique en grande partie par un amour de la patrie sans limites et une sacrée trempe lorsqu'il s'agit de sortir ses tripes - pour rester poli. Qu'importe, alors, que M. Sergei Karasev lui fasse retirer un penalty, déjà parfaitement tiré, après à peine 5 minutes de jeu. Le milieu de la Roma ne tremble pas le moins du monde sur sa seconde tentative. L'Italie vient de réussir ce qu'elle n'avait pas réussi à faire contre Malte, à savoir faire la différence rapidement. Le plus dur en fait.

Toutefois, si la fougue de De Rossi a ses avantages, elle a aussi ses inconvénients. Le Romain sera exclu en seconde mi-temps, comme Ilian Micanski, avec qui il s'était chauffé. Sans conséquence sur la rencontre, avec une Squadra Azzurra qui a continué de dominer une timide équipe de Bulgarie, sans réussir toutefois à doubler la mise malgré un bon nombre d'occasions. L'Italie reprend ainsi la première place du groupe, deux points devant la Norvège et trois devant la Croatie. La Bulgarie dit, elle, adieu à l'Euro en France.

Deux penaltys pour un


42 secondes de jeu et le gardien bulgare Mitrev est déjà mis à contribution, moins de 3 minutes et Daniele De Rossi sort les cisailles : pas de doute, l'Italie est remontée à bloc pour sortir une grosse prestation. La Bulgarie est totalement asphyxiée et le confirme en concédant, assez bêtement, un penalty. Daniele De Rossi transforme - deux fois - avec sang-froid pour mettre la Squadra Azzurra sur les bons rails. D'ailleurs, malgré une grosse occasion bulgare en contre, qui permet à Buffon de fêter avec grâce sa 150e sélection, l'Italie garde la maîtrise des opérations. Sans se procurer de réelles occasions, mais avec de jolis gestes techniques de Verratti voire de Bonucci, qu'apprécie évidemment le stadio Renzo Barbera de Palerme.

Stephan El Shaarawy, titularisé à la place d'Eder, est, lui, très remuant, mais il butte sans cesse sur un pied bulgare avant de réaliser la fameuse dernière passe. Et c'est bien dommage pour les Transalpins, car Mitrev ne rassure clairement pas dans les bois bulgares. En pointe, Graziano Pellè continue d'aligner les remises parfaites, mais il est moins inspiré à la finition. La Nazionale déroule tranquillement ses gammes et peut rejoindre les vestiaires avec la satisfaction d'une première période réussie. Même si Antonio Conte préférerait que ses hommes se soient déjà mis à l'abri, en témoignent ses expressions théâtrales après certaines occasions manquées.

Un rouge pour deux


La seconde période démarre exactement comme la première : avec une parade de Mitrev. D'ailleurs, la physionomie de la rencontre est aussi relativement semblable, avec une Italie qui fait tranquillement circuler le ballon pour créer des failles dans le bloc bulgare. Les occasions franches et les émotions fortes se font toutefois désirer. À défaut, De Rossi et Micanski se font expulser, assez sévèrement, pour une embrouille qui aurait pu être sanctionnée par un jaune pour chaque joueur, avec un peu plus de clémence de la part de Sergei Karasev. Ça a au moins le mérite de redonner un peu de rythme à la rencontre avec un El Shaarawy toujours aussi volontaire. Seulement, quand le Pharaon ne tombe pas sur Mitrev, il ne cadre pas ses tentatives.

L'Italie n'arrive pas à creuser l'écart et Conte décide en conséquence de changer sa ligne d'attaque à vingt minutes du terme. Pellè et El Shaarawy cèdent ainsi leur place à Zaza et Florenzi. Mais c'est plutôt la Bulgarie qui se montre un peu plus conquérante, sans inquiéter toutefois Gigi Buffon. L'entrée d'Eder est un peu plus percutante, mais l'Italie ne réussit pas à doubler la mise malgré une énième occasion. Buffon devra même s'employer pour éviter l'égalisation. 1-0 et puis c'est tout, mais une qualification à l'Euro qui se rapproche de plus en plus. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1 jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24