1. //
  2. // Quarts de finale

L'Ibérique League?

Depuis une décennie, la C3 est une affaire ibère. Cinq fois récompensés et deux fois finalistes depuis 2003, les clubs de la Péninsule Ibérique ont fait de la petite soeur de la Champion's League, une véritable chasse gardée. Une domination partie pour durer.

Modififié
0 3
Une formalité. Benfica, Braga, Porto et Villarreal, favoris légitime avant les matches retour de ce soir, peuvent logiquement espérer succéder à l'Atlético Madrid. Victimes médiatiques d'un championnat réputé comme étant "de seconde zone", les trois écuries portugaises, sortent les muscles et froncent les sourcils en Europa League. Braga et Benfica, un brin revanchards, espèrent notamment profiter de cette Coupe pour se venger d'un Porto archi-dominateur en championnat. Comme si la C3 était devenue une vulgaire Coupe Nationale.


Spartak Moscou - Porto (1-5)

Un remake du fameux Chaktior-Barça, le pseudo suspens en moins. Car Porto ne badine pas avec la gagne. Championnat, Coupe d'Europe, matches amicaux, les hommes d'André Vilas Boas écrasent tout sur leur passage et les stats le confirment : 36 victoires en 39 matches depuis le mois d'août toutes compétitions confondues pour les Dragons. Costaud. Le Spartak Moscou a déjà fait les frais de cette suprématie nationale qui déborde au-delà des frontières portugaises. Désossés 5-1 à l'aller, les hommes de Valeri Karpine s'offriront une sortie de gala sur la pelouse du stade Luzhniki. Il s'agira de sauver l'honneur et d'empêcher Falcao de claquer un triplé. Et la mission n'est pas aussi facile qu'elle en a l'air...


FC Twente - Villarreal (1-5)

Une catastrophe ou un miracle, il faut simplement choisir son camp. Oui, la donne est la même que pour Porto. Le Sous-Marin jaune devra éviter de faire le con sur la pelouse de Twente et tout devrait se passer comme sur des roulettes. Si l'enjeu paraît évident, la précision demeure toutefois utile, puisque le Villarreal qui se pointera ce soir au Stade De Groisch Veste n'est pas le plus serein qui soit. Fessés 5 à 0 par le rival valencien, les hommes de Juan Carlos Garrido auront à coeur de se remobiliser ce soir et ainsi s'éviter toute frayeur. Au pire, ils pourront toujours compter sur Giuseppe Rossi, deuxième meilleur buteur de la compet' avec 9 pions au compteur, qui compte bien s'offrir un trophée avec sa chasuble jaune, avant un éventuel départ. Victime d'une fracture tibia-péroné au match aller, Gonzalo Rodriguez portera l'oeil aux bataves ce soir. Ça pourrait bien marcher.


PSV - Benfica (1-4)

Interviewé par le site de l'UEFA, Maxi Pereira, latéral droit - et parfois milieu de terrain - du Benfica, n'a pas fait dans l'original :"Bien sûr nous croyons que nous pouvons remporter la compétition. Nous savons que nous avons une grande équipe et nous sommes vraiment convaincus que nous pouvons atteindre la finale et la gagner. Il faut y aller étape par étape". La première donc, ce soir, sur la pelouse d'Eindhoven. En ballotage plus que favorable, les hommes de Lisbonne auront à coeur de faire aussi bien qu'à l'aller et ainsi rester dans une spirale positive sur la scène européenne. Et oui, quand la Liga Sagres ne sourit pas, il faut bien se rabattre sur quelque chose. La carotte est simple, l'opportunité de se frotter au rival Porto et de prendre sa revanche après un championnat difficile. Objectif avéré des Benfiquistes, l'Europa League n'est plus qu'une douce utopie pour les Bataves, même si le portier du PSV, Andreas Isaksson, contrairement à son partenaire Denny Landzaat, qui parlait déjà d'élimination, se veut optimiste :"Nous n'étions pas à 100%. Nous avons manqué de rigueur. Ce n'est pas un bon résultat en vue du match retour, mais nous avons toujours une chance". Sur tapis vert ?


Braga - Dinamo Kiev (1-1)

Enfin un peu d'enjeu. L'affiche n'est pas la plus alléchante, mais la rencontre promet. Tenus en échec 1-1 chez eux, les Ukrainiens auront la lourde tâche de planter un but au Stade Municipal de Braga, sans Shevchenko, suspendu. Un handicap pour la meilleure attaque de la compétition (20 buts) qui n'effraie pas Ognjen Vukojevic, prêt à croiser le fer avec les Portugais :"Il y a deux ans, on a joué contre Valence qui était plus fort que Braga aujourd'hui et on a réussi à marquer deux buts à l'extérieur". Les mots sont lâchés. Certes, un peu de provoc ne fait pas de mal. Mais les joueurs de Braga n'avaient pas besoin de ça pour se motiver. L'hypothétique demi-finale face au Benfica fait déjà trembler le Portugal.


Par Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Maxi Pereira est latéral droit, pas milieu.
Les stats de Porto sont fausses. Le club compte trois défaites toutes compétitions confondues (une en Europa League vs Seville, une en Coupe du Portugal vs Benfica, une en Coupe de la Ligue vs Nacional). Ajouté à ça les deux nuls en championnat.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les podiums des quarts
0 3