1. //
  2. // 9e journée
  3. // Palerme/Inter (1-1)

L'Inter cale encore

L'Inter avait fait le plus dur en ouvrant le score par Perišić sur la pelouse de Palerme, mais les Nerazzurri n'ont pas su préserver leur avance et ont été rejoints sur un but de l'éternel Gilardino. Les hommes de Roberto Mancini restent désormais sur quatre matchs sans victoire.

Modififié
5 4

Palerme 1-1 Inter

Buts : Gilardino (66e) pour Palerme / Perišić (60e) pour l'Inter

Et de 180 buts en Serie A pour Alberto Gilardino. Ce samedi soir, l'attaquant de Palerme a d'abord livré un véritable récital dans son rôle de pivot en enchaînant remises et contrôles orientés parfaits. Puis il a remis les compteurs à zéro après l'ouverture du score de Perišić. Une égalisation de pur renard dans un style si caractéristique de ces derniers 9, «  à l'italienne » , efficaces dans la surface et nulle part ailleurs. Et une égalisation qui a surtout permis à Palerme d'accrocher l'Inter, qui reste désormais sur quatre matchs sans victoire. Gila revient, lui, à 4 longueurs de Batistuta, 11e du classement all-time des buteurs en Serie A. Immortel.

Handanović irréprochable, Kondogbia gracié


Il faut attendre près d'un quart d'heure de jeu pour voir enfin la partie démarrer. Au petit trot avec une jolie ouverture en talonnade de Rigoni qui débouche sur un corner en faveur de Palerme. Celui-ci ne donne rien, mais les Rosanero sont désormais installés dans le camp de l'Inter. Franco Vázquez en profite d'ailleurs pour signer la première tentative intéressante de la partie, mais Samir Handanović se couche bien sur la demi-volée de l'Italo-Argentin. Les deux équipes multiplient toutefois les erreurs techniques, et Nagatomo passe même proche de surprendre Sorrentino en dévissant un centre.

À la différence de zquez qui récite ses gammes techniques, mais se heurte une nouvelle fois à Handanović sur une frappe à l'entrée de la surface de réparation. L'Inter est, elle, en gros manque d'inspiration et finit quasiment systématiquement ses actions par des centres forcés assez facilement lisibles pour la défense sicilienne. Kondogbia passe aussi à deux doigts de recevoir un second carton jaune, et donc d'être expulsé, mais c'est finalement Vázquez qui est averti pour simulation, vraisemblablement à tort. L'Inter peut même faire le hold-up sur l'action suivante, mais Guarín est contré au dernier moment par Gonzalez.

Gilardino répond à Perišić


On reprend après la pause avec un bon coup franc obtenu par l'Inter suite à une grossière erreur de relance de Hiljemark. Un coup de pied arrêté superbement tiré par Jovetić, mais tout aussi superbement détourné par Sorrentino. Les Nerazzurri ne parviennent cependant pas à enchaîner, et Kondogbia - encore très moyen ce soir - laisse ainsi sa place à Biabiany après à peine 55 minutes. Un changement franco-français qui ne tarde pas à porter ses fruits. Moins de cinq minutes plus tard, Biabiany sert effectivement sur un plateau Perišić qui n'a plus qu'à pousser au fond le ballon (0-1). Palerme a du mal à s'en remettre, mais va paradoxalement revenir sur sa première vraie occasion.

Et encore, c'est beaucoup dire. Puisque c'est Alberto Gilardino qui égalise, à la suite d'une énième tentative de zquez qui traînait par là (1-1). Le ballon voyage désormais d'un but à l'autre. Et Sorrentino doit s'employer sur des frappes de Guarín puis Telles. Murillo écope, lui, d'un second carton jaune sévère et quitte donc ses partenaires prématurément. Le coup franc qui suit est toutefois très mal négocié par Palerme, et Guarín manque de marquer sur la contre-attaque. Biabiany aura l'occasion de s'offrir la belle histoire de la soirée en fin de match, mais Sorrentino réalise la bonne parade. Après ses débuts parfaits, l'Inter commence à sérieusement caler. Tout le contraire d'Alberto Gilardino qui a encore de belles années devant lui.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Voilà, la je retrouve la patte de Mancini d'il y a 10 ans, le fameux "Mister X" est bien de retour....
Globalement plus de possibilités dans le jeu pour les intéristes mais aussi plus de frayeurs défensives...Ce but casquette signé Gilardino est dur. Dommage de commencer cette semaine décisive pour le Scudetto par un nul à Palerme.
Je le dis et je le répète Mancini n'est pas un coach !!!
luigi_di_biagio Niveau : District
Quand est-ce qu'ils vont dégager Nagatomo et arrêter de faire plaisir à leurs supporters asiatiques ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 4