En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Atalanta-Inter (1-1)

L'Inter s'en sort avec un point

Largement dominée par l'Atalanta, l'Inter s'en sort avec un match nul (1-1). Les hommes de Roberto Mancini peuvent remercier un Samir Handanovič en fusion.

Modififié

Atalanta Bergame 1-1 Inter Milan

Buts : Murillo (CSC, 17e) pour l'Atalanta // Tolói (CSC, 25e) pour l'Inter

Un jour, les créateurs d’Olive et Tom, ou de Captain Tsubasa pour les puristes, penseront peut-être à une adaptation cinématographique de leur œuvre. Au vu du désastre de DBZ au cinéma, ce ne sera peut-être pas une bonne idée, mais ils auront au moins un avantage : celui de ne pas avoir à se torturer l’esprit pour trouver l’acteur qui incarnera Thomas Price. Samir Handanovič joue déjà ce rôle chaque week-end depuis le début de saison. Ce samedi après-midi, il a même poussé la performance jusqu’à enfiler une casquette comme le mythique gardien de l’animation japonaise. Il fallait au moins ça pour que l’Inter ne perde pas sur la pelouse de l’Atalanta. Ça, et un CSC improbable de Tolói. En revanche, ça ne suffit ni au bonheur de l’Inter ni à reprendre la tête avant le match du Napoli.

Un CSC partout


Au coup d’envoi, l’objectif de l’Inter est clair : récupérer, au moins provisoirement, cette première place qu’elle a laissé filer contre Sassuolo le week-end dernier. Pourtant, c’est l’Atalanta qui attaque bien mieux la rencontre. Après quatre défaites consécutives, les hommes d’Edy Reja ont la dalle et sont logiquement motivés à l’idée de s’offrir une victoire de prestige face à l’Inter. La défense interista est ainsi rapidement mise en danger. D’abord sur une frappe de Cigarini que Toloi manque de peu de reprendre (5e). Puis sur une tentative de Boukary Dramé qui oblige déjà Samir Handanovič à s’employer (6e). Mal entrée dans sa partie, l’Inter est bousculée et affiche des signes de fébrilité inquiétants. Une impression qui ne tarde pas à se confirmer. En effet, à la suite d’un bon rush de Dramé, Murillo tacle le ballon au fond des filets de Samir Handanovič (1-0, 17e). Une ouverture du score chanceuse pour l’Atalanta, mais néanmoins méritée.

L’Inter est apathique et il faut toute l’attention d’Handanovič pour éviter que Monachello ne double la mise (22e). Une frappe de De Roon passe même de peu à côté des cages du gardien slovène (23e). En souffrance, les Nerazzurri vont toutefois profiter d’un coup du sort pour revenir. Effectivement, après un bon échange entre Icardi et Ljajić, Rafael Tolói se manque complètement et inscrit un but contre son camp encore plus invraisemblable que celui de Murillo (1-1, 25e). C’est dur pour l’Atalanta qui maîtrisait la rencontre et ça permet à l’Inter de se remettre en selle. Sans se montrer transcendants - loin de là -, les hommes de Mancini sont même proches de prendre l’avantage, mais la tentative de Jovetić passe au-dessus (37e). Le temps pour Handanovič de sortir une énorme parade devant le remuant Monachello (45e), M. Rizzoli peut renvoyer tout le monde aux vestiaires. À la pause, l’Inter peut s’estimer (très) heureuse du score de parité.

Thomir Pricanovič


L’Inter ne se montre d’ailleurs pas franchement plus entreprenante en début de seconde période. Très prévisibles, les hommes de Mancini se résolvent à attendre un exploit de Ljajić ou Jovetić qui n’arrive pas. Pis, Samir Handanovič, qui a eu la bonne idée d’enfiler une casquette pour ne pas être gêné par le soleil, doit encore sortir un énorme arrêt pour empêcher Tolói de se racheter sur corner (53e). Entre erreurs techniques et manque d’inspiration, l’Inter fait quand même très pale figure pour un concurrent au Scudetto. Roberto Mancini procède ainsi logiquement à des ajustements avec l’entrée de Perišić à la place d’un Guarín très décevant (58e). Mais c’est encore Handanovič qui doit s’employer, et de quelle manière ! À bout portant devant Cigarini, le Slovène s’interpose de manière sensationnelle (59e) !



L’Inter n’arrive toutefois pas à profiter des exploits de son gardien. Après une première occasion en contre complètement gâchée, c’est Icardi qui rate, coup sur coup, deux volées sur des ballons pourtant exploitables (67e, 68e). Pour forcer la décision, Mancini opte pour un remaniement tactique avec l’entrée en jeu de Biabiany à la place de Telles et un passage en 3-4-3 (70e). Un choix courageux, mais qui ne se révèle pas d’une grande efficacité sur le terrain. Mis à part un coup franc dans l’axe de Ljajić, contré par le mur (80e), l’Inter a toujours autant de mal à se procurer des occasions. Monachello a même encore une bonne occase, mais il ne cadre pas sa tentative sur un bon ballon de Gómez (83e). L’entrée en jeu de Palacio d’un côté, et de Diamanti de l’autre n’y changeront rien. L’Atalanta et l’Inter se quittent dos à dos. Les hommes de Roberto Mancini peuvent déjà s’en satisfaire, tant ils ont été mis en danger par ceux de Reja.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 8 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9