1. //
  2. //
  3. // Référendum

L'indépendance de l'Écosse : The Old Déprime

L'Écosse va-t-elle devenir indépendante ? À en croire les sondages, la question longtemps absurde semble proche de devenir une réalité. La faute à beaucoup d'hydrocarbures et peut-être l'engagement de Sean Connery. L'un des plus anciens états du Vieux Monde, la Grande-Bretagne et ses quatre nations historiques, est sur le point de perdre peut-être son plus beau fleuron. Mais le football a déjà, quelque part, montré la voie. Même si, parfois, il en est pour sa part déjà au stade des regrets.

Modififié
38 46
« Si la FIFA avait voulu être certaine de faire gagner le Yes, il aurait suffit qu'elle impose à la Grande-Bretagne, comme beaucoup le réclament dans ses rangs, de ne pouvoir inscrire qu'une seule équipe dans les compétitions internationales. Les Écossais sont tellement attachés à leur sélection nationale que l'indépendance passerait sans problème avec une large majorité. » Le journaliste Darren Tulett peut s'en amuser, mais il s'agit bien d'une vérité première et essentielle. L'Écosse existe déjà sur les terrains de foot, et ce, depuis les débuts (la Fédération date de 1873). Et si le CIO n'a pas cédé aux sirènes des complexités nationales de la Grande-Bretagne (prenez cinq minutes pour comprendre les diverses variantes de la citoyenneté britannique et de son Commonwealth), le fait est en revanche acquis, pour le rond ou l'ovale, que le Flower of Scotland n'a pas fini de résonner. À cela près que, dès que l'on descend dans les méandres de la Scottish Premiership, l'affaire se corse quelque peu.

C'est l'un des paradoxes de ce référendum d'ailleurs. Les sportifs, habituels supports vivants, voire vecteurs, à leur corps défendant parfois, des grandes causes nationales voire nationalistes, se sont montrés d'une extrême prudence, quand artistes - Franz Ferdinand pour le oui, Paul McCartney pour le non - et intellectuels se sont lancés dans la bataille. Même le tennisman Andy Murray a préféré botter en touche, si l'on ose dire. Seule exception, et de taille, Sir Alex Ferguson, pourtant écossais pur jus de Glasgow, s'est engagé dans le camp du non, exprimant sa pensée dans le Guardian : « 800 000 Écossais comme moi vivent et travaillent dans une autre partie du Royaume-Uni. Nous ne vivons pas dans un pays étranger, mais dans l'une des régions de la grande famille britannique. » L'ancien hérault de Manchester United a le sens du contrepied. Il a même financé la campagne « Better Together » , qui n'a pas manqué d'en faire un de ses arguments de com' sur le net : « He has donated, will you ? »

« Rien n'influence plus l'opinion qu'un club de football »


Ce point de vue ne devrait pas trop surprendre. Dès que l'on descend au niveau des clubs, la ligne de fracture se fait tout autant sentir. « Dans le vestiaire des Rangers, vous avez encore le portrait de la Reine et les supporters, très attachés à leur protestantisme, ont clairement affiché leur penchant du coté du No, confirme Darren Tulett. En face, les fans du Celtic ne cachent pas vraiment leur soutien. Lors du dernier match contre Dundee United, ils ont sorti dans les tribunes des centaines de panneaux « YES » . « Nous voulions envoyer un message depuis le Celtic Park, et rien n'influence plus l'opinion qu'un club de football » , confia à ce propos dans le New-York Times Tony Kenny, qui coordonna la « Radical Independance campaign » dans l'antre des Bhoys : « Au Celtic, vous trouverez beaucoup de personnes qui sont anti-establishment et qui ne se sont jamais sentis à l'aise avec l'identité britannique. Pour nous, c'était un terrain fertile avec beaucoup de gens mûrs pour devenir pro-indépendance. » On se souviendra en effet que, voici dix ans, dans le film de Ken Loach - lui aussi farouche partisan de l'indépendance dans laquelle il voit une aspiration en faveur de davantage de justice sociale - Just a kiss, une jeune fille musulmane d'origine pakistanaise proclamait farouchement son attachement à l'Écosse en portant un maillot du Celtic à la face de ses camarades britanniques.

Toutefois, il ne faut pas se laisser captiver par la seule bataille partisane des tribunes écossaises et les remous du Old Firm. Du côté de la direction des clubs, cela fait longtemps que la raison économique l'emporte sur le cœur patriotique ou les querelles obsolètes autour de l'Acte d'union de 1707. Les Rangers et le Celtic rêvent toujours en effet, en ce jour de référendum, de rejoindre la Premier League de la perfide Albion, son niveau de jeu et surtout ses revenus économiques faramineux. Bref, de bénéficier, comme la galloise Swansea, de droits télé dix fois plus importants et d'une exposition médiatique à l'avenant. Si, pour l'instant, le front du refus l'a emporté parmi les pensionnaires de la prestigieuse compétition anglaise, en cas de victoire du Yes aujourd'hui, il s'agirait sûrement de l'acte de décès définitif de cette revendication. Cela dit, finalement, la meilleure propagande en faveur du Yes est peut-être venue du côté du foot anglais. Richard Scudamore, le chief executive de la Premier League, n'avait-il pas déclaré : « C'est non ! (…) Outre ces clubs écossais, d'autres clubs d'autres championnats étrangers ont demandé de pouvoir participer à notre Premier league. C'est très flatteur, mais ça n'arrivera jamais. » « D'autres championnats étrangers » ... Tout est dit.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vladivostock7 Niveau : District
La PL pour le Celtic et les Rangers c'est une décision difficile pour eux également.
Certes, plus de droit TV, mais adieu la C1...
Même si je vous l'accorde, ces dernières années, et cette saison notamment, c'est pas garanti.
ClchnrAtm7 Niveau : DHR
William Wallace va pouvoir enfin reposer en paix
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 1
Moi y'a un truc qui m'a toujours fait rire dans cette histoire ou peut-être c'est moi qui voit mal c'est lors du derby de glasgow je vois jamais de drapeaux écossais mais toujours les drapeaux britanniques ou anglais côté rangers et irlandais côté celtic, j'ai toujours trouvé surréaliste !

C'est dire que cette histoire est assez complexe !

Sinon c'est ce genre d'article que j'aime !

Faudrait faire un même article avec la Catalogne !
Vladivostock7 Niveau : District
Beaucoup de drapeau Ecossais du coté des Rangers
Un peu moins du côté du Celtic c'est sur
Moi je me pose une question lorsque l'auteur dit de Sir Alex Ferguson qu'il est "l'ancien hérault de Manchester United".
Est-ce que c'est Manchester United qui est un club de l'Hérault?
Ou est-ce que c'est Sir Alex qui vit près de Montpellier?
Ah non, il est peut-être associé à notre Sir Loulou national au MHSC?
Non, vraiment, je ne comprends pas cette phrase, si ce n'est peut-être une erreur d'orthographe...
Je plaisante Monsieur Nicolas Kssis-Martov...
Allez, bon après-midi les amis...
Kit Fisteur Niveau : Loisir
FREEEEEEEEDOM ! Vive William Wallace, Robert Bruce et Willie le jardinier !

Ah là là, au nom de la Auld Alliance troller les anglais ainsi pourrait être tellement bon ^^

Sinon pour en revenir au football, l'Ecosse (si le non passe), le Pays de Galles, l'Irlande du nord et l'Angleterre ayant chacune une sélection nationale c'est juste n'importe quoi... Pourquoi la Bretagne et la Corse n'auraient-elles pas leurs propres sélections ? Et même la France-Comté pourquoi pas, soyons fous ?
Les supporters des deux clubs sont divisés sur le referendum comme le reste de la société. J'ai lu il y a quelques temps un sondage qui donnait 55-45 pour le Non chez les Rangers et 55-45 pour le Oui parmi les supporters du Celtic. Dans chaque camps, la forte minorité reste peut-être discrète dans le stade, où les plus farouches partisans sont les plus visibles, mais comme sur de nombreux sujets, la rivalité entre les deux clubs ne se réplique pas telle quelle dans la société, même si les symboles arborés pourraient faire penser le contraire.

Bill Shankly disait que le football est plus important qu'une question de vie ou de mort. On le cite par bravade sans le penser réellement. Le match du Celtic de ce soir est anecdotique (étant donné nos perfs en Europe en ce moment, mieux vaut rester discret !)
Lorenzaccio Niveau : DHR
Message posté par Prospère Mulenga
Moi y'a un truc qui m'a toujours fait rire dans cette histoire ou peut-être c'est moi qui voit mal c'est lors du derby de glasgow je vois jamais de drapeaux écossais mais toujours les drapeaux britanniques ou anglais côté rangers et irlandais côté celtic, j'ai toujours trouvé surréaliste !

C'est dire que cette histoire est assez complexe !


Les drapeaux irlandais sont utilisés comme symbole de la résistance d'un peuple celte et catholique à la domination anglaise
Sinon c'est quand qu'on donne à Marseille son indépendance ?
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Message posté par Vladivostock7
Beaucoup de drapeau Ecossais du coté des Rangers
Un peu moins du côté du Celtic c'est sur


merci pour l'info !
http://www.courrierinternational.com/fi … raphie.jpg

Par contre pour Morrissey (qu'est anglais), c'est tout net.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Mouarf, Andy Murray a déclaré qu'il choisirait la nationalité écossaise...
Ferguson défend le "non" ? Il est travailliste et son parti défend "l'unité".

Puis vous vous plantez lamentablement lorsque vous dites que l'Écosse souhaite être indépendant sur ces histoires d'hydrocarbure. L'indépendance n'est pas seulement économique, elle est aussi politique. L'Écosse est une terre de gauche (il n'y a qu'un seul député conservateur) et ils ne veulent pas continuer dans la politique de rigueur qui sévit actuellement en Europe. Le parti travailliste écossais est sous l'emprise de celui des anglais... En restant sous la botte de l'Angleterre, ils risquent de devoir faire un trait sur le système de couverture sociale et commencer à privatiser l'éducation.
Ils veulent simplement être maître de leur pays. Pourquoi les blâmer ? Surtout qu'ils sont totalement europhile et souhaitent malgré tout garder l'union monétaire avec l'Angleterre (à moyen terme).
Les seules raisons de ne pas défendre l'indépendance de l'Écosse sont : être anglais et cupide (Westminster), être impérialiste (Westminster...), ou avoir peur des représailles économiques (industrie pétrolière et financière).

Pour terminer : http://www.dailymotion.com/video/x260v5 … -parti_fun
@Tsouin

Avec le transfert de pouvoirs maximum accord en urgence par Westminster (ce qui traduit bien leur revirement a 180 guide par la peur), le risque du vote Yes vaut-il la chandelle?

Scottish pound affaibili (donc epargne en monnaie de signe), emprunts sur les marches financiers a taux usuriers (fini de beneficier de la qualite de signature de l'Angleterre), delocalisation des societes au sud de la frontiere.

Salmonds avec Devo Max a deja gagne et rempli son objectif initial (il avait peur de l'independance a la base).
http://www.ozap.com/actu/un-article-de- … tes/455362
J'étais déjà plié sur l'article, mais là c'est le feu d'artifice! SOFOOT FOREVER.
Message posté par Kit Fisteur
Pourquoi la Bretagne et la Corse n'auraient-elles pas leurs propres sélections ? Et même la France-Comté pourquoi pas, soyons fous ?


http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quip … _football_(BFA)

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quip … e_football
"L'un des plus anciens états du Vieux Monde, la Grande-Bretagne"

L'Etat en question, c'est le Royaume-Uni, qui inclut l'Irlande du Nord.

La Grande Bretagne, c'est l'Angleterre, l'Ecosse et le Pays de Galles.
AriGold > les dernières propositions de devolution n'ont pas été votées par le parlement de Westminster, mais promises par les leaders des trois principaux partis. Or, les rivaux de Cameron chez les Tories ont déjà annoncé qu'ils lutteraient contre ces nouveaux transferts de compétence. Ajouté à cela la défiance vis à vis de la classe politique de Londres dont les Écossais font preuve comme d'autres dans le Royaume, je ne suis pas que ça puisse être décisif.

Si Cameron avait proposé la Devo Max il y a deux ans, les Écossais seraient sans en train de voter massivement pour un Oui maintenant l'Ecosse dans l'Union. Et ce serait bien mieux.

Si les principaux dirigeants politiques et Ies intellectuels britanniques ne s'étaient pas réveillés si tardivement, le Non aurait probablement conservé son avance confortable.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Schéma classique d'indépendantisme et de repli identitaire en temps de crise.

Les écossais se dirigent vers une bien belle connerie.
maradonald Niveau : DHR
Message posté par midgar
Sinon c'est quand qu'on donne à Marseille son indépendance ?


Quand ta haine et ton aigreur auront disparu, ce qui veux dire jamais, probablement.
maradonald Niveau : DHR
"la Grande-Bretagne et ses quatre nations historiques"
La Grande-Bretagne compte 3 nations : l'Angleterre, l'Ecosse et le Pays-de-Galles.
Le Royaume-Uni en compte 4: Les 3 de la Grande Bretagne + l'Irlande du Nord.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
38 46