1. //
  2. // Finale
  3. // France-Portugal

L’heureux paradoxe Griezmann

Joueur raffiné et de toque, Antoine Griezmann n’en demeure pas moins la star de deux équipes au style plus rudimentaire que spectaculaire. Un paradoxe, vu son profil tout en technicité et intelligence, qui n’est pas loin de devenir son meilleur atout à l’Atlético aussi bien qu’avec les Bleus.

Modififié
2k 10
Lorsqu’il quitte son cocon de San Sebastián à l’été 2014, Antoine Griezmann n’est plus le petit garçon chétif qui, quelques années plus tôt, débarquait de l’autre côté des Pyrénées. Idem, il n’est pas encore ce candidat au Ballon d’or, capable sur un éclair de faire vaciller le champion du monde allemand. Son arrivée à l’Atlético de Madrid, dans un Vicente-Calderón plein pour moitié, le fait alors entrer dans une nouvelle dimension : celle de la Ligue des champions et des courses aux titres, des records personnels et collectifs. Sur le plan stricto sensu du terrain, « il a surtout appris à jouer un autre football, plus rugueux qu’en toucher, plus tactique que fou-fou  » , abonde son ancien comparse txuri-urdin David Zurutuza. Pour sûr, avec un nouveau commandant de bord répondant au blase de Diego Simeone, le petit gars de Mâcon s’assure une mue profonde et décisive dans sa progression. À l’instar du style appliqué par Didier Deschamps, celui du Cholo lui a permis de franchir un nouveau palier dans la hiérarchie des attaquants de stature mondiale aptes à faire chavirer des rencontres. Et le meilleur est encore à venir.

Samuel Umtiti, the fast and the furious

Du sacrifice uruguayen au recentrage argentin


Le « manque d’air lors des premiers entraînements » et les remontrances publiques de Diego Simeone – « Le jeune joueur important qu'il est doit commencer à devenir un homme et un footballeur important  » – marquent le début de l’ère colchonero d’Antoine Griezmann. Des prémices compliquées qui trouvent une explication limpide selon David Zurutuza : « En arrivant à l’Atlético, il a découvert une autre façon de jouer au football, complètement différente de ce qu’il avait pu apprendre ici, à San Sebastián, et bien loin du tiki-taka barcelonais ou des arabesques madridistas » . En somme, il apprend à souffrir, en silence, et à enchaîner les efforts, en premier défenseur qu’il est du système du Cholo. Autant de préceptes à enregistrer et à appliquer qui le mènent dans les bras des amateurs de la garra charrúa. Aux côtés de nombreux compagnons de vestiaires made in Uruguay, il sirote du maté au gré des directives de Diego Godín et José María Giménez. Des conseils avisés « qui lui ont appris à souffrir sans le ballon et à enchaîner les efforts sans rechigner » , plussoie son ancien coéquipier de la Real.


Autant caution technique que premier chien de garde du pressing de l’Atlético, il se reconstruit également un poste, loin des côtés sur lesquels il évoluait au Pays basque : « Antoine a déjà joué en neuf et demi ou en second attaquant à la Real Sociedad. Chez nous, il avait un rôle d'ailier, mais il était en réalité une seconde pointe. Ce n'est pas un ailier qui va prendre le ballon, déborder, puis centrer. Non, Antoine est un joueur bien plus vertical, qui se retrouve très souvent dans la surface de réparation. » Un profil rare dans l’effectif rojiblanco dont le Cholo Simeone tente de maximiser le rendement. Couplé à une intelligence rare dans l’art du déplacement, Antoine Griezmann se révèle en arme létale des Matelassiers, comme le valide son comparse Koke : «  C'est un joueur de rupture, qui nous offre des options que nous n'avions pas : plus de vitesse, plus de technique. Que ce soit en pointe ou en soutien de l'attaquant, il se place toujours au bon endroit pour offrir une solution. » Un véritable poison pour les adversaires du Français qui ne cesse de naviguer, toujours verticalement, entre la zone de sa pointe et celle de ses milieux.

Deschamps : « Il est généreux et nous permet de rester compact »


Joueur beaucoup plus complet depuis sa prise en charge et son recentrage par Diego Simeone, Antoine Griezmann ne jouissait pas du même statut en équipe de France. Plus conservateur qu’aventurier, Didier Deschamps le fait ainsi entamer son Euro à un poste d’ailier qui ne lui est plus familier. Quelques tâtonnements et une frayeur face à l’Irlande plus tard, il retrouve son poste en soutien de l’attaquant – Giroud en remplacement de Fernando Torres – et ses sensations. Mieux, ce changement de position ne varie en rien l’équilibre de l’équipe : « Il n’est pas qu’un grand joueur capable de marquer des différences, il est en plus généreux en défense et nous permet de rester compact. Il arrive à rendre meilleurs ceux qui jouent à ses côtés. » Là où d’autres cracks mondiaux préfèrent s’absenter lors des tâches défensives, lui ne rechigne jamais à aller au pressing et à s’arracher, quitte à y laisser quelques plumes. Homme de paradoxes, donc, le Français aux tout juste 25 printemps fait autant l’étalage de son intelligence sur les prés que dans ses choix de carrière. La France et Didier Deschamps le remercient.



Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

19 millions devant la télé pour regarder la nation France battre la nation Allemagne ! Il y en a donc 47 millions (soit 71%) que cela laisse apparemment indifférent ...et on n'en parle pas ? Sans doute un coup de notre "belle" démocratie ....70% (d'après un sondage certes) sont aussi contre la loi travail et pourtant, elle est passée ....cherchez l'erreur !
Message posté par antifoot
19 millions devant la télé pour regarder la nation France battre la nation Allemagne ! Il y en a donc 47 millions (soit 71%) que cela laisse apparemment indifférent ...et on n'en parle pas ? Sans doute un coup de notre "belle" démocratie ....70% (d'après un sondage certes) sont aussi contre la loi travail et pourtant, elle est passée ....cherchez l'erreur !


Je sais pas si tu le fais exprès mais l'audience est calculée sur un panel de 4000 foyers, donc fausse pas mal les chiffres réels et en particulier pour les matchs où la majeure partie des gens regardent les matchs en groupe, projetés dans des bars, aux fanzones...
Le pic d'audience pour un match de foot sur une chaîne gratuite c'est 22.2 millions en 2006 hein, mais on peut estimer que facile le double de personnes regardait le match
Colonel.Moutarde Niveau : CFA2
@antifoot : Pourquoi venir faire chi*r les gens qui aiment ce sport sur un site dédié à ce sport? Il n'y a pas d'autres moyens de t'exprimer sur d'autres plateformes plus en accord avec ton résonnement?
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par antifoot
19 millions devant la télé pour regarder la nation France battre la nation Allemagne ! Il y en a donc 47 millions (soit 71%) que cela laisse apparemment indifférent ...et on n'en parle pas ? Sans doute un coup de notre "belle" démocratie ....70% (d'après un sondage certes) sont aussi contre la loi travail et pourtant, elle est passée ....cherchez l'erreur !


Les anti-foot primaires en sont donc à se créer des pseudos sur des sites de football pour cracher leur haine du foot. Magique
Puis antifoot, t'as du mal avec la logique. Si je regarde pas un match, ça ne signifie pas que je suis contre le match ou le foot ou ma grand-mère. ça signifie juste que je regarde pas le match (parce que j'aime pas, c'est possible, mais aussi peut-être parce que j'ai du taf à ce moment-là ou que j'ai oublié etc).
C'est pas un vote.
Kate Moss Niveau : DHR
La démocratie, dont antifoot parle, n'est-elle pas la liberté que chacun aille où il veut? Moi, ce soir, j'irai voir de beaux carrés de chocolat car je suis gourmande. Les autres, je m'en fous. Cela me rappelle un vieux cinéaste soixante-huitard qui disait qq chose comme : "Il manque deux choses aux droits de l'homme: le droit de s'en foutre et de s'en aller". Bises aux hommes libres et plein de sucreries ce soir,
Don't feed the troll, guys.
Marty_Nick Niveau : DHR
Message posté par antifoot
19 millions devant la télé pour regarder la nation France battre la nation Allemagne ! Il y en a donc 47 millions (soit 71%) que cela laisse apparemment indifférent ...et on n'en parle pas ? Sans doute un coup de notre "belle" démocratie ....70% (d'après un sondage certes) sont aussi contre la loi travail et pourtant, elle est passée ....cherchez l'erreur !


Les anti sont souvent pire que ce qu'ils dénoncent ! Tu viens perdre ton ton temps pour écrire un message creux et abscon.
Ton parallèle avec la loi travail est magnifique : 70% contre ! Je ne vais même pas te demander la source mais plutôt selon toi combien savent ce qui est inclus dans cette loi travail qui a été modifiée plusieurs fois. C'est comme pour le brexit : 52% pour mais combien comprenaient réellement les enjeux réels ? Combien d'entre eux veulent se rétracter désormais ?
Ensuite tu as le droit de ne pas aimer le foot. C'est moche mais je respecte.
Tu peux retourner lire Télérama.
Contre l'Allemagne, on a réellement vu tout ce qu'il avait appris à Madrid.

C'est clair qu'il était en mode Atletico. Dans l'attitude, il dégageait une abnégation impressionnante.

Forcément, çà inspire les coéquipiers.
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
J'espere que Pepe ne va pas essayer de lui peter un genou des le debut du match.

On a vu un Euro plus propre jusque-la; esperons qu'on assiste pas a une grosse aggressivite des portugais (ni des Francais d'ailleurs)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Pat’ et le bout du chemin
2k 10