Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Référendum

L'indépendance de l'Écosse : The Old Déprime

L'Écosse va-t-elle devenir indépendante ? À en croire les sondages, la question longtemps absurde semble proche de devenir une réalité. La faute à beaucoup d'hydrocarbures et peut-être l'engagement de Sean Connery. L'un des plus anciens états du Vieux Monde, la Grande-Bretagne et ses quatre nations historiques, est sur le point de perdre peut-être son plus beau fleuron. Mais le football a déjà, quelque part, montré la voie. Même si, parfois, il en est pour sa part déjà au stade des regrets.

Modififié
« Si la FIFA avait voulu être certaine de faire gagner le Yes, il aurait suffit qu'elle impose à la Grande-Bretagne, comme beaucoup le réclament dans ses rangs, de ne pouvoir inscrire qu'une seule équipe dans les compétitions internationales. Les Écossais sont tellement attachés à leur sélection nationale que l'indépendance passerait sans problème avec une large majorité. » Le journaliste Darren Tulett peut s'en amuser, mais il s'agit bien d'une vérité première et essentielle. L'Écosse existe déjà sur les terrains de foot, et ce, depuis les débuts (la Fédération date de 1873). Et si le CIO n'a pas cédé aux sirènes des complexités nationales de la Grande-Bretagne (prenez cinq minutes pour comprendre les diverses variantes de la citoyenneté britannique et de son Commonwealth), le fait est en revanche acquis, pour le rond ou l'ovale, que le Flower of Scotland n'a pas fini de résonner. À cela près que, dès que l'on descend dans les méandres de la Scottish Premiership, l'affaire se corse quelque peu.

C'est l'un des paradoxes de ce référendum d'ailleurs. Les sportifs, habituels supports vivants, voire vecteurs, à leur corps défendant parfois, des grandes causes nationales voire nationalistes, se sont montrés d'une extrême prudence, quand artistes - Franz Ferdinand pour le oui, Paul McCartney pour le non - et intellectuels se sont lancés dans la bataille. Même le tennisman Andy Murray a préféré botter en touche, si l'on ose dire. Seule exception, et de taille, Sir Alex Ferguson, pourtant écossais pur jus de Glasgow, s'est engagé dans le camp du non, exprimant sa pensée dans le Guardian : « 800 000 Écossais comme moi vivent et travaillent dans une autre partie du Royaume-Uni. Nous ne vivons pas dans un pays étranger, mais dans l'une des régions de la grande famille britannique. » L'ancien hérault de Manchester United a le sens du contrepied. Il a même financé la campagne « Better Together » , qui n'a pas manqué d'en faire un de ses arguments de com' sur le net : « He has donated, will you ? »

« Rien n'influence plus l'opinion qu'un club de football »


Ce point de vue ne devrait pas trop surprendre. Dès que l'on descend au niveau des clubs, la ligne de fracture se fait tout autant sentir. « Dans le vestiaire des Rangers, vous avez encore le portrait de la Reine et les supporters, très attachés à leur protestantisme, ont clairement affiché leur penchant du coté du No, confirme Darren Tulett. En face, les fans du Celtic ne cachent pas vraiment leur soutien. Lors du dernier match contre Dundee United, ils ont sorti dans les tribunes des centaines de panneaux « YES » . « Nous voulions envoyer un message depuis le Celtic Park, et rien n'influence plus l'opinion qu'un club de football » , confia à ce propos dans le New-York Times Tony Kenny, qui coordonna la « Radical Independance campaign » dans l'antre des Bhoys : « Au Celtic, vous trouverez beaucoup de personnes qui sont anti-establishment et qui ne se sont jamais sentis à l'aise avec l'identité britannique. Pour nous, c'était un terrain fertile avec beaucoup de gens mûrs pour devenir pro-indépendance. » On se souviendra en effet que, voici dix ans, dans le film de Ken Loach - lui aussi farouche partisan de l'indépendance dans laquelle il voit une aspiration en faveur de davantage de justice sociale - Just a kiss, une jeune fille musulmane d'origine pakistanaise proclamait farouchement son attachement à l'Écosse en portant un maillot du Celtic à la face de ses camarades britanniques.


Toutefois, il ne faut pas se laisser captiver par la seule bataille partisane des tribunes écossaises et les remous du Old Firm. Du côté de la direction des clubs, cela fait longtemps que la raison économique l'emporte sur le cœur patriotique ou les querelles obsolètes autour de l'Acte d'union de 1707. Les Rangers et le Celtic rêvent toujours en effet, en ce jour de référendum, de rejoindre la Premier League de la perfide Albion, son niveau de jeu et surtout ses revenus économiques faramineux. Bref, de bénéficier, comme la galloise Swansea, de droits télé dix fois plus importants et d'une exposition médiatique à l'avenant. Si, pour l'instant, le front du refus l'a emporté parmi les pensionnaires de la prestigieuse compétition anglaise, en cas de victoire du Yes aujourd'hui, il s'agirait sûrement de l'acte de décès définitif de cette revendication. Cela dit, finalement, la meilleure propagande en faveur du Yes est peut-être venue du côté du foot anglais. Richard Scudamore, le chief executive de la Premier League, n'avait-il pas déclaré : « C'est non ! (…) Outre ces clubs écossais, d'autres clubs d'autres championnats étrangers ont demandé de pouvoir participer à notre Premier league. C'est très flatteur, mais ça n'arrivera jamais. » « D'autres championnats étrangers » ... Tout est dit.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 4 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 13 heures La drôle de liste d'invités de la finale 32 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 64
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3