En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Leverkusen/PSG

L’Europe a-t-elle vraiment peur du PSG ?

Les Qataris ne le cachent pas : ils sont à Paris pour gagner un jour (et pourquoi pas dès cette saison ?) la Ligue des champions. Une ambition et des moyens qui peuvent faire peur. Petit tour d’Europe pour savoir si ce PSG est déjà considéré comme l’égal des ténors continentaux.

Modififié
Quart de finaliste l’an passé, le Paris Saint-Germain reprend sa campagne européenne dans la Ruhr face au Bayer Leverkusen. Avec ce huitième de finale largement à sa portée, le PSG a l’occasion de marquer les esprits dans le concert. Car malgré ses stars, sa puissance financière et son niveau de jeu actuel, le club parisien n’a jamais qu’une « petite » Coupe des coupes à son palmarès. Bref, ce PSG version QSI est craint, mais doit encore gagner le respect.

Vu d'Allemagne : Klaus Toppmöller (ancien entraîneur du Bayer Leverkusen)

« Je ne pense pas que l'Europe doit avoir peur du PSG. Alors oui, le PSG est devenu une puissance financière, l'argent leur a permis de ramener des stars, ils ont une grosse équipe, ils jouent bien au football. Mais je pense qu'il y a des équipes qui sont encore devant : je pense notamment à Manchester City, Chelsea et le Bayern. On pourrait ajouter le Real et le Barça à cette liste. S'ils passent contre Leverkusen, ce dont je suis convaincu, cela ne voudra rien dire de plus. Et ce, même s'ils gagnent largement. Croyez-moi, j'ai vu City-Chelsea en Coupe la semaine dernière, et je peux vous dire que c'était la crème de la crème. Le PSG est fort, mais encore un peu en dessous de ces deux-là par exemple.  »

Vu d'Espagne : Martin Vasquez (ancien milieu de terrain du Real Madrid)

« Le PSG n’a peut-être pas l’histoire que peuvent avoir d’autres clubs, mais il a de bons joueurs, un projet solide, une force économique pour avoir les meilleurs joueurs. Et l’an dernier, il a déjà fait un bon parcours. Cette expérience ne peut être que positive. Mais rien ne garantit qu’il arrivera en demies ou en finale parce qu’il s’appelle le PSG. Le Real, le Barça ou le Bayern, lorsqu’ils arrivent à ce niveau, ce n’est pas à cause ou grâce à leur nom, mais parce qu’ils démontrent sur le terrain qu’ils sont plus forts. Le PSG est une équipe très forte, tout le monde le sait en Europe. C’est une équipe qui a un gros budget, qui a un projet très ambitieux. Il peut être avec les plus grands d’Europe... L’année dernière, il y était déjà, et cette saison il a encore de plus grands joueurs, donc plus d’options. Mais pour être bon en Europe, il faut battre les meilleurs et ça ne dépend pas que de la qualité des joueurs ou du projet, mais aussi des circonstances, d’être prêt le jour J. Mais il a de bonnes options pour bien figurer. C’est vrai que le changement d’entraîneur a influencé un changement dans le jeu. Je n’ai pas eu l’opportunité de les voir beaucoup cette année. Mais avec un nouvel entraîneur, les idées sont nouvelles… Leverkusen est une bonne équipe, deuxième dans son championnat, et la qualification ne sera pas facile. Mais a priori, le PSG est favori.  »

Vu d'Angleterre : Ric George (consultant Premier League pour Canal)


« Parler du club est différent de parler de l’équipe. L’équipe, oui, elle fait peur, car il y a des vedettes dedans. L’année dernière, les Parisiens sont tombés sur le Barça et ils ne méritaient pas d’être éliminés. Ils ont prouvé qu’ils avaient le niveau pour la Champions League. Cette saison, Paris a un bel effectif, ainsi qu’un bon entraîneur. Les Anglais les prennent très au sérieux. Beaucoup disent que le Paris Saint-Germain est un grand club, mais l’Angleterre ne le voit pas comme ça. Car il n’a été fondé qu'en 1970. Ils ont gagné quelques trophées, mais n’ont pas d’histoire par rapport aux clubs anglais. C’est une grande équipe, mais pas un grand club. Pour le devenir, il faut avoir du succès, de la longévité, notamment en Ligue des champions… On peut faire une comparaison avec Manchester City, car tous les deux sont très riches. Et cela fait peur en Angleterre. Un club riche peut acheter tous les grands joueurs dans le monde, c’est le cas du PSG. Quand vous avez l’argent, vous avez le pouvoir. Il y a plus de respect pour Paris que pour le football français en général. Paris est considéré comme l’un des favoris, c’est une certitude pour tout le monde en Angleterre. Mais tant que le PSG ne gagnera pas la Ligue des champions, il restera un bon club, mais pas un grand club… Le fait que Paris tombe sur un club anglais en C1 et le sorte, cela lui donnerait davantage de crédibilité. Sortir Arsenal, Chelsea ou Manchester City, là, oui, ce serait un gros coup. Les Anglais seraient obligés de les respecter un peu plus. »

Vu d'Italie : Benoît Cauet (ancien milieu de l'Inter Milan et consultant télé)

«  En Italie, on en parle en bien. Ce qu’est en train de faire Paris depuis trois ans, c’est quelque chose d’exceptionnel. À partir de là, on pense que c’est une équipe qui peut aller jusqu’au bout. C’est une équipe très compétitive, donc on la voit un peu comme le Manchester City de la situation. Le PSG fait partie des clubs qui peuvent prétendre à aller jusqu’au bout. Après, ils peuvent aussi s’arrêter en quart de finale parce qu’ils jouent contre plus forts, mais c’est clair que cette année, Paris peut être un des clubs dans les quatre demi-finalistes... Il faut regarder les résultats, on voit que l’an passé le PSG a été jusqu’en quart de finale, éliminé par Barcelone, alors que les clubs italiens, c’est à peine s’ils y sont arrivés. Ici, tout le monde pense que si on avait de l’argent, on pourrait faire pareil. Cela fait partie du jeu, il y a des moments où tu es très fort parce que tu es capable d’acheter des joueurs. Paris et la France en bénéficient, mais en Italie, c’est pas le cas. Il faut être honnête et regarder les choses comme elles sont. Le foot italien est en train de se reprogrammer, mais avant d’être compétitif comme ceux qui ont la chance de prendre des joueurs parce qu’ils ont de l’argent, l’Italie devra se reconstruire mentalement et physiquement. »

Par AF, RD, RDe et EH
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40