L'Inter croule d'entrée

L'Inter vaincu à domicile par Tranbzonspor, Bâle qui lutte jusqu'au bout face à l'Otelul Galati et Villarreal qui prend encore la fessée, cette fin de première journée de Ligue des Champions sent le début de crise hivernale. Heureusement qu'il y avait le Bayern, pour prouver à l'Europe du foot qu'en phase de poules, on peut aussi bien se marrer.

Modififié
0 5
Groupe A

Villarreal 0-2 Bayern Munich

Buts: Kroos (7e) et Rafinha (76e) pour le Bayern.

Quatre victoires consécutives et seize buts envoyés dans les filets de Bundesliga, c'est un Bayern en grande forme qui débarquait ce soir sur la pelouse de Villarreal. Ribery est sur le terrain, Robben à l'infirmerie- le contraire aurait pu être vrai- qu'importe, on reste sur du classique. Gomez, Kroos, Schweinsteiger et Müller sont là. De quoi faire trembler les pensionnaires du Madrigal qui restent sur une manita au Nou Camp et un match nul à domicile en championnat (2-2 face au FC Séville). La trouille espagnole est vite justifiée quand, dès la 7ème minute, Ribery s'échappe côté gauche pour lâcher un centre parfait que Kroos convertit tranquillement. 1-0 à la pause, confirmation de la domination allemande sur un sous-marin jaune en galère. La seconde mi-temps est une formalité pour le Bayern, qui s'offre même le luxe de creuser l'écart sur un exploit de Rafinha, entré à la 23ème minute pour remplacer un Van Buyten n'ayant pas tenu le coup. Le défenseur massacre Gaspar et Lopez d'un combo « petit pont - grosse mine dans les filets » . Résultat final 2-0. Villarreal n'avait juste pas le niveau.

Manchester City 1-1 Naples

Groupe B

Inter Milan 0-1 Trabzonspor

But: Celustka (76e) pour Trabzonspor

L'Inter prenait ce soir sa première bouffée d'Europe de la saison, après sa défaite 4-3 à Palerme dimanche dernier. Première surprise, Wesley Sneijder semble se diriger vers le côté gauche du terrain, au lieu de squatter l'axe comme à son habitude. Peut-être la cause du jeu sans passion des Nerazzurri, qui durant les quarante-cinq premières minutes ne se seront pas montrés bien engageants. Les Turcs, eux, la joue commando derrière et n'attendent qu'une chose : que se lasse le favori. Le coup classique. Zarate réussira presque à rassurer un Giuseppe Meazza siffleur à la 35ème, mais les gants de Zengin sont là pour le calmer. Au retour des vestiaires les coéquipiers de Didier Zokora se permettent même quelques insolences, notamment par Cech qui aura dédié sa soirée à pourrir celle de Rannochia. L'Inter ne jouera jamais vraiment correctement son match et se fait presque logiquement surprendre à la 76ème, quand, suite à un corner négligemment dégagé, Altintop frappe la barre pour finalement voir le ballon bien repris par Celustka. Julio Cesar ne parvient pas à sauver les siens, contrairement à Zengin, quelques minutes plus tard face à Coutinho. Le public, déjà chafouin à la mi-temps devient carrément hostile et termine même la rencontre en soutenant les joueurs de Trabzonspor. Au moins eux savent gagner à l'italienne.

Lille 2-2 CSKA Moscou

Groupe C

FC Bâle 2-1 Otelul Galati

Buts: F.Frei (38e) et A.Frei (85e sp) pour Bâle. Pena (58e) pour Otelul.

Après le APOEL Nicosie-Zenith Saint-Petersbourg d'hier (2-1), ce FC Bâle-Otelul Galati était bel et bien LE blockbuster de cette deuxième soirée de Ligue des Champions. Du Alexander Frei-Streller en pointe, du Roumain en face et du Thorsten Fink sur le banc. Du rêve quoi. Mais, contre toutes attentes, la première période se révèle plutôt morte, à peine illuminée par la tête victorieuse de Frei (Fabian, pas Alexander, aucun lien de parenté) à la 38ème. Privés de leur feu-follet Shaquiri, les Suisses en baveront jusqu'à la mi-temps avant d'être rattrapés en plein milieu de l'acte deux, sur un but de Pena à la 58ème. Le premier de l'histoire du club en Ligue des Champions. Proche de l'exploit les joueurs de Galati perdront leur point du match nul sur penalty à cinq minutes de la fin. Cette fois-ci le buteur se prénomme bien Alexander.

Benfica 1-1 Manchester United

Buts: Cardozo (24e) pour Benfica. Giggs (42e) pour ManU.

En laissant sur le banc De Gea, Nani, Hernandez et Berbatov (qui commence à avoir l'habitude), Sir Alex arrive à Benfica avec en tête sa prochaine journée de Premier League face à Chelsea. Un milieu Fletcher-Carrick-Park très dense avec Giggs et Valencia sur les ailles et bien sûr Rooney en pointe, histoire de montrer que les Red Devils sont venus pour faire pleurer la Luz. Sauf que la rencontre s'installe rapidement dans un faux rythme. Les Mancuniens ne parviennent pas à jouer sur les côtés et laisse doucement les Aigles prendre confiance. Erreur, puisqu'à la 24ème minute, Cardozo est à la réception d'une belle ouverture de Gaitan et envoie valser Evans et Lindegaard d'une frappe du droit. Une ouverture du score qui a le mérite de réveiller un peu United qui se déplie alors sur l'ensemble du terrain et finit par égaliser à la 42ème sur une belle frappe de 25 mètres de Ryan Giggs. Les Portugais rentrent aux vestiaires la boule au ventre et n'en ressortiront que pour voir les coéquipiers du Gallois retrouver peu à peu leur football. Le côté droit Fabio-Valencia se met en marche et fait même regretter à Emerson d'avoir quitté Lille pendant une bonne partie de la seconde mi-temps. Un match nul finalement agréable. On en attendait pas moins d'un tel classique.

Groupe D

Dinamo Zagreb 0-1 Real Madrid

But: Di Maria (53e) pour le Real Madrid.

Mourinho avait sorti la grosse équipe face au Dinamo Zagreb, mais il a tout de même fallu attendre la 53ème minute pour enfin voir un but dans cette rentrée des classes européenne. Il est l'œuvre de Di Maria, à la conclusion d'un beau mouvement Cristiano Ronaldo-Benzema-Marcello dans la surface croate. Passeur décisif, le Brésilien finira tristement son match aux vestiaires, suite à un second carton jaune pour une simulation pas forcément évidente à la 73ème. Les Merengues tiendront le choc à dix contre onze durant un bon quart d'heure avant d'entendre enfin retentir le coup de sifflet final, synonyme de trois points en poche et donc de première place de ce groupe D.

Ajax Amsterdam 0-0 Olympique Lyonnais

Par Raphaël Cosimano

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un seul Eto'o vous manque et tout vous semble dépeuplé......
Bah sans faire de polémique inutile, son second carton jaune il ne le vole pas Marcelo...
Par contre Leto a fini le match alors qu'il a laissé un petit souvenir sur la cheville de CR7...
Mouais fin arbitre très Turc aussi. En tout cas ça fait plaisir, la Juve qui revient, l'Inter qui redescend et qui change d'entraineur tous les 3 mois... Miam.
les paris sur le nom du remplaçant de gasperini sont déjà ouverts ?

parait que Moratti a rappelé Leonardo, que Lippi est rentré de vacances, et qu'Ancelotti est consultant télé

bon, Marco Simone par contre n'est plus dispo.... :)
Bah si l'inter dépend d'Eto'o pour battre le Tranbzonspor, c'est que c'est grave!
Bah fallait- virer gasperini à sa première conférence de presse , quand il a parlé du 3-4-3.
Le pire, c'est le recrutement de Zarate!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Lyon a souffert
0 5