Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Inter-Napoli (0-0)

L'Inter ligote le Napoli

Dominateur de bout en bout, mais sevré d'occasions par un Inter bunkerisé, le Napoli repart bredouille de Giuseppe-Meazza. Et perd de précieux points dans la course au titre.

Modififié

Inter 0-0 SSC Napoli



Luciano Spalletti avait d'emblée annoncé la couleur. Pour faire un résultat face à Naples, son Inter devait réaliser «   un match parfait  » . Promesse à moitié tenue. Face à des Azzurri toujours aussi costauds collectivement, les Lombards ont livré une prestation défensive impeccable, sans jamais vraiment se risquer à se découvrir. Pas très sexy, mais suffisant pour tenir en échec un Napoli qui perd des points précieux dans la course au Scudetto.

Le lion et le hérisson


Après la minute de silence en hommage à Davide Astori, c'est le Napoli qui donne sans surprise le coup d'envoi de la chasse. Fidèles à leurs principes, les poulains de Sarri envoient du jeu sans calculer. Du grand classique, avec Hamšík à la baguette, et Insigne et Mertens dont les dribbles mettent sur le cul une bonne partie des joueurs interisti. Le message est clair : les Partenopei sont venus en rois de la jungle à Giuseppe-Meazza, et comptent d'entrée boulotter leur proie. De fait, l'Inter ne touche pas une bille et le jeu de passe à dix du Napoli commence à sérieusement titiller l'orgueil des tifosi lombards, qui se mettent à siffler copieusement les ouailles de Sarri.


Insuffisant pour réveiller l'Inter, qui regarde constamment dans le rétro. À l'image d'Antonio Candreva, qui doit se replier dans sa propre surface pour mettre fin à une chevauchée folle d'Allan dans les seize mètres. Les Nerazzurri continuent ainsi de se recroqueviller dans leur moitié de terrain façon porc-épic. Mais le vivent finalement plutôt bien. Les Lombards serrent les dents derrière, gardent la tête hors de l'eau et finissent même par s'offrir quelques incursions dangereuses dans la surface adverse en fin de première période.

Be kind, rewind


Naples continue ses tentatives de débarquement dans la surface interista après la pause, mais se heurte au blockhaus imperméable que leur opposent les Lombards. Car l'Inter a décidé de ne pas faire les choses à moitié et assume de bétonner de bout en bout. Reste que les Interisti sont quand même à deux doigts de craquer quand Mertens sert Insigne dans l'axe. Manque de pot, Superman dévisse complètement sa frappe, alors qu'il se présentait pourtant seul face à Handanovič. Le genre d'opportunité qu'il n'aurait pas fallu gâcher, alors que le second acte commence à sérieusement ressembler au premier. Sarri tente bien d'ambiancer la rencontre en changeant Hamšík pour Zieliński, mais Allan et consorts ne sont pas inspirés à l'approche du but adverse et multiplient les mauvais choix quand ils aperçoivent la tronche de Samir Handanovič.


Finalement, le verrou interista reste infranchissable. Comme au match aller, où les Lombards avaient déjà réussi à coincer les Napolitains. Zéro-zéro. De quoi sûrement arracher un sourire à un certain Max Allegri. Le Mister de la Juve avait prévenu qu'il regarderait de près le match du Napoli ce dimanche soir, en espérant une contre-performance de leur part. Voilà désormais les Azzurri à un point des Bianconeri, qui ont encore un match en retard à jouer ce mercredi face à l'Atalanta. Des Juventini qui auront sans doute à cœur de l'emporter, pour que les ouailles de Sarri restent bien malgré elles fidèles à leur réputation : celle d'éternels seconds.



Inter (4-2-3-1) : Handanovič – Cancelo, Škriniar, Miranda, DAmbrosio – Brozović, Gagliardini – Candreva, Rafinha, Perišić – Icardi. Entraîneur : Luciano Spalletti.

Napoli (4-3-3) : Reina – Hysaj, Albiol, Koulibaly, Mario Rui – Allan, Jorginho, Hamšík – Callejón, Mertens, Insigne. Entraîneur : Maurizio Sarri.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 17 Hier à 12:06 Un quintuple sauvetage fou en FA Trophy 13
    Partenaires
    Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 11:22 La gendarmerie saisit 500g de résine de cannabis à l'effigie de CR7 35