1. // Copa Libertadores
  2. // Demi-finales
  3. // Bilan

L'évidence colombienne, la folie équatorienne

On fait le point en Amérique du Sud sur le verdict livré par les demi-finales de la Copa Libertadores. Et il y a des surprises.

Modififié
558 13

L’équipe des demi-finales : Independiente del Valle



Historique. L'équipe équatorienne d'Independiente del Valle s'est qualifiée pour sa première finale de Libertadores, après avoir éliminé River Plate, Pumas, et Boca Juniors, annoncé comme grand favori de la compétition. Après le 2-1 du match aller, Independiente del Valle a fait taire toute la Bombonera avec une victoire improbable 2-3. Un match catastrophique de Boca symbolisé par la méforme de Tévez, le penalty raté de Lodeiro, et l'erreur monumentale du gardien Orión.



Après son exploit, Independiente del Valle affrontera les Colombiens de l'Atlético Nacional, pour une finale inédite.

Le résumé du match :




Le joueur des demi-finales : Miguel Borja



Copete et Ibarbo partis, Miguel Borja s’est retrouvé sur le devant de la scène. Et celui qui a signé à l’Atlético Nacional avant la demi-finale aller de la Copa Libertadores a assumé son rôle. L’ancien de Cortuluá a tout simplement marqué tous les buts de son équipe lors de ces demi-finales. Lors de l’aller contre São Paulo, au Morumbi, l’attaquant colombien de 23 ans a marqué un doublé, à la conclusion d’une belle action collective, et avec la complicité du gardien brésilien pour le second. Au match retour, Borja a récidivé avec un doublé qui qualifie tranquillement son équipe pour la finale de l’équivalent de la C1 en Amérique du Sud. Borja et son parcours assez tourmenté (il a rejoint Livourne en 2013, a signé à Olimpo en Argentine l’année suivante, avant de revenir en Colombie pour atterrir dans un des plus grands clubs du pays cafetero) représentent avec Marlos Moreno l’une des plus grandes promesses du club de Medellín, à la recherche de sa deuxième Copa Libertadores.

Youtube


Les golazos



- Joue-la comme Bergkamp. Par José Angulo.

Youtube

- La contre-attaque parfaite conclue par Borja.



La polémique des demi-finales : la goal-line technology n’a pas franchi la frontière



Un centre-frappe de Pablo Pérez, un arrêt approximatif d’Azcona, le gardien équatorien d’Independiente del Valle, et la polémique des demi-finales. Lors du match aller entre Boca et Independiente del Valle, un but vital aurait pu être accordé à l’équipe argentine. Problème, la CONMEBOL n’a toujours pas instauré la goal-line technology pour la compétition sud-américaine. Boca est rentré d’Équateur avec une défaite 2-1, et un résultat à renverser la Bombonera…




Les déclas des demi-finales



- « Ne pas se qualifier pour la finale, ce serait désastreux. » Frank Fabra, latéral gauche de Boca, avant la demi-finale retour contre Independiente del Valle.

- Son entraîneur, Guillermo Barros Schelotto avait lui calmé le jeu : « Nous ne sommes pas obligés de gagner la Copa. » Pas sûr que les supporters xeneizes soient d’accord.

- Comme souvent, la bonne analyse est livrée par Carlos Tévez après la défaite lors du match aller : « On s’est endormis en deuxième mi-temps. Ils ont marqué deux buts grâce à deux de nos erreurs. »

- « On va faire taire Riquelme » , affirmait José Angulo, attaquant d'Independiente del Valle. L'idole de Boca avait affirmé que la demi-finale serait facile pour les Argentins. Raté.

- « On a montré qu'on n'a pas battu River par hasard » , a affirmé Pablo Repetto, l'entraîneur d'Independiente del Valle après la qualification de son équipe en finale.

- Julio Angulo, grand artisan de la qualification équatorienne a lui déclaré que son club « entrait dans l'histoire » . « Mais maintenant on veut le titre, on ne va pas se contenter de cela » , a-t-il ajouté.

- « Je ne sais pas si c'est la défaite la plus dure de ma carrière d'entraîneur. Mais c'est la première à la Bombonera et c'est très compliqué. On est éliminés à cause de nos erreurs, pas parce qu'ils ont été meilleurs. » Guillermo Barros Schelotto, coach de Boca, après la défaite de son équipe.


Et sinon, que pasa ?



- Un rouge pour Lugano, classique.



- Après la défaite du match aller à domicile contre l'Atlético Nacional, des affrontements ont eu lieu à la sortie du stade. Résultat, quelques interpellations et douze policiers blessés.



- Mauricio Quiñonez, jeune défenseur central de 16 ans d’Independiente del Valle a été invité par Liverpool pour une période d’essai.


- Le pillage du Nacional continue. Après la finale, Davinson Sánchez, jeune défenseur colombien, va rejoindre l'Ajax.


- Un peu de volley.


- Voici une vraie belle ambiance.


- Faustino Asprilla, porte-bonheur de l'Atlético Nacional.


- Lors de la campagne de Libertadores, São Paulo a reçu sept cartons rouges. Un record.


- Outre le commentateur fou, la demi-finale aller entre Boca et Independiente a offert quelques perles. Notamment cette énorme crise de Barros Schelotto (qui gueule « Dégage cette balle, obéis-moi ! » ), qui reproche à Fabra son erreur.


- Quelques photos du stade de l'Atlético Nacional.


- Les prières de Maradona n'ont pas été utiles.



Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

The Admiral Niveau : DHR
Que c'est bon putain ! Deux petites équipes (l'Atlético Nacional, pas tant que ça) qui sort deux géants d'AmSud. Génial ! Surtout si Riquelme a vraiment dit que la semi-finale a vraiment dit que la demi-finale allait être facile pour Boca. Karma is a bitch !
Message posté par The Admiral
Que c'est bon putain ! Deux petites équipes (l'Atlético Nacional, pas tant que ça) qui sort deux géants d'AmSud. Génial ! Surtout si Riquelme a vraiment dit que la semi-finale a vraiment dit que la demi-finale allait être facile pour Boca. Karma is a bitch !


Si tu avais vécu en Colombie comme moi, tu serrais que non, l'Atletico Nacional, même par rapport à Sao Paulo, ce n'est VRAIMENT pas un petit clubs. En Colombie, ils dominent tout, sportivement et financièrement. Pas tellement une surprise.

Par contre, les Équatoriens... Putin mais RESPECT QUOI !
C'est comme si Gand allait en finale de la Champion's League en éliminant le Real et le Barca en demis et en Quarts. Incroyable.
d equateur Niveau : DHR
Ouais.

Bon, si Gand jouait à Chamonix, ce serait comparable.

Independiente del valle est le club d'Ibarra qui se trouve à 2500 m d'altitude, ce qui favorise grandement les performances, à l'image de la Liga de Quito qui a gagné la compétition en 2009.

Mais bon,chapeau, car ils ont gagné à Buenos Aires aussi.

Ils ont conquis tout le monde ici, alors que c'est juste un club moyen presque amateur, épopée hallucinante.

L'élimination de River était épique (gardien en feu, River qui croquait 50 occasions), là c'est pareil, incroyable. Un dieu inca veille sur eux.
Il va bouger pour le Marlos Moreno? Sacré potentiel pour faire mal en Europe.
Trop triste cette finale. Faut avoir vu les matchs pour se dire que c'est une mauvaise blague.

Cette année les vainqueurs de grande compétition n'ont vraiment rien de sexy.

Madrid, le Portugal, le Chili et maintenant un de ces deux là.

Place aux besogneux. C'est fini l'époque des branleurs qui tricotent le ballon.
Un grand moment de bonheur cette élimination de Bosta...leurs propos d'avant-match dégoulinaient de prétention (une caractéristique tellement argentine d'ailleurs), le nouveau maillot avait même été sorti en avance pour les demi-finales (et la finale qui allait s'en suivre bien sûr) et ils ont eu ce qu'ils méritaient (mention spéciale à Guillermo qui avait sorti un 'nous ne sommes pas River'...en effet River n'a pas perdu ses deux matches contre IDV, il avait raison sur ce point).

Sur les 90 minutes, on a eu une équipe molle, sans aucun rythme ni coordination aucune contre un adversaire (pas génial) mais qui courait et qui y croyait dur comme fer. Par contre la Bombonera, ce n'était pas loin du 'silencio atroz' non?

Pour les hispanophones on va se mettre un peu de Daniel Mollo pour finir...

https://www.youtube.com/watch?v=UW4qeSPrA-A
Message posté par sox75
Trop triste cette finale. Faut avoir vu les matchs pour se dire que c'est une mauvaise blague.

Cette année les vainqueurs de grande compétition n'ont vraiment rien de sexy.

Madrid, le Portugal, le Chili et maintenant un de ces deux là.

Place aux besogneux. C'est fini l'époque des branleurs qui tricotent le ballon.


Yaya touré est d'accord avec toi.
C'est peu dire qu'ils ont l à protection d'un dieu inca...

Faut se souvenir de comment ils sortent des poules.
Dernier match à colo colo, si les Chiliens l'emportent ils passent et Del Valle est éliminé.
Allez voir le résumé sur YouTube, del valle a joué tout le match dans sa surface et tient le 0-0 grâce aux poteaux et son gardien en feu... idem à River en 8e?es comme mis plus haut.
Quand j'ai vu Boca croquer comme pas permis et taper la barre avant la mi-temps, je me suis dit que c'était plié et qu'ils avaient une protection divine.

Pour cette finale, Medellin m'enthousiasme tellement que j'espère qu'ils feront le taf.
Ils pourront compter sur leur public de ouf au retour.
Message posté par sox75
Trop triste cette finale. Faut avoir vu les matchs pour se dire que c'est une mauvaise blague.

Cette année les vainqueurs de grande compétition n'ont vraiment rien de sexy.

Madrid, le Portugal, le Chili et maintenant un de ces deux là.

Place aux besogneux. C'est fini l'époque des branleurs qui tricotent le ballon.


Atletico Nacional est sûrement l'équipe qui a envoyé le plus de jeu cette année, tu dis vraiment nawak.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par sox75
Trop triste cette finale. Faut avoir vu les matchs pour se dire que c'est une mauvaise blague.

Cette année les vainqueurs de grande compétition n'ont vraiment rien de sexy.

Madrid, le Portugal, le Chili et maintenant un de ces deux là.

Place aux besogneux. C'est fini l'époque des branleurs qui tricotent le ballon.


Euh là tu mélanges un peu tout : l'Atletico Nacional a envoyé du jeu tout au long de la Libertadores (même si en terme de prestige, une finale Boca-Sao Paulo aurait eu plus de gueule, le club colombien est loin d'être un petit club, on parle quand même d'un ancien vainqueur de l'épreuve) ; quant au Chili, ce n'est certes plus celui de Sampaoli mais l'équipe de Pizzi a fini par trouver ses marques après des débuts difficiles et reste l'une des sélections les plus joueuses de la planète (faut juste pas se limiter à la finale, qui reste un match particulier avec un contexte particulierà !
Delle Valle serait pas entrainé par un certain Otto R.?
Message posté par d equateur
Ouais.

Bon, si Gand jouait à Chamonix, ce serait comparable.

Independiente del valle est le club d'Ibarra qui se trouve à 2500 m d'altitude, ce qui favorise grandement les performances, à l'image de la Liga de Quito qui a gagné la compétition en 2009.

Mais bon,chapeau, car ils ont gagné à Buenos Aires aussi.

Ils ont conquis tout le monde ici, alors que c'est juste un club moyen presque amateur, épopée hallucinante.

L'élimination de River était épique (gardien en feu, River qui croquait 50 occasions), là c'est pareil, incroyable. Un dieu inca veille sur eux.


Hola pana, Independiente del Valle est le club de Sangolquí, dans la périphérie de Quito. C'est comme si Fontenay sous Bois (pour les connaisseurs du 94) jouait la finale de la LDC...
The Admiral Niveau : DHR
Les gars, à l'échelle du continent l'Atlético Nacional ne fait pas partie des très grands, c'est un fait. Les "grands" Sudaméricains ce sont Boca, River et quelques équipes Brésiliennes, dont São Paulo. En tout cas c'était comme ça quand j'étais petit (je suis colombien) C'est pas parce que le Nacional a gagné une finale en 1989 qu'ils sont tout de suite une super grande équipe... L'Once Caldas a aussi gagné une finale en 2004, ils sont pas pour autant considéré un des gros d'AmSud. Après c'est vrai que l'AN est la meilleure équipe colombienne.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
558 13