En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

L'Inter indonésienne

Il s'appelle Erick Thohir. Il a 43 ans. Il est entrepreneur et dirigeant sportif indonésien. Son objectif de l'été ? Racheter 40% de l'Inter Milan et, à terme, devenir le seul président du club. Une transaction difficile, qui, forcément, fait douter Massimo Moratti.

Modififié
On parle beaucoup de la Nazionale. Des pénaltys arrêtés par Buffon, de la demi-finale « presque » gagnée contre l'Espagne, de Balotelli. On parle beaucoup de la Juventus. De l'arrivée de Tévez, de celle de Llorente, de Pirlo convoité par le Real Madrid. Mais une autre histoire, plus souterraine, se déroule actuellement de l'autre côté des Alpes. Au centre de l'affaire, l'Inter, et son président, Massimo Moratti. Le patron nerazzurro se tâte depuis plusieurs mois : serait-il temps de céder l'Inter à un riche investisseur, après trois saisons où l'Inter a dû faire dans le low-cost, pour tomber en cette fin de saison 2012/13 dans l'anonymat de la Serie A ? Et sa réponse, actuellement, a un visage. Celui d'Erick Thohir, 43 ans, richissime entrepreneur indonésien. Le bonhomme est déjà propriétaire du club américain de DC United (celui contre qui Zlatan avait marqué son tout premier but avec le PSG, l'été dernier), et détient 15% du club de basket des Philadelphia 76ers. Autant dire qu'il n'en est pas à son coup d'essai dans le monde du sport. Mais ce coup-ci, c'est le niveau supérieur. L'Inter demeure l'un des clubs les plus prestigieux au monde, et cette tentative pourrait marquer un tournant dans l'histoire du club, détenu depuis 1995 par Massimo Moratti. Fils d'Angelo Moratti, déjà président du club de 1955 à 1968. Une histoire de famille.

40% du capital tout de suite

Forcément, du côté des supporters de l'Inter, évoquer l'arrivée d'investisseurs étrangers fait sourire. Pourquoi ? Tout simplement parce que la saison dernière, les investisseurs chinois de la China Railways Constructions étaient censés racheter 15% du capital de l'Inter. L'accord avait été trouvé (et annoncé), des photos officielles ont été prises avec eux. Et puis finalement, hop. Plus rien. L'accord a été annulé à cause de sombres raisons bureaucratiques. Alors, depuis, on se méfie. Moratti en tête. Mais Thohir a l'air sérieux. Et fiable. Il a déjà détaillé son projet à Moratti : racheter cet été 40% du capital de l'Inter puis, à terme, devenir l'actionnaire majoritaire du club. Une chose est déjà certaine : en présence de conditions précises et de vraies garanties, le patron interista est disposé à céder l'Inter. L'intégralité, même. Une Décision avec un « D » majuscule, tant Moratti est attaché à l'Inter, club avec lequel il a déjà remporté 16 trophées.

Mais avant de signer quoi que ce soit, le bon Massimo veut donc des garanties. Des choses fiables, écrites, concrètes. Il ne veut pas refourguer l'Inter à n'importe qui. Pendant ses années à la tête de l'Inter, Moratti a, parfois, fait des erreurs de casting. Un joueur mal choisi, un entraîneur complètement à l'ouest. Là, l'erreur n'est pas permise. Si Thohir prend sa place à la tête de l'Inter et fait ensuite n'importe quoi, Moratti ne se le pardonnerait pas. Mais lorsque l'on parle de garanties, de quoi s'agit-il ? En réalité, il souhaiterait des plans concrets, qui puissent perdurer dans le temps. L'Inter a entamé un cycle de victoires en 2004 et l'a achevé en 2010, avec le fabuleux quintuplé Coupe-Scudetto-Ligue des champions-Supercoupe d'Italie-Mondial des clubs. Mais depuis la Coupe d'Italie en mai 2011, plus rien. Beaucoup de changements, beaucoup de doutes, beaucoup de désillusions. Il faut retrouver une stabilité. Et si Thohir reprend le club, il devra ramener dans ses bagages cette stabilité. Une sacrée pression, tout de même.

Combler les dettes


D'un côté, Moratti est enthousiaste. Thohir est un magnat de la télévision en Indonésie (proprio du Mahaka Group), et est également propriétaire du quotidien indonésien Republika. Bref, à 43 ans, et avec un père propriétaire du groupe Astra, Erick Thohir est une certitude à lui seul. Son compte en banque aussi. Grand fan de sport, il rêve aujourd'hui de conquérir le marché européen, après avoir investi dans des équipes de sport américaines. Et la porte de l'Europe, pour lui, c'est l'Inter. Sur le papier, tout semble parfait et Moratti peut dormir sur ses deux oreilles. Mais, il y a un hic. Pas un gros hic, mais un hic que l'actuel président de l'Inter ne veut pas négliger. S'il affirme vouloir « mener l'affaire à son terme » , il freine les transactions parce qu'il veut d'abord vérifier chaque document, les flux économiques et les programmes à court et long terme d'un consortium qui vient d'une réalité géographique et économique très, très différente de celle de l'Italie.

En effet, l'Italie demeure l'un des derniers pays où aucun riche entrepreneur étranger n'a encore osé poser les pieds. Il y a bien les Américains de la Roma. Mais l'exemple n'est pas franchement comparable avec les Qataris du PSG, et les émirs de Manchester City. L'Italie a sa façon de fonctionner bien à elle, et c'est aussi pour cela que tous les clubs italiens sont dirigés par des Italiens, et même, bien souvent, par des familles (Agnelli, Berlusconi, Della Valle…). Mais Moratti veut du changement. Il sait que l'Inter a des dettes envers la banque, et que l'arrivée de Thohir pourrait permettre de les combler, puis, ensuite, de recapitaliser. Il faudra bien réfléchir, et bien négocier. Les tifosi de l'Inter, actuellement dans le flou, peuvent toutefois se rassurer : Moratti aime trop l'Inter pour en faire n'importe quoi. Si Thohir reprend le club, il le reprendra dans les meilleures conditions, et avec les meilleures garanties. L'Inter, pour son histoire, le mérite. Ses supporters aussi.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Les enseignements de juin