1. // Serie A – 23ème journée

L'Inter seule au monde

Nouvelle victoire pour l'Inter, joli hold-up de la Roma, nouveau nul
pour le Milan, ralentissement en vue pour Naples. Ce n'est plus un
trou que l'équipe de Mourinho creuse en tête de la Serie A, c'est un
abyme.

Modififié
0 0
Inutile de faire comme si le championnat italien existait encore :
avec huit points d'avance sur le second et un match en retard, l'Inter
Milan a achevé ce week-end de tuer ce qu'il pouvait rester de
compétition. Cela s'est passé à San Siro, en vingt minutes. Le temps
pour Pandev et Samuel d'enfiler deux buts, en attendant le troisième,
inscrit par Milito, sans doute l'attaquant le plus sous-estimé du
moment, tous championnats confondus. Ironie de l'histoire, l'équipe du
président Moratti recevait Cagliari, sorte d'anti-Inter : un fond de
caisse maigrelet, des joueurs formés au club, et un style de jeu
plaisant et sympathique. Il y a quelques jours, les entraîneurs
italiens avaient même cru bon d'élire Allegri, le mister des Sardes,
coach de l'année de la Serie A, devant Mourinho. Bon, José pourra
toujours dire qu'avec ce 3-0 sec et sans bavure (hormis un but
valable de Matri refusé à Cagliari), tout est rentré dans l'ordre : la
différence entre les deux équipes est aujourd'hui de vingt points.

Si l'Inter domine de la tête et des épaules, c'est aussi que les
autres patinent. Vrai, la Roma a réussi le hold-up parfait à Florence
(0-1), face à une Fiorentina à qui il faut hélas environ 25 occasions
pour espérer marquer un but. Mais la série de matchs nuls et sans
saveur se poursuit pour le Milan AC : 0-0 à Bologne, malgré du mieux
dans le jeu, un pénalty refusé sur Borriello, et deux barres
transversales, la première de Ronaldinho, la seconde d'Ambrosini.
Naples, qui revenait fort, a de son côté fini par craquer dans le
Frioul, contre l'Udinese, à cause d'un doublé de Di Natale dans les
arrêts de jeu (en fait, triplé, puisque Toto avait ouvert le score).
Ce 3-1 est la première défaite depuis que Walter Mazzari a repris le
club il y a quinze matchs. Pour Di Natale, grand joueur de petit club,
la saison se chiffre pour l'instant à 16 buts en 19 matchs. Pour un
type qui joue chez le quinzième du championnat, c'est plutôt pas mal.

La Juventus ? Bah, mieux vaut ne pas trop parler de la Juventus. En
déplacement à Livourne, l'équipe de Zaccheroni, disposée dans un
3-4-1-2 inédit, n'a pas montré grand chose de plus que sous Ciro
Ferrara. Soit de la bonne volonté, de la nervosité, et un jeu
collectif d'une laideur absolue. Au moins, ils ne perdent plus : ce
1-1 arraché par une tête de Legrottaglie est le deuxième de suite. De
telle sorte que c'est maintenant la Lazio qui va le plus mal en Italie
: la nouvelle défaite de ce dimanche, à domicile, face au Catane de
l'ex-Mihajlovic (0-1), pourrait être celle de trop : la Lazio pointe
désormais à la dix-huitième place, et ça pourrait faire du grabuge -côté RH, et côté supporters. Pendant ce temps-là, à Gênes, le
feuilleton Cassano continue. Malgré une réconciliation médiatique
cette semaine entre les deux hommes, Del Neri a encore préféré se
passer du génie contrarié pour le déplacement de la Samp à Sienne. Et
il a encore eu raison, puisque les cyclistes l'ont emporté 2-1. C'est
la troisième victoire de suite de la Sampdoria depuis que Cassano ne
joue plus, et c'est triste comme tout.

[page]
Les résultats

Palerme 2-1 Palerme


Livourne 1-1 Juventus Turin


Inter Milan 3-0 Cagliari


Bologne 0-0 Milan AC


Udinese 3-1 Naples


Sienne 1-2 Sampdoria Gêness


Atalanta Bergame 1-0 Bari


Genoa 1-0 Chievo Verone


Lazio Rome 0-1 Catane


Fiorentina 0–1 AS Roma

Les buts


value="http://www.youtube.com/v/O34Zx7PPTl0&hl=fr_FR&fs=1&">name="allowFullScreen" value="true">name="allowscriptaccess" value="always">src="http://www.youtube.com/v/O34Zx7PPTl0&hl=fr_FR&fs=1&"
type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always"
allowfullscreen="true" width="425" height="344">



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Un OM de référence ?
0 0