1. // Coupe des confédérations
  2. // Ce qu'il faut retenir

L'Espagne a des failles, le Brésil monte en puissance

Pendant 15 jours, on a assisté à une bien belle Coupe des confédérations. Le Brésil a réussi son pari en s'imposant à un an du Mondial, l'Espagne a déçu, l'Italie a montré de belles choses et Tahiti nous a fait sourire.

Modififié
6 33
À domicile, le Brésil va être dur à battre

L'image de l'hymne brésilien, repris en chœur par le Maracanã, a donné des frissons à tous les gens qui étaient devant le match. La finale n'avait pas encore commencé que le Brésil l'avait déjà remportée. Oui, ce Brésil-là, face à son public, veut gagner. Veut les rendre fiers. Veut une sixième étoile. L'Italie vice-championne d'Europe ? Balayée. L'Uruguay championne d'Amérique du Sud ? Abattue. L'Espagne championne du monde et double championne d'Europe ? Humiliée. Avec Scolari, la Seleção a retrouvé une unité, alors qu'elle semblait moribonde il y a encore quelques mois. Le coach à la moustache est parvenu à unir son groupe, et à faire jouer tout le monde ensemble. L'unité dans le pressing, face à l'Espagne, était tout simplement hallucinant. L'équipe est cohérente, avec une défense centrale solide, des latéraux rapides, un milieu de terrain qui presse, des milieux offensifs remplis de fantaisie, et un attaquant qui la fout au fond. La recette idéale. La plupart des joueurs sont jeunes, et le projet de jeu semble de plus en plus abouti. Alors, certes, il ne s'agit que d'une Coupe des confédérations. N'empêche qu'en l'espace d'un mois, la Seleção a battu les champions du monde en titre, les vice-champions d'Europe et la meilleure équipe sud-américaine depuis trois ans. Reste maintenant à suivre la courbe de progression de Neymar au Barça. Parce que vu le niveau qu'il a affiché pendant cette Coupe des confédérations, il peut devenir monstrueux. Vraiment.



Pressée, l'Espagne ne respire plus

On y a tous pensé. La finale Brésil/Espagne, on a eu l'impression de l'avoir déjà vue. Si si. C'était il y a deux mois. Bayern Munich/Barcelone, demi-finale de Ligue des champions. Plusieurs acteurs en commun, Piqué, Iniesta, Alba, Xavi, Pedro, et même Luiz Gustavo, du côté brésilien. Les trois rencontres se ressemblent tant au niveau du score (3-0 / 4-0 / 3-0) que de la physionomie de la rencontre. L'Espagne, à aucun moment, n'a réussi à développer son jeu, tout comme le Barça n'avait pas pu le faire contre les Bavarois. La faute à un pressing incessant sur le porteur du ballon, et à des remontées de balle rapides. Lorsque les Brésiliens récupéraient le ballon, il suffisait souvent de 2 ou 3 passes pour se retrouver en position favorable. L'Espagne, qui aime poser son jeu et prendre le temps, n'a pas eu le temps de le faire. Parce que le pressing était trop fort, trop constant. Évidemment, pour ce, il faut faire preuve d'une unité et d'une solidarité permanente. Physiquement, il faut être au top, tout en ajoutant à cela le talent et la précision technique et tactique pour réussir. Ce qui n'est pas donné à toutes les équipes. Mais lors de cette Coupe des confédérations, on a vu que l'Espagne pouvait être battue. En 2012, le Portugal a failli, mais a échoué aux tirs au but. En 2013, l'Italie a failli, mais a échoué aux tirs au but. Deux sonnettes d'alarme. La troisième a été la bonne. Le Brésil a marché sur l'Espagne. On pourra donner l'excuse que « les Espagnols s'en cognent de la Coupe des confédérations » . Peut-être. Mais le Barça ne s'en cognait pas de la Ligue des champions. Et les deux rencontres se ressemblent sacrément. Parce que, ça y est, la faille a été trouvée ?



L'Italie grandit, mais quid de la défense ?

Finaliste de l'Euro 2012, l'Italie termine la Coupe des confédérations à la troisième place. Les Italiens ont même été à deux doigts de sortir l'Espagne, mais Bonucci a décidé d'envoyer son pénalty sur la lune. Toutefois, le bilan est positif pour la Nazionale, qui a dû jouer ses deux derniers matchs sans son attaquant vedette, Balotelli, blessé. La Squadra a montré un autre jeu par rapport à l'Euro 2012. Un jeu toujours attrayant, mais beaucoup plus basé sur les ailes. En effet, Candreva, Giaccherini, De Sciglio et Maggio n'ont pas arrêté de cavaler pendant toute la compétition. Dommage qu'il ait manqué un avant-centre pour la foutre au fond. La preuve de ce collectif se retrouve sur le nom des buteurs : sur les 10 buts inscrits par la Nazionale, on trouve 8 buteurs différents (Pirlo, Balotelli, De Rossi, Giovinco, Giaccherini, Chiellini, Astori et Diamanti) et un but contre son camp. Aucune autre équipe n'a fait mieux. Si le secteur offensif fonctionne, avec une belle relève derrière (Insigne, Immobile et Borini), la défense, quant à elle, préoccupe. Les défenseurs de l'Italie, qui sont aussi les défenseurs de la Juve, ont fait preuve de fébrilité. La défense de la Juve est l'une des meilleures d'Europe, et pourtant, individuellement, les actuels défenseurs de la Squadra ne semblent pas au niveau de leurs illustres prédécesseurs (Baresi, Costacurta, Maldini, Nesta, Cannavaro). Barzagli est bon, Chiellini aussi, mais ils ne peuvent pas être rangés dans la catégorie des top-players. Et derrière, on ne peut pas dire que cela se bouscule. Ranocchia risque d'être l'éternel espoir, tandis qu'aucun jeune de l'Under21 (Caldirola, Reggini, Bianchetti) ne semble être un phénomène. Peut-être un chantier sur lequel Prandelli va devoir travailler.



L'Uruguay déjà Cavani-dépendante ?

C'est dur à dire, mais c'est fini pour Diego Forlán. Le somptueux attaquant admiré pendant la Coupe du monde 2010 n'est plus le même. Il a raté des occasions, a manqué un pénalty et un tir au but. Bref, il n'y est plus. Reste Luis Suárez. D'habitude décisif quand il enfile le maillot de la Celeste, l'attaquant de Liverpool a été l'ombre de lui-même, hormis sur son but magnifique contre l'Espagne. Non. L'homme de cette équipe d'Uruguay, c'est Edinson Cavani. L'attaquant du Napoli a pratiquement joué à tous les postes pendant cette Coupe des confédérations. En défense pour tacler dans la surface, au milieu pour récupérer les ballons, en attaque pour marquer des buts. Quand l'Uruguay est menée face au Brésil, il égalise. Quand elle est menée par deux fois contre l'Italie, il égalise à deux reprises. À tel point qu'au bout d'un moment, toute son équipe attend l'exploit de son attaquant vedette. Mais Cavani va désormais devoir assumer cette pression. L'Uruguay, 4e de la compétition, est en grande difficulté dans la course à la qualification au Mondial 2014. Il va falloir le meilleur Cavani pour se sortir du bourbier et décrocher son ticket. Parce qu'un tel attaquant n'a pas le droit de regarder la Coupe du monde à la télévision. Et parce que Forlán mérite un jubilé. Un jubilé en guise de passage de témoin définitif.



Air Tahiti Nui, vol direct vers les raclées… et le sourire

N'importe quelle autre équipe serait repartie du Brésil la tête dans le T-shirt et le moral dans les chaussettes. 24 buts encaissés en trois matchs, un seul marqué. Une humiliation. Mais pas Tahiti. Au contraire, même. Pour sa première participation à une grande compétition, l'équipe tahitienne est repartie avec les honneurs, et la fierté de son peuple. Jouer face à l'Espagne, l'Uruguay et le Nigeria était déjà une victoire pour cette équipe qui n'avait jamais joué contre personne d'autre que la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle Calédonie ou les Îles Samoa. Le championnat tahitien doit s'approcher du niveau CFA / CFA2, et là, les Toa Aito se sont retrouvés face aux meilleurs joueurs du monde. Les autres équipes n'ont pas vraiment eu de pitié, mais Tahiti s'en tape. Les frères Tehau et leurs potes repartent du Brésil avec le sourire et pleins de beaux souvenirs. Mieux vaut voir ça sous cet angle-là, plutôt que de retenir les trois scores encaissés. Anecdotiques, presque.



Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je sais pas vous, mais moi il me tarde Juin prochain!!
8 ans qu'on attend une coupe du monde... Espérons la qualification.
(l'année 2010 n'a pas existé, c'est faux)
vinceletah Niveau : CFA
Je suis pas a la page, moi je croyais encore que tout le monde s'en battait les couill3s de cette coupe en carton! Alors qu'on en parle et on en tire des conclusions pour le moins "tires par les cheveux"!
Jack Facial Niveau : CFA
Beaux matches et belles équipes, mais ça reste une coupe en mousse, sans légitimité réelle et qui prolonge inutilement une saison déjà bien chargée.
Bierre PourDieux Niveau : DHR
En même temps sur les conclusions qu'ils tirent, ils se sont pas trop cassé la soupière les mecs...
vinceletah Niveau : CFA
Aussi quand meme l'Espagne c'est deux euros, une coupe du monde et on peut meme compter les 2 dernieres ligues de champions de Barcelone!
Alors maintenant que les mecs n'ont plus faim, et/ou commencent a sentir le poids de toutes ces annees au plus haut niveau, on va nous expliquer qu'on a trouver la faille, qu'il fallait juste les presser et leur confisquer le ballon, bah voyons.
C'est un peu facile et ca pue la rage, la jalousie.
Je suis pas Espagnol et prefere le jeu direct a l'anglaise mais faut pas faire les petits mesquins comme ca... C'est moche!
et comment qu on se languie juin prochain !! le bresil sera difficile a battre mais l espagne sera au rendez vous je pense ,n en deplaise a certains ...sachez aussi que jamais une nation n a gagné le mondial apres avoir remporté la coupe des conf dc a voir ...
Hadopi Conqueror Niveau : DHR
"a donné des frissons à tous les gens qui étaient devant le match." Eric, quand tu fais bosser le stagiaire, prend quand même le soin de relire avant de publier.
"L'image de l'hymne brésilien, repris en chœur par le Maracanã, a donné des frissons à tous les gens qui étaient devant le match."
Le sujet de sa phrase est "l'image de l'hymne brésilien" donc l'accord est tout à fait correct...

J'adore Sofoot pour ça : il y a des excès de zèle dans tout, y compris l'orthographe ! Ça c'est sûr, ça n'est pas dans les commentaires sur le site de l'équipe que l'on verrait ça...
Le Tahélandais
Mauvaise quand tu nous tiens. Depuis que le Brésil a balayé l'Espagne, de nouvelles théories circulent : la Coupe des Confédérations est une coupe en mousse, les joueurs espagnols avaient la tête ailleurs. Pitoyable. Mauvaise, mauvaise foi. A la hauteur des politiciens.
BlanLokal Niveau : DHR
Faudra aussi retenir que Neymar est certainement un grand joueur, mais aussi une vraie petite catin.
Message posté par Jack Facial
Beaux matches et belles équipes, mais ça reste une coupe en mousse, sans légitimité réelle et qui prolonge inutilement une saison déjà bien chargée.


La légitimité, c'est que le public veut de plus en plus d'événements dans le genre et que la FIFA et autres commencent à se demander comment traire au mieux cette poule aux oeufs d'or (pardon). A l'avenir, on risque bien de voir émerger des compétitions parralèles, qui combleront les périodes entre les Coupes d'Europe et du Monde. Il y a également des proto-projets de J.O. alternatifs (Coca-Cola Games, ce genre de conneries). Le cirque permanent, c'est pour dans pas longtemps.
Et le Nigéria? Et le Japon? Ils auraient également mérité d'être passés en revue comme les autres équipes. Surtout que les nippons ont montré de très belle choses, notamment contre l'Italie.
J'étais au nouveau Maracana pour voir la finale, et si vous avez été impressionnés au moment de l'hymne brésilien, moi cela m'a donné plutôt la chair de poule, mais façon 1936. Le prix des places absolument exhorbitant pour un Brésilien, ma place par exemple équivalait à 135 euros, et il y avait quelques vides dans les tribunes bien escamotés à la télé. Un public "fanatisé", horrible vis-à-vis des Espagnols,des Uruguayens (en-demi-finale), cela promet pour l'an prochain pour nous autres Argentins.
Ceci dit plusieurs matches ont été très intéressants, les Japonais étant l'équipe qui essaie d'apporter du nouveau.
Quant à l'image de la FIFA...
El Bostero
GenzoLloris Niveau : DHR
Déjà, première défaite de l'Espagne face à une grosse sélection (22eme sélection au rang mondial, le Brésil, sérieux ? comme si la Grèce ou l'Équateur au dessus d'eux pouvaient espérer les battre) depuis 2008, ça fait du bien !
Sinon les 2 premières places entre le Brésil et l'Espagne, la troisième et quatrième entre l'Uruguay et l'Italie et Tahiti au fin fond du panier, la hiérarchie a été respecté sans surprise.

Pour cette répétition, les leçons à tirer :

Les cadres de la Roja ont montré des signes de dégénérescence, en particulier Piqué, Torres n'est que l'arbre cachant la forêt. Après vont ils s'effondrer comme la France en 2002 dès les poules ? Je pense à une défaite pour les quarts plutôt.

Le Brésil à la fois pour son jeu et pour évoluer à domicile se montre comme un candidat crédible et/ou un sérieux épouvantail pour 2014 (ya t il un coupe du monde récente où ils ne l'étaient pas?). Le BRÉSIL a au pire de pire avec cette Coupe des confédérations en lot de consolation s'il ne gagne pas l'année suivante.

L'adage olympique "l'important c'est de participer" s'impose pour Tahiti Et la zone Océanique n'est pas prêt d'envoyer un représentant en WC à part la Nouvelle Zélande. N'est pas Tonga en rugby qui veut. Enfin à leur place, si je jouais avec mes potes du dimanche aprem contre l'Espagne avec l'aide d'un vrai pro dans nos rangs, je serai super heureux à la fin malgré la deculottée.

En conclusion, il y a eu du jeu, des stars (imaginez si Neumar se fait les adducteurs en juin 2014 ?) et de la controverse (les manifs en dehors du stade) comme dans une vraie coupe du monde. Manquait juste un vrai but monstrueux comme Bergkamp en 98 ou Cole face à la Suède.
vinnyroma Niveau : CFA2
l'Italie a encaissé beaucoup trop de buts mais au delà d'erreurs individuelles, je considère Chiellini comme un grand défenseur, Barzagli et Bonucci cela tient aussi la route, bref le problème est plus collectif.
Prandelli essaie de faire plus de jeu et avec plus de possession mais il ne faut pas oublier les fondamentaux, l'agressivité, les duels, la défense, la combativité. Il doit travailler la dessus.

comme en finale de l'euro l'année dernière, l'Italie n'aurait jamais du plonger comme ça.

mais cela a été une très bonne coupe des confédérations pour l'Italie, très bonne pour la cohésion du groupe et la confiance pour l'année prochaine.
avec cette expression collective, plus un Balotelli qui passe un cap, des Verratti ou Insigne qui incorporent vraiment l'effectif, un avant centre de remplacement qui tient la route, l'Italie peut prétendre au titre.
En tous les cas Eric avait bien annoncé avant la coupe que la plus grosse faiblesse de l'Italie pourrait être sa défense et c'est bien, très bien vu ! ça méritait d'être signalé !
C'est la défense à 4 qui coince, on a vu la différence avec le retour de la défense à 3 contre l'Espagne. D'ailleurs l'erreur majeure de Prandelli jusqu'ici n'est-elle d'avoir choisi la défense à 4 en finale de l'Euro ?

Concernant Balotelli,(De loin le meilleur attaquant qu'on ait en stock), est-ce que je suis le seul à trouver qu'il ralentit le jeu devant ?
Abramovouiche Niveau : District
La photo de l'article est magique.
Je suis tifoso et pourtant je n'ai pas trop aimé les prestations de l'Italie dans ce tournoi.

Tout avait bien commencé. Le match face au Mexique fut de loin le meilleur match de la Squadra. L'Espagne aussi a fait son meilleur match lors de sa première rencontre face à l'Uruguay.

Puis il y a eu ce match horrible face au Japon. J'ai rarement vu (peut-être jamais) l'Italie aussi dominée. Qu'elle le remporte quand même a été une injustice vis-à-vis des nippons et un leurre quant au niveau réel de l'équipe italienne.

Ensuite, la défaite face au Brésil. Et les deux nuls.

Bilan? M'ouais. Ceux qui pensent que l'Italie c'est nul (c'est-à-dire 80% des supp's français) l'ont trouvée pas mal. Ceux qui attendent autre chose (dont moi) ont un sentiment mitigé.

Perso, je dégagerais Buffon qui me semble sur la pente descendante. Quand je pense qu'il a réussi à passer pour un héros parce qu'il a arrêté deux tirs de Forlan qui lui sont arrivés dessus ou qu'il a arrêté trois pénaux très mal tirés dans une séance de tirs au but absurde (la quatrième place de ce tournoi, ça intéresse qui?) On oublie que l'égalisation de Cavani est un cadeau de sa part et de sa défense. Qu'est-ce qui lui a pris de faire mu-muse sur ses relances?

Buffon est fini. Un Marchetti et un Sirigu seraient ssurément bien meilleurs que lui.

Autre "star" dont je me passerais si j'étais Prandelli: Balotelli. Ce mec ne joue que pour sa pomme. Mauvais esprit, mauvais partenaire, il compense le déchet énorme de son jeu par un exploit individuel de temps en temps. Bof.

Les points positifs: De Sciglio, très bonne pioche. Diamanti qui devrait être titulaire à part entière, ce gars a une patte précieuse et a du ballon. Chiellini, toujours aussi bon. Candreva est intéressant. Maggio confirme que dans une défense à trois il est excellent.

Une chose m'a quand même rassuré, l'Italie n'est pas Pirlo-dépendante. Même sans lui, elle propose du jeu.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 33