1. //
  2. // Gr. E
  3. // Belgique/Italie

L'Italie à la recherche de recordmen

Contrairement aux autres sélections, le record de buts inscrits avec la Nazionale tient depuis près d’un demi-siècle. De Paolo Rossi à Inzaghi en passant par Del Piero, Vieri ou Toni, aucun des grands goleadors italiens n'a réussi à titiller le trio de tête.

Modififié
752 6
Zaza-Pellé, Pellé-Éder, Zaza-Immobile, Insigne-Pellè. Les débats autour du duo d’attaque de la Nazionale constituent le vrai fil rouge de la préparation des Azzurri. Il y a les problèmes de riches - la France qui peut se passer de Benzema - et ceux de pauvres - avec une Italie jamais autant en rade d'attaquants. Actuellement, le meilleur buteur en Nazionale présent dans le groupe n'est autre que Daniele De Rossi, du haut de ses 18 réalisations depuis 2004 avec le maillot azzurro. Et si l'on se limite aux attaquants, le meilleur buteur est Graziano Pellè, avec... cinq buts en Nazionale. Alors, certes, mieux vaut ne pas être dépendant que d’un seul homme (la preuve, en 2006, lors de l'expédition allemande, l'Italie avait inscrit 12 buts avec 10 buteurs différents), mais la longévité du record de Gigi Riva reste toutefois une énigme.

Concurrence hors normes et coups de pompes précoces


Miroslav Klose 71, David Villa 59, Cristiano Ronaldo 58, Wayne Rooney 52, Thierry Henry 51, Robin van Persie 50.
« C’est étrange car nous n’avons jamais manqué de grands attaquants, d’autant que de nos jours on dispute beaucoup plus de rencontres. » Pietro Anastasi
Une liste exhaustive des meilleurs buteurs des grandes sélections européennes, le meilleur représentant italien se situe à la 47e place tous pays et continents confondus, il s’agit de Gigi Riva avec 35 buts en compagnie du Slovène Zahovič, du Roumain Hagi et du Panaméen Tejada. En Italie, il devance Giuseppe Meazza et Silvio Piola respectivement à 33 et 30 et ayant tous deux officié avant le second conflit mondial. Cette particularité, Pietro Anastasi (8 buts en 25 capes) a du mal à l’expliquer : « C’est étrange car nous n’avons jamais manqué de grands attaquants, d’autant que de nos jours on dispute beaucoup plus de rencontres entre les qualifications et les tournois plus longs et les amicaux plus nombreux. Et puis il y a eu des joueurs qui ont évolué, 10, 12, 15 ans en Nazionale. » Pendant que les records des autres sélections tombaient un à un, celui de la légende de Cagliari jaunissait, personne n’étant capable de se frotter au trio de tête puisqu’en quatrième position, on retrouve le duo Baggio/Del Piero avec 27 réalisations.


Attaquant phare de la Serie A dans les années 1990, qui a dû se contenter de jouer les seconds rôles en sélection, Enrico Chiesa valide la problématique et tente une analyse :
« Beaucoup de buteurs italiens sont restés indiscutables, 5-6 années dans le groupe, avant de laisser leur place. »
« Il y a eu énormément d’attaquants italiens de haut niveau en même temps, des générations dorées. À mon époque, la concurrence était folle. » Vieri, Inzaghi, Montella, Signori pour ne citer qu’eux. Anastasi lui fait écho : « Je n’étais pas forcément mieux loti, la Nazionale actuelle possède de bons éléments, mais si on compare quand je jouais, il y avait Boninsegna, Chinaglia, Riva, Rivera, Pratti, Chiarugi, Savoldi et j’en oublie. Réussir à disputer un match, c’était comme en disputer trois ou quatre aujourd’hui. » De fait, les différents sélectionneurs avaient du mal à faire un choix définitif et quand il le faisait, il fallait prendre un autre facteur en compte : « Une fois la barre des 30 ans passée, beaucoup de buteurs italiens ont rapidement glissé sur la phase descendante, ça veut dire qu’ils restaient indiscutables, 5-6 années dans le groupe, avant de laisser leur place » , dixit Chiesa.

Moyennes élevées et défaillances individuelles


L’ex pensionnaire de la Samp et de la Fiorentina fait partie de ceux qui ont exploité au mieux leurs meilleures saisons : « Il faut aussi analyser la proportion sélections/buts, moi par exemple, j’en ai inscrit 7 en 17 rencontres, si je disputais 70 matchs, je pouvais battre Riva. » Capillotracté ? Pas si sûr. Prenons le cas de deux avants-centres de métier dans l’histoire récente, Inzaghi est ses 25 buts en 57 apparitions, Bobo Vieri et ses 23 pions en 49 matchs, des moyennes respectives de 0.43 et 0.49. À titre de comparaison, Cristiano Ronaldo et Rooney tournent à 0.46. Mieux encore, SuperPippo c’est 42 titularisations, 17 matchs entiers et un but tous les 141 minutes. À peine dix de moins pour Bobo qui n’a disputé les 90 minutes qu’en 20 occasions. Toutefois, d’autres ont eu plus de mal à réitérer leurs perfs de clubs en sélection. Del Piero a beau être 4e, il a étrenné le maillot azzurro pas moins de 91 fois (9e joueur le plus capé). Second meilleur buteur all-time de la Serie A avec 248 buts, Totti a pris sa retraite internationale à 29 ans après seulement 9 réalisations en 58 caps. Gilardino (19/57) matchs et Toni (16/47) pouvaient également faire beaucoup mieux.


Le style de jeu historiquement spéculatif de la Nazionale n’excuse pas tout, l’Italie, c’est surtout des attaquants ayant connu la forme de leur vie lors des grands tournois estivaux.
« Gigi Riva meilleur buteur italien c’est un excellent porte-drapeau, car on parle d’un joueur qui a fait des choses extraordinaires. » Pietro Anastasi
Champion du monde et Ballon d’or 1982, Paolo Rossi a inscrit 9 de ses 20 buts en Coupes du monde, tandis que Toto Schillaci a ajouté un seul pion à ses 6 buts lors des « Notte Magiche » du Mondiale 90. Restent aussi les impondérables, Balotelli était très bien parti avec 13 buts en 30 sélections et une dernière cape à même pas 23 ans. S’il avait su se concentrer sur son football, il ne serait probablement pas loin de la première place aujourd’hui. Statistique aussi loufoque qu’éloquente, la moyenne d’âge des 12 buteurs italiens ayant passé la barre des 20 buts est de 70 ans. Riva n’a donc pas grand-chose à craindre, mais comme le dit Anastasi : « Gigi Riva meilleur buteur italien c’est un excellent porte-drapeau, car on parle d’un joueur qui a fait des choses extraordinaires. » Comme planter ses 35 pions en 42 sélections et en se pétant deux fois la jambe.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Totti Chianti Niveau : CFA
 //  13:34  //  Tifoso della AS Rome
Les 2 photos de Totti et De Rossi à côté du blason Italien, c'est cadeau?
Merci! Ce n'est pourtant pas mon anniversaire...
La concurrence a toujours été énorme sur les postes offensifs et l'Italie a toujours privilégié l'équilibre. Des mecs comme Rivera ou Mazzola ne vont pas évoluer ensemble mais soit l'un soit l'autre par exemple. De même pour Totti - Del Piero.

Et puis au niveau des bombers, y'a toujours eu une concurrence tellement énorme que rares sont indiscutables sur une longue période. Un attaquent star qui prend sa retraite internationale à 29 ans la bas, ça ne choque personne puisqu'il y a toujours eu de belles générations derrière.

Aujourd'hui, avec la crise actuelle. Des gars comme Balotelli ou G.Rossi, sans mentalité de merdes et multiples blessures, auraient largement dépassé le record je pense. Vu qu'ils étaient indiscutables et qu'ils seraient toujours indiscutables aujourd'hui si tout c'était passé comme prévue étant donné la concurrence faible à se poste.

Si Henry, Klose... etc étaient Italien, ils n'auraient pas eu le même nombre de buts. Ce qui prouve également que ce record est juste un chiffre insignifiant.
Cafu crème Niveau : DHR
Ben voila, la question de l'avant centre est réglé>>> De Rossi titulaire en pointe.

Serieusement ce genre de records ça veut pas dire grand chose. La plupart des buts sont marqués dans des amicaux de seconde zone ou lors de valises contre les petites équipes en qualif.

Y aurait des surprises si on ne comptait les buts qu en phases finales je pense.
Compliqué d'aller chercher le record désormais avec des mecs comme Eder. Immobile est un flop, Balotelli s'est perdu, il faudra attendre une nouvelle génération avec les Berrardi et Belotti pour espérer y voir plus clair du côté des attaquants italiens https://lesyeuxdansleuro.com/2016/06/08 … e-ditalie/
Le record de Riva méritait bien un article, par contre il n'a rien de si absolu au niveau européen, puisque l'adversaire du soir peine à battre son record domestique depuis plus de..3/4 de siècle..

Quant au Danermark : record vieux de plus de 90 ans..
Il n'est pas encore né le calciatore qui battra ce record.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
752 6