1. // Ligue des champions CONCACAF – Demi-finale
  2. // Montréal/Alajuelense

L'Impact de Montréal vise la finale

Miraculeusement qualifiés pour le dernier carré de la Ligue des champions nord-américaine à l'issue d'un épilogue épique en quart de finale, les Québécois de l'Impact affrontent aujourd'hui les Costaricains d'Alajuelense au stade olympique de Montréal. Ils sont les derniers représentants d'une MLS qui a besoin de résultats sur la scène continentale pour asseoir sa crédibilité.

Modififié
32 14
Il n'y a pas qu'en Europe que l'on dispute actuellement la Ligue des champions. En Amérique du Nord aussi, on en est au tableau final de la C1, avec même un petit temps d'avance, puisque se jouent cette semaine les demi-finales de la compétition. Restent en lice un seul club mexicain, deux costaricains et un canadien, l'Impact de Montréal. Les Québécois ont créé l'exploit au tour précédent en venant à bout des Mexicains de Pachuca, trois fois vainqueurs continentaux, dans des conditions assez folles. En déplacement à l'aller, l'Impact était parvenu à bien surprendre son adversaire en menant 2-0, pour finalement se faire égaliser à 2-2. Un score finalement assez frustrant, étant donné le scénario du match, mais qui permettait tout de même de débuter la seconde rencontre en étant virtuellement qualifié. Il s'agissait donc de tenir pour les Canadiens face à des Mexicains plus expérimentés, sur le synthétique du stade olympique de Montréal, devant plus de 38 000 spectateurs. Une mission réussie jusqu'au but inscrit par Pachuca à la 80e suite à un penalty concédé par la recrue Laurent Ciman. Mais sur l'ultime action du match au bout du temps additionnel, l'Impact parvient à égaliser grâce à son improbable joker d'attaque, l'inconnu Cameron Porter, récupéré au troisième tour de la draft en janvier dernier. Parfaitement lancé dans la surface adverse par un long service de Calum Mallace, le rookie réussit à s'emmener le ballon et à tromper le vieux gardien mexicain Oscar Pérez en glissant le cuir entre ses jambes. Une égalisation synonyme de qualification, selon la règle des buts à l'extérieur et qui a fait exploser de joie le public montréalais.

Youtube

L'Impact orphelin de Di Vaio


Pour l'Impact, cet exploit est une sacrée bonne manière de lancer la saison 2015, après une année précédente compliquée, marquée par des résultats décevants en MLS et très vite aucun espoir de se qualifier pour les play-offs. Dans un championnat fermé, une fois que les premières places sont devenues inaccessibles, la saison s'avère longue, forcément… Il a aussi fallu se remettre de l'annonce inéluctable de la retraite de sa star Marco Di Vaio, qui n'a pas vraiment été remplacée. Débarqué en MLS en 2012, l'Impact de Montréal a vécu deux premières saisons dans un certain climat d'euphorie, avant de logiquement rentrer dans le rang l'an dernier. Cette quatrième saison dans l'élite du soccer nord-américain doit être l'occasion de relancer la machine, en retrouvant le goût de la victoire, manière de fidéliser le public actuel et d'aller conquérir quelques autres supporters potentiels.

Parmi les 38 000 spectateurs qui ont assisté à cette improbable qualification en C1, certains peu habitués à suivre ce sport ont dû apprécier au point d'avoir envie de revenir… Di Vaio parti, il va falloir trouver dans l'effectif actuel de nouvelles personnalités pour faire le spectacle et glaner les victoires. Les dirigeants de la franchise misent beaucoup sur les performances du talentueux milieu argentin Ignacio Piatti, éphémère joueur de Saint-Étienne et auteur de débuts prometteurs en MLS depuis son arrivée l'été dernier. Avec une demi-saison d'adaptation et une pré-saison pour préparer l'actuelle, il doit s'imposer comme le maître à jouer d'une équipe également renforcé cet hiver par l'ancien joueur de la Fiorentina Marco Donadel, qui perpétue la tradition de la filière italienne prisée par les dirigeants de l'Impact (Nesta, Di Vaio, Ferrari).

Mettre fin à l'hégémonie mexicaine


Pour la MLS plus généralement, cette qualification a été accueillie avec soulagement. L'Impact est en effet le seul représentant de l'élite nord-américaine dans ce dernier carré après l'élimination en quart de finale de DC United, la franchise de Washington, par les Costaricains d'Alajuelense, futurs adversaires des Montréalais. Dans sa quête de légitimité à l'internationale, les résultats des équipes de MLS sur la scène continentale font tache, puisque la dernière C1 conquise par l'une d'entre elles remonte à l'année 2000 et la victoire de Los Angeles Galaxy. Depuis, seul le Real Salt Lake est parvenu à se hisser jusqu'en finale en 2011 pour s'incliner face aux Mexicains de Monterey. L'hégémonie des Mexicains dans le tournoi est d'ailleurs quasi totale, puisqu'ils ont raflé les neuf dernières éditions. Et quand ce ne sont pas eux qui gagnent, ce sont les Costaricains, comme en 2004 avec Alajuelense et en 2005 avec le Deportivo Saprissa.

Cette saison, ce sont donc d'ailleurs les Costaricains qui sont les plus nombreux dans ce dernier carré avec les qualifications d'Alajuelense et Herediano, seul le Club América représentant le Mexique. Le casting de ce dernier carré doit constituer une belle opportunité pour l'Impact de représenter dignement son championnat. Il va néanmoins falloir beaucoup se méfier de cette formation d'Alajuelense, qui va avoir l'avantage de jouer à domicile au retour. Les Costaricains sont d'excellents joueurs de ballon, comme en attestent les résultats de la sélection nationale lors de la dernière Coupe du monde (quart-de-finaliste, éliminée par les Pays-Bas aux tirs au but). En début de semaine, environ 30 000 billets avaient été vendus pour le match aller, qui sera encore disputé au stade olympique. Le public montréalais ayant eu droit à son grand frisson l'autre jour, il va s'agir cette fois de ne pas le décevoir.

Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

gaiusbaltar Niveau : DHR
Encore une étrange découverte merci Régis Delanoë.
kokomadridista Niveau : District
Cette photo..
Je prends mes billets, mais quand même, qu'est-ce qu'on se fait chier à regarder jouer l'Impact. C'est ça ou se taper des purges de ligues mineures de hockey. Je suis perdu.
La MLS a la cote, les américains aiment jouer au soccer, il y a des îlots de ferveur impressionants, et le marché des latinos est porteur... mais la MLS imite encore trop le foot européen pour intéresser le grand public: quel intérêt d'une ligue des champions contre des mexicains dans un pays où 1) la notion même de coupe est rendue absurde par les playoffs et 2) où toutes les ligues majeures sont "mondiales" donc autosuffisantes? bof

Et puis bon, des équipes qui s'appellent Real Salt Lake City ou Dynamo Houston, c'est à peu près aussi ridicule que les Black Panthers de Thonon ou le Flash de la Courneuve.

A mon avis, le soccer américain va rester le cul entre deux chaises plus longtemps qu'on le dit
Message posté par Pablo_
Je prends mes billets, mais quand même, qu'est-ce qu'on se fait chier à regarder jouer l'Impact. C'est ça ou se taper des purges de ligues mineures de hockey. Je suis perdu.


Avec le Canadien en course pour le trophée du présient et chaud bouillant pour les séries, à mon avis le choix des montréalais va être vite fait.
Ces ratés des attaquants dans le match Montréal-Pachuca.
Hallucinant.
Message posté par Zangli


Avec le Canadien en course pour le trophée du présient et chaud bouillant pour les séries, à mon avis le choix des montréalais va être vite fait.


Ahaha bonne chance pour choper des billets à moins de 50% de ta fortune personnelle
GougouleBxl Niveau : CFA2
Pablo, la dernière fois qu'un mec a dit qu'il allait voir le match au stade, c'est parti en couilles par ici, non ?
Fossa Dei Leoni Niveau : District
Zangli, t'es tranquille, le CH ne joue pas ce soir...

Allez l'Impact et tous au Stade ce soir!

Ca me rappelle un match de championnat contre les redbulls mi-sept 2014 que j'ai eu l'occasion d'aller voir en "tribune populaire".

AAAAAAllez l'impact !! ( Allez l'impact )
Moooooonnntreal champion ( montreal champion)
Aaaaaaallez l'impact montreal champion !! ( allez l'impact montreal champion )

Lolololololololo lolololololo

( Echange avec les laterales )

Plus serieusement les ultras montrealais sont des incompris dans ce pays ou le hockey est roi mais ils ne lachent rien.
Et leurs deps de + de 3000km pr suivre l'impact ne peuvent qu'inspirer le respect.
"Respect aux UM 2002 - antiracists fans"
Message posté par Zangli
La MLS a la cote, les américains aiment jouer au soccer, il y a des îlots de ferveur impressionants, et le marché des latinos est porteur... mais la MLS imite encore trop le foot européen pour intéresser le grand public: quel intérêt d'une ligue des champions contre des mexicains dans un pays où 1) la notion même de coupe est rendue absurde par les playoffs et 2) où toutes les ligues majeures sont "mondiales" donc autosuffisantes? bof

Et puis bon, des équipes qui s'appellent Real Salt Lake City ou Dynamo Houston, c'est à peu près aussi ridicule que les Black Panthers de Thonon ou le Flash de la Courneuve.

A mon avis, le soccer américain va rester le cul entre deux chaises plus longtemps qu'on le dit


Moyennant quoi l'Olympique de Montréal, ç'aurait eu de la gueule. Bleu et blanc comme le vrai OM, dans une vraie ville olympique (1976)... une belle occasion de branding (pas de Brandao, ce serait un pléonasme) ratée.
Message posté par GougouleBxl
Pablo, la dernière fois qu'un mec a dit qu'il allait voir le match au stade, c'est parti en couilles par ici, non ?


Là ça compte pas, c'est pas un vrai match.
Message posté par Zangli
La MLS a la cote, les américains aiment jouer au soccer, il y a des îlots de ferveur impressionants, et le marché des latinos est porteur... mais la MLS imite encore trop le foot européen pour intéresser le grand public: quel intérêt d'une ligue des champions contre des mexicains dans un pays où 1) la notion même de coupe est rendue absurde par les playoffs et 2) où toutes les ligues majeures sont "mondiales" donc autosuffisantes? bof

Et puis bon, des équipes qui s'appellent Real Salt Lake City ou Dynamo Houston, c'est à peu près aussi ridicule que les Black Panthers de Thonon ou le Flash de la Courneuve.

A mon avis, le soccer américain va rester le cul entre deux chaises plus longtemps qu'on le dit


Pas faux, je pense que le nom des franchises fait rêver avant tout les américains, enfin ça leur rappel le foot européen. Nous européens nous préférons Los Angeles Galaxy, Seattle Sounders ou Portland Timbers !

Pour la Ligue des Champions, ça leur permet de jouer une compétition qui donne accès à la coupe du monde des clubs. Je pense que quand la MLS sera assez grandes (30 equipes voir plus) ils auront directement une place qualificative pour ce championnat et ils quitteront la Ligue des Champions de la CONCACAF.
2-0 pour l'Impact. Net et sans bavure. Il faudra tenir au Costa Rica pour ne pas revivre la mésaventure de 2010.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Aimer, c'est souffrir
32 14