1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Espagne/Italie (1-1)

L’Italie dans de beaux Squadra

L'équipe d'Italie a réussi son entrée dans la compétition, en emmerdant au moins autant l’Espagne qu’à l’Euro 2008. Juste avant que cette dernière ne commence son cycle infernal.

Modififié
5 21
Belle performance, quand même, que d’avoir regardé, pendant quatre-vingt dix minutes et quelques grains de sable, un champion du monde et d’Europe en titre les yeux dans les yeux. Que d’être passé, à une décision de Balotelli, voire de l'arbitre, près, à peu de choses de l'emporter. Parce qu’entre nous, le jaune de Torres suite à son coup de coude sur De Rossi pouvait tout aussi bien s’avérer orange très foncé. Simples faits de jeu, toutefois, pour un match nul logique et aussi passionnant qu'un 1-1 puisse l'être. Car il s’agissait sans doute là du meilleur match depuis le début de la compétition. Et surtout du plus divertissant, Mario oblige.

Why always him?

Parce que. Parce que franchement, cet atermoiement est venu un peu gâcher la fête. Certes, cette prise de tête prouve, d’un côté, que Balotelli voulait bien faire et sûrement fixer Casillas, en essayant de voir de quel côté le portier du Real allait anticiper, histoire de la lui faire à l'envers. Mais, de l’autre, elle va peut-être coûter à Mario sa place de titulaire. Prandelli aurait peut-être pu le laisser quelques minutes supplémentaires sur le pré, afin que son remplacement n’apparaisse pas de manière évidente pour ce qu’il était : une sanction. Car, quelque part, Balo a vraiment essayé de donner le meilleur de lui-même et a même donné l’impression de se sentir vraiment impliqué dans le destin de son équipe. Un rappel, d’ailleurs : c'est suite à son amour de contrôle tout en aile de pigeon que Motta fut à deux doigts de Casillas et d'ouvrir la marque.

Cassano, de son côté, s’est montré plus à son avantage. Ou, en tout cas, moins à son désavantage. Actif, juste techniquement et très entreprenant pour un mec qui a failli y passer il n’y a pas si longtemps, il a toutefois laissé comme un impression mitigée. Aussi, au regard de sa décisive entrée, il est au moins envisageable de penser Antonio Di Natale tel un titulaire. Surtout que Cassano, voire Mario, pourraient justement en être les principaux bénéficiaires. Car folie et folie, c’est comme moins et moins en maths : ça s'annule un peu. L’un des deux loustics pourrait ainsi pas mal gagner à être aligné aux cotés d’une tête bien faite comme celle de Toto. L’association Cassano-Balotelli est donc à revoir un peu. Mais à revoir aussi, parce que c’est toujours un plaisir d'admirer ces deux fanfarons ; avec eux, l’attaque italienne sera toujours un ravissement. Et peut-être qu’un jour, quand la Terre tournera rond et eux avec, elle s’avérera même à la hauteur de son meneur de jeu.

Les affaires du milieu

Le milieu, en Italie, c’est toujours une question d’honneur et de style. Autrement dit, il y a Pirlo et les autres. Depuis George Harrison, on n'a pas vu beaucoup de types mieux gérer le tempo. Jeu long, passes courtes, cheveux longs, cours de chant : le maestro a une fois de plus livré un véritable récital. Forcément, à côté, Motta est apparu au moins aussi juste qu’au PSG. Nocerino pourrait ainsi finir par lui prendre sa place. Marchisio, en revanche, a bien validé la sienne : Petit Prince est déjà devenu grand. Mais pas encore immense, et c’est peut-être ça le plus bluffant chez lui : sa marge de progression, notamment en terme de compréhension avec son ailier droit, Maggio. Le Napolitain fut d’ailleurs quelque peu en dedans, limite décevant, pendant qu’en face, Giaccherini a bien assuré son couloir gauche. Une belle performance que celle du tout nouveau sélectionné. Et une vraie belle surprise, ou plutôt confirmation des espoirs placés en lui, que ce module en 3-5-2. Un grand bravo à Prandelli pour avoir, semble-t-il, choisi le bon système au bon moment et pour avoir présenté une Squadra tout en cohérence et projet de jeu, tout en contrôle et en sueur. Parce que derrière, franchement, ce fut plus que rassurant.

De Rossi et d'os

Pour son plus grand plaisir, la défense italienne l'a joué au courage et en déviations avec, pour venir barrer la route des Espagnols, toujours un pied, une cuisse, un dos et, surtout, une barbe. Celle de Daniele De Rossi bien sûr, superbe dans ce rôle de libéro à la Clint Eastwood, impitoyable. Bonucci, en revanche, ne s’est pas toujours montré plein de sang froid, et le but de Fàbregas est justement venu de l'une de ses mauvaises relances, relance qui est tout de même censée constituer l’un de ses points forts. L’espéré retour pour le troisième match de Barzagli pourrait ainsi coïncider avec sa mise en touche et, surtout, avec le replacement du barbu de Rome au milieu. Le chantier reste donc ouvert.

En attendant, la défense italienne a tout de même affirmé une solidité toute transalpine, mais devra toutefois se montrer vigilante contre la Croatie, puisque les trois titulaires de la défense plus Maggio ont été avertis. Reste que, derrière eux, veille un homme nietzschéen. Que dire qui n'ait pas déjà été écrit sur le gardien du temple, Gianluigi Buffon ? Rien, alors autant lui laisser la parole : «  Lorsque j'ai empêché Torres de marquer ? Je me suis souvenu de l'époque où je jouais libero. » Gigi pète donc la forme, comme il le prouve avec cette autre sortie aérienne : «  Ce soir, je suis fier. Nous avions oublié que, parmi nous, il y avait des champions du monde. » Et, en bons champions du monde 2006 qu'ils sont, il leur a suffi d'un match pour le rappeler à tout un continent.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous allez les chercher où vos titres ? de chez "Lequipe" ?
"Il est beau ton article" comme dirait l'autre!
Non, une analyse que je partage assez même si certains auront trouvé que Balotelli n'aura "rien apporté" ou encore que Cassano était "à son avantage"! Des hérétiques
C'est agréable de voir un article qui ne fusille pas la presta de Balotelli. Je pense que malgré son enorme raté( en fait il temporise trop," je la donne à Cassano ou je frappe?")Mario a sa place il a montré de l'envie et on n'a pas d'équivalent au niveau de l'impact physique dans l'équipe c'est aussi le seul qui peut par son physique joué en appui dos au but. Magnifique joueur, Di Natale et ses 34 ans font un beau joker.
Par contre en ce qui concerne Cassano je vous trouve dur. Il a parfaitement conserver son ballon et s'est montré bien plus fringant contre la Russie signe qu'il monte en puissance. Une belle action coté gauche où il repique au centre et place une frappe un peu molle certes. Mais son apport technique me semble indéniable .Son manque d'efficacité a surtout tenu à ses partenaires.Si Balo donne son ballon sur le raté, ou si Toto donne le sien sur le but, à chaque fois Fantantonio est seul au 2eme poteau!
Faut arrêter les gars, Balotelli a surtout justifié la première partie de son prénom vu le nombre de cacas individualistes qu'il a rendu. On peut avoir le melon, mais après il faut assumer.
En revanche, bonne Squadra qui a véritablement claqué le museau à des espingouins prétentieux au possible. Les mecs sont tellement arrogants qu'ils jouent comme si seul un but marqué par leur latéral ou leur gardien compte. Pour De Rossi quel classe.
Et le petit latéral gauche aussi là, il fait bien plaise.
Note : -2
On aime ou on aime pas le catenaccio des Italiens que ce soit en sélection ou club , perso je trouve ça anti-futbol mais ce n'est que mon avis perso !
car comme dit au final on ne retient que les vainqueurs et rarement l'art et la manière !
( a moins d'etre epoustouflant et dominateur comme rarement ..)
par contre le Balotelli lui qui joue en Angleterre je crois que les rosbefs apelle ça un fake non ??
( ils doivent etre content finalement au Ghana que ..)
9 articles sur ce match de merde, ma première déception avec Sofoot, qui préfère parler des grosses équipes que les petites pepites comme la Russie, Croatie... (Syndrome Christian Jean-Pierre ? Syndrome j'ai du sp**** de Messi dans la bouche ?).
D'un coté des italiens cramés jusqu'à l'os qui se remettent sur l'éternel Di Natale. Pirlo a été assez ridicule tout comme Balotelli (hormis le scorpion pour eviter une...touche).
Et de l'autre coté l'Espagne, divisée en deux groupes : les barcelonais qui attendent (Barcelone a détruit le football) et les madrilènes qui attaquent très brouillonement. Après c'est mon point de vue

Bref c'etait un match de merde.
Anonyme78 Niveau : CFA2
Ce "jeu de mots" est tout pourri. Article intéressant néanmoins.
RahXephon Niveau : CFA
Note : 1
J'ai supporté l'Italie, hier, mais je ne suis pas d'accord avec vous sur le jaune de Torres qui aurait pu être un rouge. L'italien (je ne sais même plus qui c'était) provoque, à la base c'est lui qui est à la limite de la faute, et puis en rajoute (le coup de coude n'est pas très violent). Pour moi, c'est jaune. Il y a carton, pas de discussion là-dessus, mais un rouge aurait été très très dur.
Note : 3
Wahou !!!

C'est chaud de lyncher un match de la sorte. C'est quand même celui qui a montré le plus d'équilibre entre deux équipes qui ont malgré tout offert une grande qualité de jeu.

Bon, après quand tu dis que Pirlo est ridicule tu as tout dit. On ne peut pas vraiment t'accorder de crédibilité là dessus. Mais c'est ton avis. Si tu préfères voir les Tchèques se faire dilater l'anus par la Russie je comprends, tu aimes les grandes enfilades où le final est une giclée mémorable... Et dire que Barcelone a tué le football, c'est un paradoxe tout aussi énorme.

Bien sûr qu'ils abusent en jouant un 4-6-0, pas d'attaquant et un milieu composé de nains répliqués, mais personne n'est obligé de faire la même. Barcelone c'est tout simplement le jeu basé sur la possession et les redoublements de passes. Libre à chacun de l'appliquer à sa manière. Après, quand tu vois qui sont leurs avant centres tu peux comprendre pourquoi ils préfèrent confier ce rôle à Fabregas. C'est aussi le problème de leur formation qui ne fait ressortir que des milieux fin et techniques. Remarque, le problème de la formation française est de ne sortir que des bons milieux récupérateurs.

Je suis curieux de savoir quel sera le match qui te fera le plus bander. Perso y a pas photo, comme le dit l'article c'était juste le plus relevé. Un match dans lequel deux grandes nations du football ont répondu présentes, contrairement au Portugal Allemagne de samedi. Et dire que les Italiens sont cramés, Ok, mais attends un peu de voir jusqu'où ils vont aller. Parce qu'avec une solidité comme la leur ça va pas être facile pour tout le monde de forcer le verrou. La Croatie, bon, on en reparlera après leur confrontation. L'Irlande n'est pas non plus un modèle de sûreté...
Ca fait plaisir cette petite analyse bien fine de saviola07 au milieu des messages haineux de Pacoloco et ze_pibe qui, visiblement, savent à peine en quoi consiste le sport dont ils tentent maladroitement de parler (ni en quoi consiste la vie d'ailleurs, vu la teneur minable de leurs pâtés).
@saviola

J'aime voir des beaux matchs avec beaucoup d'actions, ouverts et découvrir des styles et des joueurs différents. Le match de la Russie était parfait: ouvert malgré le résultat final, rapide, intelligent et très technique.

Si je dis que Barcelone a détruit le footnìballl c'est qu'ils sterilisent et detruisent le jeu. Priver la balle et attendre une faille, ce n'est pas du beau football et c'est selon moi l'acte d'antijeu le plus grave: refuser le combat. Moi aussi je sais jouer à la passe à 10. Hier j'ai remarqué que les Barcerlonais jouaient à ce jeu alors que les madrilènes attaquaientbrouillonement. Certes Xavi était omniprésent mais totalement stérile, à l'image de la demi finale de LdC contre chelsea (In your ass, Barca)

Et l'Italie sombre complétement footballistiquement et ce depuis plusieurs années. J'adore Pirlo mais là il était mort comme toute l'équipe. Seul De Rossi m'a fait plaisir à voir.

Ce soir autre RdV de footix : France-Angleterre. J'annonce le premier 0-0 de la compétition. Les Francais trop surs d'eux, comme à chaque fois. Ils vont dominer mais comme l'attaque est ridicule (Oui,oui ridicule) ca finira en 0-0 et un match très très chiant, comme depuis 6 ans.

Je répète cela est mon avis et je respecte tout avis divergents
La grande force de l'Italie c'est quand même qu'elle exploite toujours son potentiel au max, là où la plupart des sélections sous-jouent.

Parce que sur le papier, honnêtement y a pas de quoi s'enflammer, mais sur le terrain c'est une autre limonade.

Au final ça donne un plan de jeu simpliste mais efficace : grosse défense, Pirlo à la baguette et pourvu que les attaquants la mette au fond.

Bravo à Prandelli qui fait avec les moyens du bord sans chercher à reproduire à tout prix le jeu léché qu'il aimait développer en club.
Je peux pas te donner raison sur ça, Barcelone n'a rien détruit du tout, si ce n'est son propre football, et encore... La demie contre Chelsea il faut un sacré concours de circonstances pour que ça ne passe pas. Oui le réalisme un atout majeur dont on ne peut se priver, mais en étant honnête c'est bien tout ce qui a manqué au Barça dans cette double confrontation. Les occases étaient là et si elles vont au fond on peut rien dire, si ce n'est qu'ils ont maitrisé de bout en bout leur sujet. Bon, mais c'est une autre question.

Après, ce football consacre aussi l'Espagne Champion d'Europe et du Monde. Alors tant que ces joueurs seront là, difficile de jouer autrement, et difficile de leur donner tort également. Ce football, qui selon toi stérilise tout et est une forme d'anti-jeu a accouché assurément des collectifs parmi les plus en place et les plus beaux à voir jouer. Certainement que ce que tu reproches à ce football c'est son manque de verticalité. Trop attentiste. Mais comme toute formule, quand elle est appliquée à la perfection et avec des joueurs au sommet de leur art c'est juste admirable. L'avantage d'un tel système, pour celui qui le pratique, c'est que quand ça va pas, t'as quand même la capacité de contrôler ton adversaire. T'es moins dangereux mais tu t'exposes moins qu'avec une tactique moins dominatrice. Et puis c'est un football résolument offensif qui se donne les moyens d'arriver à ses fins. Mais encore une fois, libre à chacun d'en faire ce qu'il veut. Etre pris à son propre jeu n'est évitable par personne, Barça-Espagne compris.

En attendant, pour l'Italie, nation sur le déclin depuis des nombreuses années, elle s'est très bien débrouillée avec ses armes, et va continuer à le faire dans cet Euro pendant plusieurs matchs encore. Et franchement, au vu des autres matchs, je me demande vraiment quelle autre nation peut venir les chercher et leur planter un but. Hollande, Portugal, Allemagne n'y arriveront jamais s'ils ne montrent pas plus que ça, Russie Croatie, à voir c'est certain (ça tombe bien pour la Croatie, on verra). Pour celles d'aujourd'hui, pareil, attendons. Et puis des sélections cramées avec des Marchisio, Di Natale, Pirlo, De Rossi aussi en forme, y en a juste pas beaucoup.

Ce soir, vu la qualité des défenses je doute qu'il y ait 0-0. Je soutiens les Bleus, et avec la plus grande impartialité du monde ils vont faire peler les Anglish.
Note : 1
Je dois avouer que sur le coup du Barça, je ne donne pas tout à fait tort à Ze_Pibe.

Le jeu du Barça convient au Barça, et parce qu'ils ont Messi et dans une moindre mesure Alves et Sanchez qui viennent provoquer et faire un décalage. Les autres, notamment les espagnols, font tourner. AUtrement dit, si personne ne vient provoquer on se retrouve avec une passe à 10. ET c'est le cas du jeu de l'Espagne. ET même en 2006, je trouvais cette équipe d'espagne la plus ennuyeuse à voir jouer, car non, avoir 60% de possession de balle ne fait pas de toi une équipe offensive. A l'inverse de l'Allemagne 2006 qui, elle, cherchait dès la récupération du ballon à aller de l'avant.

Donc hier, on a vu la même chose, une équipe qui joue bien, qui redouble bien, qui fait plein de petites passes, mais qui ne se met jamais en position de tirer. Comme en 2006. A part à un moment sur une superbe inspiration de Silva, qui lui tente un truc. Silva, qui joue.... en Angleterre.
Mez, c'est ton anus en chou-fleur qui te crée un excès de bile ?
Relax mec, j'ai pas un discours de haineux, et le foot je peux en parler autant que toi. Jusqu'à preuve du contraire tu lis des articles sur So Foot, tu regardes des matchs à la télé, et le dimanche (c'est ce que je te souhaite), tu tentes de dribbler et de planter des buts en entre deux sacs de sport avec tes potos au parc le plus proche de chez toi . Comme moi en somme, et comme 95% des personnes qui balancent leur prose sur ce site.
Faut arrêter les gars de vous prendre pour l'intelligentsia footballistique, surtout que ça n'en vaut pas le coup.
En tout cas moi j'ai prit mon panard devant le match hier, car il y a eu tout le temps de la partie une vraie tension dramatique ce qui est, plus encore que le niveau technique, le principal animateur d'une partie de football.
Le reste n'est que partialité et enc.ulage de mouche (donc autant le faire en bonne camaraderie).
Le jeu du Barca (Et donc de l'Espagne), c'est comme les crochets de Robben, ca ne fonctionne plus.
Leur jeu est trop prévisible et stéréotypé.
Et en plus pu**** que c'est chiant a regarder.
Sans la magnifique passe de Silva, l'Espagne n'a quasiment eu aucun occasion franche, tandis que l'Italie a fait parler son réalisme habituel.
Pas besoin de 150 frappes, mais chacune est un vrai danger.
Le match le plus relevé de cet Euro clairement.

Super Mario a fait un bon match, pas exceptionnel mais il est toujours revenu défendre, je comprend quand le sélectionneur dit que ce n'est pas une sanction, il a galéré offensivement. D'ailleurs sa sortir amené certes le premier but italien, mais a apporté surtout le retour de la domination espagnole.
L'association Cassano-Balotelli a bien pressé hier (contrairement à Giovinco et Di Natale) et surtout elle sera bien plus efficace contre des adversaires "plus faibles" lorsque l'Italie aura la possession du ballon.
Et aussi, j'ai une petite pensée pour Criscito. Imaginez un peu la gueule du 3-5-2 avec Criscito à la place de Giaccherini. Ca aurait été énorme.
Bien sûr que le jeu du Barça a besoin de joueurs dynamiteurs pour faire sauter les défenses. On ne parle pas de ça, ça va comme une évidence. Il n'y a aucun système avec lequel tu pourras faire la différence sans au moins un top joueur... En Espagne Silva est censé apporter ce que fait Messi au Barça. Il a beau jouer en Angleterre, je vois pas pourquoi c'est souligné d'ailleurs, il a beau être très doué, il n'a pas la force de percussion de Messi, et bien sûr c'est préjudiciable pour l'Espagne. Mais parler ainsi de l'Espagne, c'est aussi oublier que lors de leurs précédentes compétitions ils avaient dans leurs rangs d'excellents buteurs. Villa et Torres ont chacun joué un rôle primordial dans la conquête des titres majeurs. Aujourd'hui ils en sont réduits à jouer avec 6 milieux... Du coup, quand t'as Xavi avec la balle dans la surface, il préfère se retourner que tenter la frappe... L'instinct du buteur quoi...

Le truc du Barça et de l'Espagne, c'est que la philosophie prime sur les joueurs. C'est vrai ça semble contradictoire. C'est bien les joueurs qui appliquent la philosophie. En attendant L'Allemagne est peut être plus kifante à voir jouer, des titres ils en raflent pas beaucoup.
Note : -1
C'est quoi ce truc de mettre une note globale aux blogueurs ???????? Un indicateur de qualité de commentaires ???? Quelle connerie Bordel! On est à l'école, à la fac, on est évalués dès qu'on écrit un mot ???

Bon élève, mauvais élève, bon élève, très mauvais élève... Summun de la bêtise !!
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
ceux qui disent que la Squadra a été réaliste ont réellement vu le match? Non parce qu'une équipe qui rate autant d'énormes occasions ne peut pas vraiment se voir octroyer le qualificatif "réaliste"...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 21