Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Bayern Munich-Real Madrid

L’éternelle revanche madrilène de Robben

Deux saisons durant, entre 2007 et 2009, Arjen Robben a défendu les couleurs du Real Madrid. Une expérience marquée par ses fulgurances sur le pré, mais surtout par son départ forcé et, donc, houleux, lors de la reprise en main du club par Florentino Pérez. Flash-back.

Modififié
À la fin de l’été 2009, les caisses du Real Madrid crient famine. C’est que, pour son retour aux affaires, Florentino Pérez voit alors les choses en grand. Sur le même modèle que la politique de son premier mandat baptisé Zidanes y Pavones – des stars et des joueurs formés au club –, le président madrilène dégaine sa stratégie de Galactiques 2.0. Pêle-mêle, le magnat du BTP espagnol recrute Cristiano Ronaldo, Kaká, Benzema ou encore Xabi Alonso pour un montant total de 250 millions d’euros. Autrement dit, une fortune même pour le club le plus riche du monde. Alors directeur sportif de la Maison-Blanche, Jorge Valdano doit, a contrario de son président, renflouer le compte en banque du Real. Pour ce, quatorze joueurs prennent la porte, tandis que 100 millions d’euros font le chemin inverse. Victime collatérale de ce dégraissage, Arjen Robben s’envole, contre l’avis de son entraîneur et sa propre volonté, pour le Bayern Munich deux ans après son arrivée au Bernabéu. Un départ forcé qui, aujourd’hui encore, reste en travers de la gorge du Néerlandais pour qui la vengeance est un plat qui se mange froid.

«  L’équipe fonctionne mieux sans qu’avec Robben »


Victime collatérale de la politique de Florentino Pérez, Arjen Robben est déjà en campagne électorale au moment de son arrivée. Car à la suite de la démission du patron d’ACS en 2007, Ramon Calderón, avocat de profession, se lance dans la bataille présidentielle du Real Madrid avec plusieurs promesses. En plus de Cesc Fàbregas et Kaká, il assure aux socios madrilènes le recrutement du Néerlandais, alors propriété de Chelsea. Des paroles aux actes, seul le virevoltant ailier londonien fait son arrivée du côté de la Castellana en échange d’un chèque de 35 millions d’euros. Ses débuts sous le maillot madrilène sont tonitruants, à tel point que malgré une série de blessures, il se voit comparé à Lionel Messi. Des éloges que l’intéressé, pourtant égoïste assumé qui ne connaît pas la modestie, rejette malgré des prestations qui en font le chouchou du Bernabéu. Mais pas de son coach Juande Ramos, pour qui le Néerlandais se caractérise par un individualisme exacerbé. «  L’équipe a beaucoup mieux fonctionné sans Robben qu’avec Robben. Nous avons trouvé la formule adéquate  » , sentence-t-il au soir d’un succès sans son ailier.


Cette relation paradoxale avec le Real Madrid, Arjen Robben la cultive deux saisons durant. Entre des déclarations qui ne siéent pas à la mentalité espagnole – « Si je ne donne pas mon ballon, c’est que j’en assume le risque  » – et un physique qui lui joue des tours – 63 matchs disputés pour 13 buts et 12 passes décisives –, personne ne sait vraiment quoi penser de ce génie incompris. Surtout pas Florentino Pérez qui, de retour aux affaires, décide de s’en séparer malgré la volonté de Manuel Pellegrini de le conserver. « Le joueur a été invité à quitter le Real Madrid au début de l’été. Si Cristiano Ronaldo arrivait, il devait quitter le club, commente à l’époque Jorge Valdano. Au fur et à mesure de la pré-saison, il est vrai que Pellegrini s’est montré intéressé pour conserver Robben, mais il ne disposait que de peu de minutes et sa vente était une grande opportunité. Dans le monde réel, les choses se passent ainsi : si Kaká arrive, Sneijder doit partir, et si Cristiano Ronaldo arrive, Robben doit partir.  » Ce qu’il fait, bon gré mal gré, en rejoignant le Bayern Munich contre la modique somme de 25 millions d’euros.

Un goût de vengeance froide


De ce départ forcé, Arjen Robben ne garde, toujours aujourd’hui, que très peu de bons souvenirs. « On m'a dit que le club pouvait se faire un peu d'argent si j'étais vendu. Je ne voulais pas partir au début. J'avais fait la meilleure pré-saison de ma carrière, entame-t-il au micro de Fox Sports. Il y a eu des contacts avec le Bayern, mais ce fut une décision difficile, la plus difficile de ma carrière, car le Bayern ne figurait pas dans l'élite en Europe comme actuellement et ce fut un pas en arrière pour moi de quitter le Real Madrid pour le Bayern. J'y suis allé parce que le club a tout fait pour me faire signer. »

Depuis, le problème de standing bavarois n’en est plus un et le Néerlandais fait désormais partie des meubles de l’Allianz Arena, lui qui y milite depuis désormais huit saisons. Il n’empêche que pour ses retrouvailles avec le Real Madrid, un goût de vengeance froide se fait ressentir dans l’air. Pour preuve, lors de sa dernière venue au sein de la capitale espagnole, pour les demi-finales de l’édition 2013/14, il répondait à la question « Viens-tu te venger du Real ? » par un énigmatique «  Vous verrez » . La sentence se fait encore attendre.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C1 - Quarts de finale
Bayern - Real Madrid




Dans cet article


Hier à 17:17 Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 18:09 Gervinho vers Parme 16 Hier à 17:00 Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 Hier à 16:30 Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 27
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 13:30 Un match de Liga prochainement joué aux States 64 mercredi 15 août Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 13 mercredi 15 août Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 mercredi 15 août La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 mercredi 15 août Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 mercredi 15 août Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 mercredi 15 août À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
À lire ensuite
Génération Ribéry