En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // AJ Auxerre

L’été plein de promesses de l’AJ Auxerre

On avait quitté l’AJ Auxerre en bonne galère, mais sacrément soulagée d’arracher son maintien en mai dernier. Deux mois plus tard, c’est pourtant bien en candidats au podium que se présentent les Bourguignons à l’orée de cette nouvelle saison de Ligue 2. La raison de cette transformation ? Une intersaison pleine de promesses avec un nouveau proprio qui a l’air de bien gérer son affaire, un staff qui a de la bouteille, un recrutement ambitieux et des matchs de préparation incitant à un franc optimisme.

Modififié
On a bien failli perdre un monument du football français. Certes, on peut se remettre d’une relégation au troisième échelon national, voire même au-delà –
coucou Strasbourg –, mais l’AJ Auxerre, ces derniers temps, montrait tous les signes d’un club malade, à la limite de la phase terminale, et pas seulement parce qu’il était proche d’une descente en National. Gestion calamiteuse, anicroches, polémiques (l’épisode Papin...), popularité en berne et résultats sportifs en forte baisse. La saison dernière, les Bourguignons ont été en position de relégable ou de barragiste pendant dix-sept journées, pour finir au pied de la ligne de flottaison. Une bonne galère, puis forcément un soulagement, et vite l’envie de se projeter vers l’avant et d’oublier ces moments sombres de l’histoire du club. Rachetée quelques mois auparavant par un groupe chinois, ORG Packaging, l’AJ Auxerre est donc désormais entre les mains d’un certain James Zhou, fondateur de cette entreprise spécialisée dans la fabrication d’emballages alimentaires, au chiffre d’affaires proche du milliard d’euros.


Un James Zhou qui, à l’occasion d’une interview donnée il y a quelques jours à L’Équipe, a donné des signes positifs de sagesse et de connaissance du football français : « Pour l'instant, l'objectif est de rétablir la confiance de tout le monde : les joueurs, l'entraîneur, les supporters. J'espère qu'Auxerre va retrouver la Ligue 1 et la Coupe d'Europe. Mais, pour y parvenir, il faut de la patience. L'objectif est de refaire briller cette équipe. » Des propos avec juste ce qu’il faut d’ambition et de modestie, parlant aussi d’un « investissement à long terme » . Plus anecdotique, mais pas moins important, il est apparu aux petits soins avec les supporters locaux, recevant à domicile une poignée de ceux qui avaient fait un déplacement en Chine où devait avoir lieu un stage de pré-saison, avant qu’il ne soit finalement annulé. Il s’est occupé d’eux à leur arrivée et leur a accordé une longue entrevue qui semble avoir été appréciée. Pour l’instant, le gazier mène bien sa barque.

Un organigramme expérimenté


Exit Guy Cotret, le controversé ex-président de l’AJA a cédé sa place à Francis Graille en mai, quelques jours avant l’officialisation du maintien de l’équipe en Ligue 2. Nommé par Zhou, Graille est un nom connu dans le monde du foot français puisqu'il a été auparavant président du LOSC (de 99 à 2002) puis du PSG (de 2003 à 2005). Avec Luc Dayan, il a notamment contribué au renouveau de Lille au tournant du nouveau millénaire, même si ensuite son bilan à Paris est plus mitigé. Au moins a-t-il l’expérience de ce milieu et donc une certaine légitimité pour ce poste. Dans l’organigramme vient ensuite Cédric Daury, nommé directeur sportif en fin de saison dernière. Il était auparavant l’entraîneur de l’équipe, arrivé en cours de saison ramasser les morceaux après le court accident industriel Viorel Moldovan. Daury, lui aussi, a de la bouteille, essentiellement dans l’univers de la Ligue 2 pour avoir été coach à Châteauroux et Le Havre. Forcément, là encore ce n’est pas inintéressant... Enfin le troisième homme est un certain Francis Gillot, qui prend la place de Daury sur le banc et tente de relancer sa carrière partie un peu en cacahuète avec une fin d’aventure difficile du côté de Bordeaux et une improbable virée en Chine pour grossir son PEL. Reste qu’il s’agit d’une belle pioche pour l’AJA, Gillot retrouvant dans l’Yonne un univers sensiblement similaire à celui qu’il a connu à Sochaux, là où il avait accompli des miracles.

Un recrutement cohérent


James Zhou comme Francis Graille annoncent un projet de promotion sur deux saisons. « Mais la montée se présente dès maintenant... » , avançait avec gourmandise le nouveau président il y a un mois. Oui, Graille a un peu la dalle. Et un peu de thunes à dépenser, avec un budget prévisionnel à 20 millions d’euros. Au total, onze recrues ont débarqué du côté de l’Abbé-Deschamps, pour deux départs significatifs (Gaëtan Courtet et Ruben Aguilar, sans oublier la retraite de Lionel Mathis). Parmi les recrues, on retrouve trois prêts confirmés de la saison passée (Mohamed Yattara, Yaya Sané et Birama Touré), mais aussi deux sacrés belles prises habituées à jouer à l’étage au-dessus : Romain Philippoteaux, ex-Lorientais, et le Caennais Jordan Adeoti. Avec des leaders déjà en place tels que Mickaël Tacalfred et Ludovic Obraniak, l’effectif a une belle gueule. Le plus grand défi pour Francis Gillot étant d’abord de trouver une bonne animation offensive, l’AJA se distinguant tristement la saison dernière comme étant la pire attaque de deuxième division...

Une préparation engageante


Sur le plan offensif justement, ça ne se passe pas trop mal avec les matchs de préparation. Le dernier surtout a été particulièrement convaincant avec une nette victoire 4-1 obtenue face au FC Metz, le 14 juillet. Et bonne nouvelle pour Francis Gillot, les quatre buts ont été marqués par quatre joueurs formés au club, Fumu Tamuzo, Boto, Montiel et Ayé, ce qui laisse entrevoir une profondeur d’effectif encore plus importante qu’il n’y paraît. La concurrence semble forte sur toutes les lignes avec ces produits de ce qui reste un des centres de formation les plus performants de France : le huitième de l’Hexagone au dernier classement et le premier de Ligue 2 devant Sochaux et Lens notamment. Le bilan de la préparation n’est pas encore complet (deux matchs encore au programme contre Troyes et le Paris FC, après deux nuls contre Mouscron et Créteil et deux victoires contre Reims et Metz), mais Auxerre s’avance déjà comme un candidat sérieux aux premières places en cette nouvelle saison de Ligue 2.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 72
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8
À lire ensuite
La fiche d'Amiens