1. //
  2. // 12e journée
  3. // Torino/Inter (0-1)

L'Inter poursuit son petit bonhomme de chemin

Grâce au premier but de Kondogbia en Serie A, l'Inter continue sa marche en avant contre le Torino (0-1). Jamais impériale, mais toujours réaliste, l'équipe de Mancini s'installe pour le moment toute seule sur la première marche.

Modififié
247 7

Torino FC - Inter Milan

But : Kondogbia (31e)

« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est le plus beau… » Ce midi, c'était l'Inter. Mais ce n'est jamais vraiment évident. Quand deux formations s'affrontent et se ressemblent comme deux gouttes d'eau, deux 3–5–2, deux entraîneurs qui préfèrent ne pas gagner plutôt que perdre, et deux systèmes de jeu très, très patients, c'est compliqué de faire un choix. Mais le score est là et le pragmatisme de l'Inter a encore eu raison de son adversaire. Le Torino n'a rien pu faire sur l'ouverture du score de Kondogbia, son premier en Serie A. Ni après, se montrant impuissant face à la réussite actuelle et au rythme imposé par les joueurs de Mancini. Mention spéciale pour Handanovič qui a encore réalisé un match de gros porc.

La première de Kondogbia


Une roulette de Kondogbia, une vieille tête d'Icardi, une frappe de grand-mère de Vives, une mise en orbite de Peres, un coup de coude de Glik, une superbe frappe de Benassi sur la barre… Voilà pour les trente premières minutes de cette rencontre. Autant dire, pas grand-chose. Une sorte de mise en route d'un vieux PC sous Windows 95. Et puis, au milieu de cette torpeur ambiante, un coup franc excentré trop court de Nagatomo, une déviation de la tête de Palacio et un tacle de Kondogbia dans les filets de Padelli. 1 – 0. Le premier but du Français sous ses nouvelles couleurs qui préfère tirer la gueule plutôt que de célébrer son but…



Et on peut le comprendre. Car jusque-là, le spectacle n'est pas franchement passionnant. Mais voilà, comme d'habitude, l'Inter marche, trottine parfois et continue à avancer tout de même. Sans en donner l'impression. Sans impressionner. En faisant simplement preuve d'une énorme capacité à transformer ses semblants d'occasions. Depuis le début de saison, cinq des douze buts marqués par l'Inter l'ont été sur coups de pied arrêtés. Et défensivement, c'est pareil. La triplette Murillo–Juan-Miranda semble marcher sur un fil. Le premier des trois passe même à deux doigts de concéder un penalty sur Belotti avant la mi-temps, mais tout leur réussit, même les décisions arbitrales.

Handanovič et son chapeau magique


Les Milanais profitent donc d'une multitude de facteurs positifs, auquel vient également s'ajouter le talent d'Handanovič. Au retour des vestiaires, le Toro est plutôt excité, multiplie les attaques, mais se confronte au poulpe slovène qui se met tout le temps en travers de leur route. Belotti en fait l'amère expérience à la 48e minute.


Tout comme Quagliarella et Peres quelques minutes plus tard, avec toujours le même résultat final… Un échec. Depuis qu'il a enfilé une casquette pour se prémunir du soleil, Handanovič n'a certes aucun style, mais semble intouchable. Ventura, complètement frustré sur son banc, tente alors de conjurer le sort en faisant entrer Maxi López… Rien à faire, c'est sans espoir. Les joueurs de Mancini n'ont donc plus qu'à attendre, sans trop prendre de risque, le coup de sifflet final. Ce qu'ils font à merveille durant les vingt dernières minutes et six d'arrêts de jeu. Marquer et puis gérer. C'est d'ailleurs leur marque de fabrique. Depuis le début de saison, l'Inter a toujours gagné par un seul but d'écart. Pas plus. Un petit bonhomme de chemin qui fonctionne plutôt bien pour le moment puisqu'ils sont seuls en tête de Serie A.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai vu que la première mi-temps (j'ai pas eu le courage de m'infliger les 45 minutes restantes) et en dehors du but sur CPA l'Inter à rien proposé offensivement, même en étant installé dans la moitié de terrain du Torino.
Par contre le 3-5-2 avec Nagatomo et D'ambrosio qui vont presser très haut les latéraux adverse pour gêner la relance a parfaitement bien fonctionné.
Mancini l'a une nouvelle fois joué petite bite, mais faut croire que c'est une stratégie payante.
Si on est neutre un match parfait pour faire la sieste. Gros match de Nagatomo sur le coté gauche il est très bien dans le rôle de latéral dans une def à 5. Sinon pour le Torino que ce soit Amauri ou Maxi Lopez ce sont des joueurs totalement cramés, mais avec toutes leurs simulations y aura bien un péno pour eux un jour.
faut arreter de regarder l'inter les rageux! 27 points ça vous fou les boules!? FORZA!
c'est l'équipe que je suis cette année, quel kiff, beaucoup de sérieux et de rigueur.

Mancini fait du bon travail, l'équipe est encore en rodage (perisic doit trouver sa position sur le terrain notamment).

Il peut compter sur un grand bon de touche, faire tourner les joueurs dès qu'ils rentrent sont impliqués à 100% (biabiany et ranocchia surtout). Il a l'avantage de ne pas avoir de match de scène européenne cette saison. Il va mettre ses joueurs en concurrence (je pense que nagatomo va s'imposer en tant que titulaire indiscutable vu ses prestations) kondogbia va devenir son chouchou et jovetic l'électron libre déclencheur de danger ; ce dernier doit progresser dans la constance d'un match (s'éteint rapidement)
Je citerai également guarin qui a un rôle important car seul millieu axial très doué offensivement.

l'inter doit se mettre à l'abri car en ce momment sa passe 1-0, handanovic fait des matchs époustouflants mais c'est risqué, même si mancini revendique ce score 1-0 et s'appuie au départ sur la défense : gardien, défenseurs et milieux déf (felipe melo, kondogbia et medel) c'est pas non plus une science exacte (par exemple égalisation de gilardino 1-1 contre palerme et pouvait même perdre à la dernière minute sans un énième sauvetage du gardien).

Mancini est très bon tactiquement et c'est justement important dans le championnat italien. C'est dingue cette rage contre ce coach et cette équipe (notamment les commentaires de rothen et son collègue contre l'as roma --')
Ok c'est pas joga bonito mais j'aime bien regarder une équipe qui défend bien aussi et il y a un bloc équipe et une bonne organisation.

Bref, je me régale avec l'inter et suis curieux de voir comment va évoluer l'équipe et observer des joueurs prometteurs dont je me demande ce qu'ils vont donner (ljajic, brosovic...)
Chie là Vert Niveau : Loisir
On va cracher sur une équipe qui est performante, le but est toujours de gagner des matchs et Mancini l'a bien compris. Par contre sur le long terme, pas sûr que ça soit payant. L'AS Rome et Naples produisent beaucoup plus de jeu et me semblent largement plus armés pour décrocher un scudetto... Le jour où l'Inter aura une panne offensive (sur le peu d'occaz bien construite qu'ils ont), ca va être difficile de justifier un projet de jeu aussi minimaliste...

Mais pour l'instant, Mancini fait ce qu'il avait annoncé. Tout le monde se le payait quand il disait jouer le titre l'année d'après alors qu'il était 10 ème de série A et qu'il peinait à prendre des points. Force est de constater qu'il a construit quelque chose de cohérent, surtout défensivement.
"Le premier des trois passe même à deux doigts de concéder un penalty sur Belotti avant la mi-temps, mais tout leur réussit, même les décisions arbitrales."

Vous regardez les matchs ou pas ? Le mec fait une simulation monstrueuse. Idem pour Maxi Lopez en seconde période.
Message posté par Chie là Vert
Par contre sur le long terme, pas sûr que ça soit payant. L'AS Rome et Naples produisent beaucoup plus de jeu et me semblent largement plus armés pour décrocher un scudetto...


Pour le Scudetto, il faut des couilles, de la rigueur défensive, et un gros mental. Tu peux déjà virer la Roma qui est incapable de tenir un score sans s'effondrer. 2/3 beaux mouvements offensifs n'ont jamais permis à personnes de remporter le titre en Italie, et eux le savent plus que n'importe qui.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
247 7