Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Finale
  3. // Brésil/Espagne (3-0)

L'Espagne spectatrice du carnaval brésilien

En feu, la Seleção envoie un message retentissant à la planète football en l'emportant largement (3-0) et avec la manière : il faudra compter sur elle l'an prochain. Sans vie, la Roja s'est écroulée de son piédestal.

Modififié
Brésil - Espagne : 3-0
Buts : Fred (2e et 48e) et Neymar (44e) pour le Brésil.

L'année 2013 n'aura pas porté chance au football ibérique. Éliminés sèchement en demi-finale de la Ligue des champions, Xavi, Iniesta, Ramos et compagnie ont subi la pire déroute de leur règne, à un an de la remise en jeu de leur titre de champion du monde. Avec, cette fois-ci, le Brésil dans le rôle du bourreau. Inspirés et volontaires, poussés par plus de 70 000 spectateurs en furie, les locaux ont donné un récital au Maracanã. L'affiche était alléchante. Espérée depuis l'ouverture du tournoi et vendue comme « la finale rêvée » et « la grande fête du football » , l'attente autour de ce Brésil-Espagne se voulait proportionnelle au palmarès des deux nations. Les rois du football face à l'invincible armada de ces dernières années, avec un public bouillant, dans un fantastique chaudron maculé de jaune. Au final, l'éternel Brésil a donné la leçon aux Européens. Il aura fallu se frotter les yeux et se pincer à plusieurs reprises pour y croire. Ce Brésil en construction est donc plus qu'une promesse de beau jeu et de résultat. Déchaînés, Neymar et Fred ont encore été les fers de lance d'une victoire auriverde dans cette Coupe des confédérations. L'Espagne, inexistante dans cette finale, va devoir se coltiner les questions sur sa fin de règne dans les jours à venir.

Fred lance le carnaval

L'entame de match de la Seleção est rapidement à la hauteur des espoirs du peuple auriverde. Fred confirme qu'il faudra se lever de bonne heure pour lui arracher ce numéro 9 vert sur jaune qui lui sied comme un gant. Allongé dans les six mètres, l'ancien Lyonnais trompe Casillas à bout portant (1-0, 2e) et le Maracanã gronde de plaisir. C'est déjà l'heure de la grande communion. On en aurait presque la larme à l'œil. Mais si ça pique un peu les yeux, c'est sans doute parce que les gaz lacrymogènes commencent à pleuvoir dans les alentours du stade sur les manifestants qui, eux, n'ont pas vraiment la tête à la fête. Le onze brésilien est euphorique. Oubliées les approximations de leur demi-finale poussive : les hommes de Scolari sont obnubilés par le cuir. Ils pressent comme des morts de faim. Quand un Espagnol a le ballon, il se coltine directement un adversaire sur le dos. Hués par les spectateurs en furie, les champions du monde sont groggys, malmenés comme rarement. Oscar tente le lob sur Casillas (8e). Ramos et Neymar s'échangent des caresses et quelques mots doux. Une façon pour l'Espagnol de lui dire « bienvenue en Liga » . Le garçon sert Fred sur un plateau avec une diagonale café-crème à ras de terre, mais Casillas écarte le danger (31e). À 1-0, le capital brésilien reste fragile. David Luiz, spectaculaire, sort du tibia un tir de Pedro. Il est ovationné pendant de longues minutes.

Neymar, enfin une coupe réussie

Ça ressemble de plus en plus à un rêve pour le Brésil, lorsque Neymar décoche une frappe imparable sous la barre de Casillas (2-0, 44e). Le Maracanã est en pleine extase à mi-chemin de la rencontre. La Seleção reprend la seconde période sur les mêmes bases, pied au plancher. Neymar laisse filer une passe de Hulk, et Fred envoie une frappe croisée dans le petit filet de Casillas (3-0, 47e). Alors qu'il reste encore pratiquement la moitié du match à jouer, on sait déjà que l'Espagne ne reviendra plus. Il y a bien cette faute de Marcelo sur Jesús Navas pour entretenir un minuscule espoir. Mais Ramos ne trouve même pas le cadre (55e). À l'heure de jeu, un Marcelo gourmand oublie Fred esseulé au deuxième poteau (64e), peu avant que Piqué ne fauche Neymar, alors lancé vers le but (68e), et que Bjorn Kuipers n'envoie le Barcelonais rejoindre les vestiaires prématurément. Les tribunes ressemblent à un carnaval. Ça balance les bras, ça se congratule, ça braille. Pedro (80e), puis Villa (86e) invitent Júlio César à prendre part à la fête. Le Brésil savoure sa renaissance. Neymar a réussi sa coupe et donne rendez-vous l'année prochaine.

Par Florent Torchut, au Maracanã
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 7 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 16 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 67 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3