1. //
  2. // Bayern/Inter (0-2)

L'Inter Milan, Mesquin club ?

L'Inter pue de la gueule... Cherchez pas ! L'Inter est en route vers un sextuplé aussi historique que le Barça, mais contrairement au club catalan, on n'en fera pas tout un foin. On loue l'Inter en se signant, en brandissant un crucifix et en agitant des gousses d'ail. Rien à voir avec le Barça, le (Nou) Camp du Bien... Pourquoi tant de haine ? Retour sur la controverse intéristo-catalane...

Modififié
2 61
L'Inter pue de la gueule. Un indice : avec tous les autres grands clubs, on parle facilement des Blaugrana, des Rossoneri, des Bianconeri, des Meringue, des Reds, des Blues, des Gunners, des Red Devils. Avec l'Inter, c'est... l'Inter. Prononcé « Inter » ou « Ine-ter » . On parle souvent des Intéristes, un sobriquet glacial, indifférencié, technocratique (les « Spécialistes » ?). Or, l'Inter c'est les Nerazzurri ! Avouez qu'on utilise assez peu cette appellation plus familière, celle qui entretient la connivence. C'est comme ça : l'Inter pue de la gueule. Pourquoi ? Essentiellement pour trois raisons : le souvenir du catenaccio d'Helenio Herrera dans les années 60, le fric de la famille Moratti (beurk ! Le pétrole !) et la longue lose sportive (17 ans de disette dans le Calcio entre le titre de 1989 et 2006). Tout ça, c'était les trois péchés capitaux éternels qui plombaient le club depuis un bon bout de temps. Même en étant pourtant champion d'Italie 5 fois de suite depuis 2006, l'Inter puait de la gueule quand même et toujours. Mais à ces trois tares est venu s'ajouter un crime encore plus horrible : l'Inter a remporté la Ligue des Champions 2010, mais pas à la manière du Barça ! Impardonnable...


Le dogme du « Barça tout puissant »

Manchester United avait aussi subi les foudres des juges suprêmes du foot actuel. Avec la défaite de MU en finale de C1, l'année dernière, beaucoup avaient considéré que la victoire barcelonaise était le triomphe du « beau jeu » , point-barre. Traduction : MU, équipe pourtant très offensive et très marqueuse de buts, ne développait pas le même jeu que le Barça donc ne pratiquait pas le « beau football » . Même Johan Cruyff était tombé dans le panneau en plaçant über Alles le toque blaugrana ... Attention ! Depuis quelques saisons, le club catalan produit, c'est vrai, un football magnifique qui fait de notre époque actuelle une période bénie du foot, nous transformant souvent en spectateurs privilégiés devant nos écrans. Mais, quoi ? Un autre football est-il « tolérable » ? Et si globalement, comparé au Barça, Man-U préfère le 4-4-2 au 4-3-3, le jeu parfois long au jeu court et le jeu aérien parfois plutôt que le jeu systématiquement à terre ? Faut-il brûler Ferguson, malgré ses succès et son incroyable efficacité offensive ? Il faut croire que oui...

L'idéologie « Barça tout puissant » écrase tout sur son passage : tout le monde doit jouer en 4-3-3 en passes redoublées. On rappellera aux jeunes internautes les effets pervers du style du grand Ajax des années 70. Oui, l'Ajax était merveilleux. Le problème, c'est que le football total était devenu un dogme, une obligation de faire que tous les autres clubs devaient copier et adopter sans discussion. Dans son roman « Fever pitch » , Nick Hornby avait décrit de façon ultra tordante comment l'Arsenal du début des années 70 s'était aussi converti du jour au lendemain au football total de l'Ajax. Après quelques victoires encourageantes, les Gunners s'étaient fait bananer tous les samedis à force de vouloir imiter un schéma de jeu qui n'était pas le leur et dont il ne disposait pas la culture de base (néerlandaise en l'occurrence)... Avec le Barça actuel, même reggae pour mon chien : le Barça, c'est in ! Donc l'Inter, c'est out (l'Out-er Milan ?). Parce que le procès en sorcellerie fait à Manchester, c'est rien à côté de celui de l'Inter de Mourinho...

L'Inter, « l'anti-Barça » ou un « autre Barça » ?

Quelques considérations tactiques... Le Barça prend systématiquement le jeu à son compte et garde au maximum la possession du ballon. Pas l'Inter. Et alors ? Pas obligé de « faire le jeu » . Et puis quand on a d'excellents techniciens (ben, oui : les Nerazzuri savent très bien jouer au ballon !), pas besoin de 1 000 échanges : en trois passes bien ajustées, on peut éventrer une défense. Voir le but de Eto'o à Chelsea sur un service ultra-laser de Sneijder ! Au Barça, le gardien relance court, toujours au pied, vers ses défenseurs, pour faire démarrer le jeu blaugrana. Pas l'Inter. Julio Cesar aime dégager le plus loin possible pour porter le danger dans le camp adverse. Résultat : le premier but intériste en finale contre le Bayern sur un long dégagement du gardien. A la chute du ballon : Sneijder puis Milito qui plante. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Le Barça joue sur un rythme régulier, ponctué de fulgurances signées Messi. Pas l'Inter. Les Nerrazzuri jouent sur un rythme plus heurté, en allongeant les phases dites « passives » , sans ballon, dans l'attente de placer des offensives souvent létales. Et alors ? C'est interdit ? Les Nerazzuri sont aussi concentrés sur le jeu que les Blaugrana, ils possèdent la même intelligence tactique du soutien offensif et de la couverture défensive, mais dans un style différent.

Le Barça défend haut, dès la perte du ballon. Pas l'Inter. Les Intéristes défendent plus bas, mais contrairement à ce qu'on pense, ils défendent en mouvement ! L'Inter c'est pas un système défensif figé : Cambiasso ou Zanetti patrouillent entre les lignes, Maicon monte souvent, Samuel sort de son bloc. On croit aussi toujours l'Inter ne marque « que » sur contre : c'est faux. Le jeu offensif des Nerazzuri, c'est à la fois un mix plus subtil de contres classiques et d'attaques placées (voir les trois buts contre le Barça à Giuseppe Meazza). Cette approche offensive originale basée et qu'on ne souligne pas assez est rendue possible grâce à une défense « en mouvement » , avec des joueurs prêts à jaillir de n'importe où et servis, on le répète, par une technique individuelle irréprochable : un Pandev à la récup joue juste, comme Thiago Motta, Stankovic, Cambiasso ou Zanetti ! Un bémol : au Nou Camp, réduit à 10, l'Inter est resté bien campé dans ses 16 mètres. Autre bémol : l'Inter défend très bien et ne concède que très peu de fautes occasionnant penaltys ou coups-francs ultra dangereux, signe d'intelligence et de maturité. Reste que les ceinturages de Samuel dans la surface... Voilà, c'est dit.

Mourinho brise les codes...

Le procès fait à l'Inter, c'est aussi bien évidemment celui fait à une bande de mercenaires coachés par un autre mercenaire. Traduction : au Barça, la plupart des joueurs sont formés à la Masia et Guardiola est issu du sérail et imprégné de la culture-maison. D'où la supériorité de Barcelone sur le Real, club bling-bling qui ne gagne jamais plus rien... Mourinho a fait exploser ce dogme : on peut être coach de passage, sans esprit-maison (y'en a-t-il un à l'Inter ?) et réussir avec un effectif savamment bricolé. D'après le Barça, il faut que les joueurs aient trempé dans le jus blaugrana pendant des années pour se comprendre... Pas de pot ! Avec Mourinho, ça va beaucoup plus vite. Cette saison, l'Inter a recruté Milito, Sneijder, Lucio, Pandev (en janvier) et Eto'o (on en reparlera plus loin), soit une bonne moitié de l'équipe. Résultat ? Et ben ça a collé tout de suite, avec triplé historique ! Preuve que José est bien le « Special One » , capable d'amalgamer rapidement un groupe autour de quelques principes forts... Comment ? Quoi ? L'argent qui permet d'aligner pareil effectif ? Les recrues de l'Inter étaient « disponibles » sur le marché, accessibles à tous les grands clubs. Qui voulait de Sneijder ou de Lucio ? Pas grand monde... Qui plus est, faire jouer tous ces talents ensemble n'était pas à la portée du premier venu : Mourinho, lui, a réussi pareil prodige.

Autre argument à charge : aucun Italien au club. Sauf bien sûr Materazzi ou Balotelli. Et alors ? On n'a jamais critiqué trop sévèrement Liverpool qui n'alignait pas beaucoup d'Anglais, hormis Gerrard et Carragher. Ou bien Arsenal... Qui en France en a voulu au club londonien qui accueille Wenger et beaucoup de Frenchies ? Le succès de l'Inter, c'est celui de la Mondialisation qui marche. Attention ! On ne dit pas que l'Inter c'est l'exemple à suivre. Que l'avenir, c'est les clubs de mercenaires, des clubs entièrement coupés de leur environnement culturel, local et de ses traditions. On dit simplement que le football mondialisé, que ça plaise ou non, est capable d'accoucher de belles équipes pratiquant un football pas crade.

Enfin, un dernier mot sur la controverse Inter-Barça... C'est le Barça qui s'est délesté de sa perle, Samuel Eto'o, au profit du club milanais. En échange de Zlatan. Et dire que le Barça a carrément payé pour avoir Ibra et larguer Sam Fils (50 millions d'Euros, même si pour l'instant les pro-Barça parlent de 20 millions). C'est le Barça qui a subventionné l'Inter. Un beau geste de fair-play des Blaugranas, sans doute lassés de dominer trop facilement le foot mondial. Pareille générosité atteste donc bien que le Barça est le club le plus... sympa du monde ! Y'a même écrit Unicef sur son maillot.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Oui, enfin bon, à un moment y va falloir arrêter de vouloir prendre le contrepieds pour le plaisir et d'imaginer des scénarios foireux pour soutenir tes théories, aussi. T'aurais pas un peu fait Sciences-Po, des fois? L'Inter est très fort, ils marquent des beaux buts en contre, mais tout le reste du temps, c'est juste pénible à regarder, et personne n'oserait comparer ManU à ça, même si je suis pas un de leurs plus grands fans. L'Inter, tu mets un clone de Mourinho en face, et le ballon reste dans le rond central pendant 90 minutes avec personne pour aller le chercher. Bon, il sont champions d'Europe. Après, ok, le Barça c'est juste un club plein de poune qui joue bien et fait le spectacle, mais on leur demande pas plus.
PS: ton titre, par contre, il est bien!
Le Barça est apparemment le plus grand club d'Europe. Pourquoi ? Car au moment de retourner sa veste et de bruler ce qu'on a adoré pour vanter le football "différent" c'est lui qu'on taille.
Alors en plus si c'est écrit Unicef sur son maillot ! Ils peuvent pas jouer les panneaux publicitaires pour des pneus comme tout le monde...
Merci Chérif t'as tout dit.

Les mecs arrêtez de rager, je suis fan de beau jeu, voilà pourquoi je suis fan de River et non de Boca, je suis fan de la Roma également mais arrêtez de faire chier c'est plus possible. C'est peut être pas beau à regarder mais est-ce que vous vous rendez compte que la manière de gagner qu'a l'Inter est beaucoup plus difficile que celle du Barça? Toute victoire est belle mais la plus difficile a le plus de mérite. Oui le Barça court plus que ses adversaires, mais c'est lui qui dicte le rythme, défendre a toujours été plus difficile qu'attaquer. Et l'Inter ne défend pas trop. C'est vrai que contre le Bayern, ils m'ont presque dégoûté à ne pas vouloir le ballon, alors qu'ils ont de meilleurs joueurs de ballon que les Allemands. Mais ils se sont dit: Ils sont nuls, alors autant les laisser se casser les dents contre nous. Le Barça n'a qu'un seul plan de jeu, et c'est triste. Perso parfois je me fais chier, quand le rythme n'est pas élevé et le jeu pas assez écarté. Même Valencia avait plus de fulgurances cette saison (voilà pourquoi ils veulent 3 de nos 4 attaquants) et pourtant ils ne sont que 3è de Liga. La possession et la technique ne suffisent pas, il faut aussi de l'intelligence tactique et savoir faire une alchimie entre des joueurs différents. Au Barça il ne faut que des clones (des nains techniques quoi). Vous pourrez dire ce que vous voulez mais voir Cambiasso c'est beau (tout comme Yaya Touré), et voir Milito jouer c'est jouissif, faut grandir tactiquement, y'a pas que la passe qui est belle les mecs.
Le foot c'est pas juste un redoublement de passe et une possession de balle qui frise les 90%! Oui le barça a un jeu plus beau que l'inter mais faut arreter avec les histoires de catennaccio! L'inter c'est la meilleure attaque et meilleure défense de série A.. Et pour ceux qui suivent cet équipe en championnat, il ne font pas que défendre (demandez au Milan AC et au Genoa ce qu'ils ont pris comme branler!) L'inter sais produire du beau jeu et sais jouer en fonction de ses adversaires en usant de leurs force et de leur faiblesses (merci mourinho) alors qu'on se permettent de dire que cet équipe c'est de l'anti-football, c'est juste faire preuve d'ignorance. Il mérite ce triplé autant que le barça l'année derniere ou que Man Utd en 99!
Dire que le barça n'a qu'une seule façon de jouer c'est faux et ignare, cf le mat à bernabeu contre le real où Barcelone a laissé passer les offensives madrilènes quasi tout le long pour me mettre 2 buts en 2 occasions. Cela dit, le système habituel marche bien, pourquoi en changer? C'est pas une défaite en demi -soit dit en passant une demi de c1 n'est pas un mauvais résultat- qui va remettre en cause le modèle.

De plus, on constate que ceux qui encensaient le barça il y a un an lui dégueulent bien dessus cette année!
Adeptes de la branlette ( ce qui n'est pas dénué d'ab(surdité) bonjour!

Une chose...l'Inter de Milan a gagné cette coupe et son succès est IN-DIS-CU-TA-BLE, point, what else?
Très interressant, très vrai mais pourquoi opposer les deux clubs ?
Et surtout pourquoi en faire autant sur l'Inter ? Mourinho par ici, Mourinho par là, Inter mal aimé... J'ai l'impression de lire le discours stéréotypé d'un supporter de l'OL.

Et aussi, finissons-en avec l'histoire Eto'o - Ibra.
Si Eto'o est parti, c'est parce qu'il ne pouvait (voulait) pas rester. Basta.
A partir de là, il fallait trouver un remplaçant. C'est là que le Barça se trompe, on est tous d'accord, sur le choix d'Ibra.
On parle souvent de l'absence d'italiens dans les lignes de l'Inter. Mais c'est oublier la raison même de la création de ce club : permettre aux étrangers (bannis de L'AC Milan) de jouer au football, d'ou ce nom d'Internazionale. En n'ayant pas d'italiens en son sein l'Inter ne fait que respecter son Histoire!
L'Inter réalise un magnifique triplé (Bravo à elle) et So Foot n'a rien d'autre à faire que de nous pondre un énième article anti-barça qui vient s'ajouter à toute le flopée de cette année et de la saison dernière (évidemment pré-27 mai): Un Real au Hall of Shame; Peut-on critiquer le Barça?; Pourquoi Man United va gagner la c1 ; Mu-Barça, du 50-50 pour MU?; Un club, rien de plus? etc

J'aimerais bien connaître les raisons de ce traumatisme. Un catalan qui vous faisait chier à l'école? Des vacances à Barcelone qui se sont mal passées? A moins que ce ne soit le plaisir de casser le club préféré de Raymond? Bizarre tout ça ...
J'aurais bien aimé connaître SoFoot en 1966 et son magnifique esprit de contradiction. "A bah vous voyez on nous bassine avec le Brésil, n'empêche que c'est l'Angleterre qui est Championne du monde, alors ils sont ou les bisounours adorateurs de Pélé et Garrincha, hein?"
Tout a fait d'accord avec ce qui a été dit plus haut. Il n'y a pas que les passes qui sont jolies dans le foot, un vrai connaisseur de foot ne peut pas nier que la discipline tactique et la vision du jeu de l'Inter est remarquable. S'adapter au jeu de son adversaire est indispensable pour espérer gagner sur le long terme, c'est ce qui à manquer à Barcelone cette année, en ne sachant pas s'adapter et en persistant à appliquer le même schéma de jeu, peu importe l'équipe en face, il ne faut pas s'étonner qu'une équipe ait fini par trouver la solution pour les battre... Après c'est sur que l'Inter, c'est pas le foot le plus spectaculaire du monde, le barca blablabla, ca n'empêche que pour une personne qui joue au foot sur un vrai terrain et pas seulement sur console ou dans les bars, c'est impressionnant à regarder. N'en déplaise aux néo supporters du "beau jeu" qui commencent a me sortir par les oreilles avec leur conservatisme footballistique, faut pas déconner, dire que c'est la victoire du foot défensif, c'est ne rien connaitre au ballon.
Je précise au passage que je ne suis pas supporter de l'Inter, mais bien obligé de reconnaitre que c'est une méchante équipe cette année...
(par Ernesto2)

Cet article est un véritable chef-d'oeuvre. D'une lucidité et d'une finesse qui fait du bien!! L'inter parait souvent soporifique, ok, mais: 1èrement, Le football n'est pas un concours d'élégance en hôtel particulier (avec longue caisse bling bling, poupée manucurée et caniche shampooiné sur l'estrade) le but du jeu est de mettre davantage de but que l'adversaire le tout dans règles de jeu, point (ceci-dit on pourra toujours créer le "Ballon rose" pour primer le plus beau jeu de l'année indépendamment des résultat!); 2èmement, et comme on l'oublie souvent au "Ballon d'Or" justement, le foot est attaque ET défense, et quand l'inter joue, il faut savoir apprécier la finesse de son art défensif (en mouvement comme le souligne bien l'article), du grand art, plus puissant qu'une attaque du Barça comme on l'aura vu à Giussepe Meazza.

Alors bien sûr c'est une terrible frustration de ne pas voir donner libre-court à l'explosivité offensive de Eto'o, dont la polyvalence (et la nécessité d'adaption à un nouveau championnat) a ouvert la voie à un poste de soliste en pointe pour Milito (qui a prouvé qu'il savait lui aussi remplir parfaitement sa mission). Mais la frustration ultime, n'est-ce pas le fantastiBarça qui l'a osée en rayant carrément le pichichi'i de son effectif???! Le Barça a pêché, l'inter a récolté. Au passage: les qualités défensives de Eto'o (son acharnement à retourner le sens du jeu) étaient déjà illustres au Barca (Ibra l'aura un peu démontré), ce que seul Mourinho a su valoriser, tactiquement. On connait la suite.

Pour finir, l'article a l'objectivité de signaler les ceinturages de Samuel, mais oublie toutefois de rappeler les deux agressions de Messi sur Maicon (qui y a laissé deux dents!), la grande supercherie de Busquets (qui a rougement cartonné le Motta), bref, les écarts "chirurgicaux" du camps du Bien quoi!
Tout d'abord, Article sans intérêt qui n'a pour but que d'opposer l'Inter à l'équipe de la Décennie, comme Chéryl l'avait précédemment fait avec Man U il y a 4 ans, l'année prochaine le Barça sera encore là, au plus haut niveau, quid de l'INter? Les adversaires des Catalans se succèdent mais le club reste au Top, alors c'est pas l'analyse d'un rastaquouère qui aime remuer la merde qui changera quelque chose...
L'Inter a tout gagné cette année ok, mais ils sont vraiment dégueu à voir jouer... c'est le prix à payer quand on est coaché par Moumou, avec Chelsea c'était déjà la même, maintenant que Carlito a repris les commandes du Club Londonien, on voit la différence, les Blues pètent le feu, d'ailleurs pour sa 1ère année dans le club Londonien le coach Italien a de meilleurs stats que le "traducteur".
Que va devenir l'Inter si Moumou va au Réal?? Je souhaite bon courage à son successeur qui devrai faire comprendre à l'équipe qu'il n'y a pas que le Catennacio dans la vie....
Que Moumou aille au Réal, et il se plantera comme tous ses prédécesseurs, je vois mal CR9 jouer arrière gauche pour le bien de l'équipe ou Kaka jouer en 6....égo à gérer, vestiaires instable, effectif déséquilibré, ça fait beaucoup pour un homme qui a tendance à faire passer son melon avant l'équipe, on attend tous avec impatience son retour au Camp NOu..
rholaaaa, la bande que vous êtes, (presque) tous!!!
Oui, Mourinho est sans doute l'entraineur le plus efficace du monde, oui, c'est très difficile à faire, ce que réussi l'Inter, on est bien d'accord. Mais être considéré comme un inculte, un conservateur ou un mec qui n'y connait rien au foot parce qu'on trouve juste que c'est chiant à regarder... Je pense pas que ce soit moi qui y comprenne rien au foot, je vais pas faire semblant d'avoir honte de trouver ça plus divertissant de regarder Ronaldinho faire son show, même si c'est moins "efficace".

So Foot, j'étais emballé par des gars qui parlaient de foot différemment et drôlement, mais là, on tombe dans le syndrôme Parigo-technicardo-intello-j'me la raconte en permanence, avec un petit côté Voici pour épicer, c'est devenu pénible.
Quel article merdique que l'auteur contredira l'année prochaine lorsque le Barça récupérera son du...
(Cf relire les articles de l'année dernière pour s'en convaincre)
"Pour finir, l'article a l'objectivité de signaler les ceinturages de Samuel, mais oublie toutefois de rappeler les deux agressions de Messi sur Maicon (qui y a laissé deux dents !), la grande supercherie de Busquets (qui a rougement cartonné le Motta), bref, les écarts "chirurgicaux" du camps du Bien quoi !"


C'est quand même magnifique cette phrase.
Y'a pas eu que les ceinturages de Samuel, mais la béquille de Maicon sur Pedro qui aurait mérité un jaune donc suspension au match retour mais qui n'a rien eu.
Le fauchage de Sneijder dans la surface sur Alves, sifflé, mais pour simulation de la part d'Alves.
Le maillot déchiré d'Ibra ? Même pas vu, ça c'est fait tout seul, et c'été même pas dans la surface.
Le but hors-jeu de Milito validé a l'aller, et le but de Bojan au retour en fin de match refusé pour un main qui été collé au corps. Cela fait beaucoup quand même.
Sans compter les multiples simulations de la part des joueurs de l'Inter pour gagner du temps. Pauvre football.

Heureusement que y'a la coupe du monde pour faire oublier cette ligue des champions pathétique.
Manchester, Chelsea, Barcelone et même Lyon qui a éliminé 250 millions d'euro auraient mérités de gagner cette LDC... On a eu droit a une final de merde, avec 2 équipes qui n'avaient rien a foutre ici, non pas par leur jeu proposé, mais par les décisions arbitrales pourris. Merci la Fifa. L'an prochain, c'est un anglais qui gagne la LDC... C'est déjà décide, chercher pas.
Ce qui dérange le plus à l'inter est le fait que 8 joueurs sur 11 ne jouent pas au ballon. Ils s'en désintéresse totalement... Si le foot évoluait dans ce sens, nous verrions des monstres de physiques excellant dans les duels et dans la récupération, et dont l'action sur le ballon aurait seulement pour but de l'éloigner de son propre but, qui a le rendre volontairement. Ensuite, si la victoire du "football total" avait été entachée d'erreurs évidentes en demi-finale, celle de l'inter l'a été en 8emes (plaquages), en demi (hors-jeu, main douteuse) et en finale (main de maicon).
Enfin, on n'entend pas beaucoup plus bianconeri ou rossoneri que nerrazurri, et le faible nombre d'anglais à arsenal a été énormément critiqué. A noter une différence, s'ils ne sont pas italiens, les joueurs de l'inter ne sont souvent pas non plus européens, de là à évoquer un contournement des lois sur le nombre d'extracommunautaires...
"l'Inter a remporté la Ligue des Champions 2010, mais pas à la manière du Barça ! Impardonnable...", bravo en plein dans le mille, ya qu'à lire les commentaires...
Il n'y a que la victoire qui compte... pour les joueurs oui, pas pour les spectateurs. A part si vous êtes tous des joueurs de l'inter, vous aurez quelque chose au fond de vous qui vous empêche de trouver pleine satisfaction. Vous savez au fond de vous que ce n'est pas beau, que des fois ce n'est pas mérité, que malgré la LDC vous n'êtes pas la meilleure équipe du monde.

Construire le jeu est mille fois plus difficile que le détruire. Défendre est incontestablement plus facile qu'attaquer. C'est pour cela que la Grece a gagné la coupe d'Europe en 2004 (c'était moche n'est ce pas?). C'est pour cela que même avec une équipe rénovée à 50% on peut remporter des titres. C'est pour cela aussi, que les salaires des attaquants sont plus faramineux que ceux de défenseurs.

Moi quand je paye pour voir un spectacle ou un match, il faut qu'il y est du suspens de l'émerveillement des éclats de génie. Sinon, je me contenterais des matchs de 2eme division pour égailler mes soirées.

A force de chercher les agressions de Messi vous risquerez d'exploser la télé avec la tête. Un accrochage dans l'air où il n'y avait ni coup de main ni coup de coude de Messi, ce n'est pas une agression. Motta méritait le rouge pour accumulation de 2 cartons jaune, mais le résultat est le meme, de quoi vous vous plaignez?
L'agression c'est le maillot déchiré de Zlatan en pleine surface. C'est l'obstruction de Maicon sur pedro qui méritait un jaune synonyme de suspension au match retour. Ce sont les tacles à répétition de Motta, de Samuel... sans aucun avertissement.

Mais même avec toutes ces conditions d'arbitrage et de voyage, dites vous bien que sans le but HORS JEU de Millito, vous seriez là à discuter de la nullité tactique de votre entraineur, qui ne savait pas, lors de la quadruple confrontation avec le grand Barça, prendre le jeu en sa faveur.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 61