1. //
  2. // 8e
  3. // Bayern/Inter

L'Inter à corps perdus ?

Défaits 0-1 au match aller par un Bayern réaliste, les joueurs de Leonardo croient dur comme fer à une qualification sur la pelouse de l'Allianz Arena. La méthode Coué à l'italienne...

0 6
« Nous allons à Munich pour gagner » . Comme tout vieux briscard qui se respecte, Javier Zanetti, 37 berges, dont quinze sous la tunique nerazzurra, maîtrise les fondamentaux de la sortie médiatique d'avant match. Des grands rendez-vous européens, l'Argentin en a disputé à la pelle, et en connait toutes les issues possibles et imaginables. De la bataille tactique du Camp Nou à la victoire en finale de Coupe de l'UEFA face à la Lazio, en passant par des sentiers plus escarpés, le bonhomme sait de quoi il parle. Pourtant, l'étonnant optimisme cultivé cette semaine par Leonardo et ses adeptes pousse au scepticisme. Et si l'Inter Milan sortait les griffes pour mieux cacher ses peurs ?

Aux grands maux, les grands moyens. Conscients du mauvais résultat concédé au match aller, les Intéristes ont dégainé l'artillerie lourde en conférence de presse ce lundi. Leonardo, plus besogneux que bling-bling quand les grandes joutes européennes montrent le bout de leur nez, a préféré le survet' au costard. A ses côtés, l'anti-Ballon d'Or, Wesley Sneijder, prêt à rabattre le caquet à ces hyènes de journalistes, attirés par l'odeur du sang d'une proie trop facile qu'est le football italien. Pas franchement décidé à jouer le rôle de la carcasse grignotée par les charognards, le technicien brésilien dégaine le premier. Avec le sourire : « Nous sommes enthousiastes et nous avons confiance en notre capacité à renverser la situation. Je ne conçois pas l'idée d'être éliminé. Je me sens très bien et très fort car je peux me baser sur une équipe performante. Je ne promets rien, car ce genre de chose ne se fait pas dans le football, mais je n'envisage vraiment pas une élimination » . Une théorie encore à prouver. Si l'Inter de José Mourinho était capable d'exploit de ce type, celui de Leonardo n'a pas encore eu l'occasion de prouver quoi que ce soit. Des victoires sérieuses en Serie A, un joli come back au classement, des recrues intéressantes : un cocktail séduisant, certes, mais trop léger pour ôter aux observateurs l'idée que la partie de mercredi s'annonce difficile.

Bien sûr, il serait mal venu de prêter tout jugement de valeur sur la piètre prestation milanaise vendredi dernier face à Brescia. Paradoxalement, il parait impossible de ne pas s'intéresser au récital donné par les Bavarois ce week-end. Une bonne fessée 6-0 administrée à un Hambourg complètement à la rue, et surtout un duo Robben-Ribéry de nouveau sur le pont. Pendant que le Français retrouve ses sensations et le chemin des filets, le Hollandais redevient petit à petit le monstre aux grandes oreilles qui a trainé les siens jusqu'en finale la saison passée. Un net regain de forme qui n'effraye pas son ami et compatriote, Wesley Sneijder : « Ce match dure 180 minutes, nous n'en avons joué que 90. Ils arrivent en confiance après une belle victoire 6-0, mais nous avons aussi de bonnes sensations, peu importe le match nul concédé à Brescia » .

Facile de faire le fier quand on joue numéro 10. Que Wesley le veuille ou non, la défense milanaise, frappée de plein fouet par une sale hécatombe, pourrait bien ramer face à la vitesse des Robbery & Co. L'arrivée du bon Ranocchia ne masque que difficilement la disparition de la doublette Samuel (out jusqu'à la fin de saison) - Lucio (incertain), qui apportait tant de sérénité à l'Inter du Mou. C'est donc en compagnie de Cordoba, auteur d'une belle boulette ce week-end, que le jeune défenseur rital devra œuvrer pour la sacrosainte cause italienne. Devant, c'est plus simple, la solution est toute trouvée. Leonardo dispose d'un joueur trop fort pour la Serie A, et peut-être trop fort tout court, en la personne de Samuel Eto'o. Alors autant en profiter : « Samu a gagné deux Champion's League, il a une grande expérience. Et il est très certainement l'un des meilleurs joueurs du monde, même si les gens ont trop souvent tendance à l'oublier lorsqu'ils abordent le sujet » . Contrairement à Zlatan, Eto'o a toujours fait en sorte que les soirs de grands matches, ses pieds et son talent soient à la hauteur de son melon. Mais comme le Milan AC, l'Inter a opté pour une campagne de comm' à la cool, une positive attitude d'avant-match qui contraste avec l'enjeu du remake de la finale 2010. Comme le Milan AC, l'Inter a tous les espoirs d'un football italien agonisant sur ses épaules. Le plus lourd de tous les fardeaux chez nos voisins transalpins.

Swann Borsellino

Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
leonardo vs van gaal avantage bayern
Vraiment pas favori, l'Inter!

D'autant que la lutte pour le titre est loin d'être terminée.

Et que les frères ennemis en rouge et noir n'ont plus à se soucier des matchs européens.

M'étonnerait pas que l'Inter fasse comme le Milan. Qu'il laisse tomber ce match.
3 Champion's pour Fils barça(2) inter (1) mais bon ...
Le match allé était de toute beauté.

Je mise tout de même sur l'Inter, les joueurs ont encore la gnac et le talent necessaire. Il faudra un grand J.Cesar et une défense au top pour contrer le duo Robery.

Seul bémol, comme avonbarksdale, je ne suis pas convaincu des talents tactiques de Leonardo.

Peut être que le Bayern va laisser tomber ce match pour se consacrer à la 3e place de la Budesliga^^
Ca promet un gros match où tout est jouable !
Le Bayern, c'est monstreux offensivement mais tellement faible défensivement ...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 6