En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan

L'équipe type du week-end

Des buteurs. Des héros. Des losers. Des révélations. Des retours. Ce week-end encore, chaque membre de l'équipe type s'est exprimé à sa manière. Mais aucun doute, personne n'a volé sa place.

Modififié
Sur le banc
Wilfried Ndidi
Wilfried
Ndidi

Wilfried Ndidi

Débarqué cet hiver à Leicester en provenance de Genk, le jeune Nigérian de vingt ans est en train de séduire l’Angleterre. Et surtout les Foxes, car en marquant le premier but des Renards face à Watford, le défenseur a enfin permis à Shakespeare et sa troupe de valider leur maintien.

Tanguy NDombélé
Tanguy
NDombélé

Tanguy NDombélé

Encore inconnu en début de saison, le milieu de terrain de vingt piges n’en finit plus d’impressionner son monde. Ce week-end, il est même devenu le héros de toute une ville en plantant un doublé face à Sochaux. Et ainsi poser Amiens sur la deuxième marche du podium. À deux journées de la fin, donc. Décidément, il faisait bon être d’Amiens ce week-end.

Álvaro Morata
Álvaro
Morata

Álvaro Morata

Cantonné au banc depuis son retour de la Juventus l’été dernier, l’Espagnol n’en reste pas moins efficace quand on le laisse s’exprimer. Comme face à Grenade où son doublé, couplé à celui de James, rapproche encore un peu plus le Real d’un nouveau sacre. Pas dit que ça suffise pour le voir rester, cela dit.

Benjamin Nivet
Benjamin
Nivet

Benjamin Nivet

Encore buteur face à Auxerre, le quadragénaire de l’Aube est peut-être bien en passe de ramener une nouvelle fois son ESTAC en Ligue 1. En même temps, le mec connaît le chemin, maintenant.

Nelson Vivas
Nelson
Vivas

Nelson Vivas

Après tout, c’est pas parce qu’on est entraîneur qu’on n’a pas le droit de se foutre torse nu quand on réclame un petit tête à tête avec l’arbitre.

Eugenio Lamanna
Eugenio
Lamanna

Eugenio Lamanna

S’ils se sont imposés face à l’Inter, les Génois peuvent remercier leur gardien, auteur d’une prestation impériale. Perišić en face à face, puis Candreva sur penalty ne sont pas parvenus à tromper sa vigilance. Solide. D’autant que ce succès devrait vraisemblablement rimer avec maintien pour le Genoa.

Dani Alves
Dani
Alves

Dani Alves

En plus d’être le meilleur latéral du monde, Dani Alves a montré ce week-end qu’il savait également ouvrir une canette de bière avec le pied. Il serait peut-être temps que les instances arrêtent de fermer les yeux et couronnent ce génie des récompenses qu’il mérite.

Vincent Kompany
Vincent
Kompany

Vincent Kompany

Face à Crystal Palace, Vincent Kompany a rappelé au monde du foot à quel point il était fort quand les blessures lui laissaient un peu de répit. Impérial en défense, déterminant dans son rôle de leader. Et buteur, pour compléter le tout. Le défenseur parfait, quoi. Dommage que ce ne soit que quelques matchs par an.

Alejandro Arribas
Alejandro
Arribas

Alejandro Arribas

Pauvre Alejandro. Personne n’aurait voulu être à sa place lors de la 14e minute du match entre le Depor et l’Espanyol. À l’exact moment où le défenseur a fait un dégagement fantôme. Également appelé la « Dugarry » ou la « Nakata » , sauf que là, le mec est dernier défenseur, du coup, derrière, bah ça fait but. Et défaite. ...

Patrice Évra
Patrice
Évra

Patrice Évra

Plus que médiocre depuis son arrivée dans la cité phocéenne, Tonton Pat' a enfin livré une prestation de bonhomme. Résultat : Une tête plongeante pour offrir la victoire à l'OM face à Nice et une célébration pour montrer sa grosse paire de baloches. Le mec n'a sûrement pas fini d'écorcher quelques noms de famille.

Marco Verratti
Marco
Verratti

Marco Verratti

Un geste magnifique : une frappe sèche des vingt mètres venue se loger en pleine lucarne. Et une polémique : Jean-Louis Leca, le portier corse, prenait des nouvelles de Matuidi au moment de la frappe de l’Italien. Beau et malicieux. Un but à l’image du joueur, en somme.

Granit Xhaka
Granit
Xhaka

Granit Xhaka

Le Suisse a bien choisi son moment pour inscrire son second but en Premier League. Face à un Manchester United invaincu depuis trente rencontres, les Gunners sont donc parvenus à l’emporter. Presque un exploit. Surtout pour Wenger qui célèbre ainsi sa première victoire face à Mourinho en championnat.

Aleksandar Tonev
Aleksandar
Tonev

Aleksandar Tonev

Pour son premier but de la saison, Tonev a fait fort. Dans le geste déjà avec cette praline de trente mètres en pleine lunette. Et surtout pour les conséquences de ce pion qui permet à Crotone de continuer à rêver du maintien. Avec quatre points de retard sur le premier non-relégable à trois journées de la fin, ce sera dur, certes, mais pas impossible.

Maxwel Cornet
Maxwel
Cornet

Maxwel Cornet

Il a pris cher du côté de Lyon cette saison. Moqué et critiqué pour ses performances souvent en dessous, Maxwell espère bien avoir fermé quelques bouches ce dimanche. En tout cas, c’est lui qui a offert la victoire aux siens en claquant un doublé. Pas mal, pour un mec entré en jeu à la 62e. L’heure de la rédemption pour l’un et du pardon pour les autres ?

André-Pierre Gignac
André-Pierre
Gignac

André-Pierre Gignac

Au Mexique, Dédé Gignac n’a visiblement que très peu de nostalgie de la France. En tout cas, le mec s’éclate. Comme en témoigne son triplé du week-end qui permet aux Tigres de filer disputer les play-offs du tournoi de clôture mexicain. Histoire d’aller chercher le doublé après le succès au tournoi d’ouverture.

Edin Džeko
Edin
Džeko

Edin Džeko

Si du côté de Rome, on pleure déjà le départ de la légende Totti en fin de saison, on parvient tout de même à sécher ses larmes grâce à Džeko. Le Bosnien a encore pété un doublé face à l'AC Milan. De quoi s’installer en tête du classement des buteurs avec 27 pions au compteur. Et puis aussi accessoirement de quoi redonner la seconde place à la Louve. S’il ne sera jamais l’empereur de Rome, nul doute qu’il est bien le patron de la ...

Gardien

Eugenio Lamanna (Genoa) : S’ils se sont imposés face à l’Inter, les Génois peuvent remercier leur gardien, auteur d’une prestation impériale. Perišić en face à face, puis Candreva sur penalty ne sont pas parvenus à tromper sa vigilance. Solide. D’autant que ce succès devrait vraisemblablement rimer avec maintien pour le Genoa.


Défenseurs

Dani Alves (Juventus) : En plus d’être le meilleur latéral du monde, Dani Alves a montré ce week-end qu’il savait également ouvrir une canette de bière avec le pied. Il serait peut-être temps que les instances arrêtent de fermer les yeux et couronnent ce génie des récompenses qu’il mérite.

Vincent Kompany (Manchester City) : Face à Crystal Palace, Vincent Kompany a rappelé au monde du foot à quel point il était fort quand les blessures lui laissaient un peu de répit. Impérial en défense, déterminant dans son rôle de leader. Et buteur, pour compléter le tout. Le défenseur parfait, quoi. Dommage que ce ne soit que quelques matchs par an.

Alejandro Arribas (Deportivo) : Pauvre Alejandro. Personne n’aurait voulu être à sa place lors de la 14e minute du match entre le Depor et l’Espanyol. À l’exact moment où le défenseur a fait un dégagement fantôme. Également appelé la « Dugarry » ou la « Nakata » , sauf que là, le mec est dernier défenseur, du coup, derrière, bah ça fait but. Et défaite. Aïe.

Patrice Évra (OM) : Plus que médiocre depuis son arrivée dans la cité phocéenne, Tonton Pat' a enfin livré une prestation de bonhomme. Résultat : Une tête plongeante pour offrir la victoire à l'OM face à Nice et une célébration pour montrer sa grosse paire de baloches. Le mec n'a sûrement pas fini d'écorcher quelques noms de famille.


Milieux

Marco Verratti (PSG) : Un geste magnifique : une frappe sèche des vingt mètres venue se loger en pleine lucarne. Et une polémique : Jean-Louis Leca, le portier corse, prenait des nouvelles de Matuidi au moment de la frappe de l’Italien. Beau et malicieux. Un but à l’image du joueur, en somme.

Granit Xhaka (Arsenal) : Le Suisse a bien choisi son moment pour inscrire son second but en Premier League. Face à un Manchester United invaincu depuis trente rencontres, les Gunners sont donc parvenus à l’emporter. Presque un exploit. Surtout pour Wenger qui célèbre ainsi sa première victoire face à Mourinho en championnat.

Aleksandar Tonev (Crotone) : Pour son premier but de la saison, Tonev a fait fort. Dans le geste déjà avec cette praline de trente mètres en pleine lunette. Et surtout pour les conséquences de ce pion qui permet à Crotone de continuer à rêver du maintien. Avec quatre points de retard sur le premier non-relégable à trois journées de la fin, ce sera dur, certes, mais pas impossible.


Attaquants

Maxwel Cornet (OL) : Il a pris cher du côté de Lyon cette saison. Moqué et critiqué pour ses performances souvent en dessous, Maxwell espère bien avoir fermé quelques bouches ce dimanche. En tout cas, c’est lui qui a offert la victoire aux siens en claquant un doublé. Pas mal, pour un mec entré en jeu à la 62e. L’heure de la rédemption pour l’un et du pardon pour les autres ?

André-Pierre Gignac (Tigres) : Au Mexique, Dédé Gignac n’a visiblement que très peu de nostalgie de la France. En tout cas, le mec s’éclate. Comme en témoigne son triplé du week-end qui permet aux Tigres de filer disputer les play-offs du tournoi de clôture mexicain. Histoire d’aller chercher le doublé après le succès au tournoi d’ouverture.

Edin Džeko (AS Roma) : Si du côté de Rome, on pleure déjà le départ de la légende Totti en fin de saison, on parvient tout de même à sécher ses larmes grâce à Džeko. Le Bosnien a encore pété un doublé face à l'AC Milan. De quoi s’installer en tête du classement des buteurs avec 27 pions au compteur. Et puis aussi accessoirement de quoi redonner la seconde place à la Louve. S’il ne sera jamais l’empereur de Rome, nul doute qu’il est bien le patron de la saison.


Remplaçants

Wilfried Ndidi (Leicester) : Débarqué cet hiver à Leicester en provenance de Genk, le jeune Nigérian de vingt ans est en train de séduire l’Angleterre. Et surtout les Foxes, car en marquant le premier but des Renards face à Watford, le défenseur a enfin permis à Shakespeare et sa troupe de valider leur maintien.

Tanguy NDombélé (Amiens) : Encore inconnu en début de saison, le milieu de terrain de vingt piges n’en finit plus d’impressionner son monde. Ce week-end, il est même devenu le héros de toute une ville en plantant un doublé face à Sochaux. Et ainsi poser Amiens sur la deuxième marche du podium. À deux journées de la fin, donc. Décidément, il faisait bon être d’Amiens ce week-end.

Álvaro Morata (Real Madrid) : Cantonné au banc depuis son retour de la Juventus l’été dernier, l’Espagnol n’en reste pas moins efficace quand on le laisse s’exprimer. Comme face à Grenade où son doublé, couplé à celui de James, rapproche encore un peu plus le Real d’un nouveau sacre. Pas dit que ça suffise pour le voir rester, cela dit.

Benjamin Nivet (Troyes) : Encore buteur face à Auxerre, le quadragénaire de l’Aube est peut-être bien en passe de ramener une nouvelle fois son ESTAC en Ligue 1. En même temps, le mec connaît le chemin, maintenant.

Nelson Vivas (Estudiantes, entraîneur) : Après tout, c’est pas parce qu’on est entraîneur qu’on n’a pas le droit de se foutre torse nu quand on réclame un petit tête à tête avec l’arbitre.



Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 11 minutes La double fracture de McCarthy il y a 41 minutes Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 3
il y a 1 heure Un gardien espagnol marque de 60 mètres 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
À lire ensuite
Les notes de l'OM