1. // Coupe des confédérations
  2. // Finale
  3. // Brésil/Espagne (3-0)

L'Espagne spectatrice du carnaval brésilien

En feu, la Seleção envoie un message retentissant à la planète football en l'emportant largement (3-0) et avec la manière : il faudra compter sur elle l'an prochain. Sans vie, la Roja s'est écroulée de son piédestal.

Modififié
89 88
Brésil - Espagne : 3-0
Buts : Fred (2e et 48e) et Neymar (44e) pour le Brésil.

L'année 2013 n'aura pas porté chance au football ibérique. Éliminés sèchement en demi-finale de la Ligue des champions, Xavi, Iniesta, Ramos et compagnie ont subi la pire déroute de leur règne, à un an de la remise en jeu de leur titre de champion du monde. Avec, cette fois-ci, le Brésil dans le rôle du bourreau. Inspirés et volontaires, poussés par plus de 70 000 spectateurs en furie, les locaux ont donné un récital au Maracanã. L'affiche était alléchante. Espérée depuis l'ouverture du tournoi et vendue comme « la finale rêvée » et « la grande fête du football » , l'attente autour de ce Brésil-Espagne se voulait proportionnelle au palmarès des deux nations. Les rois du football face à l'invincible armada de ces dernières années, avec un public bouillant, dans un fantastique chaudron maculé de jaune. Au final, l'éternel Brésil a donné la leçon aux Européens. Il aura fallu se frotter les yeux et se pincer à plusieurs reprises pour y croire. Ce Brésil en construction est donc plus qu'une promesse de beau jeu et de résultat. Déchaînés, Neymar et Fred ont encore été les fers de lance d'une victoire auriverde dans cette Coupe des confédérations. L'Espagne, inexistante dans cette finale, va devoir se coltiner les questions sur sa fin de règne dans les jours à venir.

Fred lance le carnaval

L'entame de match de la Seleção est rapidement à la hauteur des espoirs du peuple auriverde. Fred confirme qu'il faudra se lever de bonne heure pour lui arracher ce numéro 9 vert sur jaune qui lui sied comme un gant. Allongé dans les six mètres, l'ancien Lyonnais trompe Casillas à bout portant (1-0, 2e) et le Maracanã gronde de plaisir. C'est déjà l'heure de la grande communion. On en aurait presque la larme à l'œil. Mais si ça pique un peu les yeux, c'est sans doute parce que les gaz lacrymogènes commencent à pleuvoir dans les alentours du stade sur les manifestants qui, eux, n'ont pas vraiment la tête à la fête. Le onze brésilien est euphorique. Oubliées les approximations de leur demi-finale poussive : les hommes de Scolari sont obnubilés par le cuir. Ils pressent comme des morts de faim. Quand un Espagnol a le ballon, il se coltine directement un adversaire sur le dos. Hués par les spectateurs en furie, les champions du monde sont groggys, malmenés comme rarement. Oscar tente le lob sur Casillas (8e). Ramos et Neymar s'échangent des caresses et quelques mots doux. Une façon pour l'Espagnol de lui dire « bienvenue en Liga » . Le garçon sert Fred sur un plateau avec une diagonale café-crème à ras de terre, mais Casillas écarte le danger (31e). À 1-0, le capital brésilien reste fragile. David Luiz, spectaculaire, sort du tibia un tir de Pedro. Il est ovationné pendant de longues minutes.

Neymar, enfin une coupe réussie

Ça ressemble de plus en plus à un rêve pour le Brésil, lorsque Neymar décoche une frappe imparable sous la barre de Casillas (2-0, 44e). Le Maracanã est en pleine extase à mi-chemin de la rencontre. La Seleção reprend la seconde période sur les mêmes bases, pied au plancher. Neymar laisse filer une passe de Hulk, et Fred envoie une frappe croisée dans le petit filet de Casillas (3-0, 47e). Alors qu'il reste encore pratiquement la moitié du match à jouer, on sait déjà que l'Espagne ne reviendra plus. Il y a bien cette faute de Marcelo sur Jesús Navas pour entretenir un minuscule espoir. Mais Ramos ne trouve même pas le cadre (55e). À l'heure de jeu, un Marcelo gourmand oublie Fred esseulé au deuxième poteau (64e), peu avant que Piqué ne fauche Neymar, alors lancé vers le but (68e), et que Bjorn Kuipers n'envoie le Barcelonais rejoindre les vestiaires prématurément. Les tribunes ressemblent à un carnaval. Ça balance les bras, ça se congratule, ça braille. Pedro (80e), puis Villa (86e) invitent Júlio César à prendre part à la fête. Le Brésil savoure sa renaissance. Neymar a réussi sa coupe et donne rendez-vous l'année prochaine.

Par Florent Torchut, au Maracanã
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ibrahimosmic Niveau : DHR
du sopalin,du sopalin vite !!!
Sapin_de_Noël Niveau : CFA2
Putain, vivement l'année prochaine...
Il faut faire un truc pour Ramos et les penaltys, je pense à que les instances de la FIFA devrait lui interdire de tirer les pénos...
ChapeauDePaille Niveau : DHR
MICHEL C'EST LE BRÉSIL, IL DANSE LA SAMBA !

IL VA DE VILLE EN VILLE... POUR VENDRE DES FENÊTRES !
Hey, je vous avais dis que j'avais des origines brésiliennes ? Oui, oui, mon arrière-arrière grand-mère du côté de ma belle-mère est née là-bas... Alors j'ai toujours été un supporter brésilien !

( Ironie. Au cas où. )
Si j'avais été les Espagnols, j'aurais rage quit le match avant la 5e minute. Surtout avec c'te but tout scripté de Fred.
Bababaaaa quelle branlée !
Note : 11
Et aussi, ça ne dérange que moi que l'Espagne reçoive un prix du Fairplay?
Super match du Brésil! Bon sinon pour ceux qui pensent que le championnat brésilien est nul, c'est dédicacé Neymar et Fred. Sans rancune.

Et à dans un an!
Prends ça, le classement FIFA
c'est pas paulihno sur le lob? sinon le coté gauche avec marcelo neymar ca envoi du lourd, et pique...doux jesus
volontaire82 Niveau : Loisir
-Arbeloa est le seul espagnol qui pourrait jouer en EdF.

-Del Bosque et Scolari, les voir à côté c'est vraiment très drôle..

-Quoique entendre Gravelaine parler de Shakira l'est encore plus.

-Pourquoi aucun club ne s'intéresse à Julio Cesar ?

-Encore une fois Pedro fut le meilleur espagnol. Un joueur beaucoup trop sous estimé à mon goût.

-Sinon la paire David Luiz-ThiagoSilva elle serait pas en train de devenir une des meilleures du monde juste comme ça ?

-Ca sent quand même très fort la hype Fred/Neymar/Brésil pendant un an.

-Fred est un sacré joueur, mais bordel que c'est pénible de le voir hurler sur l'arbitre à la moindre action.

-Pourquoi personne ne parle d'Oscar ? Merde, y'a tellement de classe dans ce mec..

-Ouais ouais, un mec à poil avec un Ipad dans le maracana, ouais ouais !

-En termes de condamnations pénales, faire écouter au condamné un match commenté par Gravelaine et CJP ça équivaudrait à combien d'années d'après vous ?

-Le mystère Soldado. Pourquoi Torres, pourquoi Villa ? Grace aux buts contre Tahiti ? Ben voyons...

-Pourquoi bon sang Sergio Ramos tire t'il les penaltys quand tu as des esthètes comme Xavi et Iniesta ?

En tout cas c'est la première fois que la Coupe des Confédérations se montre aussi intéressante.
Quelque chose est née dans cette équipe lors de la compétition... Et pas seulement une coupe de cheveux sur le crâne de Neymarzinho (en espérant que ton allusion Florent n'a rien à voir avec une pub locale pour un constructeur automobile...)
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Ce qu'il faut retenir de ce match:

-Le sauvetage de fou de David Luiz qui change le match
-Qui a laissé tiré S.Ramos??
-Le magnifique match de Julio.Cesar
-Comment Paulinho a-t-il pu jouer en D1 Lituanienne?? (oui, oui vous pouvez vérifiez)
-On espère que Neymar ne se fera pas lobotomiser comme serviteur de Messi
-Scolari putain d'entraîneur!
-Cette année s'annonce belle pour l'extinction des footix, après les défaites 4-0 et 3-0 du barça voici maintenant la défaite de la Roja 3-0
-La pauvre Shakira qui a vu son mari se faire expulser...
-La classe de Thiago Silva
-Les folles montées de Marcelo
-Le bouc de Navas par contre c'est plus possible...
-En enfin la victoire du brazil qui figure, selon moi, dans le top3 des favoris pour l'année prochaine
oh pu*in que c'est bon !!!
Aulas va tweeter sur fred! Préparez vous!!!
FootAddicted Niveau : CFA2
Après le 27 mai 2013, date de passation de pouvoir entre le football espagnol et allemand au niveau de l'Europe, save the date pour le 30 juin 2013, date de passation du pouvoir entre le football espagnol et le brésilien au niveau mondial. [mode X. Gravelaine off]

Sérieusement, sans tomber dans le dramatisme, j'ai toujours rêvé de voir les Espagnols prendre une raclée, mais je suis bizarrement triste ce soir et je n'arrive pas à le comprendre. Peut-être le sentiment d'impuissance qu'ils ont montré, voire même le manque de motivation?
Cette finale laisse quand même un goût d'inachevé, la confrontation n'a pas eu lieu, et c'est bien dommage.
L'Espagne en position foetale...Que c'est beau !
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Message posté par FlxLez
Super match du Brésil! Bon sinon pour ceux qui pensent que le championnat brésilien est nul, c'est dédicacé Neymar et Fred. Sans rancune.

Et à dans un an!


Paulinho c'est de la merde?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
89 88