L'Inter, c'est cher payé

0 0
La phrase prononcée à la fin de la rencontre par Luc Sonor résume parfaitement le match. « C'est ça la force des grandes équipes : elles gagnent même quand elles sont nulles » . C'est dit. Et c'est vrai.



L'Inter s'est imposée 3-0 sur la pelouse de la lanterne rouge, Bari. Pourtant, n'ayons pas peur de le dire, l'Inter a été nulle. Et Bari aurait largement mérité son match nul. Les joueurs de Ventura pourront d'ailleurs se plaindre : si l'arbitre avait légitimement exclu Chivu, qui a mis une mandale fabuleuse à Marco Rossi (trois ou quatre journées de suspension après visionnage), le match aurait pu prendre une autre tournure.



Sans idée, sans jeu, l'Inter a longuement erré sur le champ de bataille du San Nicola. C'est finalement Houssine Kharja, sur la première véritable occasion interiste, qui a sorti Leonardo du bourbier. Il manquait alors 20 minutes. 20 minutes pendant lesquels les joueurs de Bari ont tout tenté, en vain. A la 93ème minute, Okaka (qui, dans son attitude nonchalante, rappelle un certain Balotelli) offre un ballon à l'adversaire et permet à Pazzini de tuer le match. Bari rentre aux vestiaires, et Sneijder, de retour après deux mois, en profite pour en coller un troisième à la 95ème.



L'Inter revient à la troisième place, à 7 points du Milan AC, et avec un match en retard. Mais pour rattraper les cousins, il faudra montrer autre chose.



EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0