1. // Coupe de la Ligue – 1/16e de finale
  2. // Stade Rennais/Nancy

L'étrange déclin de Yann M’Vila

Cadre de l’équipe de France et courtisé par les plus grands clubs d’Europe il y a encore un an, Yann M’Vila est finalement toujours en Bretagne. Après une ascension exponentielle, sa carrière s’est progressivement égarée, la faute à des performances un peu en deçà et des soucis extra-sportifs. Récit chronologique des derniers mois.

0 18
Printemps 2011 : le big boss

Au sortir de l’hiver 2011, le Stade Rennais est sur le podium de la Ligue 1 grâce notamment à son homme à tout faire du milieu de terrain. Yann M’Vila rayonne, sa valeur marchande monte en flèche, alors que Laurent Blanc l’a propulsé cadre de ses Bleus, moins d’un an après sa première cape. Il est question d’un premier intérêt d’Arsenal, Wenger souhaitant en faire le successeur de Cesc Fàbregas, en partance pour Barcelone. Une flopée de recruteurs suit les performances du garçon, qui termine néanmoins la saison émoussé. Le métronome de l’équipe en baisse de forme, Rennes quitte logiquement le top 3 du championnat. Adieu la Ligue des champions, encore une fois. Reste que M’Vila est élu dans l’équipe type de L1, et le Real de Mourinho rejoint le bal des prétendants.

Été 2011 : un premier accroc

Arsenal, le Real, Manchester United, Liverpool et maintenant Chelsea ou encore Rome : toute l’Europe s’arrache le milieu de terrain rouge et noir. Et sa marge de progression semble encore énorme. À tel point que le joueur comme son club décident de repousser tranquillement toutes les offres, mêmes celles dépassant les 20 millions d’euros, et concluent une prolongation de contrat d'un an – jusqu’en 2015 – avec revalorisation de salaire à la clé. Les adieux attendront l’après Euro. Au cœur de l’été pourtant, un premier incident va commencer à ternir l’image du natif d’Amiens : à l’issue d’un (bon) match amical réalisé à Montpellier face au Chili, il se laisse aller en compagnie d'un ami avec deux prostituées, qui lui dérobent montre, ordinateur, smartphone et argent liquide. Il portera plainte et l’affaire finira par fuiter dans la presse quelques semaines plus tard.

Automne 2011 : à fond les ballons

N’excluant pas que 2011-2012 puisse être « l’année de Rennes » , Yann M’Vila se lance avec une ambition collective et personnelle retrouvée dans la nouvelle saison. Pièce maîtresse du système de jeu mis en place par Antonetti, il dispute tous les matchs et n’a pas le temps de souffler. Championnat, coupes, Europe, matchs internationaux, le jeune homme de 21 ans se démultiplie sans pour autant s’astreindre à une hygiène de vie monacale. C’est cette fois le Barça qui se dit intéressé, puis l’Inter. Il faut une sacrée dose de maturité pour appréhender toutes ces prestigieuses sollicitations tout en disputant 90 minutes deux fois par semaine à un poste clé de premier relayeur/premier ratisseur d’une équipe qui vise la qualification européenne. Mais tant que le prodige continue de naviguer entre l’excellent et l’honnête – dans le pire des cas – personne dans son entourage sportif et extra-sportif ne voit l’intérêt de modifier quoi que ce soit dans ce rythme de vie pour le moins soutenu.

Hiver 2011-12 : le contrecoup

Sauf qu’arrive un moment où, forcément, ça casse. Pour M’Vila, il n’y a rien eu de brutal, seulement un lent et progressif déclin. Rien de bien méchant, mais les performances quelconques se font plus nombreuses que les convaincantes. Le 18 mars notamment, le milieu rennais se fait manger par Étienne Capoue et le TFC. Dans le même temps, débute le procès – perturbant, forcément – des deux voleuses croisées à Montpellier en août 2011. Alors que l’affaire Zahia est encore bien dans les têtes et que l’Euro approche…

Printemps 2012 : dans l’œil du cyclone

Et là, c’est le drame. Le 11 avril, M’Vila et ses coéquipiers se font humilier par Quevilly en demi-finale de Coupe de France. Pour une partie des supporters rennais, c’en est trop. Les joueurs sont pris à partie à la sortie de l’entraînement et Yann M’Vila, à fleur de peau, a le malheur de sortir de sa voiture et de réagir aux « guignols » proférés par ceux qui l’adulaient quelques mois auparavant. Sifflé par le difficile public de La route de Lorient le match suivant, il est défendu par son entraîneur, qui juge le comportement des supporters « injuste » . Mais le désamour semble profond. Comme si ça ne suffisait pas, les ennuis extra-sportifs se poursuivent le 30 avril, avec une interpellation à son domicile et une garde à vue, suite à une plainte d’un mineur de 17 ans qui accuse le joueur de l’avoir frappé. Via son avocat, M’Vila reconnaît une gifle, « une réaction inappropriée » , mais accuse en retour l’adolescent – ex-petit ami de la jeune sœur de Yann – d’abus de confiance, suite à un prêt d’argent non remboursé… Et il ne faut pas compter sur l’Euro pour oublier tous ces malheurs, puisque le milieu de terrain se blesse en match de préparation, rate le début de la compétition et l’achève tristement par une sortie de terrain face à l’Espagne sans saluer ni son remplaçant, Giroud, ni son sélectionneur, Blanc.

Eté 2012 : l’histoire sans fin

Mis par la FFF dans le même sac que Nasri, Ménez et Ben Arfa, tous accusés d’une manière ou d’une autre de mauvais comportement en Ukraine, le Rennais est convoqué en commission de discipline et écope d’un symbolique « rappel à l’ordre » . Pendant ce temps en Bretagne, les grands clubs européens, de plus en plus méfiants, dépêchent des enquêteurs pour en savoir plus sur la personnalité du jeune prodige. Certains faits des derniers mois, ajoutés au prix de vente jugé prohibitif réclamé par Rennes – le manager Pierre Dréossi parle d’une indemnité «  aux alentours de 20 millions d’euros » - dissuadent les formations les unes après les autres : Arsenal surtout, puis Tottenham. La cote du joueur a chuté, il n’a pas été convoqué par le nouveau sélectionneur Didier Deschamps, qui lui préfère le revenant Rio Mavuba et le nouveau Étienne Capoue. Une nouvelle fenêtre de transferts se ferme sans que Yann M’Vila ne bouge.

Automne 2012 : une saison à la relance ?

Le « je peux très bien rester une saison de plus » d’août s’est donc mué en certitude. Celui que l’on considérait il y a encore peu comme le grand milieu de terrain de la décennie naissante a connu le banc des remplaçants pour une des toutes premières fois de sa carrière ce week-end, à Toulouse, la recrue Makoun et le jeune Pajot ayant été préférés au coup d’envoi. Alors, grillé M’Vila ? Pas forcément. «  Touché mais pas coulé  » , comme il l’a confié récemment, le joueur peut profiter de cette demi-saison ou de cette saison supplémentaire inattendue en Ille-et-Vilaine pour se relancer. Il a aussi reconnu fréquenter moins ceux qu’il appelle des « faux-copains » , promet de moins sortir et de faire plus attention à son hygiène de vie. La « reprise en main » de sa carrière est lancée. Après tout, il n’a encore que 22 ans…

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
rennes a le chic de ne pas vendre ses joueurs au momment opportun
Lecher lacher lyncher ~ pour beaucoup de pepite francaise ca se resume a ca. Je pense encore que rester a Rennes a lepoque etait la meilleure des solutions. Il n'a que 22ans et changer d'environnement l'annee prochaine lui ferait du grand bien (bonne saison ou pas) et si on se base sur son potentiel d'y a 2ans il peut faire le bonheur du club qui l'achete. Je continue a penser qu'il va devenir un joueur qui va passer 100capes avec lequipe de france!
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Moi il m'avait enthousiasmé, j'y crois vraiment à ce joueur...

Suis crédule ou pas assez lucide ? ^^
scfcb, je ne suis pas d'accord, en atteste la vente de Gyan (15 M€) à Sunderland, joueur qui, bien que sympathique a été clairement surcoté grâce à la bonne Coupe du Monde 2010 du Ghana.

Bazibouzouk, je pense que tu ne t'es pas trompé. Yann M'Vila est un joueur au talent indéniable, et il reviendra. Seulement, je pense qu'il y a eu une usure physique et psychologique. M'Vila, c'était, avant qu'il ne se retrouve sur le banc à Toulouse ce week-end, 94 titularisations sur 95 possibles (un match manqué pour suspension) avec Rennes depuis février 2010. Sans compter, donc, l'Equipe de France et ses déboires à l'Euro cet été. Il a le mental pour rebondir, je pense qu'il a peut-être besoin d'être un peu ménagé physiquement.
Il a un trou d'air et même si je n'aime pas vraiment l'homme (l'enfant?), je pense que c'est un futur très très bon donc il va revenir au top!
A l'instar de la génération 87 dorée, il s'est vu trop beau trop vite d'ou un certain relâchement. Il se complait sur ses acquis et inconsciemment il progresse pas.

Au même titre que Benzema la 1ere année du Real, d'un Menez à la Roma, d'un Bern Arfa à Marseille. Ils ont tous pensé que le plus était fait. Putain mais si nos jeune talents avaient la rigueur allemande, on aurait de loin la meilleure équipe du monde.

Au vu du talent, de nos anciens jeunes prodiges, nous seront tous d'accord pour admettre que les Benzema, Ben Arfa and Co auraient pu prétendre à mieux aujourd'hui si ils avaient su garder leur tête sur les épaules tout au long de leur carrière.

Mvila fait partie de cette caste de jeunes prodiges déchus qui va devoir se bouger le cul pour pouvoir désormais prétendre à un statut de "joueur de classe internationale" et plus mondiale "malheureusement"

Bisous
Je pense aussi qu'il faut savoir accepter que des joueurs qui se montrent à leur avantage très jeune et sur qui ont compte à l'avenir peuvent à 22-23-24 ans disparaitre un peu sans qu'on les dise cramé ou irrécupérable. Comme pour Marvin Martin, j’espère que M'Vila sera pas déjà mis dans la case génération perdue.
Le problème, c'est nous, on est dans un pays de c*n (disons les choses clairement, et je ne m'exclues pas), où on cherche des défauts à tout le monde.

Ok, ils sont professionnels, mais mon dieu, qu'est ce que j'aimerai pas être footballeur en France... Tu m'étonnes qu'il y est autant de talent gâché quand on voit la pression qu'on met sur des gamins.

C'est quand même incroyable qu'en club, ces mecs là font des merveilles (je pense à Ben Arfa et Menez ces derniers temps) alors qu'en France on s'acharne sur eux avant même de voir leurs perf' en EDF... Quand tu vois Ancelotti parler de Menez, il l'encense, quand tu vois Pardrew parler de Ben Arfa, il l'encense... C'est si dur que ça de comprendre le souci? On arrête pas de répéter inlassablement que certains joueur marchent à l'affectif, alors pourquoi on prendrai pas note de tout ça et qu'on essaye de mettre nos sportifs dans de bonnes conditions? Quand tout un pays ne te fais pas confiance pour les représenter, tu pars avec un handicape psychologique pendant un match, c'est indéniable!

Regardez l'exemple Ribéry, la confiance des français retrouvé, et le mec te fais match de gala sur match de gala...

Si on les lâche un peu, ils vont eux aussi se lâcher sur le terrain, j'en suis certain, faut les laisser respirer un peu les mecs, c'est pas des machines.

On est comme les Anglais, voir pire, c'est pour ça qu'eux ne gagnent jamais rien, parce que c'est continuellement le bordel autour de leur équipe.

Et puis merde, un peu de soutien ça fait pas de mal, si?
Selbycool Niveau : CFA2
Pour moi il n'y a aucun doute, il va revenir tranquillement... Franchement, avoir fait déjà autant de top-matchs entre 19 et 21 ans ça relève du phénomène de foire, il n'est presque jamais blessé donc il n'y a pas de raison que ça ne revienne pas - surtout s'il a la bonne idée de changer de potes ;) Mais je pense qu'un départ en fin de saison, ce serait le bon moment : qu'il se retrouve confronté à de la concurrence, loin des vieux potes et des mauvais conseils, qu'il soit obligé de la boucler, d'apprendre une langue, de bosser dur, qu'il ait des matchs avec un gros enjeu régulièrement, et il va naturellement cartonner.
Selbycool Niveau : CFA2
... et +1 pour Dilaw, j'ai aussi beaucoup de mal à comprendre qu'on ne les encourage pas plus. L'exemple le plus probant reste le comportement du public au SDF pendant les matchs des bleus... Waouh, paye ta troupe de schizophrènes ambulants... Les français ont décidément un gros problème d'estime d'eux-mêmes, très profond, et c'est cette tension qui ressort dans le monde du spectacle et des personnages publics, donc ça ne va pas se régler sur deux trois matchs de foot. (hélas...)
dedegignac Niveau : DHR
il fait quand meme que des passes latérales a 3 mètres maxi
payer 20 millions pour ca
faut pas prendre les présidents pour des gogos non plus
il finira en russie ou au qatar
et pschiittttttttttttttt
a rikii :

Désolé mais je ne suis pas de ton avis, tu dis que ces joueurs pouvaient mieux faire comme carriere,
Ce sont les medias ( A la clairefontaine entre autres)qui nous ont fait croire que ben arfa c'etait Pelé.

En ce qui concerne Benzema il est titulaire ou presque au réal et en equipe de france difficile de faire mieux..
Menez est titulaire dans le meilleur club Fr du moment et competitif sur la scène européene. Pour Mvila je n'ai jamais été impressionné et sa facon de faire des passes a 2 metres me fait marrer.
@Siskela

Ce que je souligne c'est que Ben arfa (à marseille), Benzema (1ere année au real) et Ménez (à la Roma) ont tous connu une période creuse qui se caractérise par un manque de rigueur.

Aujourd'hui les 3 ont plus ou moins percés. Ce que je dis, c'est que M'vila traverse cette période actuellement : le jeune prodige qui tarde a confirmer tous les espoirs en lui.

Ce que je dis est fondé,si on avait eu le professionnalisme et la rigueur allemande que connaissent les Ozil, Reus, gotze, kroos ... Cette fameuse génération 87 si dorée aurait pu prétendre a beaucoup mieu aujourd'hui au vu de leur talent à19-20 ans....

Mvila subit le même tournant
Il est juste à l'image de l'équipe : en stagnation.
Après il n'est pas exclut qu'il se relance à Rennes. Mais je pense qu'il ne pourra franchir de réels paliers qu'en quittant le club.
Perso je pense qu'il va revenir à son meilleur niveau. Faut juste lui laisser le temps de digérer tout ça. Et si il n'est pas trop mal entouré, il devrait vitre revenir en pleine bourre.
Oh les gars, je me souviens d'un article dans So Foot où le mec était comparé à XAVI (par G. LAcombe je crois)

Faut arrêter les conneries

Déjà ne pas oublier que le type a fait une bonne saison en .........ligue 1

Les bons joueurs français ne font plus partie depuis longtemps des top players,

En plus ce côté racailleux prétentieux me déplaît,
C'est le nouveau Peter Luccin
Depuis le temps que je disais que ce Yann M'vila était sur-coté, on m'écoutait pas.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 18