L'Euro à 24 n'est pas gravé dans le marbre

Modififié
187 35
Le nouvelle formule de l'Euro a beaucoup fait parler.

Le passage de 16 à 24 équipes de la compétition européenne n'est pas au goût de tous les observateurs, ni même des acteurs. Dans une interview accordée à L'Équipe, Theodore Theodoridis, le secrétaire général de l'UEFA par intérim, analyse les avantages et les inconvénients du nouveau format :


« Il comporte des aspects positifs et des mauvais côtés. Au rayon des satisfactions, les équipes sont compétitives, on hausse le niveau du football européen et on fait rêver davantage de gens » , a-t-il notamment déclaré avant de reconnaître que le format à 16 était « plus simple » et de soulever le problème du différentiel de jours de récupération entre les différentes nations. Si la formule ne pourra pas être remise en cause pour l'Euro 2020, il ne ferme pas la porte à un nouveau changement pour la suite : « Tout est possible, vingt-quatre équipes, vingt-deux, vingt. On verra... »

Bientôt un format à 21 équipes dont 7 à cloche-pied avec un goal volant. GD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 2
La chute loufoque est presque moins débile que les propositions de l'UEFA
Étrange, dans les satisfactions il a oublié de préciser qu'il pourrait se verser une plus grosse prime à la fin de la compet. Probablement un oubli de se part, le plus important étant bien évidemment de "faire rêver d'avantage de gens".
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Kolodziejczak encense Emery
187 35