1. // Coupe des confédérations
  2. // Groupe B
  3. //

L'Espagne n'attend plus qu'elle

La Coupe des confédérations ne s'est jamais offerte à elle. C'est donc avec l'objectif de la remporter que la Roja s'avance au Brésil. Une compétition qui permettra à Vicente del Bosque de s'offrir une répétition générale à un an du Mondial. Et à certains joueurs de confirmer ou de s'affirmer.

Modififié
0 24
Pourquoi la Roja va tous les mettre d'accord ?

Argentine, Brésil, France. Après huit éditions, seul ce trio a réussi à apposer son nom au bas des trois trophées internationaux (Mondial – roi continental – Coupe des confédérations). Pour sa deuxième participation au feu championnat intercontinental, la Roja espère donc s'y greffer. En matière de motivation, on a connu pire. Car comme le confirme Vicente del Bosque, « nous arrivons au Brésil en pleine forme » . Après une saison marquée par sa double confrontation positive face aux Bleus, tous les signaux sont au vert. Les blessés sont de retour et l'ambiance au beau fixe. « Physiquement, nous sommes meilleurs. Il y a une bonne atmosphère dans l'équipe et les joueurs sont relâchés, poursuit le sélectionneur espagnol. Nous avons beaucoup d'options différentes et elles sont toutes très bonnes. » Confronté à l'Uruguay, au Nigeria et à Tahiti, la Roja se pavane avec le costume d'épouvantail. Et au vu de ses deux matchs amicaux – un 2-1 tranquille face à Haïti, un 2-0 en maîtrise face à l'Irlande – rien ne sembe en mesure d'enrayer cette dynamique positive. Oui, l'Espagne est le favori cinq étoiles de cette Coupe des confédérations.

Le neuf, un hic qui n'en est plus un

A contrario du dernier Euro, Vincent du Bois a l'embarras du choix aux avant-postes. Avec un David Villa de retour, un Fernando Torres sur une bonne fin de saison et un Soldado enfin présent en compétition internationale, la Roja a sous la main trois options cohérentes en pointe. Après sa mini-tournée aux States, le Valencien tient même la corde. Auteur de deux excellentes entrées – deux montants contre Haïti, une réalisation face à l'Eire – Roberto a tout du facteur X. Pour Del Bosque, « il n'y a pas de titulaire, ni de remplaçant, car tous trois sont des attaquants de premier rang et de là viennent les difficultés pour choisir. » Une donnée qui fait déjà mal à leurs futurs adversaires. Car au milieu, tous les quarterbacks maison sont présents. Avec le seul Xabi Alonso forfait, Del Bosque peut se rassurer avec la saison de géant de Javi Martínez. Casillas, de retour sur un terrain, est la seule incertitude pour la plus fameuse moustache outre-Pyrénées. Problemas de ricos.

Le pire joueur de l'effectif : Arbeloa

Il a la gueule de l'emploi. Ni rapide ni technique, ni physique ni endurant, Álvaro Arbeloa est une cible facile. Pièce rapportée d'un puzzle presque parfait, il n'a pourtant jamais failli. À force d'abnégation, son CV affiche deux Euros et un Mondial. Propre. À aujourd'hui trente ans, la machine connaît un sévère coup d'arrêt. Du côté de Santiago Bernabéu, il a réussi à se faire devancer par Michael Essien, milieu de formation. Pas mal. Pis, lors de ses rares titularisations, il a mangé sévère. Vicente del Bosque a donc de quoi s'interroger. Surtout qu'après une saison d'apprentissage en Premier League, César Azpilicueta s'affiche en sérieux candidat. La mini-tournée US, où Álvaro et César se sont partagés le temps de jeu, ne laisse que place à l'indécision.

Le joueur qui va faire la différence : Mata

Le meilleur joueur de Premier League – ou presque – Juan Mata n'a jamais trouvé sa place dans le XI de la Roja. Il lui arrive même de ne pas faire partie de la liste de Del Bosque. Pour cette édition confédérationnelle, le Blues va casser la baraque. Tout en toucher, tout en vista, bref tout en classe, il sera la grande valeur ajoutée du périple brésilien. Il a déjà commencé son œuvre de séduction par une petite réalisation face à l'Irlande. Surtout, il peut compter sur sa faculté à créer du danger. Seul, comme un grand qu'il n'est pas. Le 30 juin, c'est donc lui qui apposera sa patte au sacre espagnol sur un air de Bukowski. On vous aura prévenu.

Coefficient de Joga Bonito : 80 %

Iniesta, Silva, Cazorla… Comme à chacune de ses sorties internationales, la Roja impressionne son monde avec un effectif tout en technique. Certes, des nains d'un mètre 70, ça en agace plus d'un. Mais comment ne pas se régaler devant la maîtrise d'Iniesta – pour ne citer que lui. Seul bémol, on aurait aimé se délecter des gâteries d'un Isco qui éclabousse l'Euro espoir. Cochon.

Son show face à la Russie espoir :

Youtube
Bonus track : On ne sait jamais ce qui peut arriver…

Jesús Navas rentrer à la nage à Séville. Euh, à Manchester.

Tahiti Bob, alias David Luiz, jouer aux côtés de Marama Vahirua face à l'Espagne.

… L'Espagne perdre.

Jordi Alba être fair-play.

Javi Martínez comprendre qu'il ne peut être titulaire qu'en pétant le tibia de Busquets.

… Esperanza Aguirre demander à reporter la finale. En cause, elle aurait confondu des vuvuzelas avec des sifflets lors des hymnes.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Y a encore concurrence entre Arbeloa et Azpi, vraiment ? Si César a pas été laissé aux Espoirs pour le mondial U20, c'est pas pour le laisser sur le banc je pense..

Sinon, "Mata qui parfois n'est même pas sélectionné", ça laisse rêveur...
Del Bosque doit mettre son ego de côté et arrêtait de vivre dans le passé avec Soldado. C'était il y a 10 ans leurs problèmes chez les jeunes du Real, il faut passer à autre chose et le mettre enfin titulaire (déjà un exploit qu'il soit appelé après toutes les fois où il a été injustement laissé sur le côté). Soldado pour son retour plante un triplé, contre la Géorgie il sauve l'Espagne à 5 minute de la fin, en amical il joue il marque. Pour le peu de fois où il a été appelé il a toujours convaincu et il a toujours été décisif, depuis la blessure de Villa c'est le meilleur attaquant espagnol 30 buts encore cette saison avec une excellente fin de championnat il est temps de l'installer à la pointe de la Roja.
FootAddicted Niveau : CFA2
Je ne vois pas du tout comment cette équipe puisse être en fin de cycle un de ces quatre. Quand on voit que, derrière les Xavi/Iniesta/Xabi Alonso, les Cazorla, Martinez, Isco et autres Mata ont pris encore une dimension supplémentaire cette saison, c'est désespérant...

La seule interrogation de ce tournoi (qui ne date pas d'aujourd'hui d'ailleurs) est de savoir s'ils vont jouer avec un vrai avant-centre devant. Putain* de problème de riche.
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Raaahh Martinez au banc?Avec les matchs qu'il a sortis contre le Barça?
Le vidage de couilles espagnoles commence!
Bon appétit, sofoot
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 3
Si Azpilicueta n'est pas au mondial U20, c'est pas surtout parce qu'il a 23 ans ?

Le milieu de terrain espagnol, c'est pas nouveau, mais c'est juste monstrueux. Les mecs, ils pourraient mettre Cazorla-Mata-Martinez au milieu, pour laisser au repos Iniesta, Xavi et Busquets.
le kaaskop est de retour...

on a du mal à s'asseoir?
Spikelee92 Niveau : CFA2
C'est effrayant lespagne quand même pendant qu'on se demande qui a le niveau pour jouer en équipe de france rien que les U21 thiago alcantara, montoya, isco,koke,muniain, voire morata serait des titulaires en puissance chez les bleus c'est dingue.
Ils ont pu se reposer depuis la fin de la saison j'espère les voir au top avec un 9 OUI pendant que DD se ronge les ongles avec les niveaux de giroud et gomis et karim qui est en manque de but, d'autre on comme soucis de qui mettre et si ils sont pas performants bah on s'en passe et on joue sans attaquants.
Magnifique équipe
Le truc avec les sélections, c'est qu'on a aucun moyen de savoir si une équipe tourne avant que la grosse compétition commence (en l'occurrence, la CDM, pas la coupe des confédérés). Del Bosque ne tiendra jamais compte des enseignements potentiels des matchs amicaux ou même des qualifs : il a son équipe classique (Xavi-Alonso-Busquets-Iniesta : je réduis au milieu, c'est surtout eux qui comptent en fait) avec qui il a tout gagné et il la changera pas, à moins vraiment d'une catastrophe.

Est-ce qu'il faut casser ce milieu pour mettre ceux qui flambent (Mata, Martinez, voire Isco d'ici le mondial) en sachant que ceux en place fonctionnent encore bien, ou du moins suffisamment bien pour contrôler à mort le milieu contre n'importe quelle équipe ? Del Bosque prendra pas le risque. Il fera peut-être jouer plus Mata parce qu'il est offensif et qu'il peut remplacer Pedro (même si Pedro flambe toujours en sélection) mais ça se limitera à ça.

Oubliez pas. Le niveau en club est largement supérieur au niveau en sélection. C'est pas parce que le milieu du Barça a craqué contre le Bayern qu'il est pas capable de dominer l'Italie, l'Argentine (un milieu en Argentine ? j'suis généreux), le Brésil ou l'Allemagne (qui restent toujours des loosers jusqu'à preuve du contraire).
raide débile Niveau : DHR
... Del Bosque perd sa moustache
Y'a un moment va falloir arreter de cracher sur Arbeloa comme le dit si bien sf il fait le taf. Une équipe a besoin de joueur comme lui pour mettre le petit coup quand il faut..
Message posté par RonHarris
Ag Ruud! Tant que tu es là tu pourrais me dire sur quel score les valeureux espoirs hollandais ont battus les italiens hier? J'ai pas de wifi en fait...


Pas grave, 11 cracks sur le terrain, unanimement reconnu!La qualité de possession espagnole, la percussion en plus et le dopage en moins.
Après, c'est l'Italie en face
Je préfère ça aux double vainqueurs 2006-2007: Les Drenthe, babel...etc
allez c est parti coup d envoi !!!!
La bonne époque où la France était détentrice des trois trophées internationaux...
Message posté par Spikelee92
C'est effrayant lespagne quand même pendant qu'on se demande qui a le niveau pour jouer en équipe de france rien que les U21 thiago alcantara, montoya, isco,koke,muniain, voire morata serait des titulaires en puissance chez les bleus c'est dingue.
Ils ont pu se reposer depuis la fin de la saison j'espère les voir au top avec un 9 OUI pendant que DD se ronge les ongles avec les niveaux de giroud et gomis et karim qui est en manque de but, d'autre on comme soucis de qui mettre et si ils sont pas performants bah on s'en passe et on joue sans attaquants.
Magnifique équipe




Tu penses vraiment ce que tu dis???????ou alors y a une ironie que je n'ai pas saisie...
J'vois pas où est le problème avec ce qu'il a dit...
ok...ce n'est juste pas du tout mon point de vue, mais je suis pas français donc au final j'sais pas cmt vous percevez votre équipe...
Bierre PourDieux Niveau : DHR
Je voudrais pousser un petit coup de gueule ce matin après avoir vu le match d'hier soir. C'est devenu assez à la mode de casser du sucre sur le dos de Fabregas et d'attribuer une partie de la "chute" du Barça à son arrivée.

Mais bordel, quand on prend la peine de le faire jouer à un poste qui lui convient un minimum, (hier en espèce de soutien de l'attaquant, assez libre), c'est vraiment un des tous meilleurs, il se dégage même du collectif espagnol. Iniesta reste au-dessus, mais bon, faut pas trop en demander non plus.
Surtout, Cesc a une faculté de se placer dans les intervalles, de faire les bons choix (feinter la frappe pour faire la passe), qui est vraiment appréciable. C'est un peu le mec qui aux fiches d'évaluation aurait pas un profil super bandant (assez lent, pas une technique incroyable, bien qu'un contrôle/passe ultra propre), mais qui une fois sur le pré fait la différence avec ce que je place le plus haut dans le foot: la vision du jeu.

Et ouais, c'est vraiment un bonheur de voir jouer un mec comme ça quand on arrête de le mettre 9, même si ça suffit pour gagner un euro ou faire une remontée contre La Corogne.
Captain Vince the Prince Niveau : DHR
Ce maillot de l'espagne, c'est comme le maillot des bleus cette année. Il leur manque du bleu autant qu'il nous manque du rouge. C'est peut être plus épuré bla bla bla, mais bordel le rouge sur notre drapeau, c'est le sang versé en 1789, il fait partie du drapeau, mettez en au moins une touche quoi !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'Italie, un an après
0 24