1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Inter Milan/Tottenham (4-1)

L'exploit inutile de l'Inter

Incroyable match, ce soir au Giuseppe Meazza. L'Inter, abattue 3-0 dans son huitième aller d'Europa League, est parvenue à renverser la situation dans son antre. Auteurs de 90 minutes extraordinaires, les Nerazzurri ont cependant craqué en début de prolongation, sur un but d'Adebayor (4-1).

Modififié
0 49
Inter-Tottenham : 4-1 après prolongation (3-0)
Buteurs : Cassano (20e), Palacio (52e), Gallas (75e csc) et Alvarez (110e) pour l'Inter. Adebayor (96e) pour Tottenham.

Héroïques, ces Nerazzurri sont tout simplement héroïques. Sans doute inspirés par le Barça et Arsenal, les Milanais ont réalisé la plus folle remuntada d'une folle semaine européenne. Ils sont ainsi parvenus à refaire un retard de trois buts face à Tottenham, inversant totalement la situation. Que ce soit au niveau du score donc, mais aussi et surtout dans le jeu : là où l'Inter était apparue limitée – pour ne pas dire nulle – au White Hart Lane, elle a ce soir montré un tout autre visage, dominant dans tous les secteurs une équipe de Tottenham – devinez quoi – complètement nulle. Malheureusement pour les Interistes, la débauche d'énergie sur 90 minutes s'est ressentie dans la prolongation. Moment d'un réveil anglais, moment où Emmanuel Adebayor a planté le but de la qualification. Une qualification que les Spurs ne méritaient absolument pas, ce soir.

Pressing et longs ballons milanais

André Villas-Boas a beau avoir trois longueurs d'avance, il se méfie de cette Inter. Le technicien portugais oppose ainsi une belle équipe au 4-3-1-2 de son homologue Stramaccioni. C'est peu dire qu'AVB avait bien vu : dans le jeu, ces Nerazzurri font directement preuve de la mentalité adéquate. Cette envie, cet engagement, se traduit déjà par un gros pressing. En face, les Spurs parviennent néanmoins à faire tourner cette gonfle efficacement. Un calme de courte durée. Car la tactique milanaise est rapidement identifiable, et va mettre à mal l'arrière-garde anglaise. Les Spurs jouant très haut, ces Nerazzurri abusent de longs ballons dans le dos de la défense. Rien que sur le premier quart d'heure, Cambiasso trouve par trois fois ses acolytes dans la profondeur. De bons ballons, souvent gâchés par un Antonio Cassano pas en cannes. Entre un tir tout mou et une vaine tentative pour obtenir un péno, Fantantonio croque. Mais finit par remballer notre constat : esseulé au second poteau, le Pibe de Bari ajuste une belle tête, sur un excellent service de Palacio (1-0, 20e).

Affamés, ces Milanais poursuivent sur la même voie, devant la faible réaction adverse – une petite frappe de Sigurdsson et c'est tout. Cinq minutes après l'ouverture du score, c'est Palacio, qui s'échappe à son tour dans le dos de la défense. Face à Friedel, l'Argentin tente le lob, le ballon échoue sur la barre. En souffrance sur ces longs ballons et la mobilité du duo d'attaque italien, l'arrière-garde des Spurs ne montre aucun signe de sérénité. Les Anglais ne se procureront par ailleurs qu'une occasion, dans les arrêts de jeu, via Emmanuel Adebayor. Le Togolais rate un piqué qui aurait pu tuer le suspense. À la pause, on se dit que rien n'est impossible, pour cette belle Inter.

Gallas se joint à la fête

Et on ne s'y trompe pas. Quasiment dès la reprise, l'Inter double la mise. C'est encore une fois Cambiasso qui abat la plus grande partie du boulot : le chauve récupère un ballon et lance son compatriote Palacio face à Friedel. Une occasion que l'attaquant ne manque pas, glissant le cuir à ras du montant (2-0, 52e). Le Meazza peut chanter, l'Inter est à un petit but de l'exploit. D'autant que l'enjeu ne réduit pas l'enthousiasme de ces Nerazzurri, toujours dominateurs face à des Spurs qui continuent de déjouer. Perte de balles innombrables, fautes inutiles, maladresse en phase offensive… Non, rien ne va pour les hommes d'AVB. Et alors qu'on se pose la question de savoir si cette Inter, forcément diminuée physiquement, va savoir emballer la fin de match, William Gallas offre sa réponse : le central français dévie un petit coup franc de Cassano dans ses propres cages et relance le match (3-0, 75e). Un match que Cambiasso aurait pu tuer dans les arrêts de jeu, mais sa frappe croisée effleurera le montant. 3-0, l'Inter a réalisé son extraordinaire remontée. Place à la prolongation.

Les Spurs se réveillent, Adebayor surgit

Et cette prolong' débute sur pas moins de trois frayeurs. Ou trois énormes occasions, coup sur coup, en faveur de Tottenham. Une frappe de Lennon détournée de justesse par l'inépuisable Zanetti, déjà. Puis, deux corners, et les têtes du duo Vertonghen-Gallas. Le premier sollicite Handanović, le second frôle l'équerre. Retournement de situation, alors ? Oui, répond Adebayor. L'attaquant togolais se trouve au bon endroit pour pousser un ballon relâché par Handanović (3-1, 96e). Le Meazza stoppe ses chants instantanément, les supporters anglais, inaudibles jusque-là, donnent de la voix. Cette superbe Inter doit désormais marquer deux buts. Ce qui, au regard de la dépense physique effectuée, paraît impossible. Mais ces Nerazzurri ont décidé d'être énormes jusqu'au bout. En début de seconde période, voilà que Ricky Alvarez, parfaitement servi par Cassano, claque une tête victorieuse au second poteau (4-1, 110e). De quoi offrir dix dernières minutes complètement folles, où Ranocchia, ce défenseur central de métier, joue avant-centre pour apporter son jeu de tête. En vain. L'Inter sort de la compétition, avec la règle du but à l'extérieur. Mais par la grande porte.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

On en parle de la queue de rat de Palacio ?
tristiano Niveau : CFA2
j'en ai souillé mon caleçon, quel match!!!
Quelle stupidité de compter les buts inscrits à l'extérieur en prolongation!
Mais quel match de l'Inter! Cambiasso...
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
N'empêche cette semaine les français ont contribué à relancer le suspense des rencontres européennes: Niang qui n'a pas tuer le match avec un duel raté, Giroud et Koscielny qui ont permit aux Gunners de croire encore à la qualification et enfin notre bon vieux cher Gallas, qui grâce à son csc, a redonné espoir au Nerazzurri...
Cambiasso ne dormira pas de la nuit pour cette action de but donné dans les arrêts de jeu...
Un article sur les remuntadas foirées et en voici 2 magnifiques en deux jours. Vous êtes forts.
Je trouve cette règle totalement injuste !
Pas que je préfère l'Inter à Tottenham, en fait je m'en fous ! Mais je pense que c'est totalement injuste de compter les buts à l'extérieur inscrits pendant la prolongation.
Les Spurs ont eu ½ h de plus de l'Inter pour marquer à l'extérieur !
Ce match aurait du finir aux pénos !
3 – 0 à l'aller ; 3-0 au retour ; égalité parfaite donc prolongations
1 – 1 en prolongations, ça serait logique que ça finisse aux pénos !
C'est un avantage caché de jouer le retour à l'extérieur ….
Ce qui s'appelle une victoire à la Pyrrhus.
J'ai pleuré deux fois pour un match de l'inter, la finale de 2010 et ce match .. Voyons le bon côté des choses, on aurait donné toutes nos forces dans l'europa league alors qu'il nous reste 10 matches décisifs dans le calcio pour accrocher la 3eme place , ça nous permettra de récupérer :p Forza inter <3
Cambiasso, Palacio, Zanetti. Viva Argentina.
la bonne nouvelle c'est Kyle Walker expuslé pour le match aller des quarts de finale sinon beh ... rien à retenir à part la qualif ( dégueulasse sur le match retour ) mais bon
COYS !
Anonyme78 Niveau : CFA2
Triste et fier des gars...Z'ont bien mouillé le maillot...Zanetti, toujours incroyable. Cassano énorme malgré ses problèmes de coeur. Handanovic encore très fort (même s'il aurait peut-être dû mieux détourner la frappe sur le but), Cambiasso, excellent (même si cette occase ratée à la 90e reste encore à travers la gorge...)
Sinon y a que moi qui trouve complètement idiot de conserver la règle du but à l'extérieur en prolongations ? Et je ne dis pas ça parce que sympathisant de l'Inter, ça fait longtemps que je me fais cette réflexion. Une équipe a 90 minutes pour marquer un but à l'extérieur, l'autre en a 120.
GuusGardiola Niveau : District
La passe de l'exter' du gauche de Cambiasso pour Palacio en prolongations <3
Quel joueur il fait avec Zanetti

L'Inter a très bien jouée, très agréable.
Cassano pas toujours heureux dans ses choix, c'est dommage.

PS: Tottenham, dès qu'il n'y a pas Bale c'est tout de suite moins flamboyant devant.
milanello44 Niveau : CFA
Un exploit utile pour la fierté.
put*ain semaine de fou , ça aurait pu être 1 remuntada par jour !

Mardi : ça commence bien, le Barça qui se réveille et retrouve sa splendeur pour sortir le Milan
Mercredi : contre tout attente, Arsenal aurait pu le faire sur un malentendu face au Bayern
Aujourd'hui : Apres avoir pris le bouillon Bale à l'aller, l'Inter arrache une prolong' inesperé au coup d'envoi mais bon finalement les Spurs crucuifie les espoirs milanais.
Note : 1
Message posté par elborracho
Cambiasso, Palacio, Zanetti. Viva Argentina.


Cf. L'election du Pape
DeanWinchester Niveau : CFA2
N’empêche j'ose même pas imaginer la carrière qu'aurait eu Cassano si il était né avec un Cerveau.
jenculeoski Niveau : CFA2
Livermore est un vraie plaie, c'est une tanche ce mec, c'est incroyable. Il est où Huddlestone?? Après Holtby m'a également fait pitié lors de ce match... Le manque d'envie de Tottenham était quand même improbable.
Quant à l'Inter quel match de dingue! La chatte à Mireille pour Tottenham, heureusement qu'Adebayor a de grandes cannes et de grands pieds parce qu'avec Lennon ou Defoe à sa place il n'y a pas but.
Quel match mais quel match..! Je suis tout simplement fier de mon équipe, un peu déçu de la non qualification mais avec ce match, je ne peux pas leur en vouloir, ils ont tout donner et rien lâcher, le seul en dessous du lot c'est Guarin sinon ils ont tous bien jouer!
Tottenham est qualifiée, mais l'Inter l'aurait tout autant mérité. Bravo à Tottenham pour sa qualification qui semble imméritée sur ce match mais pas sur l'ensemble des deux matchs, mais bravo aussi aux interistes qui auraient aussi très bien pu ne rien faire et se contenter de "faire le match" pour se conserver pour Dimanche.

Je trouve aussi comme vous que la règle du but à l'extérieur en prolongation est inutile, mais bon tant pis c'est le jeu ^^
On a vu clairement ce soir que les spurs sans leur Bale ne valent que dalle.

Bon j'espère que Niang a regardé ce match. Il a surement appris beaucoup de chose sur le but de Palacio.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 49