1. // Euro 202
  2. // Demi-finales
  3. // Portugal/Espagne

L’Espagne, une arnaque ?

Le plus beau football, les meilleurs joueurs et la meilleure mentalité : l’idéologie espagnole a envahi l’Europe. Sauf que les Rouges gagnent leurs match à l’arrache et sans briller. Analyse.

Modififié
18 45
Avant de jouer contre l’Espagne, il faut s’incliner devant le Saint-Sacrement. Blanc : « J’aime beaucoup le style de jeu de l’Espagne. (…) Ils ont de très bons joueurs, ils jouent bien et les critiques envers eux ne me semblent pas justifiées. » Löw : « Footballistiquement l’Espagne, c’est merveilleux. Ils dominent tout à la perfection, du plus élémentaire au moindre détail. » Certains nuancent. Bilić : «  L’Espagne est une grande équipe, ce sont des grands champions et les favoris légitimes de l’Euro. Mais ils ne gagneront pas le tournoi en fumant un cigare. » Mais en reviennent toujours à la même conclusion. Capello : « L’Espagne est l’équipe qui joue le mieux au foot. Même s’il lui manque quelqu’un comme Messi. » Maître Capello a mis le doigt dans la blessure. L’Espagne a beau être la meilleure équipe du monde, elle peine à gagner ses matchs depuis le Mondial. Contre l’Italie, elle disparaît pendant une demi-heure, contre la Croatie, elle passe à deux doigts du fiasco et contre la France, elle frappe deux fois au but. Du coup, après les matchs, il reste comme un arrière-goût d’inachevé. C’était donc ça la meilleure formation de la planète ? L’Espagne est prenable, il suffit d’en être convaincu.

Del Bosque est plus cruyffien que Guardiola. « Dans le football, la seule arme qui existe pour attaquer, c’est le ballon. Si c’est toi qui l’a, personne ne peut t’attaquer. Voilà pourquoi la possession est une arme, mais c’est aussi la meilleure défense » , explique le caudillo hollandais. Lorsqu’il révolutionne le Barça dans les années 90, il lui apprend à gérer l’espace, la circulation et la domination. Il lui apprend surtout à ne plus souffrir et à gérer un match. Plus le ballon traîne, moins l’adversaire a de possibilités. Si l’Espagne de Del Bosque a besoin du ballon dans les pieds, c’est surtout pour ne pas souffrir. Sa virtuosité collective frise l’onanisme, mais remplit entièrement sa fonction : hypnotiser son adversaire. Contre la France (Xabi Alonso) et la Croatie (Navas), le but est arrivé dans une situation de contre et non d’attaque placée. Mais elle l’emporte toujours parce que son secret est ailleurs. L’Espagne ne gagne pas, elle convainc.

La bataille des idées

L’image ultra-offensive et celle d’Eden sportif qui accompagnent les Espagnols sont éloignées de la réalité. Depuis le début de l’Euro, la Selección pose plus de questions qu’elle n’en résout (9 ou pas de 9, double pivot ou simple pivot ?). En outre, les Espagnols sont les champions du monde les moins productifs de l’histoire. Ils n’ont eu besoin que de 8 buts, mais de plus de 60% de possession pour soulever l’or. Jamais une équipe n’a eu besoin de toucher autant le ballon pour se procurer si peu d’occasions. Et c’est bien là le problème. L’Espagne a beau être une libre interprétation du Barça (6 joueurs sur 11 contre la France), le jeu, lui, n’est pas catalan. Là où le Barça s’appuie sur ses ailiers (Tello, Pedro, Cuenca, Alvés, Sánchez), l’Espagne de Del Bosque privilégie la stabilité au milieu. Elle perd donc en mobilité, en profondeur et en créativité. La supériorité espagnole n’est plus technique. Les Croates, les Italiens ou même, en 2010, les Chiliens et (presque) les Hollandais ont su faire peur aux champions. Mais le romantisme de son jeu fascine et ramollit les consciences.

Car admirer, c’est déjà succomber. Mourinho a bien compris que, pour battre le Barça et son idéologie, il faut d’abord cesser de respecter son football : « Si tu joues à la même chose qu’eux, tu tombes dans leur piège. » Le Barça et l’Espagne seraient deux interprétations de la même idée : «  Le problème avec eux, maintenant, c’est que les adversaires leur donnent le jeu qu’ils attendent. Tous les matchs sont beaux, gentils, à la fin tout le monde s’embrasse et le monde est parfait. (…) Les rivaux se rendent compte trop tard du piège dans lequel ils sont tombés.  » Le foot espagnol est devenu la référence absolue, parce qu’il résout une équation qu’il est le seul à se poser : l’esthétique et l’efficacité. Or, « le Barça, c’est une façon de jouer au foot, il y en a plein d’autres » , enchaîne le Mou, champion d’Espagne. Si le Portugal colle une danse en amical, en 2010, aux Espagnols (4-0), c’est parce qu’il ne renonce pas à ses armes. Sa défense agressive et ses ailiers rapides démolissent le bloc espagnol. Deux ans plus tard, ces deux-là se retrouvent en demi-finale. Et si le Portugal en finissait avec l’Espagne ?

Par Thibaud Leplat, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aleks-WTFRU Niveau : Loisir
Tout est dit.
L'Espagne n'est pas LE football mais un football. L'Espagne n'est pas le plus beau jeu offensif mais le plus efficace défensivement.
Arsène Holmes Niveau : DHR
Entièrement d'accord! Mais pour moi la plus grande des aberrations est de jouer sans neuf. Résultat on voit peu de projections vers l'avant, c'est un flot continu de passes, on est à la limite d'un match de hand et c'est pénible. L'Espagne avant pratiquait le plus beau jeu mais à force de pousser leur philosophie à l'extrême, s'en est devenu indigeste.
Leur jeu ramollit surtout l'arbitrage, qui subit l'illusion de la possession de balle et oublie de punir comme il se doit l'utilisation systématique de l'anti-jeu pour casser les contres, sans quoi leur pressing tout terrain serait suicidaire.

Pour mémoire, 2 cartons jaunes à peine sur les 6 premiers matchs de la CDM. Pendant que Müller se faisait suspendre contre eux, un gars comme Ramos multipliait les fautes sans jamais recevoir de biscotte.
J'm'ennuie devant les match de l’Espagne sauf quand silva à le ballon. Ensuite autant matter un match de hand, au moins ya une 20 de buts par match, et ya pa les tatouages tout dégueulasses de Torres.
L'espagne cest le football sponsorisé par Derrick!
J'aimerais que ceux qui critiquaient le catenaccio en face de meme avec la balle a 10 espagnole, parce que la on assiste à un refus du jeu mais cette fois ci par le jeu.
Allez l'Italie, l'Allemagne, le Portugal qui ont pu proposer autre chose et un peu de spectacle.
Drew Jarez Niveau : DHR
Ok le jeu de l'Espagne est ennuyeux pour certains (peut être la majorité, qu'en sais-je et peu importe) mais de là à dire que leur supériorité n'est plus technique, il y a un univers que je ne franchirai pas. Leur manière de faire tourner la balle, leurs dribbles, déplacements, et TOUS leurs matchs sont des démonstrations techniques.
Note : 3
Merci ! Enfin un article nuance et vrai ! Ca fait deux ans que je dis que les Espagnols ne pratiquent pas un football ultra offensif et ca fait deux ans que mon pote Christian Jean Pierre doit me casser les chburnes a parler que de ca.
Si les allemands mettent 10 buts et deviennent champion du monde on parle de realisme et de froide efficacite allemande. Quand c'est les espagnols qui le font on dit que c'est de la pure creativite et du geni(e) :-)
Bon ceci dit l'Espagne de 2008 c'estait pour moi un poil au dessus de nous en 1996 mais bon ...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
attendons la fin du tournoi pour tailler un costard aux espagnols, parce que pour le moment ils sont toujours favoris de cet Euro et en plus ils ont la meilleure défense du tournoi(ce qui on le sait est souvent l'arme fatale du champion).

Et même si je ne les ai pas trouvés convaincants face à l'Italie, la Croatie, voire la France(où ils n'ont pas franchement forcé leur talent); il m'étonnerait fort que les portugais aient les armes pour les sortir demain. Y a quand même de fortes chances de les retrouver encore une fois en finale ce qui serait remarquable.

Si les espagnols gagnent ce tournoi on ne pourra pas ressortir l'excuse de la faiblesse du tournoi et de l'opposition comme en 2008 et 2010. Cette fois le tournoi est très relevé et on a le droit à un dernier carré comme on en a pas eu depuis 2006(à croire qu'il faut attendre tous les 6 ans...cf:2000).
demon_john2905 Niveau : District
Pour moi l'espagne 2012 c'est le catenaccio 2.0, c'est l'equivalent de la grece 2004. C'est une equipe ultra defensive mais sa defense ne repose pas sur un double rideau defensif, mais un double rideau de milieu + les 4 defenseurs ! il commence a defendre au niveau de la surface adverse puis font la passe a dix au milieu. tout cela reposant sur leur extraordinaire maitrise technique mais au final ils n'en font pas grand chose offensivement, par volonté ? ou pas insuffisance en attaque ? je pense que c'est voulu...
MarvinUnited Niveau : Loisir
Ils ont simplement inventé le catenaccio technique. Busquets étant le meilleur du monde a son poste, révolutionnant le poste de milieu défensif, je ne les vois pas perdre. Tactiquement c'est simplement la meilleure équipe depuis le début de l'Euro et depuis 4 ans maintenant.
Pedro n'a pas joué ou presque mais il est l'un des joueurs les plus intelligent au monde dans ses déplacements ; l'Espagne est, contrairement à l'Allemagne je pense, a 1/5 de ses possibilités réelles. Mais ils jouent tranquillement, tenant le jeu par leur possession et leur qualité technique supérieure. Ils ne prennent pas de risque ou presque, et quand ça déraille un peu un grand gardien est derrière. Je ne les vois pas perdre contre l'Allemagne en finale, mais alors pas du tout. Et pourtant je suis supporter de United, le Barça et cette petite bande d'Espagnol nous ont fait mal. Xabi Alonso, malgré son bon dernier match, ne semble pas vraiment utile au collectif espagnol, surtout qu'il est surcoté défensivement. Arbeloa et Ramos sont les deux autres points faibles techniquement (et je préfère le club du Real que celui du Barça...). Après c'est du foot, ils peuvent perdre, on l'a vu lors du match Chelsea-Barça. Un Chelsea mauvais offensivement et défensivement sur les deux matchs peut passé face à eux (car mon dieu que les blues ont été mauvais, même défensivement), la recette est simple : compter sur la chance. Point barre.
Leur catenaccio technique est difficilement prenable, voir pas prenable du tout sans plusieurs gros coup de chance.
"Car admirer, c’est déjà succomber". Tellement vrai !
On dirait que le Mou est le seul à avoir compris l'importance du mental de guerrier quand tu te frottes à une grande équipe. Après, il en fait des tonnes et tout mais bon c'est le Mou swag
Ragondinho Niveau : CFA
Chacun son avis ! on aime ou on n'aime pas !

le but de ce jeu est simple ! Pourquoi garder le ballon ? Pourquoi le faire tourner ?

Un seul mot pour résumer le jeu de la Roja :
la PATIENCE

Faire tourner le ballon, c'est faire courir l'adversaire, c'est l'obliger à constamment modifier leurs lignes quand la balle part à gauch ou à droite, c'est user psychologiquement l'adversaire, c'est aussi tout connement et simplement garder le ballon afin de minimiser les possessions adverses et les potentielles attaques ou contre attaques.

l'art de garder le ballon ! faut savoir le faire aussi ! faire tourner la baballe c'est chiant pour certains, mais c'est un métier : vision, toucher, prudence, vivacité, intelligence.

C'est un jeu ! Mais avec ce jeu, mine de rien, l'Espagne gagne des trophées...

le pire, c'est que ceux qui crachent les premiers sur le jeu de la Roja sont les premiers à s'extasier sur le jeu ultra défensif d'équipes comme Chelsea et consorts qui ont certe un jeu bien spécifique mais qui lui aussi peut être taxén d'ultra boringueux...
bandeaveclemou Niveau : District
C'est "l'effet coupe du monde", la nation qui l'emporte voit toujours sont choix tactique porté aux nues, voir ériger en modèle à suivre. Platini quand il arrive à la juve il critique les choix frileux du Trap, il dit "« Ce qu'il faudrait seulement c'est que je puisse imposer ma façon de jouer. J'adore le jeu court, avec des redoublements latéraux et des appuis. Ici, on aime et on prône un jeu long où les demis doivent essentiellement soutenir les attaquants. Ils sont champions du monde, alors ils ont raison. Mais j'avoue que ce n'est pas ma conception du football. » Champion du monde, l'argument fatal.
Cette équipe espagnole n’est pas plus spectaculaire qu’une autre. Je m’explique. Cette équipe est championne du monde avec 8 buts marqués seulement. Cela parait maigre face aux 12 buts italiens en 2006, aux 18 buts brésiliens en 2002 et aux 15 buts français en 1998.
De plus, depuis le début de l’euro on se moque des grecques champions 2004 en gagnant que 1-O… vous voyez ou je veux en venir… l’Espagne en 2010 bat le Portugal 1-0, le Paraguay 1-0, L’Allemagne 1-0 et la Hollande 1-0… cherchez l’erreur.
Drew Jarez Niveau : DHR
@louis2407 : ce que tu oublies mon cher et que le spectacle ce n'est pas seulement des buts ! Voir le Real (dont je suis un grand fan) ou le Barça passer 8 buts à une équipe, c'est inintéressant (même si je prends mon pied à les voir jouer). Voir des matchs se finir à 4-4, 3-2... c'est encore plus inintéressant. Les défenses gruyères, c'est nul. Par contre, voir Iniesta ou Silva, mon dieu !
Ce qu'il manque à l'Espagne qui je pense lui permettrait d'être encore plus forte, c'est de mettre un mec comme Navas ou Pedro d'entrée pour apporter de la profondeur, comme Jordi Alba le fait coté gauche. Avec les pourvoyeurs de ballon qu'elle possède, des joueurs d'espace permettraient à l'Espagne d'avoir d'autres alternatives que systématiquement le jeu court. C'est aussi ça (avec Messi bien sur) qui permet au barça d'être si fort, avec les capacité de débordement de Daniel alves
L'Espagne est moins explosive et n'enchante pas cette année, cela dit comme je l'ai posté sur un autre article, elle est à la tête de toutes les stats sur cet euro à l'exception des buts marqués(8 buts contre 9 pour l'Allemagne): but concédés, tirs, tirs cadrés, passes, passes réussies, corners, etc. Ils sont au top sur toutes ces stats, tout en ayant les joueurs qui courent le moins.

Leur jeu hypnotise l'adversaire en le privant de ballon, c'est pour ça qu'il devient ennuyeux pour certains (ce qui se comprend). Mais au final ils ont plus d'occasion que toute autre équipe et concèdent moins d'occasions, voilà la finalité de leur jeu de passes, ce n'est pas un dogme (contrairement au barça) mais un choix pragmatique qui leur donne le maximum de contrôle.

Je suis entièrement d'accord sur le fait qu'ils représentent UN type de football et pas le seul, mais attention à ne pas les sous-estimer.
Le Portugal a deux atouts: sa défense et Ronaldo, ils ont la capacité à tenir face à la roja mais si Ronaldo passe à côté de son match ou est bien muselé, ce sera difficile. Je sens donc l'Espagne légèrement favorite, même si on parle d'une demi finale ouverte.

Dernier point, cette version de la roja est plus verticale cette année et donc plus proche du style du real que du barça, j'en veux pour preuve d'ailleurs leur match contre la France avec des buts effectivement en mode contre. Donc il faut relativiser les comparaisons avec le barça.
Y'a du vrai. L'Espagne n'a jamais été le Barça et jouer (surtout) sans ailier et sans pointe, je ne pense pas que ce soit la bonne solution.

Le reste est... perturbant. Partout, on entend que l'Espagne est chiante. On parle bien des mêmes média (sofoot inclus) qui ont trouvé Chelsea incroyable, nan ? L'Espagne fait la même chose que Chelsea dans le fond : à savoir un jeu défensif (dans cet euro) et au lieu de défendre à 10, ils font tourner le ballon.
La différence, c'est que, comme ça, l'Espagne maitrise quasiment totalement son sujet et que les matchs qu'elle a gagné, elle les aurait gagné 8 fois sur 10, Croatie inclus. Alors que Chelsea, hein...

Et le titre est affreux. Une arnaque ? Et le Portugal, ce serait pas une arnaque ? Ils ont battu qui ? La Rep. Tchèque et "l'équipe" des Pays-Bas ? Et l'incroyable Allemagne qui passe son temps à perdre en demi/finale (club et équipe nationale) depuis 5-6 ans, dominée de la tête et des épaules en 2010 par l'Espagne justement ? C'est pas elles les arnaques plutôt ?

@Drew Jarez. Je suis d’accord avec toi sur le fait que buts n’est pas égale a beau jeu (Italie Angleterre 0-0 mais joli à voir)
Par contre je trouve décevant qu’on encense cette équipe à longueur de journée. L’Italie en 2006 n’a pas été jugée à sa juste valeur étant donné qu’elle a battu la France, mais son football était tout aussi beau.
Mais bon… on verra cela le 1er juillet.
Balivernes ! Une des meilleurs attaque et la meilleur défense de cet Euro !! Moi je prend le contre-contre pieds ! C'est devenu la mode d'etre désormais anti toque-taqua.

L'espagne est une équipe complétement schizo !! Il suffit qu'elle en encaisse et qu'elle soit mené pour la voir étouffer son adversaire et enchaine à 100 à l'heure et toute les 20 seconde des acceleration de jeu folle ! après bien sur elle peut s'en prendre quatre mais désolé ce jeu reste crispant mais jusque là diablement efficace ! Et quoi de mieux que de s'etre fait ratatiné par le Portugal il y a deux ans !! Bon Dieu vous parlez d'une équipe qui laisse l'un des meilleur avant centre qui a le plus flambé cette saison sur le banc !! et un vrai 9 qui ne décroche pas joue en pivot sait remiser et tres bon techniquement ! Parlez moi donc du portugal et son cas de devant !!!! Non Non ! Il suffit d'un Llorente ( tien le 8e au mondiale contre le portugal ! un signe ) pour un jeu plus direct des joueurs plus motivé que jamais et là les barcelonais seront le mieux classé car voire mourinho et sa bande lever la liga c'est une chance mais pas question de leur laisser cet euro !! Ca va etre saignant !!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Coule Britannia…
18 45