1. //
  2. // 11e journée

L'Inter flambe à Udine, le Genoa fait sombrer la Lazio

Statu quo dans le haut de tableau en Italie. Après les victoires de la Juve, du Napoli et de la Fiorentina hier soir, l'Inter et le Hellas Vérone se sont à leur tour imposés cet après-midi, respectivement face à l'Udinese (3-0) et Cagliari (2-1). En revanche, le Genoa crée la sensation en allant s'imposer 2-0 sur la pelouse de la Lazio.

Modififié
0 6
L'Inter n'avait pas franchement le choix : pour suivre le rythme du peloton de tête, il fallait s'imposer, cet après-midi, sur la pelouse de l'Udinese. Il n'y avait qu'à demander. Avec une prestation pleine de sérénité et de puissance, les Interisti l'emportent 3-0, face à une Udinese qui perd ainsi son deuxième match à domicile d'affilée, après être restée invaincue pendant 22 rencontres consécutives. Les mystères du foot. Or, si la Roma avait dû attendre la 81e minute pour prendre l'avantage, l'Inter n'a mis qu'une petite demi-heure pour boucler son affaire. Palacio à la 25e, puis Ranocchia quatre minutes plus tard : et voilà comment la formation de Mazzarri prend deux buts d'avance et assomme des Frioulans loin, très loin de leur niveau des années précédentes. Il y aura bien une tentative de réaction en seconde période, mais l'Inter était aujourd'hui trop supérieure pour que les locaux puissent espérer quelque chose. Le troisième but d'Alvarez, inscrit en toute fin de rencontre (après un poteau de Guarín en milieu de seconde période), n'est que la cerise sur le gâteau de ce qui pourrait rester comme le match référence de l'Inter cette saison. Ce succès permet à la formation milanaise de repasser devant la Fiorentina et de reprendre sa quatrième place, à six longueurs du duo Napoli-Juventus. Et la satisfaction n'en est que plus grande lorsque les tifosi feront les comptes ce soir : l'Inter compte déjà dix points d'avance sur le Milan AC. Et avec quatre matchs très abordables lors des prochains tours, Mazzarri peut espérer prendre encore plus d'avance avant le derby de Noël du 22 décembre.

Le Hellas déjà dans l'histoire

Si l'on pouvait s'attendre à retrouver l'Inter dans le haut de tableau, en revanche, personne n'aurait imaginé une seule seconde voir le Hellas Vérone à la cinquième position au terme de la 11e journée. Les Veronesi ont enchaîné aujourd'hui une sixième victoire de rang à domicile, ce qui constitue un véritable record dans leur histoire. Aujourd'hui, le Hellas a disposé d'une décevante équipe de Cagliari, qui occupe désormais la 15e place du classement, à un point du premier relégable. Pourtant, aujourd'hui, les Sardes ont joué crânement leur chance. Mais, à l'instar de la Roma, tout va dans le bon sens pour la formation de Mandorlini, qui a ouvert le score sur corner dès la 8e minute par l'éternel Luca Toni. Mais après avoir encaissé ce but, Cagliari a réagi. Trop stérile sur le plan offensif, l'équipe sarde s'en est remise à des frappes de loin de Nainggolan, qui n'ont jamais vraiment inquiété le gardien de Vérone. À l'inverse, dès que le Hellas attaque, le Hellas marque. Après Toni, c'est Janković qui double la mise d'une frappe du gauche en début de deuxième mi-temps. Les efforts sardes ne seront récompensés qu'à la dernière minute, avec un but de Daniele Conti. Trop tard. Le promu enchaîne et confirme sa cinquième place au classement, à égalité avec l'Inter. Surtout, le Hellas a désormais fait le trou avec ses poursuivants.

De fait, si la Fiorentina, sixième, n'est qu'à un point, le septième du classement, la Lazio, est désormais relégué à sept longueurs. Oui, car cet après-midi, les Romains ont concédé leur première défaite de la saison à domicile. Le bourreau, c'est leur bête noire : le Genoa. Les Génois ont effet remporté leurs quatre (désormais cinq) dernières confrontations face à la Lazio, avec notamment une troisième victoire de rang au Stadio olimpico. Pourtant, l'équipe de Petković a longuement dominé le match. Le gardien du Genoa, Perin, a été prodigieux sur une tête de Klose et sur deux coups de canon de Candreva. Le Genoa a fait le dos rond, a hissé une barricade devant sa surface et a su être patient. En seconde période, les Génois ont accéléré deux fois et ont marqué deux buts. Le premier est signé Kucka (qui, sur ses six buts désormais inscrits en Serie A, en a marqué quatre contre les équipes romaines), le second est un pénalty sifflé pour une main de Ciani et transformé pour Gilardino. Les Laziali ont d'ailleurs de quoi être furax : l'arbitre a bien accordé ce péno pour la main de Ciani, mais a en revanche fermé les yeux sur une main d'Antonelli dans la surface génoise et sur un tirage de maillot de Biondini sur Candreva. Deux poids deux mesures, comme on dit. Le match s'est terminé sous les sifflets du Stadio olimpico. Les heures de Vladimir Petković à Rome sont peut-être comptées.

Berardi superstar

Chaque journée, il faut un match fou. Aujourd'hui, c'est Sampdoria-Sassuolo. Un match de bas de tableau, entre deux équipes séparées par trois points au coup d'envoi. Cette rencontre a été riche en rebondissements et a surtout fait briller un joueur : le jeune Domenico Berardi, 19 ans, prêté par la Juve à Sassuolo. Le joueur s'offre son premier triplé en Serie A et contribue très largement au succès 4-3 du promu en terre génoise. Tout avait pourtant bien commencé pour la Sampdoria, qui ouvre le score en début de match par Pozzi. Les locaux contrôlent, se font une frayeur sur une occasion de Gazzola, mais tiennent leur avantage jusqu'à la pause. Mais en seconde période, cataclysme. Dès l'entame, Berardi égalise sur un centre de Longhi et deux minutes plus tard, l'attaquant est fauché dans la surface par Costa. Pénalty et carton rouge pour le défenseur. Berardi transforme. 2-1. Complètement déboussolée, la Sampdoria encaisse un troisième but par un ancien du Genoa, Floro Flores. Mais l'équipe de Delio Rossi trouve des ressources dingues pour revenir dans le match. Eder réduit l'écart, puis De Silvestri égalise sur le corner. On se dit que la Samp va réaliser la remontée du jour, et s'imposer 4-3 au finish. Mais non. À la dernière minute, le même De Silvestri commet une faute grossière dans la surface sur Farías. Deuxième pénalty pour Sassuolo, que Berardi transforme encore. 4-3. Le onze de Di Francesco obtient la première victoire de son histoire à l'extérieur en Serie A, et revient à hauteur de la Samp et de Bologne. On a certainement trop vite enterré cette surprenante équipe noire et verte.

Enfin, dans le dernier match de la journée, qui avait lieu à 12h30, Livourne a donné suite à sa bonne performance face au Torino (3-3) en s'imposant par la plus petite des marges face à l'Atalanta. Un but de Paulinho, inscrit à la 11e minute de la première période, a suffi au bonheur des Livornesi, qui sont ce soir à égalité avec le Milan AC. La victoire est amplement méritée pour les Amaranti, qui auraient pu s'offrir un succès plus large si Scaloni n'avait pas sauvé un ballon sur la ligne, et si le poteau n'avait pas repoussé un tir de Duncan en toute fin de rencontre. Il faut dire que Carmona a sacrément compliqué la tâche de son équipe : le joueur de l'Atalanta a reçu deux cartons jaunes dans la première demi-heure et a laissé ses potes à dix pendant plus d'une heure. Ce succès va donner du courage à l'équipe de Davide Nicola, qui se déplacera la semaine prochaine sur la pelouse de l'Inter, avant de recevoir la Juventus. Autant dire qu'il valait mieux prendre trois points aujourd'hui, hein.

Les résultats :

Livorno - Atalanta 1-0
Paulinho 11'
Lazio - Genoa 0-2
Kucka 60', Gilardino 72'
Udinese - Inter 0-3
Palacio 25', Ranocchia 29', Alvarez 90'
Hellas Vérone - Cagliari 2-1
Toni 8', Janković 57' / Conti 90'
Sampdoria - Sassuolo 3-4
Pozzi 19', Eder 65', De Silvestri 81' / Berardi 49', 52' et 89', Floro Flores 63'
Torino - AS Roma, ce soir, 20h45

Résultats et Classement de Serie A

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sassuolo va se sauver, des jeunes de talent, la sauce qui commence à prendre, l'expérience qui va s'accumuler.

Et en plus les 3 plus talentueux qui sont sous contrat avec la Juve, que du bon.
Jack Facial Niveau : CFA
Note : 2
Qui osera encore prétendre que la Série A est emmerdante ?
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Quelqu'un qui cuit bien la Série A pourrait m'informer sur le Hellas ? Comment un promu pour être à ce niveau la ? Style de jeu ? Force et faiblesse ? etc ...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Verone a fait un magnifique recrutement(compte tenu de ses moyens limités)tout simplement...

c'est un mixte intéressant entre jeunesse et expérience.

le milieu de terrain notamment est plein de talents: Jorginho en premier lieu qui est la star de ce milieu(la moitié de l'Europe le suit), Romulo étant le récupérateur attitré(très bonne pioche), Halfredson aussi est un très bon joueur, c'est lui qui organise le jeu. Ensuite, tu as des joueurs d'expérience comme Donati, Donadel ou Jankovic qui sont de très bons footballeurs qui plus est. Rajoute à ça deux joueurs très prometteurs comme Sala et Cirigliano et tu obtiens l'un des meilleurs milieu de la botte. (bon sur le papier ça ne vaut pas les gros, mais sur le terrain ils font le boulot)

mention spéciale à l'attaque: le pari Toni est gagné, Iturbe c'est un peu le Messi du pauvre, il est excellent depuis le début de la saison. sur le banc y a aussi du talent: Longo et Ragatzu sont très prometteurs.

Verone a dépensé très peu, mais très bien... voilà comment on arrive à construire une bonne équipe.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
T'es un chef, merci ;)
A la description fort complète de max, j'ajouterai simplement que les premiers résultats positifs aidant, cette formation évolue sereinement, même opposée à de grosses écuries; fait assez rare dans ce championnat ultra-stressé qu'est la serie A. Elle profite aussi du fait, en tant qu'équipe montante, du manque de connaissance, des diverses palettes de son jeu, de la part de certains entraîneurs de l'élite. Pour le moment, on ne peut qu'applaudir au travail de mandorlini et de ses hommes; en attendant probablement des jours moins roses.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 6