Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Inter–Frosinone (4-0)

L'Inter gagne enfin par plus d'un but d'écart

La réception de Frosinone était l'occasion rêvée de prendre seul la tête en solitaire. Les Nerazzurri ne l'ont pas laissé échappée, s'imposant 4-0 grâce à des buts de Biabiany, Icardi, Murillo et Brozović. Oui, l'Inter est plus que jamais dans le coup pour la course au titre.

Modififié

Inter 3-0 Frosinone Calcio

Buts : Biabiany (29e), Icardi (53e), Murillo (87e), Brozović (92e) pour l'Inter

Originaire du Blanc-Mesnil, Jonathan Biabiany aura forcément eu une forte pensée pour son 93 meurtri au moment de fêter son but, lui qui a été plus prompt que la défense adverse après que Leali a repoussé une tentative de Ljajić. C'est aussi la fin d'un calvaire (dû à une arythmie cardiaque) qui l'a éloigné des terrains pendant un an et le début d'une nouvelle carrière dans le club qui l'a lancé dans le foot professionnel. Le Français donne ainsi le la à un probant succès interista, le premier par plus d'un but d'écart. Et une première place en solitaire, en prime.

Allons enfants de Seine Saint-Denis...


La Marseillaise qui sort des haut-parleurs. Les gamins qui étendent le drapeau tricolore et San Siro qui applaudit. Comme dans les neuf autres enceintes de Serie A, l'hommage aux victimes des attentats de Paris a été parfaitement respecté en Italie. Ce soir, l'Inter a rendez-vous avec la première place, une victoire, et elle prend seule la tête du championnat puisque la Fiorentina, autre co-leader avant cette 14e journée, n'a pas fait mieux que 2-2 contre l'Empoli. Énième changement tactique de la saison de la part de Mancini et passage en 4-2-3-1 surtout pour répondre au 4-4-2 adverse parfaitement rodé.

Frosinone, comme à chaque épisode de sa première aventure en Serie A, joue crânement sa chance et prend des initiatives. Handanović est contraint de sortir une jolie parade sur une demi-volée de Soddimo qui aurait mérité meilleur sort. Seulement voilà, les Nerazzurri confirment leur incroyable cynisme et ouvrent le score au bout d'une demi-heure sans jamais avoir inquiété les Canarini auparavant. Outre son but, de son aile droite, Biabiany est à l'origine des actions les plus dangereuses en balançant plusieurs centres dangereux dans la boîte. Pas mal, pour sa première titularisation de la saison.

... la première place est arrivée


La seconde période débute par un nouveau déboulé du Français conclu par un une-deux avec Icardi et un pointard enlevé. Sentant Frosinone loin d'être résigné, l'Inter ne prend cette fois pas de risque et double la mise à la 53e suite à un double une-deux entre Ljajić et le capitaine Icardi, auteur de son 45e but en 100 matchs de Serie A. Reste alors à ne pas faire les idiots en vue du choc de lundi en huit face au Napoli (Kondogbia et Felipe Melo sous la menace d'une suspension), et d'éviter de se faire des frayeurs sur les quelques corners concédés. Dans cette optique, le Mancio fait entrer Ranocchia à la place de Nagatomo et passe en 3-5-2.

À 0-2, les visiteurs reculent d'un cran pour éviter que l'addition ne soit plus salée, et Blanchard sauve sur la ligne une nouvelle tentative de Biabany. Stellone change quelques hommes sans toucher à son dispositif tactique, et les Nerazzurri ont juste à attendre les trois coups de sifflet final, ainsi qu'une ovation ultra-mérité pour le Blanc-Mesnilois. Mais en fin de rencontre, un troisième but de Murillo suite à une montée sans trop de conviction, puis un quatrième de Brozović sur une frappe à l'entrée de la surface viennent donner plus d'ampleur au succès de l'Inter. 4-0, affaire classée. Après 14 journées de championnat, et malgré une qualité de jeu qui peine à décoller, l'Inter ne peut plus se cacher : le Scudetto est un objectif à sa portée.

Par Valentin Pauluzzi, à San Siro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 20 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Bordeaux accroche Rennes !