1. //
  2. // Gr. E
  3. // Espagne-Tchéquie (1-0)

L’Espagne passe le Tchèque point

Ultra-dominatrice, l’Espagne s’en est remise à une tête de Piqué dans les dernières minutes pour abattre un Čech flamboyant. L’essentiel est là.

Modififié
2k 55

Espagne 1-0 Tchéquie

Buts : Piqué (87e)

Les notes de l'Espagne

Il y a le souvenir. Le souvenir d’une équipe imbattable, flamboyante, parfois même insolente de facilité. Puis il y eut la déconvenue, un échec cuisant en Coupe du monde, qui a fait retomber l’Espagne au rang de prétendant et non plus d’ultra favori. C’est sans doute ce à quoi s’attache la mémoire, sélective, et parfois dominée par la culture de l’instant. Car la Roja, présente au Stadium de Toulouse pour son ouverture, a montré qu’elle ne pouvait être déconsidérée. Maîtresse du ballon comme à ses plus belles heures, tranchante par lames face à cette Tchéquie si frileuse, l’Espagne aurait sans doute pu entrer dans la compétition avec le plus large score de la compétition. Elle se contentera pourtant d’une victoire arrachée dans les derniers instants et largement retardée par l’incroyable homme au casque, Petr Čech.

No Pasaran


Les signes ne trompent que peu de temps. L’Espagne, après cinq minutes de mise en jambes et des semblants de velléités tchèques, plante la tente dans le camp adverse. Sans concession, sans arrangement et à l’image de ses supporters, ayant passé la nuit à recouvrir la ville de canettes. Au fond, cette Espagne ressemble à celle de 2012, sereine, technique, patiente. Il faut dire qu’entre Iniesta, Fàbregas, Busquets ou Silva, la Roja a de quoi faire tourner. Et transmettre. Aux avant-postes, Nolito, mais surtout Morata tentent de tisser un trait d’union entre le glorieux passé et le renouveau nécessaire. Contrôle en porte-manteau, centres coupés devant Hubnick, roulette, tir croisé : dans l’axe, le pauvre Hubník souffre, tout comme les latéraux tchèques, pris de court au fur et à mesure des redoublements de passes. Pourtant, à chaque fois, un homme résiste. Petr Čech, scandé comme jamais, arrête tout. Des pieds, des mains, à bout portant, ou en détente horizontale, le portier d’Arsenal donne tout à une patrie qu’il a souvent portée, mais à laquelle il a parfois également coûté. No pasaran, tel est l’ordre du jour pour le grand Tchèque.

L’As de Piqué


Ces arrêts, synonymes d’espoir, ne découragent pas les Espagnols. Tout au plus font-ils craindre à un hold-up de cette équipe tchèque ultra-regroupée et peu folichonne. De Gea, doit s’employer par deux fois sur des tirs cadrés de Necid pour garder sa cage inviolée. Fàbregas, doit également aller au sacrifice sur un corner dangereux. Certes, cette Espagne n’est pas souveraine durant 90 minutes. Mais le manque de réussite est criant. Un ballon dévié par Hubník sur son poteau, la frappe enroulée de Silva ou encore le ciseau de l’entrant Aduriz démontrent, s’il le fallait, que l’Espagne sait se créer des occasions et que ses transformations n’attendent qu’un petit coup de pouce du destin. Iniesta distille les offrandes, mais le spectre de l’inefficacité, ou de la malchance, c’est selon, ne se dissipe pas sous la grisaille toulousaine. Alors, c’est sur un classique que l’Espagne décide de s’en sortir : décalage de Pedro, centre plongeant du fantôme catalan, et tête du bon vieux Piqué au second poteau. La Roja vient de sauver l’essentiel, et s’évite surtout de cogiter. Reste à savoir si le souvenir peut perdurer.



Par Raphaël Gaftarnik, à Toulouse
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

AlexMinot
Ligue 1
lundi 13 juin // 11:29 // Supporter de Dijon
J'ai peur pour les tchèques. Vrba n'a jamais fait d'équipe pour défendre, il suffit de voir le nombre de buts pris en qualifs. Il veut une équipe qui tient le ballon, qui va vite sur les ailes et apporte beaucoup de ballons dans la surface. Sauf que les espagnols aussi veulent le ballon, et ils sont plus forts pour le récupérer et le garder. Et les tchèques privés de ballon, ça risque de prendre des buts rapidement.
Donc à moins d'un match de folie de Cech, ça risque de faire deux ou trois buts d'écart.
GeronimoHous Niveau : District
Best titre ever sur So Foot
Note : -1
Le meilleur match de l'Euro avec le Allemagne-Ukraine (où il y avait eu moins de suspense toute de même). Je ne me lasserai jamais de voir cette Espagne ou ce Barca, avec une maitrise technique exceptionnelle, buter contre des équipes qui renoncent contraints et forcés à toute forme de jeu, et qui défendent de manière héroïque. Du suspense, de l'intensité, de la tension, la République Tchèque aurait marqué le 0-1 en contre que ça aurait été pareil. Et puis ce récital d'Iniesta, il était divin ce soir !
C/René Williams Niveau : DHR
Il était pas piqué des inieston ce but salvateur en fin de match.
Zidane&Iniesta Niveau : District
Voir Iniesta jouer c'est orgasmique
Allez DuBois repasse en une compos total domination for the middle-heart ! Ou alors degage ce poulet sans tete le 22 là pour Pedro.
zinczinc78 Niveau : CFA
 //  17:04  //  Supporter de Bordeaux
Note : -1
L'avantage pharmaceutique des espagnols a fini par payer..
Le han…football est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin c’est l’Espagne qui a le plus eu le ballon ! Sans les inspirations géniales de Don Andrès, cette Roja est pénible à regarder pour rester poli. Nolito c’est la pression du premier match où il est encore frêle pour le top niveau?
Pas sûr que tout ça tienne face à la Croatie ni que ça aille bien loin dans ce tournoi en jouant comme ça mais encore un favori qui s’en sort bien en partie grâce à l’inoffensivité de l’adversaire!
"Pour moi, le meilleur joueur au monde c'est Andres Iniesta. C'est le joueur qui interprète le mieux le football. Il joue simple, facile, met ses joueurs dans les meilleures dispositions et marque des buts importants" S .Eto'o

De la part d'un mec qui a un boulard surdimensionné sa compte triple.
Zidane&Iniesta Niveau : District
Iniesta c'est l'homme qui se rapproche le plus de Dieu, malgré sa calvitie.
LeGrandCharles Niveau : District
C'est marrant les mecs se sont acharnés à faire des une-deux dans les pieds et des centres à ras de terre tout le match et le but vient d'un centre aérien et une tête.
Comme quoi ça a du bon de varier un peu.
Note : 1
Message posté par Albertine
AlexMinot
Ligue 1
lundi 13 juin // 11:29 // Supporter de Dijon
J'ai peur pour les tchèques. Vrba n'a jamais fait d'équipe pour défendre, il suffit de voir le nombre de buts pris en qualifs. Il veut une équipe qui tient le ballon, qui va vite sur les ailes et apporte beaucoup de ballons dans la surface. Sauf que les espagnols aussi veulent le ballon, et ils sont plus forts pour le récupérer et le garder. Et les tchèques privés de ballon, ça risque de prendre des buts rapidement.
Donc à moins d'un match de folie de Cech, ça risque de faire deux ou trois buts d'écart.


Pour le coup, j'ai pas l'impression de m'être trop planté.

Je suis à la fois déçu et surpris du match des tchèques. Déçu parce qu'ils n'ont jamais pu mettre en place leur jeu habituel, aucun décalage au milieu, aucun débordement et centre vers Necid. Et surpris, parce qu'ils n'ont jamais défendu aussi bien.
Bref, ça se jouera sur les deux prochains matchs pour choper une place de meilleur troisième voir la seconde si gros match contre la Croatie.
Iniesta dans la lignée de sa saison.
Quel joueur putain
Eugène Samonacco Niveau : CFA2
Xampignonès, Xampignonès, olé, olé, olé !

Beau match, du double sauvetage de Fabregas (!) au but à l
NikkoFromLyon Niveau : CFA
On peut arrêter avec ces équipes de merde qui ne proposent rien pendant 90 mn pour en plus perdre comme des cons.

Vivement les 8emes qu'on est des confrontations entre des équipes qui joueront plutôt que de football négatif.
Eugène Samonacco Niveau : CFA2
Xampignonès, Xampignonès, olé, olé, olé !

Beau match, du double sauvetage de Fabregas (!) au but à la fin. Respect au tchèques pour avoir joué.
joker7523 Niveau : CFA
Dommage pour les Tchèques mais ça aurait été bien d'essayé d'allé vers l'avant de manière plus constante d'autant que sur certaines phases ils ont démontré que techniquement ça pouvait être intéressant.
Certes on est loin de la génération 96 ou l'équipe de 2004 qualitativement parlant mais quand même je m'attendais à voir autre choses.

Ceci dit je trouve ça plaisant les matchs proposés depuis le début du tournoi, le fait que ça soit serré donne du piment aux rencontres. Après c'est peut être aussi parce que c'est le premier match des phases de poules mais j'ai pas vu d'équipe réellement faible pour le moment excepté l'Irlande du Nord.
Pedro est peut-être électricien mais l'étincelle ne pouvait venir que d'un seul homme.

Don Andres.
Toujours étonnantes ces victoires espagnoles à 11 contre 11, c'est rafraichissant
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 55