En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Marseille/Montpellier

L’été indien de Florian Thauvin

Ce qui est bien, avec les feuilletons de l’été, c’est justement qu’ils ne durent qu’un été. L’affaire Thauvin n’a pas dérogé à la règle. Descendu en flamme tout au long d’un transfert mouvementé de Lille à Marseille, Thauvin l’homme a laissé la place à Florian le joueur. Un joueur brillant.

Modififié
Ce mardi 26 novembre, en réalisant « un cinq à la suite » que Julien Lepers a longtemps pensé impossible, l’Olympique de Marseille est officiellement rentré dans le rang. Le club de la Cité Phocéenne, déjà assuré de ne pas voir les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, n’ira pas faire un tour du côté de la Ligue Europa. Un retour au monde réel, celui de l’Hexagone, de sa Ligue 1, sa Coupe de France et sa Coupe de la Ligue. Un retour au monde du Lille OSC, surprenant et solide dauphin du Paris Saint-Germain. Ce monde, Florian Thauvin l’a tutoyé quelques semaines. Le temps d’être la bonne affaire du mercato nordiste. Le temps de quelques boycotts d’entraînement, aussi. Et enfin le temps de faire rire la France en faisant rimer génie avec boucherie et futile avec Adil. « Tant mieux pour eux s’ils font de bons résultats  » se contente d’affirmer Thauvin, invité à commenter les performances du LOSC par La Voix du Nord. Il faut dire que si les quolibets basés sur les comparaisons entre la saison de Lille et celle de l’OM ne sont pas près de s’arrêter, Florian Thauvin peut désormais se permettre de se foutre de tout. A 20 ans, le gamin ne fait plus vraiment rire la France du football. Il lui fait même un peu peur.

Redemption song

Il y aurait donc un joueur derrière l’homme ? Pas vraiment. Ce serait donner trop de crédit à ce qu’il s’est passé cet été et surtout, ce serait refuser de croire les paroles unanimes de ses nouveaux partenaires. Tous à Marseille, du capitaine Mandanda à l’unijambiste Morel, louent le bon caractère d’un gamin à l’écoute qui file droit. Éphémère sale gosse, peut-être mal entouré, comme beaucoup d’autres, Thauvin n’est pas forcément celui que l’on veut croire. Flingué, comme Ribéry, par la brigade des mœurs et de la bonne conduite du football, l’ancien Bastiais devait répondre sur le terrain. Il a mis du temps. Environ un trimestre. La raison de ses premières prestations en dents de scie est simple et n’a strictement rien à voir avec l’extra-sportif : Thauvin n’était absolument pas prêt physiquement lors de ses premières sorties en blanc et bleu face à Toulouse, Bastia ou Saint-Étienne. Au vrai, c’est à la fin du mois d’octobre que le natif d’Orléans a commencé à envoyer du jeu. Le 26 octobre, l’OM, défait par Reims au Vélodrome (2-3), boucle un mois ignoble lors duquel l’équipe de Baup n’aura pas gagné la moindre rencontre. Seul motif de satisfaction, tout le monde se rend bien compte que Thauvin monte en régime et que c’est une petite bombe polyvalente que le technicien phocéen a entre les mains.

Passion tricot


S’il est loin d’être un roi de la tactique, le coach à casquette tient en Thauvin un joueur de rêve pour tout entraîneur. Désormais en bonne condition physique, l’international espoir est capable d’évoluer à trois postes du 4-2-3-1 dans lequel l’OM est souvent aligné : à gauche, en dix ou à droite, où il passe la majeure partie de son temps et où il brille. Et si son incorrigible passion pour le tricot, ajouté à son jeune âge, fait de lui un joueur toujours perfectible, Florian Thauvin a profité du mois de novembre pour mettre les choses au point. Auteur d’un triplé et de deux passes décisives lors de la dernière sortie des Bleuets face à l’Arménie, le gaucher reste sur sept buts et trois passes décisives lors de ses sept dernières rencontres. Exceptionnel ? Non. La moindre des choses quand on a ce qu’a le minot dans les pieds. Économisé ce mardi sur la pelouse de l’Emirates, Thauvin est entré en jeu vingt minutes. Suffisant pour ranimer une équipe amorphe grâce à quelques furies balle au pied et deux frappes du gauche. Le week-end dernier, à Ajaccio, il s’était offert une passe décisive du pied droit, en première intention, et un but. En pleine bourre, il sera le fer de lance de l’attaque phocéenne ce vendredi soir face à Montpellier où il retrouvera un joueur qui lui ressemble : Rémy Cabella. Tous les deux talentueux, ils payent un délit de sale gueule. Cette coupe de cheveux, comme le reste, c’est mercredi prochain qu’elle sera réellement au centre des débats. Pour la 16e journée de Ligue 1, l’OM, actuel 4e, ira faire un tour du côté du Grand Stade, où la totalité du public lillois attend Thauvin pour lui faire payer. Comment dit-on, Mario Götze, en français, déjà ?

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88