En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Qui a flambé sur les terrains européens ? Qui a disjoncté sur la pelouse ou en coulisses ? Qui avait envie de faire partie du onze du week-end ?

Modififié
Sur le banc
Claude Puel
Claude
Puel

Claude Puel

Premier match sur le banc des renards de Leicester, première victoire, 2-0 contre Everton. Le Puel de la bête.

Nabil Fekir
Nabil
Fekir

Nabil Fekir

Encore un doublé pour capitaine Nabilon qui fait gagner l’OL à lui tout seul. C’est ce qu’on appelle un mec indispensable.

Wilfried Zaha
Wilfried
Zaha

Wilfried Zaha

Attendre la 97e minute pour donner le nul à son équipe, c’est un peu jouer avec les nerfs de ses supporters. Mais on est rapidement pardonné, quand on met la moitié des buts de son équipe.

Jürgen Locadia
Jürgen
Locadia

Jürgen Locadia

Dix minutes après son but contre son camp, il avait déjà inscrit un doublé pour se faire pardonner. Un mec qui réagit au quart de tour.

Max Crocombe
Max
Crocombe

Max Crocombe

Il y a les Darwin Awards pour les décès les plus bêtes, il y aura désormais les Crocombe Awards pour les expulsions les plus bêtes. Un carton rouge pour un pipi en plein match. « Une erreur de jugement » , selon le principal intéressé.

Sead Kolašinac
Sead
Kolašinac

Sead Kolašinac

Un but, son troisième de la saison, et une passe décisive, sa troisième de la saison. Un modèle d'intégration.

Rafa Márquez
Rafa
Márquez

Rafa Márquez

Le Mexicain a pu rejouer au football ce week-end, entre deux mises en examen pour trafic de drogues au sein d’un cartel mexicain. Fast life.

Jemerson
Jemerson

Jemerson

Deux sauvetages sur sa ligne en quelques minutes pour permettre à Monaco de passer un match tranquille à Bordeaux. En même temps, avec les gênes d’Emerson et Issam Jemaa, on ne peut que faire de belles choses.

Mariano Bittolo
Mariano
Bittolo

Mariano Bittolo

Dix points de suture après avoir pris un gros coup de pied dans les parties par son propre coéquipier. Le groupe vit bien.

Ronny Rodelin
Ronny
Rodelin

Ronny Rodelin

Contrôle poitrine, grosse reprise de volée enchaînée à l’entrée de la surface et les trois points pour les Blaugrana du Stade Malherbe. Ronnie Rodelin.

Paulinho
Paulinho

Paulinho

Dans l’autre club qui joue en bleu et rouge, il y a un homme qui fait taire beaucoup de monde. Moqué à son arrivée au Barça, petit Paul continue les prestations de haut vol et y est encore allé de son but ce week-end.

Lewis Hamilton
Lewis
Hamilton

Lewis Hamilton

Encore un titre de champion du monde pour lui, qui rejoint Alain Prost et son rival cette saison, Sebastian Vettel. Enfin un Anglais qui a compris que, sans maîtrise, la puissance n'est rien.

Ángel Di María
Ángel Di
María

Ángel Di María

L’ange ne jouait plus beaucoup depuis les arrivées des deux superstars Neymar et Mbappé. Il est revenu, il a claqué deux énormes passes décisives, histoire de faire coucou. Ave, Di María.

Gonzalo Higuaín
Gonzalo
Higuaín

Gonzalo Higuaín

Un doublé pour devenir le deuxième joueur du XXIe siècle après Zlatan à franchir la barre des cent buts dans deux des cinq grands championnats européens. Jamais rassasié.

Ciro Immobile
Ciro
Immobile

Ciro Immobile

Un buteur n’est pas forcé d’être égoïste. La preuve. Après son petit but, Ciro l’a joué grand seigneur en distribuant trois passes décisives contre Benevento.

Gardien

Max Crocombe (Salford City) : Il y a les Darwin Awards pour les décès les plus bêtes, il y aura désormais les Crocombe Awards pour les expulsions les plus bêtes. Un carton rouge pour un pipi en plein match. « Une erreur de jugement » , selon le principal intéressé.


Défenseurs

Sead Kolašinac (Arsenal) : Un but, son troisième de la saison, et une passe décisive, sa troisième de la saison. Un modèle d'intégration.

49 heures chrono

Rafa Márquez (Atlas) : Le Mexicain a pu rejouer au football ce week-end, entre deux mises en examen pour trafic de drogues au sein d’un cartel mexicain. Fast life.

Jemerson (Monaco) : Deux sauvetages sur sa ligne en quelques minutes pour permettre à Monaco de passer un match tranquille à Bordeaux. En même temps, avec les gênes d’Emerson et Issam Jemaa, on ne peut que faire de belles choses.

Mariano Bittolo (Albacete) : Dix points de suture après avoir pris un gros coup de pied dans les parties par son propre coéquipier. Le groupe vit bien.


Milieux

Ronny Rodelin (Caen) : Contrôle poitrine, grosse reprise de volée enchaînée à l’entrée de la surface et les trois points pour les Blaugrana du Stade Malherbe. Ronnie Rodelin.

Paulinho (FC Barcelone) : Dans l’autre club qui joue en bleu et rouge, il y a un homme qui fait taire beaucoup de monde. Moqué à son arrivée au Barça, petit Paul continue les prestations de haut vol et y est encore allé de son but ce week-end.

Lewis Hamilton (Mercedes) : Encore un titre de champion du monde pour lui, qui rejoint Alain Prost et son rival cette saison, Sebastian Vettel. Enfin un Anglais qui a compris que, sans maîtrise, la puissance n'est rien.


Attaquants

Ángel Di María (Paris S-G) : L’ange ne jouait plus beaucoup depuis les arrivées des deux superstars Neymar et Mbappé. Il est revenu, il a claqué deux énormes passes décisives, histoire de faire coucou. Ave, Di María.

Gonzalo Higuaín (Juventus) : Un doublé pour devenir le deuxième joueur du XXIe siècle après Zlatan à franchir la barre des cent buts dans deux des cinq grands championnats européens. Jamais rassasié.

Ciro Immobile (Lazio Rome) : Un buteur n’est pas forcé d’être égoïste. La preuve. Après son petit but, Ciro l’a joué grand seigneur en distribuant trois passes décisives contre Benevento.


Remplaçants

Claude Puel (Leicester) : Premier match sur le banc des renards de Leicester, première victoire, 2-0 contre Everton. Le Puel de la bête.

Nabil Fekir (Lyon) : Encore un doublé pour capitaine Nabilon qui fait gagner l’OL à lui tout seul. C’est ce qu’on appelle un mec indispensable.

Wilfried Zaha (Crystal Palace) : Attendre la 97e minute pour donner le nul à son équipe, c’est un peu jouer avec les nerfs de ses supporters. Mais on est rapidement pardonné, quand on met la moitié des buts de son équipe.

Jürgen Locadia (PSV Eindhoven) : Dix minutes après son but contre son camp, il avait déjà inscrit un doublé pour se faire pardonner. Un mec qui réagit au quart de tour.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 22 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
Le grand quiz du week-end