1. // Groupe F
  2. //

« L'Italie est un pays sans aucun liant »

Mario Borghezio est député européen de la Ligue du Nord depuis 2001. Il revient sur l'élimination prématurée de l'Italie. Interview d'un homme heureux -et méchant.

Modififié
0 0
La Ligue du Nord est un parti politique fondé en 1989 par Umberto Bossi. Fédéraliste, identitaire, xénophobe, la Lega réclame la séparation du pays et souhaite l'indépendance de la Padanie, cette terre qui regroupe les régions de l'Italie septentrionale, autour de la plaine du Pô. Pendant le Mondial, les leghistes, forts de leur succès aux dernières régionales en mars dernier, ont beaucoup fait parler d'eux. D'abord, par l'intermédiaire de Bossi junior qui avait déclaré avant même le début de la compétition qu'il ne « serait pas derrière les Azzurri » . Logique, puisque le parti a créé sa propre Nazionale, la sélection de Padanie. Sur Radio Padania, on exultait à chaque but inscrit par un adversaire, suscitant les réactions des Azzurri eux-mêmes. Ainsi Daniele De Rossi : « On sera contre la Padanie s'ils disputent un jour une coupe du monde » . Oui, l'Italie va mal. Plus que jamais divisée. Joint par téléphone, Mario Borghezio est très occupé, mais accepte avec grand plaisir de nous accorder un peu de son temps pour répondre à nos questions.

Selon vous, les joueurs ont eu ce qu'ils méritaient ?


Bien sûr. Ces joueurs-là sont beaucoup trop payés, et n'ont eu de cesse de renvoyer une horrible image de leur pays durant toute la durée de la compétition. Ils n'ont strictement rien montré, et ce sur tous les plans. Ils étaient dépassés physiquement, il n'y avait aucune rigueur sur le terrain... Alors oui, sans aucun doute, ils n'ont eu que ce qu'ils méritaient.

Qui sont, selon vous, les coupables ?


D'abord les joueurs, forcément. Sur le terrain, ce sont eux et personne d'autre. Je vous l'ai dit, ils n'ont rien démontré. Quant à la fédération, les dirigeants ne me paraissent pas à la hauteur de leur tâche. Ils ont leur part de responsabilité aussi, comme l'entraîneur. Enfin, chercher les responsables après coup n'a que peu d'intérêt, il aurait fallu les désigner avant le début de la compétition. Maintenant, c'est trop tard.

En Italie, seul le football permettait d'unifier le pays. C'est raté ?


Et comment ! Cette coupe du monde a démontré la fragilité du sentiment d'appartenance à un pays, et surtout la fragilité du pays en lui-même. L'Italie est un pays sans aucun liant, superficiel. Cette élimination prématurée est le coup de grâce à ce pays qui n'en n'est pas un. Nous au contraire, nous avons un très fort sentiment d'appartenance à notre patrie, la Padanie. Nous sommes vraiment attachés à notre région, et à notre identité, qui ont un vrai sens, une vraie histoire, et de vraies traditions.

Vous supportez donc également la sélection de Padanie ?


Oui.

Quand la verra-t-on participer à une coupe du monde ?


Bien plus vite que vous ne l'imaginez...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0