1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Italie/Croatie (1-1)

L'Italie fait le point

Modififié
3 33
Un match nul, parfois, c’est tout de même trois points à se partager. Soit le match de Mario, celui de Cesare et puis celui de Prandelli. Prandelli qui avait donc choisi de titulariser à nouveau Mario, afin de lui donner une seconde chance, de ne pas le culpabiliser plus que de raison. Et comme, en plus, le rôle de joker va généralement très bien à Di Natale… Une sage décision et un Mario qui s’est montré fidèle à ce que l’on attendait de sa part, c’est-à-dire imprévisible. Parce qu’un match, pour Mario Balotelli, se joue avant tout contre lui-même. Puis, parfois, contre l’adversaire.

Mario tennis

De la défense croate, Mario a franchement vite pris la mesure : une première bonne frappe en pivot du gauche, juste à ras du poteau ; un bon appel dans l’espace entre le central et le latéral gauche ; une frappe qui a, certes, mis un peu de temps à venir, avant d’être malheureusement contrée ; une remise, sur une superbe ouverture de Pirlo, vers Cassano, alors que la frappe sans contrôle était bien tentante ; une balle perdue, puis récupérée dans la surface adverse, histoire de gratter un corner... Balo était de toutes les actions pendant la première demi-heure. Malheureusement, ses choix ne furent pas forcément toujours les bons. Plus que les défenseurs adverses, ce sont ses décisions qui lui ont compliqué la vie, ce qui n’est pourtant pas vraiment le genre de la maison. Mario en aura donc à nouveau déçu certains, contenté d’autres et peut-être même satisfait quelques-uns de par sa disponibilité, sa puissance et sa volonté de jouer, pas toujours juste, certes, mais juste de jouer.

Pour son compère de l’attaque, la vie aussi est un jeu et le football maintenant sans doute un peu plus une question de vie ou de mort. Croquant la défense croate à pleines dents, Antonio Cassano a passé son temps dans les intervalles, à créer, dévier, contrôler, orienter. Et à parfois se montrer trop gourmand aussi, comme sur ce centre en retrait, après avoir éliminé deux croates sur la droite de la surface. D’un côté, Bali et Balo se sont peut-être un peu trop complus dans la prise de risques. De l’autre, l’essentiel a été fait : ils se sont montrés dangereux, plus pour leurs adversaires que leurs coéquipiers, et l’Italie menait au score au moment de la sortie de Balotelli. Et c’est juste après sa sortie que la Croatie a égalisé, et ça, Mario non plus n'a pas pu s'empêcher de le remarquer…

Un plan tombé à l'eau

Pourtant, tout était bien parti. Une première mi-temps très accomplie pour l’Italie, avec un plan qui se déroulait sans accroc. Des efforts et de l’application dans la relance, et ce, depuis la base arrière, notamment via un Bonucci n’hésitant pas à faire le lien entre la défense et le milieu, plus encore que De Rossi. Un Marchisio toujours aussi utile, à la fois par son marquage au slip de Modrić et ses percussions couillues plein axe. Un Pirlo au four et au coup franc, magistral, une fois de plus, dans sa gestion des angles et des lucarnes. Et une ouverture du score logique, avant le choix, au moins aussi logique, de gérer le but d’avance. Pile-poil comme selon le cahier des charges. Ainsi, en première mi-temps, les troupes de Cesare avaient déjà accepté de connaître un certain temps faible, dix minutes de flottement durant lesquelles elles prenaient un peu l'eau sur les côtés, mais elles avaient su faire le dos rond, voire apprécier cette période de détente.

D’ailleurs, le break fut presque fait pendant cette période, avec cette double occasion de Marchisio sur laquelle toute l'Italie avait cru au but. En seconde, après avoir remis un coup pour essayer de faire le break, l’équipe a alors cru bon de vraiment reculer, vers la soixante-dixième minute de jeu donc, pour mieux gérer les Croates et, si possible, la leur faire à l’envers. Parce que la gestion du timing d’une rencontre, c’est quand même la grande spécialité maison. Réalismalitalienne pendant les temps forts, réalismalitalienne pendant les faibles, et tant pis pour les gouttes de sueur qui sont censées aller avec. Car, en Italie, les gouttes de sueur sont dues à l'effort plus qu’au stress, comme le prouve cette remise de la tête tout en douceur pour son gardien de Bonucci, pourtant pressé par le danger. Une fois encore, la Squadra semblait être de ses équipes qui sait plier sans rompre.

Il faut rendre à Cesare...

En seconde mi-temps, la Prandellitalia a donc d’abord continué à jouer. Et haut en plus, comme l’aime son Mister. Puis, avec un but d’avance, il a choisi de complètement reculer, mais tout en restant en 3-5-2. Pendant ce temps, les Croates, eux, sont passés d’un 4-4-2 à un 4-2-3-1, avec Modrić en dix et Mandžukić ailier ou plutôt attaquant droit. Dès lors, plus encore qu’en première mi-temps, Giaccherini et Maggio se sont retrouvés complètement noyés. Il faut croire que la Croatie avait, elle aussi, un plan, celui d’avoir toujours un joueur de plus que son adversaire sur les côtés, les flancs constituant souvent la faille d’un 3-5-2. Comme tous les schémas, il contient en lui-même ses propres risques, mais bien défendre, c'est avant tout choisir ce qu'on laisse à son adversaire. Et le choix de Prandelli, pas si dupe, était sans doute de laisser la Croatie prendre les côtés pour mieux l’y attendre et la contrôler. Maggio et Giaccherini hauts placés (en tout cas, plus hauts que dans un traditionnel 4-4-2), ce furent les doublettes Marchisio/Bonucci à droite et Motta/Chiellini à gauche qui étaient chargées de gérer les Croates, le temps que ça passe.

Tant que le damier était en 4-4-2, ça allait à peu près, mais une fois en 4-2-3-1, les Croates y allaient franchement (Modrić, protégé par deux milieux centraux, pouvant alors apporter le surnombre définitif sur les côtés) et les centres de commencer à vraiment à se multiplier. Et sur un ballon venu de l’aile gauche, un de plus, un de trop, et une erreur de marquage, ou disons plutôt un temps de retard de Chiellini, le ballon a fini là où il devait finir, c’est-à-dire au fond des filets de Gianluigi Buffon. Et comme l’Italie ne parviendra jamais à reprendre ce petit but d’avance qui aurait changé la face du groupe C, il est maintenant temps de rendre à Cesare ce qui appartient à Prandelli. Parce que la Prandellitalie, la volonté de jouer, tout ça, c’est bien. C’est très bien même. Mais savoir conserver un résultat, c’est mieux. Parce que jouer aussi bien qu’en première pour ne récolter qu’un nul, c’est quand même Balo…

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Très bon article qui appuie là où ça fait mal, à savoir qu'on ne sait plus gérer un score et ça depuis maintenant 6 ans, je croyais que cette année on avait enfin l'équipe pour le faire mais non...

Il faut bien avouer que sans Criscito et Barzagli la défense est forcément moins bonne, même si à part le but aujourd'hui on ne peut pas dire que la défense italienne ait été mise en danger. C'est vraiment dommage, parce qu'on aurait pu faire un coup dans cet Euro. Tant pis, ce sera pour dans deux ans...
D'une part on est pas éliminé et le 2-2 de l'Espagne face à la Croatie faudrait pas pousser non plus...

D'autre part on ne ne doit pas savoir tenir un score mais vis à vis du jeu développe aujourd'hui il s'agirait plutôt de savoir en mettre un deuxième au moment voulu. La logique n'est plus la même et il y avait la place pour...

Toutefois notre jeu se résume beaucoup trop à la distribution de Pirlo et dans deux ans il ne sera plus la... Montolivo il a intérêt à se sortir les doigts d'ici la...
Gérer un score ou simplement tuer le match en mettant un 2e but ?!

Après tu peux toujours dire que c'est dommage, mais quand t'emmenes aucune pointe de poids à part Balotelli (type Pazzini ou Matri), que sur le coté tu fais jouer Giaccherini à gauche (remplaçant de Pepe à la Juve) et Maggio à droite (qui joue souvent mal en equipe d'italie); et que tu sacrifies DeRossi en defense centrale... bon tu obtiens le resultat que tu merites = mediocre.

Mais bon en meme temps le palmares de Prandelli en tant qu'entraineur, c'est un championnat de Serie B et rien d'autre...
Bafetimbite Gomis Niveau : District
Ce soir, la différence entre Bafé et Mario, c'est que le lyonnais met au fond!
Forza_Milano Niveau : CFA2
Max, ce groupe est loin d'être terminé.
Après la 2eme journée ça donne ça :

- Si l'Italie gagne 2-0 et que la Croatie fait 1-1, Italie éliminée

-Si l'Italie gagne 2-0 et que la Croatie fait 0-0 égalité parfaite entre croates et italiens

-Si l'Italie gagne 3-1 et que a Croatie fait 1-1, égalité parfaite encore

-Si l'Italie gagne avec 2 buts d'écarts avec 4 buts inscrits ou plus, Italie qualifiée

-Si l'Italie gagne et que la Croatie gagne, Italie qualifiée

Je sais pas si on peut dire qu'elle a le destin entre ses mains, mais elle a encore toutes ses chances de se qualifier, et vu le niveau irlandais ce soir, je me fais pas trop de soucis pour eux, et pis bon, Trapattoni peut bien faire un geste pour son pays ^^ après faut espérer pour eux qu'ils se fassent pas entuber comme en 2004
Espagne et Croatie feront 2-2 comme Suede-Danemark en 2004...
Je pense qu'on est plus dans le cas de figure de 2008 que celui de 2004.Les CRoates sont bons, mais je vois pas l'Espagne caler maintenant. Après à nous de faire notre match et faire preuve de plus d'efficacité contre l'Irlande.Ce qui m'effraie c'est de voir le peu d'occasion net qu'on se procure.Perso j'ai trouvé Balo et Cassano plutot bon, tout ce qu'on peut leur reprocher c'est de pas faire de prouesses, et pour l'instant on compte sur celles de Pirlo(une passe lumineuse et un cp fr direct)
bergamascho Niveau : Loisir
même si l'espagne et la croatie font 2à2 et que l'italie gagne 3à0 c'est l'italie qui se qualifie.
Apparemment ce n'est pas clair pour certains. S'il y a 2-2 l'italie est éliminé, car c'est au nombre de buts marqués entres les trois équipes (Italie Espagne Croatie). Par contre s'il y a 0-0 entre l'Espagne et la Croatie, c'est l'Italie qui passe (et qui finit première du groupe si je ne dis pas de bêtises)
En gros la différence de buts du match contre l'Irlande servira à départager les équipes seulement s'il y a 1-1 entre l'Espagne et la Croatie
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
@Bastos : s'il y a 0-0 entre Espagne et Croatie mais que l'Italie gagne pas au moins 3-0 contre l'Irlande, c'est ciao bambino

En gros, faut compter sur l'Espagne pour taper ces enculés* de croates (oui enculés* quand tu vois l'attitude lamentable hier).

On est clairement mal parce qu'on doit encore compter sur les autre et en plus, on est même pas à l'abri de perdre des points contre l'Irlande.

Soit les espagnols posent leurs burnes et rappellent à tous qui sont les champions du monde/d'Europe et c'en est terminé des croates.
Soit ils se la jouent calculateurs et se disent que sortir une équipe chiante comme l'Italie dès le 1er tous, c'est plutôt une bonne opération

après, ca m'étonnerait qu'ils laissent filer : je les vois mal prendre le risque de jouer le nul pour finalement se prendre un pion, ca en cas de défaite, au revoir l'Espagne.

bref, ca m'arrache la gueule* mais viva Espana pour le dernier match.
Comme j'ai quelques hivers au compteur, cette équipe me rappelle celle de 1988. Un jeu pas trop mal, voire sympa, un entraineur pas mal et sympa et un réalisme proche de 0.
Résultat sortie anticipée avec regrets unanimes.
En 2012, il y a 2 très grands joueurs, ce que l'équipe de 1988 n'avait pas mais bon... Il y a un palier à franchir et c'est pas gagné.
@Scotch_OMsoccer : Et pour quelle raison l'Italie serait éliminer?

7.04 En cas d’égalité de points de plusieurs équipes à l'issue des matches de groupe,
les critères suivants sont appliqués dans l'ordre indiqué pour établir leur
classement:
a) plus grand nombre de points obtenus dans les matches de groupe disputés
entre les équipes concernées;
b) meilleure différence de buts dans les matches de groupe disputés entre les
équipes concernées;
c) plus grand nombre de buts marqués lors des matches de groupe disputés entre
les équipes concernées.
d) plus grand nombre de buts marqués à l’extérieur dans les matches de groupe
disputés entre les équipes concernées;
e) si, après l'application des critères a) à d) à plusieurs équipes, plusieurs équipes
sont toujours à égalité, les critères a) à d) sont à nouveau appliqués afin de
déterminer le classement de ces équipes. Si cette procédure ne donne pas de
résultat, les critères f) à j) s’appliquent;
f) meilleure différence de buts dans tous les matches du groupe;
g) plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe;
h) plus grand nombre de buts marqués à l’extérieur dans tous les matches du
groupe;
i) classement du fair-play dans tous les matches du groupe;
j) tirage au sort.

Donc en cas de 0-0 l'Italie serait dans le cas c) et serait première
En 98 on hesitait entre faire jouer Del Piero ou Roberto Baggio, hier c'etait entre Di Natale et Balotelli

On avait une ligne défensive composée par Bergomi, Costacurta, Cannavaro e Maldini... hier Bonucci, Chiellini et DeRossi hors poste...

En 98 le 2e match on l'avait gagné 3-0 contre le Cameroun, et on avait finit 1er du groupe avec 7 points...
acqua di gio Niveau : DHR
Tout le monde a l'air d'avoir oublié quelque chose.

L'Espagne n'est pas du tout qualifiée, si elle perd contre la Croatie et que l'Italie gagne, elle est éliminée.

Alors bien sûr, il y a peu de chances, encore que... Mais tout ça dire que l'Espagne ne peut pas risquer le 0-0 et se faire arnaquer par un vieux but Croate.
Donc elle va jouer pour gagner et non pas aligner son équipe B et "faire tourner" comme j'ai entendu sur TF1. Y a que sur TF1 d'ailleurs qu'on est aussi nul en math, en commentaire...et en tout finalement.

Perso, je suis pas du tout d'accord avec l'article.

Le problème n'est pas de savoir garder un résultat, mais de gérer un match.

Et pour gérer un match, il faut faire le break et en mettre un 2è, ce que l'Italie aurait très bien pu faire.

Mais quel manque de réalisme...

C'est vraiment dommage car ça joue bien mais justement, l'Italie a commencer à souffrir quand elle est tombé dans ses travers, à savoir reculer, reculer, reculer et encore reculer. J'étais énervé en voyant ça car ça sentait l'égalisation à plein nez. Je l'avais déjà annoncé à la 60è minute, tellement c'était criant.

Perso, ça m'irrite de jouer comme ça quand il y a le talent technique.
J'espère que Prandelli va aller au bout de ses idées, et monter que l'Italie sait jouer.

Je souhaite vraiment qu'elle se qualifie en 1/4, même pas pour la suite de l'Euro en lui-même mais pour que Prandelli puisse continuer son travail de fond.
Moi je trouve que cette équipe pourrait être très bonne, mais on a deux problèmes qui se situent sur les côtés. Maggio et Giaccherini sont vraiment nuls autant défensivement qu'en attaque. Le problème c'est que l'on a personne pour les remplacer
@Williss, je parle de 1988 pas de 1998.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
@Bastos : t'es sûr de ton coup?
Parce que ca serait juste énorme ^^

après, honnêtement, je pense que les Espagnols vont pas faire l'impasse et essayer de taper les Croates : le risque est trop grand pour eux

sinon, je suis d'accord pour les 2 latéraux : à chier*
Maggio quelle déception quand tu vois sa saison : le mec représente Naples quand même, bouge toi un peu!
Scotch, d'accord pour Giaccherini, il se bat mais c'est tout ou presque. Maggio en revanche, sur au moins un hors jeu sifflé alors que il était passé et il servait un caviar. Sur un autre il bouffait la feuille d'accord.
Bon en fait, tu as raison !
La France doit absolument terminer 1ère du groupe pour se taper les italiens plutôt que les espagnols, qui marchent sur l'eau.
ça promet un beau 1/4 de finale, mais on est quand même au dessus de cette équipe brouillonne et prévisible qu'est la squadra. Et s'est bien beau de se toucher sur Pirlo, mais dans les 20 dernières minutes du match il a perdu tous ses ballons.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 33