1. //
  2. // 37e journée

L'Inter valide son billet pour la C3 et salue Zanetti

Pour le dernier match de Javier Zanetti à San Siro, l'Inter s'impose largement face à la Lazio (4-1) et composte son billet pour l'Europa League. Hernanes a marqué face à son ancien club. Dans l'autre match, le Hellas Vérone dit adieu à l'Europe à cause de son nul 2-2 face à l'Udinese.

Modififié
0 11
Joie et larmes à San Siro, en ce samedi 10 mai 2014. Joie parce que l'Inter retrouve l'Europe, après plus d'un an d'absence. C'était l'objectif principal fixé par les dirigeants, et même si Erick Thohir, le nouveau président, aurait évidemment préféré la Ligue des champions, l'objectif est atteint. L'Inter jouera le tour préliminaire de l'Europa League la saison prochaine et Mazzarri devrait donc rester sur le banc. Comme prévu. Larmes, ensuite, pour les adieux de Javier Zanetti. Après 19 saisons à l'Inter, le capitaine a salué le public qui l'a tant aimé et qu'il a tant aimé. Le stade l'a célébré, puis l'a invoqué, et Mazzarri n'a eu d'autre choix que de le faire entrer à la 52e minute, afin qu'il goûte une dernier fois au parfum de San Siro. Standing ovation, évidemment, pour lui, et même un câlin d'un tifoso qui s'est incrusté sur la pelouse à la fin de la rencontre.

Le match avait pourtant mal commencé pour l'Inter. Le stade a été plutôt sévère avec Walter Mazzarri suite à la défaite lors du derby, et les choses ne s'arrangent guère lorsque les Nerazzurri encaissent le premier but du match après seulement une minute de jeu, sur une erreur défensive dont profite le défenseur laziale Biava. Mais les Interisti ont le mérite de réagir immédiatement par Palacio, qui égalise à la 7e minute. La Lazio, sans Ledesma et Candreva laissés sur le banc, a du mal à développer du jeu. Et sa défense est à mettre au musée des horreurs. Ainsi, en l'espace de trois minutes, les attaquants de l'Inter mettent à genou les derniers espoirs européens de la Lazio. Icardi à la 34', Palacio encore à la 38'. 3-1 à la pause, les jeux sont quasiment déjà faits. En seconde période, l'entrée de Zanetti fait plaisir au stade, mais déconcentre quelque peu l'Inter, qui pourrait subir un retour laziale sans quelques jolies interventions de Handanović. Et à dix minutes du terme, la cerise sur le gâteau. Hernanes, l'ancien de la Lazio, fusille son ancien club pour le but du 4-1. Le Prophète, qui avait pleuré en janvier lors de son départ de Rome, n'exulte pas, par respect pour ses anciens potes. Mais il sait au fond de lui qu'il a fait le bon choix. Car l'Inter est en train de se construire un avenir, contrairement à la Lazio, qui va sacrément galérer cet été. Un avenir européen, donc.

Le dernier but de Di Natale ?

Pas d'Europe pour la Lazio, mais pas d'Europe non plus pour le Hellas Vérone. Les Veronesi ont toutefois de sacrés regrets à avoir. Déjà, la semaine dernière, ils avaient laissé filer deux points précieux à la 92e sur la pelouse de la Lazio, justement. Cette semaine, rebelotte. Alors qu'ils mènent 2-0 à domicile face à une Udinese qui est déjà en vacances depuis quelques semaines, les joueurs de Mandorlini se font surprendre par Antonio Di Natale, qui répond ainsi à Luca Toni, buteur en début de match (les deux vieux lascars, putain !). À moins qu'il ne marque la semaine prochaine pour son dernier match au stadio Friuli, il s'agissait peut-être là du tout dernier but de Toto. Tristesse.

Aussi triste que la fin de match du Hellas Vérone. Alors que l'on s'approche de la fin du match, l'Udinese se crée une dernière occasion et marque par le Ghanéen Badu. Un but qui gèle totalement le stadio Bentegodi, qui se voyait bien vivre une dernière journée explosive, où le Hellas aurait lutté à distance avec Parme, le Torino et le Milan AC pour la qualification en Europa League. Là, le 2-2 laisse le club de Vérone à 54 points, à égalité avec Parme et le Milan AC, à une longueur du Torino, mais avec un match en plus. En cas de victoire des Turinois demain, lors de la confrontation directe face à Parme, les carottes seront définitivement cuites. Mais le Hellas n'a évidemment pas à rougir de sa saison. Le maintien a été obtenu haut la main, et les longs applaudissements à la fin de la rencontre, malgré la contre-performance, sont la preuve que le public en est bien conscient. Reste maintenant le plus dur : confirmer la saison prochaine. Et ne pas laisser filer tous ses talents.

Les résultats :

Hellas Vérone - Udinese 2-2
Toni 14', Hallfreðsson 54' / Di Natale 56', Badu 90'

Inter - Lazio 4-1
Palacio 7' et 38', Icardi 34', Hernanes 79' / Biava 2'

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  23:52  //  Passionné de la Jamaïque
Note : 5
Zanetti est intemporel, le temps n'a pas eu d'emprise sur lui.

Une place pour lui dans mon 11 des légendes!

Cérémonie magnifique avec une ambiance phénoménale.

Emouvant de le voir partir avec ses compères Samuel et Milito, les rescapés de la grande Inter de 2010.
Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
Tisane et terrine.
Deux noms qui resteront g (r)avé à jamais.
Jacky_Duguépéroux Niveau : District
On en parle du match de Kovacic ?

Ses 2 passes décisives sont des bijoux.

Si ils le lâchent à Liverpool ma parole...
Jacky me précède tout juste

Kovacic a été super ce soir, à lui tout seul a retourné ce match, un poison...

Eric, ça mérite un mot dans ton article hein?
Jusqu'ici, lorsqu'un match de légende est organisé pour la bonne cause, ça fleure bon le physique «barbecue», c'est détente. Avec Zanetti ça va changer, à 80 piges il sera toujours au top, brushing compris, et il mettra la misère à tout le monde pour lutter contre la faim dans le monde.
Hier j'ai regretter qu'il ne joue pas tout le match alors qu'il avait les jambes pour. Mais bordel ça fait chier, la fin de Zanetti, Milito et Samuel... Dur, très dur !

Et sinon comme dis plus haut, Kovacic c'est l'avenir.. Sauf pour Mazzarri apparemment..
rodillacero Niveau : DHR
Sympa sofoot. Gueule de bois du dimanche + l'inter en "c3". J'ai cru instant avoir 20 ans
Sinon Luca Toni 36 ans, 20 buts 7 passes décisives ! Il n'y a pas que Zanetti a mettre au rang des immortel !
0 11