1. //
  2. // 32e journée
  3. // Inter/AS Roma (2-1)

L'Inter bat la Roma et fait une fleur à la Lazio

Victorieux 2-1 de la Roma, les Nerazzurri retrouvent la victoire et doublent les cousins milanais au classement. Quant aux Giallorossi, ils risquent de voir la Lazio prendre une petite avance dès demain dans la course à la seconde place.

Modififié
0 3

Inter Milan - AS Rome
(2-1)

Hernanes (15'), M. Icardi (88') pour Inter Milan , R. Nainggolan (63') pour AS Rome.


La Lazio peut remercier ses anciens. La semaine passée, c'est son ancien coach Edy Reja qui était venu chercher un nul à l'Olimpico face à la Roma. Ce soir, c'est Hernanes qui contribue à la défaite des Romanisti. L'Inter en profite ainsi pour passer devant le Milan AC. Objectifs bien différents pour les deux villes : place de dauphin de la Juve pour les Romaines, supériorité citadine pour les Milanaises. Le tout étant très symptomatique de la nouvelle hiérarchie du football italien. Il a fallu toutefois attendre la fin de la rencontre pour voir l'Inter s'imposer, exactement la 88e, lorsqu'Icardi inscrit le but du 2-1. La série noire continue pour Rudi Garcia.

Hernanes paye sa cabriole


Inter-Roma : c'est le classique de la seconde partie des années 2000, lorsque les deux équipes se tiraient la bourre dans toutes les compétitions nationales, avec un net avantage pour les Nerazzurri. Toutefois, les Giallorossi vantent une excellente tradition à San Siro, avec seulement une défaite lors de leurs neuf dernières visites. Et cette tradition est respectée en début de match avec une Roma qui tient le ballon dans le premier quart d'heure et qui inquiète Handanović par une belle frappe de De Rossi hors de la surface. La même pour Hernanes donc, sauf que cela finit au fond des filets. Au bon souvenir des tifosi de la Lazio.

Les Romains réagissent immédiatement puisqu'ils touchent le poteau par Ibarbo une minute après l'ouverture du score interista. Le Colombien et le Grec Holebas sont les plus remuants, tandis que Totti est obligé de revenir très bas pour chercher les ballons. Côté Inter, c'est le benjamin Gnoukouri qui régale. Âgé de 18 ans, il en est à sa deuxième titularisation consécutive après le derby et fait très bonne impression. La première mi-temps se termine par un nombre incalculable de petites fautes qui rend la qualité globale du match très moyenne. À signaler l'expulsion du team manager de l'Inter Andrea Romeo pour protestations, alors qu'il était lui-même arbitre de haut niveau il y a peu. Ah l'Italie...

Nainggolan égalise, Icardi crucifie


Le début de la seconde période démarre avec Icardi qui s'offre deux belles opportunités, mais n'en cadre pas une, puis une bronca pour la sortie d'un Francesco Totti toujours autant apprécié dans les stades adverses. Curieusement, c'est Keita qui le remplace, Garcia passe en effet en 4-3-1-2 avec Pjanić derrière Ibarbo et Gervinho. Cela ne produit aucun effet particulier hormis une tentative de Florenzi (encore trimbalé au poste d'arrière-droit) qui finit dans les nuages. Des approximations de ce genre, le match en offre régulièrement et les phases de jeu intéressantes se font rares à San Siro.

C'est d'ailleurs sur une erreur de relance de Ranocchia que l'égalisation de la Roma intervient, Pjanić lance Nainggolan qui crucifie Handanović. 1-1. Là aussi, l'Inter réagit, mais Mr Orsato laisse l'avantage à Guarín (qui butte sur De Sanctis) au lieu de siffler coup franc (ou péno ?) sur Palacio. Dans la foulée, Handanović se détend sur un coup franc de Pjanić. Bref, l'ambiance se réchauffe. Les coachs tentent quelques coups avec les jokers de luxe, Iturbe et Doumbia pour Garcia, Shaqiri et Podolski pour Mancini. Ce dernier opte pour un 4-2-3-1 à traction offensive avec une défense protégée par Kovačić/Hernanes. Et cela finit par payer : servi par le champion du monde allemand, Icardi se retourne et bat De Sanctis d'une frappe croisée. 2-1 et même presque 3-1 avec Palacio, puis Podoslki. L'hymne « Amala » peut bien résonner au Meazza.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Valentin Pauluzzi, à San Siro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Milan_forza18 Niveau : CFA
Aie aie aie la roma glisse.....
Ahmed-Gooner Niveau : National
Note : 1
Il faut impérativement que Garcia bricole un peu en défense car là c'est pas possible, aucun joueur à part Manolas n'est au niveau, faut faire redescendre De Rossi par exemple, lui qui était hors de forme cette saison et qui voit Keita remplir son rôle mieux que lui, ça peut être un pari gagnant, en plus je me rappelle qu'à l'Euro 2012 DDR a fait quelques sorties (très) convaincante en défense.

L'autre problème est à mon avis Gervinho, j'ai l'impression de revoir le Gervinho d'Arsenal, le type n'a aucune intelligence de jeu c'est presque rageant, surtout que Garcia le sort presque jamais du 11 malgré la concurrence.

Concernant l'Inter ils ont gagné et ils ont bien joué les contres, mais ils étaient pas flamboyants non plus, et puis je comprend pas pourquoi Mancini laisse toujours Shaqiri, Kovacic, Podolski ou même Santon sur le banc (pour mettre Jesus arrière gauche), il le fait depuis pas mal de matchs maintenant et c'est pas comme si les résultats étaient brillants, l'animation et le jeu non plus.
Rudi Garcia après la défaite 3-2 contre la Juve "on va remporter le Scudetto, j'en suis certain aujourd'hui après ce match scandaleux".

6 mois après, la Juve a 15 points d'avance sur la Roma avec un match en moins, la Juve est en finale de Coppa Italia, et est demi finaliste de la Champions' League, la Roma ? elle a dépensé beaucoup d'argent (Manolas, Holebas, Iturbe, Doumbia, Ibarbo, Yanga-Mwiba, Astori) + Keita et Cole. Bon, Rudi Garcia hein.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le miracle Chicharito
0 3