Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Groupe B
  3. // Espagne/Uruguay (2-1)

L'Espagne déjà en jambes

La Roja a parfaitement débuté sa compétition, en se payant l'Uruguay (2-1). Après la démonstration de la première mi-temps, les champions du monde se sont contentés de gérer en seconde mi-temps, malgré un beau coup franc de Luis Suárez.

Modififié
Espagne/Uruguay : 2-1
Buts : Soldado et Pedro pour l'Espagne. Suárez pour l'Uruguay

On appelle ça une formalité. Même si l'Uruguay n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis sa victoire en Copa América, dans la foulée de sa quatrième place au Mondial 2010, l'Espagne a joué avec elle comme un chat avec un vulgaire bout de viande. Étouffante (75 % de possession de balle), brillante, énervante, la Roja dégoûte son adversaire quand elle joue comme ça. Première alerte à la 9e minute avec une frappe à ras-de-terre de Fàbregas, qui vient s'écraser sur le poteau droit de Muslera. Au quart d'heure de jeu, Iniesta et Soldado s'offrent une merveilleuse combinaison. Finalement, une reprise fouettée de Pedro et détournée par Diego Lugano termine dans les cages du portier uruguayen, qui semblait sur la trajectoire (21e). 1-0, en toute logique.

L'empire du milieu

La pluie battante favorise le jeu court des Ibériques, même si les Uruguayens se créent un semblant d'occasion à la 24e minute, sur une tête de Caceres. Cavani, sans doute agacé de ne pas recevoir de ballon, se fend d'une « caresse » pour Ramos. S'ensuit une série d'échauffourées, l'Uruguay jouant là sur son terrain de jeu. Quelques minutes plus tard, le Napolitain est tout près de tromper Casillas du bout du crâne (30e). Mais l'Espagne double la mise la minute suivante sur une action d'école. Fàbregas réalise une feinte de frappe avant de délivrer une passe à la Xavi. Soldado ajuste Muslera. Propre. L'Uruguay soupire, mais ce n'est pas le genre de la maison de lâcher. Lugano laisse la balle lui échapper sur ce qui aurait constitué une occasion en or. On se dit alors que Cavani ou Suárez l'auraient mise au fond. Sur le corner qui suit, Piqué est à deux doigts de corriger définitivement les Charruas (38e). Le quatuor barcelonais (Xavi, Busquets, Iniesta, Fàbregas) régale.

Suárez imite Pirlo

Soldado, la surprise du chef, alors qu'on attendait plutôt Torres ou Villa en pointe, est un peu court sur un centre tendu (50e). Iniesta, puis Pedro voient tour à tour le cadre se dérober. Ramos semble revendiquer un passeport uruguayen du bout de ses crampons. Lodeiro apprécie sans doute la garra du Madrilène. Tabárez lance Forlán, mais c'est finalement Suárez, sevré de ballons pendant quatre-vingt-dix minutes, qui trouve la faille sur coup franc. Un joli ballon enroulé dans la lucarne de Casillas, qu'Andrea Pirlo, auteur d'un but similaire face au Mexique plus tôt dans la journée, n'aurait pas renié. Malgré quatre minutes de temps additionnel sur un rythme soutenu, le score en reste là. Comme le torero, l'Espagne peut dormir sur ses deux oreilles.

Florent Torchut, au Brésil
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? il y a 6 heures Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
il y a 7 heures Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 8 heures Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 il y a 10 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 il y a 10 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 48 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3