En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Naples-Sassuolo

L'incroyable parcours de Maurizio Sarri

Aujourd'hui adulé après une superbe première partie de saison à la tête du Napoli, Maurizio Sarri continue son incroyable parcours. Pour cause, depuis le début de sa carrière d'entraîneur, il a gravi pas moins de neuf échelons. À l'exception de la Terza Categoria, le dernier niveau italien, il a même coaché dans toutes les divisions qui existent de l'autre côté des Alpes.

Modififié
Au départ, il y a la passion. La dévotion même. Celles d’un homme prêt à tout quitter pour se consacrer pleinement au football. En 2001, Maurizio Sarri n’est effectivement encore qu’un entraîneur inconnu de petits clubs amateurs lorsqu’il prend une décision capitale pour son avenir : démissionner de son poste d’employé au sein de la Monte dei Paschi di Siena, l’établissement bancaire réputé comme le plus ancien au monde : « À l’époque, je m’occupais des changes, des finances interbancaires. J’ai travaillé à Londres, en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg. Je manœuvrais des dizaines de millions, j’étais bon et j’avais un bon salaire. Je pense même que j’aurais fait une belle carrière » , assure aujourd’hui l’entraîneur du Napoli. « Mais entraîner était infiniment plus beau. En 2001, j’étais à la Sansovino (en Eccellenza, le 6e niveau italien) et j’ai compris que je ne pouvais passer le cap que si entraîner devenait mon activité principale. Surtout, je n’en pouvais plus d’aller au bureau et d’attendre avec impatience qu’il soit 17h pour pouvoir me barrer et aller sur le terrain. » Maurizio n’hésite pas plus longtemps à pousser le bouchon. Le début d’une immense aventure.

Confiance et réussites


À peine trois ans plus tard, le bougre a déjà fait du chemin quand Arduino Casprini, le regretté président de la Sangiovannese - un club toscan situé dans la province d’Arezzo -, choisit de miser sur lui. En effet, Sarri vient d’empocher deux montées en trois saisons, ainsi que la Coupe d’Italie de Serie D, à la tête de la Sansovino. Nous sommes en 2003, et Sarri a alors besoin d’une dérogation pour pouvoir entraîner en Serie C2, le premier niveau professionnel italien de l’époque. Un premier changement de statut qui est loin d’effrayer le bon Maurizio. « Il était déjà très sûr de lui, de son travail et de ses idées. Cette confiance, il l’a d’ailleurs tout de suite transmise au groupe. Dès le premier entraînement, il a fait une grosse impression » , se souvient aujourd’hui Gianluca Nocentini, à l’époque défenseur de la Sangiovannese. La première partie de saison de la Sangio’ est toutefois moyenne. Au terme de la phase aller, les Biancazzurri ne pointent en effet qu’à la cinquième place du classement. Mais le groupe est bien conscient de ses qualités et ne cesse de progresser sous les ordres du futur technicien de Serie A : « On est montés en puissance au fil de la saison. D’ailleurs, on a fini meilleure défense du championnat cette année-là » , appuie Nocentini, qui évoluait dans l’axe central.


Surtout, le 4-2-3-1 ultra offensif aligné par Sarri fait des étincelles. D’autant plus qu’il peut compter sur la présence au poste de trequartista d’un certain Francesco Baiano, ex-compère de Batistuta à la Fiorentina. Modeste, ce dernier préfère aujourd’hui vanter les mérites de son ancien entraîneur avec lequel il entretient toujours des rapports réguliers : « Sarri avait déjà tout d’un coach de haut niveau. C’était évident qu’il pouvait aller plus haut. Et puis il travaillait énormément, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Il ne pensait qu’au football ! Sa préparation des rencontres était ahurissante. Il étudiait dans le moindre détail nos adversaires. » Comme souvent, le travail finit par payer. La Sangiovannese ne perd pas une seule rencontre lors de la phase retour et finit par arracher son billet pour la Serie C1 en play-offs. Parti de la Seconda Categoria (le 9e niveau italien de l’époque) en 1990 à Stia - où il évoluait comme entraîneur-joueur -, Sarri a déjà gravi six échelons. Mieux, après avoir sereinement acquis le maintien avec la Sangio en Serie C1 la saison suivante, Sarri est nommé sur le banc de Pescara en Serie B. Le sommet se rapproche.

Travail, échecs et progression


Avec le club de cœur de Marco Verratti, Maurizio Sarri poursuit son apprentissage. La saison est même une réussite pour les Delfini, puisqu’ils terminent à la 11e place après avoir été repêchés de justesse en Serie B lors de l’été. Sarri n’est toutefois pas convaincu par le projet et finit par démissionner avant même le début d’une autre saison. En plus du maintien, il laisse derrière lui une anecdote savoureuse. Par superstition, Maurizio ordonnait en effet à ses joueurs qui disposaient de chaussures colorées de les noircir à la bombe de peinture. « Tous les entraîneurs sont plus ou moins superstitieux, mais c’est vrai que Sarri l’était particulièrement. À la Sangio, il s’habillait toujours de la même manière, toujours avec le même survêtement. Il n’en changeait jamais » , étaye Francesco Baiano. « Il est sûrement moins superstitieux aujourd’hui, mais à l’époque c’était un fou. Il faisait attention à reproduire à l’identique le moindre détail » confirme Gianluca Nocentini. Insuffisant toutefois pour échapper aux galères. De 2006 à 2012, Maurizio Sarri enchaîne pas moins de sept clubs (Arezzo, Avellino, Hellas, Perugia, Grosseto, Alessandria et Sorrento). Entre démissions et licenciements, il ne participe surtout qu’à un seul championnat dans son intégralité - en 2010/2011, en Lega Pro avec l’Alessandria - qui se conclut par une défaite en play-offs.


Des échecs que Francesco Baiano croit toutefois pouvoir justifier : « Les entraîneurs ne peuvent réussir que s’ils ont le matériel adéquat. Dès que Sarri a eu de bonnes équipes, il s’est toujours imposé. Je ne pense pas que si Guardiola ou Luis Enrique prenaient une équipe médiocre, ils gagneraient le championnat. Les entraîneurs ont toujours besoin des joueurs. Tu peux être aussi bon que tu veux, si tu n’as pas de joueurs, ça ne fonctionnera jamais. » Mais qu’importe la raison après tout. L’essentiel est d’apprendre de ses échecs, et c’est bien ce que Sarri fait. Il en profite même pour passer entre-temps sa thèse à Coverciano sur « la préparation hebdomadaire d’une rencontre » et peaufiner sa vision du football. Il s’abreuve du Milan de Sacchi, du Foggia de Zeman ou encore du premier Chievo de Delneri, de « grands modèles » confie-t-il. Près de cinq ans plus tard et un tremplin parfaitement emprunté avec l’Empoli pour arriver jusqu’au Napoli - son club de cœur depuis gamin -, Sarri savoure le chemin parcouru : « J’ai eu des hauts et des bas en tant qu’entraîneur, mais j’ai à chaque fois progressé. Le pas n’a pas été facile à franchir, mais j’y suis parvenu. De toute façon, je ne vois pas la Serie A comme un accomplissement. Mon vrai objectif était juste de faire de ma passion un métier, et j’ai réussi. J’ai choisi le seul métier que j’aurais accepté de faire gratuitement. » Le rêve est devenu réalité.

Le Scudetto comme destination finale ?


Alors que le Napoli truste aujourd’hui la tête de la Serie A et a décroché le titre de champion d’automne, Francesco Baiano finit d’étayer ce qui fait la méthode Sarri : « C’est un entraîneur qui parle beaucoup aux joueurs. Il réussit à parfaitement te faire comprendre ce qu’il attend de toi. Il met aussi en évidence que c’est l’équipe qui gagne, pas l’individualité. Bien sûr que si tu as un Messi ou un Higuaín, c’est plus facile de gagner, mais c’est toujours l’équipe qui gagne à la fin. Une individualité ne peut pas gagner toute seule » , fixe l’ancien attaquant avant de poursuivre : « Dans sa façon de travailler, Sarri ressemble beaucoup à Zeman. Ce sont des entraîneurs qui te font comprendre que les rencontres doivent être jouées avec un raisonnement, avec une façon précise de voir le football. Rien n’est laissé au hasard. » Quant à Gianluca Nocentini, il espère, lui, que son ancien coach pourra lui faire une belle faveur : « En tant que florentin, j’espère vivement que le Napoli finisse devant la Juve. D’autant plus avec Maurizio sur le banc (rires). Mais si la Fiorentina pouvait gagner le Scudetto, ce serait encore mieux évidemment (rires). » Napolitain de naissance, mais toscan de cœur, Maurizio Sarri serait, à n'en pas douter, également ravi dans les deux cas.



Propos de Gianluca Nocentini et Francesco Baiano recueillis par EM2. Propos de Maurizio Sarri tirés d'interviews accordées au Corriere dello Sport et à la Repubblica

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:56 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta Hier à 20:30 Giroud remporte le prix Puskás 29
Hier à 19:32 Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 4 Hier à 17:55 Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 8 Hier à 15:14 L’actionnaire majoritaire de Lens était avec les ultras 6 Hier à 14:52 Record de points pour le Toronto FC en MLS 10
Partenaires
Olive & Tom
Hier à 12:32 Un jeune stadier trolle les téléspectateurs d’Everton-Arsenal 19 Hier à 11:59 Un joueur du Fenerbahçe protège l’arbitre de touche 2 dimanche 22 octobre David Neres claque un geste « à la Berbatov » 5 dimanche 22 octobre Raiola balance sur le racisme dans le monde du foot 69 dimanche 22 octobre Pronostic OM PSG : 500€ à gagner sur le Classico ! samedi 21 octobre Le président de la FA sous pression 7 samedi 21 octobre Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 7 samedi 21 octobre Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 17 samedi 21 octobre 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina samedi 21 octobre Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 52 vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! 10 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4