Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ballon d'Or

L’Espagne s’enflamme pour Casillas

Parmi ses héros, l’Espagne en a choisi un : Iker Casillas. Le portier madrilène serait le mieux placé pour aller titiller Messi et Cristiano Ronaldo dans la conquête du Ballon d’Or.

Modififié
«  Il est temps que le Ballon d’Or revienne à un Espagnol.  » C’est la phrase à la mode, de l’autre côté des Pyrénées. Depuis 2008, l’Espagne a raflé une Coupe du monde, deux Euros, deux Ligues des champions et deux Ligues Europa. Jamais un pays n’avait dominé à ce point le football mondial. Rassasiés collectivement, la Roja et ses supporters veulent désormais la récompense individuelle suprême, ce Ballon d’Or qui leur échappe depuis 1960, quand le génial Luis Suárez (l’original) succédait au non moins génial Alfredo Di Stéfano. Ces derniers temps, les deux espagnols à pouvoir sérieusement y prétendre étaient Iniesta et Xavi, squatteur de la troisième marche du podium depuis trois ans. Mais le Barça n’a gagné ni Liga ni C1 la saison dernière, et les deux lutins catalans restent derrière l’intouchable Messi. Le nouveau favori national se nomme donc logiquement Iker Casillas, capitaine du Real Madrid champion d’Espagne et de la Roja championne d’Europe. Costaud.

«  Son principal défaut, c’est d’être gardien de but  »

Aussitôt le troisième trophée consécutif soulevé, l’Espagne est donc entrée en campagne pour son gardien de but. La presse (surtout madrilène), la sélection (sauf peut-être les Catalans) et les gardiens du pays se sont mis au diapason. Une argumentation en trois temps. Premièrement, il le mérite pour l’ensemble de son œuvre. «  Pour sa trajectoire, pour tout ce qu’il a fait avec le Real et la sélection, il n’y a aucun doute sur le fait qu’il le mérite » , pose Miguel Reina, immédiatement suivi par Pepe, le fiston, et le goal de Manchester United, David de Gea. Deuxièmement, il y en a marre des attaquants. « Son principal défaut, c’est d’être gardien de but. On ne le leur donne jamais, il est systématiquement pour les buteurs. L’heure est venue qu’un gardien le gagne. C’est un des postes les plus difficiles du football, et c’est tout aussi difficile qu’on nous le reconnaisse » , continue l’ancien portier du Barca et de l’Atlético. Troisièmement, en plus d’être le meilleur à son poste, c’est un bon mec. « Il a toujours été exemplaire  » , assure Del Bosque. Sur ce dernier point, Casillas soigne précautionneusement son image. Saint Iker ira en fin de semaine à Houston puis à Caracas, en tant qu’ambassadeur de la Liga, pour chanter les valeurs du sport aux plus petits. Et sans pipeau.

Lionel Messi et Cristiano Ronaldo menacés ?


Casillas peut-il vraiment devenir le deuxième gardien de but de l’histoire à recevoir ce trophée, après Lev Yachine en 1963 ? Oui, selon les internautes d’As, qui ont voté à 52% pour leur capitaine ; non, selon ceux de Marca, qui le classent second derrière Messi. Il est vrai que rares sont les joueurs du secteur défensif à avoir été couronnés. Après Yachine, ils n’ont été que trois : Franz Beckenbauer (deux fois, en 1972 et 1976), Matthias Sammer (en 1996) et Fabio Cannavaro (en 2006). Cette année-là, avec la saison qu’il est en train de réaliser, Casillas l’aurait gagné tranquillement. Mais depuis, deux joueurs hors-concours se sont installés dans le football mondial, démontant record sur record et, cette année encore, il sera difficile d’aller les chercher. « J’aimerais beaucoup que Casillas le gagne, mais je ne crois pas qu’il y arrivera. Pour moi, Messi est le meilleur joueur, c’est un artiste. Juste derrière, il y a Cristiano Ronaldo, et ensuite viennent les autres : Casillas, Pirlo, Buffon » , résume Dino Zoff, deuxième en 1973 derrière Johan Cruyff. Le seul point faible de Messi, c’est l’absence de titre majeur. Celui de Ronaldo, deux séances de tirs au but malchanceuses. Pour les griller tous les deux, Casillas ne sait pas bien ce qu’il pourrait faire de plus. Stopper un pénalty de Messi, le 7 octobre prochain au Camp Nou, peut-être.

Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
À lire ensuite
Quel destin pour Hulk ?