1. //
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne (2-0)

L'Italie met l'Espagne dans le rouge

Largement dessus tactiquement et dominatrice une bonne partie de la rencontre, l'Italie bat l'Espagne (2-0) et jouera les quarts de finale de l'Euro 2016.

Modififié
1k 160

Italie 2-0 Espagne

Buts : Chiellini (33e) et Pellè (90+1e) pour l'Italie

Qui d’autre que lui ? Qui d’autre que ce bon vieux Giorgio pour s’extraire d’une jungle de joueur et marquer un but du tibia qui vaut de l’or ? Certes, il manque peut-être quelques mètres de sparadrap sur sa tête pour que la fête soit totale, mais après une demi-heure de jeu à sens unique, le défenseur central de la Juventus n’a pas eu besoin de castagner tant son Italie maîtrise sa partition. Enième acte d’une sonate délicieuse d’Antonio Conte, ce coup franc d’Éder à l’entrée de la surface est d’autant plus dangereux que le match le plus attendu de ces huitièmes de finale a débuté sous une pluie diluvienne. Malin, le joueur de l’Inter frappe fort côté ouvert, De Gea, impérial jusqu’ici, repousse dans les pieds de Giaccherini qui s’écroule, mais parvient à toucher le ballon. Seul face à son destin, Chiellini vient savater la gonfle, d’un coup de tibia qui lui sied à merveille. Les Italiens exultent, mais dans un Stade de France assez calme, personne ne s’y trompe : ce pion-là n’est pas une surprise. Il est juste l’aboutissement d’un travail tactique épatant de Transalpins qui ont récité un ballet maîtrisé quand leurs adversaires faisaient dans l’improvisation permanente pendant 45 minutes.

De Gea maintien l’Espagne à flot


Si l’averse qui s’abat sur Saint-Denis donne au début de rencontre un côté dramatique, elle ne fait pas paniquer les Italiens. Dès les premières minutes de jeu, le plan de jeu des coéquipiers de Gigi Buffon est visible. Des sorties de balles propres, au sol, dans l’énorme espace laissé au milieu de terrain entre les trois attaquants espagnols et leurs trois milieux. À l’aise, Parolo, Giaccherini et surtout un énorme De Rossi s’en donnent à cœur joie et sollicitent les flèches des côtés que son De Sciglio et Florenzi. Pendant que Del Bosque se planque de la pluie sur son banc, Conte enfile casquette et K-Way et voit De Gea dégainer une première parade dingue sur une tête de Pellè. Chaud comme la braise, le portier mancunien se montre une nouvelle fois décisif en repoussant sur le poteau une bicyclette de Giaccherini. Au bout de 20 minutes de jeu, l’Italie a la possession de balle et ça, personne ne l’avait vu venir. Surtout pas les Espagnols qui ne s’en sortent pas et n’inquiètent pas Buffon du premier acte. Seul bémol côté bleu, l’absence de break après l’ouverture du score de Chiellini malgré une forte domination et des actions franches de but. Juste avant la pause, Giaccherini, encore lui, profite d’un rush de Bonucci pour s’extraire côté gauche. Le joueur de Bologne repique dans l’axe et envoie une praline que De Gea sort main opposée. C’est ensuite au tour de Ramos de frôler le CSC sur un centre puissant de De Sciglio. En face, rien à se mettre sous la dent. Symbole de la faiblesse espagnol, cette tentative de lob de Busquets de 40 mètres clos une première période à sens unique. Pas né de la dernière pluie - même s'il a arrêté de flotter à Saint-Denis -, Vicente del Bosque engage enfin le combat tactique au retour des vestiaires. Nolito cède sa place à Aduriz et l'Espagne propose désormais un menu à deux attaquants.

Buffon et Graziano, ces héros


Une formule presque golden d'entrée de deuxième acte, puisque pour la première fois, la défense italienne se retrouve sous pression. Un malheur n'arrivant jamais seul, Daniele De Rossi, énorme en première mi-temps, cède sa place à Thiago Motta qui prend son jaune pour une belle tarte. Mis sous pression par les Espagnols, les coéquipiers de Leonardo Bonucci ne paniquent pas, à raison : les espaces existent toujours au milieu de terrain. Ils s'agrandissent même, au fur et à mesure des minutes. La preuve avec ce contre amené en quelques touches de balle, qui débouche sur un face-à-face Éder-De Gea, une nouvelle fois remportée par le portier espagnol. Si elle tient mieux le ballon, l'Espagne n'en demeure pas moins friable en contre. Illustration parfaite avec Pellè, en rôle de pivot, qui trouve encore Giaccherini sur un côté. Le centre au sol du joueur de poche est détourné in extremis par un De Gea décidément sauveur de la patrie. Décidé à jouer le même rôle, Aduriz, servi par Iniesta, déclenche la première frappe sérieuse de la Roja, mais son pied gauche ne trouve pas la cage de Buffon. Peu inspiré face à ceux avec qui il rigolait avant le match, Morata cède sa place à Vasquez, qui ne tarde pas à se mettre dans le match. Servi en profondeur, il frappe le poteau, mais est signalé en position de hors-jeu. L'Italie est sur le reculoir et Conte n'aime pas ça. Du coup, le sélectionneur se soulage en mettant une mine dans le ballon. Dans un registre différent, Iniesta balance une sacoche du gauche que Buffon détourne. Et pendant que son capitaine motive ses potes tout en faisant le job, Lorenzo Insigne entre sur la pelouse. L'occasion de prélever un rein à Ramos et de faire briller une nouvelle fois De Gea sur un bon contre. On croit alors que l'Italie ne marquera pas. Que Piqué va égaliser. Mais tandis que Buffon est impérial face au Barcelonais, Insigne envoie une transversale fabuleuse sur l'ultime contre du match. Servi grâce à un délicieux appel-contre appel dans la surface, Pellè explose la cage et fait disjoncter la curva improvisée. L'Italie verra les quarts. Et c'est mérité.

Par Swann Borsellino, au Stade de France
Modifié

Dans cet article

Note : 2
Quelle rentrée de Thiago Motta!
Ravière Pastauré Niveau : CFA
Note : 3
Scénario IDENTIQUE à celui du match contre la Belgique.

Même score, même buteurs, Pellé à la dernière minute...
Cafu crème Niveau : DHR
Conte, je t ai beaucoup critique. Désormais je vais fermer ma gueule te concernant, tu me fais avaler mon chapeau et le porte manteau où il était posé.

Magnifique Squadra et en bonus track une droite de Motta sur Busquets.

Meilleur match de la compet jusque la.
Note : 3
Van Gaal avait montré la voie mais Simeone et Conte ont officiellement mis fin au règne du handball sur gazon ! Ne doute jamais du pouvoir des implants !
motherfucker Niveau : CFA
Je sais pas pour vous mais je voyais vraiment pas l'Espagne marquer, vu comme ils se sont fait bouffer en première mi-temps...

L'Italie c'est très costaud, vraiment hâte de voir le quart contre les teutons. Ce soir on a vu la différence entre jouer à la baballe et jouer au football.
Ravière Pastauré Niveau : CFA
Note : 5
Message posté par Le Baldé Vampire
Bordel de merde si on avait un seul, juste un seul Conte* en France...

*Ca marche aussi pour Buffon et Bonucci


Bah Montanier, le nouveau Brian Clough.


Haha.
Lamine Turgut Niveau : CFA
Bonne petite surprise, cette équipe ibère.

Elle progresse de tournoi en tournoi : maintenant, elle atteint les 1/8ieme.

Encore un peu tendre pour rivaliser avec L'Atlético azzurro, certes, mais je mettrais bien un petit billet sur eux pour le dernier carré dans 2 ans.
JimPooley Niveau : CFA2
Note : 3
Message posté par Nicusor
Je suis le seul que ça choque les articles de match qui sortent 2 minutes après la fin de ceux-ci?


Pourquoi ça te choque? A 1-0 à la 70ème, le mec écrit son article, ensuite il rajoute le deuxième but. Si les espagnols égalisent et vont en prolongations il met l'article à la poubelle, sinon il le balance immédiatement. C'est du web-journalisme!
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Que plaisir de voir l'Espagne se chier dessus ainsi mentalement.
Cela montre combien en terme d'Equipe nationale ce Pays est très loin de l'Italie.
Note : 9
Conte a sûrement convaincu les nombreux détracteurs qui critiquaient son implication avant l'Euro, avec en exergue les doutes formulés après ses choix post blessure de Montolivo.

C'est une belle victoire, qui ne souffre d'aucune contestation, de l'équipe qui semble la mieux préparée à cet Euro.
La question qui revenait sans cesse dans les débats avant la compétition pour savoir s'il fallait privilégier les talents individuels ou la cohésion de groupe dans la confection d'une liste commence à avoir une réponse très claire : quand l'entraineur sait où il va, quand il sait ce qu'il veut faire, les performances sur le terrain peuvent être incroyables.

Conte a créé une équipe plus qu'une sélection. Et, là, où les autres pays pêchent dans leurs incohérences et leurs questionnements, l'Italie réussit des performances dignes d'un club.

Sinon, quelle sérénité chez Buffon. Ca fait plaisir.
Jemincruste1 Niveau : CFA
Note : 1
Cette leçon.

Et l'Espagne qui pensait pouvoir revenir en trottinant.

Quelle culture l'Italie. La force de cette sélection est effrayante.

Et les 3 de derrière, bien trop forts pour les attaquants espagnols..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Cette Allemagne avance vite
1k 160