1. // Inter Milan/Seongnam (3-0)

L'Inter sans forcer

Face à des Coréens trop légers, l'Inter, malgré sa large victoire, s'est contentée d'assurer le service minimum, mais a perdu Sneijder. Cette demi-finale n'a valu que pour ses highlights.

Modififié
0 5
Quatre défaites lors de leurs six derniers matches, le marasme interiste est-il si profond qu'une équipe coréenne avec un capitaine australien puisse représenter un quelconque danger pour le champion d'Europe en titre ? Voilà l'une des questions qui faisaient l'intérêt de cette demi-finale du Mondial des Clubs. Dans la réponse pouvait se trouver scellé le sort de Rafael Benitez.

Pour son entrée en lice dans la compétition, l'entraîneur en sursis s'était réjoui de retrouver ses blessés, Milito, Julio César et Maicon, ce dernier finalement confiné au banc. Dans le 4-3-3 mis en place par le technicien espagnol, Wesley Sneijder est chargé de l'approvisionnement des troupes. Mais quand ça veut pas, ça veut pas. 42e seconde de jeu : le champion d'Europe et finaliste de la Coupe du Monde, désireux de digérer sa non-nomination dans le trio de tête du Ballon d'Or en enrichissant son millésime 2010 d'un quatrième trophée, se blesse seul sur son premier ballon. La cuisse a lâché et l'Inter débute de la pire des manières. Croit-on du moins...

 Car avant même l'entrée en jeu de Thiago Motta et le replacement de Stankovic en n°10, le Serbe récupère un ballon perdu par Milito et profite de l'apathie de la défense centrale coréenne pour débouler dans la surface et ajuster le portier coréen d'un gauche croisé (3e). L'Inter n'a pas eu le temps de douter et Thiago Motta peut fouler la pelouse d'Abou Dabi. Nerveux, les champions d'Asie se contentent de s'aventurer à la frontière du dernier quart du terrain et de frapper en tablant sur une déviation malencontreuse d'un Lombard. La guigne ayant quitté les Nerazzurri après la première minute, c'est un florilège de cachous hors-cadre qu'offre Seongnam.

Avec des champions d'Europe décidés à s'économiser plus qu'à jouer et un adversaire maladroit, la partie bascule dans l'ennui le plus profond. En manque de chevauchées, Javier Zanetti va réveiller tout le monde à la 33e minute. Il Capitano quitte sa position d'arrière latéral droit pour servir Milito dans la surface, qui d'une talonnade magistrale l'envoie battre d'un extérieur du droit le portier coréen, Sung Ryong. Ses années à souffrir dans le silence et dans l'absence de titres, Zanetti les venge en 2010 sous un déluge de joies et de trophées. Il y a une justice dans ce bas-monde, sauf pour Wesley Sneijder...

Avec deux buts à remonter, Seongnam n'a plus grand chose à perdre et envoie enfin balader son complexe d'infériorité. Face à une Inter toujours aussi attentiste, les Coréens font entrer Julio César dans le match. A la 37e, le portier brésilien repousse une première tête du Monténégrin Dzenan Radoncic, bien servi sur coup-franc par le Colombien Mauricio Molina. Cinq minutes plus tard, l'Auriverde se troue sur sa sortie mais la tête de Byung Kuk échappe au cadre, comme ce coup-franc bien enroulé par Molina (48e).

En seconde période, l'Inter revient sur la pelouse au petit trot, bien décidée à ne pas trop donner, mais assez disciplinée pour s'éviter toute déconvenue. Le match sort de sa léthargie communicative avec un nouveau but de l'Inter. Après une puissante frappe d'Eto'o repoussée par le gardien coréen, Milito s'y prend à deux reprises pour donner davantage d'ampleur au score (3-0, 73e). Un but comme raison supplémentaire pour l'Inter de ne surtout pas s'employer face à un adversaire trop faible pour elle. Sans trembler, les Nerazzurri se qualifient pour la finale du Mondial des Clubs. Rafael Benitez a gagné du temps.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

zanetti est grand,très gand,il est geant ce type,,,,sneijder est juste naze en comparaison,et dire que certains voulaient lui donner un ballon d'or....
Faut être sacrément débile pour comparé Sneijder et Zanetti.
sneijder, le belanov 2010 je vous dis.
Seuls les cons et les rageux sont tombés dans le panneau...
même en 42 secondes, Sneijder fait mieux que la saison d'Iniesta
Mais dis moi mon petit cabron, si Sneijder était Blaugrana, tu serais pas en train de lui sucer la bite comme tu le fais tous les jours avec les joueurs du Barça ?

Faut que t'arrêtes mon gars. Je sais pas si tes lèvres sont bleues et rouge à force de sucer, mais pire que toi, y'a pas.

Sneijder méritait le Ballon d'Or cette année, au moins autant que Xavi et Iniesta (j'avoue ils sont champion du monde quand même), mais beaucoup plus que Messi, qui nous a fait une CM foireuse et qui n'a pas été capable de planter contre l'Inter (de toute façon, il va en gagner 10, des Ballons d'Or).

Voila, sur ce, je vous laisse, toi et ta mauvaise foi. Adéu
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Bières & Foot
0 5