1. // Euro 2012
  2. // Espagne/Liechtenstein

L'Espagne, un carton et la qualif ?

Le tenant du titre devrait être le deuxième pays qualifié pour l'Euro 2012, après l'Allemagne, son plus grand adversaire, le week-end dernier. Il lui suffira de battre le Liechtenstein.

Modififié
0 12
Le nul de la République Tchèque en Ecosse samedi dernier a offert la possibilité aux Espagnols de valider leur ticket pour l'Euro ukrainio-polonais, en cas de victoire ce soir à Logroño, dans le nord du pays. Ce sera face au Liechtenstein, et évidemment, la question n'est pas vraiment de savoir si l'Espagne va gagner mais combien elle va en mettre. A l'aller, ça avait fait 4­-0, et sa moyenne depuis le début des éliminatoires, c'est trois buts par match. A titre de comparaison, ça fait deux ans que la France ne marque pas plus de deux buts dans un match, excepté contre l'Ukraine au début de l'été - merci Marvin Martin -. Mais si la bande à Del Bosque gambade dans ce groupe I, avec cinq victoires en cinq matchs, on ne peut pas en dire autant de ses matchs amicaux. Nouvel exemple le week-end passé face au Chili, avec cette victoire 3-2 à l'arrachée, après avoir été menée logiquement 2 à 0. Mais même quand c'est mal embarqué, l'Espagne s'en sort toujours. En fait, cette équipe accélère dès qu'elle le veut, ou dès qu'il le faut. Elle l'a montré dans ces éliminatoires à Glasgow, quand l'Ecosse revenait à deux buts partout à vingt minutes de la fin (victoire 3-2), ou à Grenade, quand menée par la République Tchèque après un but de Plasil, elle renversait le score pour l'emporter 2-1, et prendre ses distances avec son adversaire au classement.


Amis malgré tout


Justement, ce match contre le Chili a permis de clarifier pour de bon le problème de l'ambiance au sein de la sélection, quelque peu questionnée après les clasicos pimentés entre le Barca et le Real, les deux principaux fournisseurs de l'équipe nationale. Avant le match, Xavi, qui avec sa 103è sélection ce soir enverra encore un peu plus Raul dans le passé, intervenait une nouvelle fois devant la presse pour que l'on puisse enfin passer à autre chose. « J'ai parlé avec Casillas et tout est réglé. C'est un grand compagnon et un grand ami. Il est toujours joyeux et je suis très content qu'il soit notre capitaine. Les problèmes, il faut en parler. On a déjà tourné la page pour que la sélection continue à bien se porter. On parle plus de ça que d'une Espagne qui vient de gagner le Mondial et l'Euro dans le meilleur moment de son histoire » , a-t-il regretté. C'est en fait sur le terrain que l'Espagne a rassuré tous les sceptiques, dans ce début de bagarre avec les Chiliens en toute fin de match, magnifiquement mis en scène par les médias espagnols. Iniesta, le héros du match, défendu par Arbeloa, lui-même secouru par Busquets. Ou comment balayer les doutes en trois petites bousculades. Ces Espagnols ont décidément de grands talents d'acteurs. Et le sang chaud.


L'Espagne et l'Allemagne au-dessus du lot


Tout va bien donc, pour l'Espagne. Ou presque, puisque les absences en défense posent quand même quelques problèmes à Del Bosque. Depuis la blessure de Puyol, le sélectionneur à moustache a testé six défenses différentes en sept matchs. Piqué lui aussi blessé, Capdevilla et Marchena en difficulté dans leur club, les solutions ne foisonnent pas derrière. Albiol s'est installé dans l'axe, mais il n'est que le quatrième choix de Mourinho au Real. Javi Martinez, le milieu défensif de Bilbao, a été testé à ses côtés contre le Chili et l'Italie, mais ne s'est pas montré très à l'aise à ce poste. Il y a donc des joueurs à trouver. Tout le contraire du secteur offensif, où là l'Espagne dispose d'un banc monstrueux.

Face au Chili, Iniesta, Fabregas, Pedro, Mata, Cazorla, Torres et LLorente étaient remplaçants. En entrant, les deux premiers ont montré qu'il sera difficile de se passer d'eux sur le terrain, tant leur influence sur le jeu et sur le résultat est grande. Avec tout ça, Del Bosque devrait quand même s'en sortir. En gagnant ce soir, l'Espagne rejoindra son dauphin de 2008, et sans doute son plus sérieux rival l'année prochaine, l'Allemagne, qui commence à se lasser d'échouer en finale ou aux portes de celle-ci. On a bien là les deux grands favoris de cet Euro 2012, en attendant l'outsider, les Pays-Bas, la troisième équipe à avoir remporté tous ses matchs de qualifications. Les trois premières nations au classement de la FIFA. Le Liechtenstein, lui, est 119ème.

Leo Ruiz

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pendant ce temps là, la France compte sur son banc des remplaçants Valbuena, Rémy, Cabaye, Martin, Gameiro... Bon ok, c'est pas si horrible que ça ! Mais comparé à Iniesta, Fabregas, Mata, Pedro, Torres et Llorente... !
En fait, je me demande, est-ce que la France a déjà eu un véritable banc des remplaçants, capable de remplacer au pied levé les titulaires?
ouais en 2000. En remplaçant t'avais qd meme des mecs comme Lama, Pires, Trezeguet, Anelka ou Wiltord notamment
Bin avant de parler de remplaçants compétitifs en France, faudrait que les titulaires le soit...

Perso j'aurai mis la Hollande dans les favoris, bon Ok ils ont pas un banc extra-large et ça dépendra de l'état de Robben&Van Persie. Mais si tous les joueurs sont là, avec un Van persie aussi énorme (qui était total cramé à la cdm quand même!) c'est une équipe monstrueuse.

L'Espagne c'est vrai qu'ils ont beaucoup de bons joueurs mais à mon sens le génie tient surtout entre les mains de Xavi-Iniesta. C'est vraiment de là que le Barça&Espagne tirent leur supériorité, sans eux ce sont de très bonnes équipes, avec eux, ils dominent le monde.
Por favor!!! Le club de la ville s'appelle bien Logroñés, mais la ville elle-même s'appelle Logroño, capitale de la Communauté autonome de La Rioja. (oui oui, le vin vient de là-bas)
Sinon je suis assez d'accord avec Gaël, pour moi il y a trois nations qui sont au-dessus du lot au niveau européen (et même mondial) en ce moment: Allemagne, Espagne et Pays-Bas. Quant à l'influence de Xavi et d'Iniesta, elle est indéniable, mais dans ces deux équipes (Barça et Espagne) c'est la qualité technique d'ensemble qui est remarquable, tout comme l'intelligence tactique. Si la France possède des joueurs très doués techniquement, la plupart de ses joueurs manquent cruellement d'intelligence tactique...
On vous paie combien pour parler du plus mauvais champion du monde de l'histoire?
Sans un arbitre à leurs cotés , les espagnols ne valent même pas la France, c'est dire!
les pays bas outsider?
ca peut être qu'une personne qui mate plus le foot, genre ma grand mère ou....Didier Roustand
Lol comme si les pays bas étaient énorme à voir jouer en 2010 .. Les pays bas qui gagne par miracle contre un Brésil tétraplégique En finale ils font rien de spécial, à part Sneijder qui offre la CDM à Robben sur la passe du siècle
Sauf qu ils meritent tous les buts qu ils ont marque, on est d acc sur tout le reste! D ailleurs, sneijder a fait la passe. De l annee ce soir
Si tu cherches la passe de l'année regarde plutôt le premier but d'Argentine-Nigeria, moins longue mais bien plus difficile dos au jeu sans contrôle.
Sinon, je veux bien dire que l'Espagne a galéré pour gagner sa cdm, qu'ils ont pas marqué beaucoup de buts, mais bon, faut pas pousser quand même dans la mauvaise foi.
Dire que l'Espagne est le plus mauvais champion du mon de de l'histoire relève d'un troll plus que d'un avis. Cependant, le niveau général des sélections s'est fortement dégradé ces 5-6 dernières années. Et seules les sélections entrainant leurs jeunes des les premières catégories internationales (U17 U19...) semblent dessiner une esquisse d'équipe (Allemagne, Espagne...). Le football de club avec la ligue des champions est tellement devenu prédominant sur le football international que les "blessures" et les motivations sont plus importantes quand les internationaux jouent pour leurs clubs. Ainsi la France, premier pays d'expatriés et de bonne formation, est en train de couler. Quelque soit son sélectionneur, celui-ci n'arrive qu'à créer une tactique à défaut d'un collectif.

L'Espagne n'est plus flamboyante depuis l'euro 2008. Et il est vrai que la coupe du monde 2010 ne m'a absolument pas emballé (dans une certaine mesure le Chili). Toutes les sélections étaient cuites, il n'y avait que des formations tactiques, aucun collectif, l'Espagne s'apparentait à un robot sans âme faisant glisser la balle autour de la surface de réparation en espérant une erreur de l'adversaire. La Suisse, humble équipe jouant avec ses moyens l'avait déjà bien compris, et le duo Robben/Sneijder a bien faillit en faire de même.

Fini les roustes à d'autres pays que le Liechtestein. Dès qu'elle rencontre un cador, c'est loin d'être gagné.

Le seul espoir des sélections réside dans un fair-play financier efficace, privilégiant des joueurs de clubs et dans leurs clubs de formations. Oh bien sur, les stars iront toujours dans les meilleurs clubs. Mais beaucoup de bons joueurs resteraient et cela favoriserait implicitement les clubs et les sélections.
Désolé de ne pas être d'accord. L'Espagne a gagné la coupe du monde et c'est mérité. c'était la meilleure équipe sur le plan collectif, elle n'a certes pas marqué beaucoup mais elle a été la meilleure sur les plan tactique et technique. Elle a surtout eu beaucoup de difficultés face aux équipes les plus recroquevillées derrière et qui ont laissé le moins d'espace (Portugal, Paraguay), mais elle a très bien joué face à l'Allemagne par exemple. Je pense que l'Espagne reste aujourd'hui la meilleure équipe, avec l'Allemagne, et les Pays-Bas ne sont pas loin.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Italie touche au but
0 12