Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Décès de Dominique Dropsy

L'hommage de Gaëtan Huard à Dominique Dropsy

Au moment de recueillir le témoignage de Gaëtan Huard, suite au décès de Dominique Dropsy, c'est un torrent de souvenirs, d'anecdotes et surtout de tristesse qui s'est abattu sur notre magnétophone, sans qu'aucune question n'ait été posée. En voici le verbatim.

Modififié
« Dominique Dropsy était quelqu'un d'exceptionnel. Quelqu'un qui était toujours gai, joyeux, déconneur. Il nous sortait toujours sa vanne. Toujours la même, on la connaissait par cœur, mais il était toujours content de nous piéger. Et puis, c'était un affectif, un homme de cœur. Un bon mec. J'ai eu la chance de partager des moments très privilégiés avec lui. En plus d'avoir été mon entraîneur pendant cinq ans, c'était devenu un ami. On était très intimes, on a partagé des moments de football forts, et d'autres plus tristes, avec quelques désillusions. Dominique était très proche, très concerné par notre vie de footballeur, et notre vie de famille, parce qu'avec son vécu, il savait que le poste de gardien demandait beaucoup de concentration. Et puis, il a un palmarès tonitruant, avec quasiment 600 matchs de Division 1 disputés. D'ailleurs, ça, c'était son plus regret. Il me disait souvent qu'il en voulait à Raymond Goethals, qui ne lui avait pas permis de franchir la barre des 600 matchs en le faisant entrer en jeu de temps en temps, lors de sa dernière saison (Dominique Dropsy est resté bloqué à 596 matchs de D1, ndlr). C'est quelque chose qui l'avait beaucoup peiné. 596 matchs, putain. Un jour où j'en avais pris cinq au Parc des Princes, il est venu me voir, et il m'a dit : "Punaise, de quoi tu te plains ? Moi, j'en ai pris neuf à Monaco !" Je repense à cette joie de vivre qu'il avait, et le voir partir après s'être battu pendant des années, c'est très pénible. C'est très dur. Mais je pense que pour lui, c'est un soulagement, parce que cela lui pesait énormément. Mais pour moi, ce n'est pas un soulagement. C'est une tristesse monstrueuse.

Il savait que notre poste exigeait de la concentration, en plus du travail. Il s'intéressait à tout ce qu'il y avait autour du foot. Notre vie sentimentale, notre vie de famille... Il était très à l'écoute de tout ce qu'on pouvait lui dire. Au moment de mon divorce, un moment douloureux, on a partagé des choses très intimes. En ayant des conversations entre mecs, tout simplement. Il nous soulageait, on se parlait beaucoup, c'était un confident. Il arrivait à nous faire relativiser, à nous faire décompresser par rapport à notre métier, qui exige une concentration extrême. Il avait toujours un petit mot, une connerie à sortir. À Lescure, le tunnel est très long, et quand on allait des vestiaires à la pelouse, pour l'engagement, il essayait de nous faire rire, histoire de détendre l'atmosphère. Il était même capable d'aller voir les arbitres pour leur sortir sa blague à deux balles. Une blague très vulgaire, qu'on va éviter de répéter. Nous, on la connaissait tous, mais les arbitres plongeaient, donc on piquait des fous rires. C'était "Domi", ça. Sa jovialité ne le quittait jamais, c'était un affectif. Il croquait la vie à pleines dents, et la maladie l'a emporté trop tôt.

J'avais un profond respect pour lui, parce que c'était quelqu'un d'emblématique, dans le monde du football. Il a été l'un des premiers entraîneurs de gardiens. À Bordeaux, c'était le premier ancien joueur à occuper le poste, en prenant la succession de Bernard Michelena. D'ailleurs, un de ses regrets, c'était qu'il n'y ait pas eu un ancien gardien pour l'entraîner quand il était joueur. Nous, les gardiens, on a la particularité d'avoir un entraîneur général, un entraîneur de groupe, mais en plus, un entraîneur spécifique, qui est un confident, un mec qui connaît notre poste, un mec qui nous donne confiance. Dominique avait une qualité énorme, c'est qu'il était à l'écoute de ce qu'on demandait. Il comprenait qu'on lui en demande plus, ou au contraire, qu'on soit crevé. Il s'adaptait. Mais tout cela se faisait dans une bonne ambiance, toujours en déconnant.


Aujourd'hui, j'ai une très grosse pensée pour Suzon, sa compagne, pour ses enfants et ses proches. J'échangeais souvent des textos avec Suzon, pour être au courant de l'état de santé de Domi, et là, je n'avais plus de nouvelles. Je savais que quelque chose n'allait pas, et j'étais inquiet. Je demandais des nouvelles au club, qui n'en avait pas toujours. Et puis ce mercredi matin, j'étais devant mon ordinateur, et un tweet est tombé. Ça a été très dur. C'est un grand monsieur qui nous quitte. Un mec bien, sain, qui n'était pas dans les mondanités. Il était très réservé, comme l'exige notre poste. C'est pour cela que nous formons une famille qui se respecte énormément, parce que la solitude de notre poste se retrouve à tous les niveaux. Malheureusement, il a mal maîtrisé son dernier envol. On ne choisit pas. On ne choisit pas. En tout cas, il s'est battu jusqu'au bout, ça je le sais. Il a tout fait. Je suis vraiment très peiné, ça me fait beaucoup de mal, comme à Ulrich Ramé et Cédric Carrasso, qu'il a accompagnés durant une bonne partie de leurs carrières. C'est un jour très triste. 63 ans, c'est trop jeune. Dominique... Dom.
 »

Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 9
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible