Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions – 1/4 finale – Chelsea/PSG
  2. // Revue de presse

« L'expérience ne s'achète pas »

La vérité de la réalité est cruelle pour le PSG. Bien embarqués pour les demies après le match aller, les Parisiens ont flanché à Stamford Bridge, dans les dernières minutes. Quel que soit le pays, la presse porte Mourinho, plus que Chelsea, en vainqueur. Le manque d'expérience de Paris en perdant.

Modififié

L'Espagne et les « peurs » du PSG

« Si le Real sort lors du tirage, nous allons profiter. » José Mourinho a le sens de la formule, et la presse espagnole ne l’a pas oublié. Plus que la défaite du PSG, ce sont de possibles retrouvailles avec le club merengue qui excitent les journaux ibériques. Et comme le rappelle El Pais, sa cote de popularité londonienne n’a rien à voir avec celle dont il jouissait au Santiago-Bernabéu : « L’adoration des tribunes de Stamford Bridge à son entraîneur, José Mourinho, a vécu ce mardi un nouveau chapitre. » Le PSG, lui, a été « dépassé par ses peurs » : « Les peurs d’une équipe sans caractère pour gérer la pression des rendez-vous de ce calibre. » Autrement dit, un enfant chez les adultes.
Pas vraiment enchantés par ce quart, les canards espagnols ne lâchent que quelques lignes sur ce duel. As trouve tout de même le moyen de lancer une polémique : « Y avait-il faute de Cahill sur Motta sur le premier but de Chelsea ? » Plus sérieusement, le journal pro-madridista affiche sa déception à la vue de la prestation parisienne : « Paris a un onze très cher et plein de qualités. Mais il lui manque de la personnalité, de l’insistance, de l’audace : des choses qui n’ont rien à voir avec le ballon. Mais sans elles, les équipes se rapetissent quand elles doivent taper du poing sur la table. » Même topo pour Marca qui évoque un PSG « qui a perdu ses nerfs » : « Il voulait avoir le ballon, mais l’a fait avec peur à cause de son adversaire. Il lui manque ce "métier" qui définit si bien Chelsea. »
Dans El Mundo, Mourinho est dépeint comme un « collectionneur de demi-finales » , le PSG ayant lui « connu un nouveau revers et tent(ant) toujours de grandir sur la scène européenne » . En soi, cette élimination parisienne, après celle de l’an dernier face à un piètre Barça, est rassurante : il reste encore du temps au club de la capitale française pour atteindre le niveau des trois Espagnols.

L'Angleterre et Ba en « héros improbable »

Outre-Manche, la presse salue le « génie tactique de Mourinho. » The Times rappelle que tous les choix de Mourinho « ont été les bons. Ses deux remplaçants ont marqué et David Luiz a rayonné au milieu de terrain. » Le Guardian adoube « Ba, le héros improbable » et le « but le plus important de sa vie » . Côté PSG, la performance de « Cavani, qui est loin d’être l’attaquant qui terrorisait l’Italie » est disséquée : « On attend toujours de le voir en forme à Stamford Bridge. » L’Evening Standard insiste sur « l’ADN de Chelsea, qui se bat toujours jusqu’à la dernière seconde » et précise que « Mourinho a montré à Blanc ce qu’était un grand entraîneur. » Enfin, The Independent salue également le « héros Ba » et la « course de Mourinho qui a ravivé le souvenir de sa victoire face à Manchester United avec Porto. » Aucun lot de consolation pour le PSG : « Malgré tous leurs investissements, les Parisiens et leurs deux buts d’avance ont appris hier soir les exigences permettant de réussir à ce niveau-là. »

L'Italie salue « Mou le vieux mage »

Plus que le but de Demba Ba, l’image folle de cette fin de match reste cette course incroyable de José Mourinho vers ses joueurs. « Une course à la Bolt » pour la Gazzetta Dello Sport qui salue « Mourinho le vieux mage » et la « RiMounta » d’un Chelsea régulier qui verra les demi-finales de la Ligue des champions pour la septième fois en onze ans. Fasciné par le sprint de l’entraîneur des Blues, le quotidien milanais explique que le Mou n’a pas couru vers ses joueurs pour rejoindre la mêlée, mais « pour leur expliquer comment défendre après le but et empocher la qualification » . Les pages roses s’attardent également sur la déception Cavani, qui ramasse la plus mauvaise note du match (5) à cause de « loupés qui coûtent la qualification au Paris Saint-Germain » . « Ibra, où es-tu ? » , balance la Gazzetta pour conclure. Du côté du Corriere Della Sera, on applaudit également la performance du coach de Chelsea en titrant « une autre demi-finale pour le Mou Miracle » . « La Ligue des champions est faite de ces matchs et de ces hommes. José Mourinho guide Chelsea vers les demies et renverse le PSG des nouveaux riches au terme d’un 2-0 plus que mérité » , précise le quotidien. Enfin, pour la Repubblica, « l’expérience ne s’achète pas » et « Demba Ba offre la demi-finale au Mou. Un Happy One plus heureux que jamais. »

Bonjour tristesse allemande

Le réveil est difficile en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, malgré une certaine fierté pour le match d'hier. Et la presse locale, comme nationale, souligne d'une même voix la « folie » du match d'hier. Avec reconnaissance envers Jürgen Klopp et les siens pour avoir maintenu le suspense. « Vous êtes merveilleux » , leur dit Bild. Pour le tabloïd allemand, les Schwarzgelben ont « tout donné. Nous avons espéré et vibré avec eux jusqu'à la dernière seconde. » Mais c'est bien la « victoire sans happy end » , un sentiment à l'arrière-goût étrange, qui prime à Der Westen : « Le stade du Borussia Dortmund a déjà vécu des soirées incroyables. Hier soir, il n'a manqué que quelques centimètres... » Le Süddeutsche Zeitung conclut alors le sentiment général. Les Allemands ont vécu un « deux-tiers de miracle » .
Alors on se console par procuration, en appréciant la performance d'André Schürrle avec les Blues. Chez Bild, on considère Schürrle comme l'homme qui « envoie Chelsea en demi-finale » . Le Süddeutsche Zeitung estime, lui, que l'international allemand a « frappé Paris en plein cœur » pour permettre ce « petit miracle » . Kicker se console encore plus en notant que la qualification de Chelsea est le fait de « deux anciens joueurs de Bundesliga » . Autant dire qu'à côté, le PSG passe inaperçu. Peu de mots gentils sont adressés aux Parisiens. « Il leur a manqué toute leur aisance balle au pied et leur jeu en combinaisons hier soir » , selon le SZ. Et surtout un joueur passé par l'Allemagne ?

Et les francophones regrette Zlatan

« Encore raté pour le Paris Saint-Germain.  » Difficile de faire plus clair pour Le Soir. Si la presse belge parle évidemment de la blessure d'Eden Hazard, qui sera indisponible au moins 15 jours d'après son entraîneur, elle souligne surtout le comportement des hommes de Laurent Blanc, qui sont toujours apparus « entre deux chaises » . Pour La Dernière Heure/Les Sports, la victoire des Blues est surtout due à la rigueur tactique d'un « Mourinho intraitable » . En Suisse, Le Matin explique l'échec d'un collectif parisien trop timoré offensivement et qui n'a pas su capitaliser sur sa victoire du match aller, avant d'ajouter que « l'absence d'Ibrahimović lui a sans doute coûté cher » . En traversant la Méditerranée, le site afrik.com ne voit la victoire de Chelsea que par le but libérateur de Demba Ba contre son club de son cœur, et décrit cet instant comme la revanche du banni.

Par RD, CT, SB, AD et PP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure La drôle de liste d'invités de la finale 6
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 51 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique