Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Italie-Espagne (1-1)

L'Espagne subit le nul en Italie

Dans une rencontre très amicale et malgré l'ouverture du score d'Insigne, l'Espagne a arraché le match nul grâce à Aduriz. Mais la Squadra Azzurra beaucoup plus convaincante, a bien maîtrisé le champion d'Europe en titre.

Modififié

Italie 1-1 Espagne

Buts : Insigne (68e) pour l'Italie // Aduriz (70e) pour l'Espagne

Antonio Conte abandonnera la sélection italienne à la fin de l'Euro. Mais si son équipe fait preuve du même sérieux et d'une rigueur tactique identique pendant la compétition que lors de son duel du soir face à la Roja, peu de fans de la Nazionale lui en voudront. Car c'est un fait : Conte est un technicien plus intelligent que la moyenne, capable de s'adapter à son adversaire et de ne lui laisser quasiment aucun espace, même quand il s'appelle l'Espagne. Il faudra en revanche un peu plus de niaque offensive et davantage de motivation pour espérer vaincre les meilleurs. À ces conditions, sa bande pourrait aller loin. L'Espagne, elle, est parvenue a égaliser après l'ouverture du score d'Insigne. Mais en dehors de ce pion, elle n'a même jamais été dangereuse, balbutiant son football dans un triste match nul.

L'Italie au point tactiquement


Deux indications dans la compo de Del Bosque en vue de l'Euro : le sélectionneur compte réellement sur Aduriz et Morata, tous deux titulaires, et préfère actuellement De Gea, dans les cages, à Casillas. L'éternel Buffon, quant à lui, est toujours là. Sous les yeux de Maître Capello, en tribunes, Ramos manque de tromper son propre gardien sur la première incursion transalpine. Signe que les Italiens débutent plutôt bien. Il faut dire que leur organisation défensive, désormais connue pour sa charnière centrale à trois, piquée à la Juve, emmerde pas mal de monde en général. Surtout avec un marquage individuel sur coups de pied arrêtés.

Et malgré l'absence de Pirlo et Verratti, c'est bien la Squadra Azzurra qui se montre la plus créative en imposant son pressing, récupérant facilement les ballons au milieu du terrain. Les Espagnols usent donc de longs ballons... Un comble pour Del Bosque, qui se fait carrément mettre à terre par l'arbitre assistant. Un seul élément se bouge dans le camp de la Roja : Morata. Le jeune Turinois, souvent au sol lui aussi, mange pas mal de coups. Pourtant, le rythme et l'intensité sont loin d'être démentiels. Dur, dur de se motiver pour un amical après avoir disputé la Ligue des champions ou être au taquet en championnat...

Insigne, bien mieux qu'un supersub


Quelques frappes de loin, zéro cadrée pour l'Espagne, une possession en faveur de l'Italie, un Candreva en forme et un Conte qui s’époumone : voilà le bilan avant la pause. La seconde période sera-t-elle la même ? Déjà, Nacho remplace Ramos chez le champion d'Europe en titre. Oui, Nacho le défenseur plus réserviste que remplaçant au Real. C'est dire la pauvreté de l'effectif si on le compare à celui des dernières années. Pendant ce temps-là, Insigne, dont on n'a toujours pas compris sa présence sur le banc, prend la place d'un Éder quasi invisible. Le joueur du Napoli se met d'ailleurs très vite en évidence, avec un but à vingt minutes du terme sur un beau mouvement collectif. Mérité, vu comme De Gea a dû s'employer à plusieurs reprises.

Zaza, Bernardeschi, Isco et Silva entrent aussi. Et la partie s'emballe enfin, avec l'égalisation d'Aduriz malgré un hors-jeu de Morata. Son premier but en deux sélections. Grâce à De Gea, qui s'interpose encore devant Insigne et qui donne ainsi raison au choix de son coach, l'Espagne évite une défaite qu'elle aurait logiquement dû subir. Mais les satisfactions de la soirée se trouvent clairement du côté italien.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 98
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom