Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne (2-0)

L'Italie met l'Espagne dans le rouge

Largement dessus tactiquement et dominatrice une bonne partie de la rencontre, l'Italie bat l'Espagne (2-0) et jouera les quarts de finale de l'Euro 2016.

Modififié

Italie 2-0 Espagne

Buts : Chiellini (33e) et Pellè (90+1e) pour l'Italie

Qui d’autre que lui ? Qui d’autre que ce bon vieux Giorgio pour s’extraire d’une jungle de joueur et marquer un but du tibia qui vaut de l’or ? Certes, il manque peut-être quelques mètres de sparadrap sur sa tête pour que la fête soit totale, mais après une demi-heure de jeu à sens unique, le défenseur central de la Juventus n’a pas eu besoin de castagner tant son Italie maîtrise sa partition. Enième acte d’une sonate délicieuse d’Antonio Conte, ce coup franc d’Éder à l’entrée de la surface est d’autant plus dangereux que le match le plus attendu de ces huitièmes de finale a débuté sous une pluie diluvienne. Malin, le joueur de l’Inter frappe fort côté ouvert, De Gea, impérial jusqu’ici, repousse dans les pieds de Giaccherini qui s’écroule, mais parvient à toucher le ballon. Seul face à son destin, Chiellini vient savater la gonfle, d’un coup de tibia qui lui sied à merveille. Les Italiens exultent, mais dans un Stade de France assez calme, personne ne s’y trompe : ce pion-là n’est pas une surprise. Il est juste l’aboutissement d’un travail tactique épatant de Transalpins qui ont récité un ballet maîtrisé quand leurs adversaires faisaient dans l’improvisation permanente pendant 45 minutes.

De Gea maintien l’Espagne à flot


Si l’averse qui s’abat sur Saint-Denis donne au début de rencontre un côté dramatique, elle ne fait pas paniquer les Italiens. Dès les premières minutes de jeu, le plan de jeu des coéquipiers de Gigi Buffon est visible. Des sorties de balles propres, au sol, dans l’énorme espace laissé au milieu de terrain entre les trois attaquants espagnols et leurs trois milieux. À l’aise, Parolo, Giaccherini et surtout un énorme De Rossi s’en donnent à cœur joie et sollicitent les flèches des côtés que son De Sciglio et Florenzi. Pendant que Del Bosque se planque de la pluie sur son banc, Conte enfile casquette et K-Way et voit De Gea dégainer une première parade dingue sur une tête de Pellè. Chaud comme la braise, le portier mancunien se montre une nouvelle fois décisif en repoussant sur le poteau une bicyclette de Giaccherini. Au bout de 20 minutes de jeu, l’Italie a la possession de balle et ça, personne ne l’avait vu venir. Surtout pas les Espagnols qui ne s’en sortent pas et n’inquiètent pas Buffon du premier acte. Seul bémol côté bleu, l’absence de break après l’ouverture du score de Chiellini malgré une forte domination et des actions franches de but. Juste avant la pause, Giaccherini, encore lui, profite d’un rush de Bonucci pour s’extraire côté gauche. Le joueur de Bologne repique dans l’axe et envoie une praline que De Gea sort main opposée. C’est ensuite au tour de Ramos de frôler le CSC sur un centre puissant de De Sciglio. En face, rien à se mettre sous la dent. Symbole de la faiblesse espagnol, cette tentative de lob de Busquets de 40 mètres clos une première période à sens unique. Pas né de la dernière pluie - même s'il a arrêté de flotter à Saint-Denis -, Vicente del Bosque engage enfin le combat tactique au retour des vestiaires. Nolito cède sa place à Aduriz et l'Espagne propose désormais un menu à deux attaquants.

Buffon et Graziano, ces héros


Une formule presque golden d'entrée de deuxième acte, puisque pour la première fois, la défense italienne se retrouve sous pression. Un malheur n'arrivant jamais seul, Daniele De Rossi, énorme en première mi-temps, cède sa place à Thiago Motta qui prend son jaune pour une belle tarte. Mis sous pression par les Espagnols, les coéquipiers de Leonardo Bonucci ne paniquent pas, à raison : les espaces existent toujours au milieu de terrain. Ils s'agrandissent même, au fur et à mesure des minutes. La preuve avec ce contre amené en quelques touches de balle, qui débouche sur un face-à-face Éder-De Gea, une nouvelle fois remportée par le portier espagnol. Si elle tient mieux le ballon, l'Espagne n'en demeure pas moins friable en contre. Illustration parfaite avec Pellè, en rôle de pivot, qui trouve encore Giaccherini sur un côté. Le centre au sol du joueur de poche est détourné in extremis par un De Gea décidément sauveur de la patrie. Décidé à jouer le même rôle, Aduriz, servi par Iniesta, déclenche la première frappe sérieuse de la Roja, mais son pied gauche ne trouve pas la cage de Buffon. Peu inspiré face à ceux avec qui il rigolait avant le match, Morata cède sa place à Vasquez, qui ne tarde pas à se mettre dans le match. Servi en profondeur, il frappe le poteau, mais est signalé en position de hors-jeu. L'Italie est sur le reculoir et Conte n'aime pas ça. Du coup, le sélectionneur se soulage en mettant une mine dans le ballon. Dans un registre différent, Iniesta balance une sacoche du gauche que Buffon détourne. Et pendant que son capitaine motive ses potes tout en faisant le job, Lorenzo Insigne entre sur la pelouse. L'occasion de prélever un rein à Ramos et de faire briller une nouvelle fois De Gea sur un bon contre. On croit alors que l'Italie ne marquera pas. Que Piqué va égaliser. Mais tandis que Buffon est impérial face au Barcelonais, Insigne envoie une transversale fabuleuse sur l'ultime contre du match. Servi grâce à un délicieux appel-contre appel dans la surface, Pellè explose la cage et fait disjoncter la curva improvisée. L'Italie verra les quarts. Et c'est mérité.

Par Swann Borsellino, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 3 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 12 heures La drôle de liste d'invités de la finale 32 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 63
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Cette Allemagne avance vite