En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Ils ont brillé dans un derby, marqué un but de ouf, claqué des triplés, tombé un nouveau record. Bref, ils ont fait de grandes choses. Eux, ce sont les héros du week-end. Les membres de l’équipe type. Et quelle équipe !

Modififié
Sur le banc
Edin Džeko
Edin
Džeko

Edin Džeko

Face à Empoli, samedi soir, Džeko a inscrit ses 32e et 33e buts de la saison, toutes compétitions confondues. Soit un record pour un joueur de l’AS Roma. Francesco qui ?

Benjamin Nivet
Benjamin
Nivet

Benjamin Nivet

600 matchs en professionnel, ça en impose. Surtout quand on fête ça avec une victoire et un retour sur le podium de la Ligue 2. Bon anniversaire, Duncan Nivet.

Benoît Costil
Benoît
Costil

Benoît Costil

Un penalty repoussé, un coup franc détourné, de multiples parades et de bonnes interventions aériennes. Très solide, Benoît Costil a permis aux siens de ne pas sombrer face à l’OL. Plutôt utile, puisque Rennes a fini par égaliser en fin de match.

Valentin Eysseric
Valentin
Eysseric

Valentin Eysseric

Un petit contrôle bien senti à l’entrée de la surface, un super enroulé, et l’OGN Nice revient provisoirement à un point du PSG. Ce n’est pas compliqué, le football.

Benjamin Moukandjo
Benjamin
Moukandjo

Benjamin Moukandjo

Son but face à Caen permet à Lorient d’enchaîner deux victoires consécutives pour la première fois de la saison. Et de quitter, enfin, la place de lanterne rouge. Un but important, donc.

Neymar
Neymar

Neymar

Ce dimanche, face à Grenade, Neymar a profité de la victoire catalane pour passer la barre des cent buts avec le club blaugrana. À vingt-cinq ans. Putain de précocité, tiens.

Iker Casillas
Iker
Casillas

Iker Casillas

Il n’en finit plus d’impressionner. Revenu à son meilleur niveau depuis le début de saison, Casillas a réalisé une prestation époustouflante dans le choc face à Lisbonne. Qu’on lui rende son surnom, San Iker. Et un poste en sélection.

Andrea Conti
Andrea
Conti

Andrea Conti

Non, les plus beaux gestes ne sont pas l’apanage des attaquants. C’est sûrement ce que s’est dit Andrea au moment d’ouvrir le score pour l’Atalanta d’une splendide bicyclette.

Shkodran Mustafi
Shkodran
Mustafi

Shkodran Mustafi

Une passe décisive et un but. Pas mal pour un défenseur central. Mais pas suffisant pour offrir la victoire aux Gunners qui se contentent donc de repartir de l’Emirates avec un point. Ce qui est déjà pas mal.

Mamadou Sakho
Mamadou
Sakho

Mamadou Sakho

Impérial sur la pelouse de Stamford Bridge, Mamad est le grand artisan de l’exploit de Crystal Palace face à Chelsea. Normal qu’il reparte avec le titre d’homme du match. Depuis son arrivée, Crystal en est à quatre victoires en quatre rencontres. Le hasard n’existe pas. Mamadou Sakho, si. Objectif Russie 2018 pour lui.

Thilo Kehrer
Thilo
Kehrer

Thilo Kehrer

Du haut de ses vingt ans, Thilo est devenu le héros du derby de la Ruhr en arrachant le match nul d’une belle frappe bien sentie à la 77e minute de jeu. De quoi littéralement faire exploser la Veltins Arena.

Coutinho
Coutinho

Coutinho

Un but magnifique pour redonner l’avantage à Liverpool. Une passe décisive pour faire le break. Bref, une grosse performance du Brésilien pour offrir à Liverpool un nouveau derby de la Mersey.

Isco
Isco

Isco

Élégant, efficace, altruiste, passeur, buteur. Il faudrait un moment pour lister toutes les qualités d’Isco. Sans doute trop. Alors autant se contenter de l’admirer. C’est largement suffisant.

Marek Hamšík
Marek
Hamšík

Marek Hamšík

Qui d’autre que lui pour arracher le match nul face à la Juventus et enflammer le San Paolo ? Personne. Et quoi d’autre qu’une action collective de toute beauté et une finition en lucarne pour y parvenir ? Rien.

Edinson Cavani
Edinson
Cavani

Edinson Cavani

Des occasions ratées à la pelle. Des conduites de balle hasardeuses. Des dribbles foirés. Puis deux reprises de poney, pour deux buts. Cavani dans toute sa splendeur. Et voilà le Matador qui en est quand même à quarante buts en quarante matchs. Pas mal, pour un croqueur.

Mario Gómez
Mario
Gómez

Mario Gómez

Menés deux à zéro à dix minutes du terme, les loups de Wolfsburg ont pu s’en remettre au chef de la meute. L’immense Mario. Auteur d’un triplé en sept minutes, le plus acteur porno des footballeurs pensait même offrir la victoire à son club, mais c’était compter sans l’égalisation du Bayer en toute fin de partie.

Robert Lewandowski
Robert
Lewandowski

Robert Lewandowski

Le samedi après-midi de Robert ? Rien de ouf, un triplé. Son cinquième toutes compétitions confondues. La saison de Robert ? 43 buts, en 43 matchs. La vie de Robert ? Quelque chose d’assez agréable.

Gardien

Iker Casillas (FC Porto) : Il n’en finit plus d’impressionner. Revenu à son meilleur niveau depuis le début de saison, Casillas a réalisé une prestation époustouflante dans le choc face à Lisbonne. Qu’on lui rende son surnom, San Iker. Et un poste en sélection.


Défenseurs

Andrea Conti (Atalanta Bergame) : Non, les plus beaux gestes ne sont pas l’apanage des attaquants. C’est sûrement ce que s’est dit Andrea au moment d’ouvrir le score pour l’Atalanta d’une splendide bicyclette.

Shkodran Mustafi (Arsenal FC) : Une passe décisive et un but. Pas mal pour un défenseur central. Mais pas suffisant pour offrir la victoire aux Gunners qui se contentent donc de repartir de l’Emirates avec un point. Ce qui est déjà pas mal.

Mamadou Sakho (Crystal Palace) : Impérial sur la pelouse de Stamford Bridge, Mamad est le grand artisan de l’exploit de Crystal Palace face à Chelsea. Normal qu’il reparte avec le titre d’homme du match. Depuis son arrivée, Crystal en est à quatre victoires en quatre rencontres. Le hasard n’existe pas. Mamadou Sakho, si. Objectif Russie 2018 pour lui.

Thilo Kehrer (Schalke 04) : Du haut de ses vingt ans, Thilo est devenu le héros du derby de la Ruhr en arrachant le match nul d’une belle frappe bien sentie à la 77e minute de jeu. De quoi littéralement faire exploser la Veltins Arena.


Milieux

Coutinho (Liverpool) : Un but magnifique pour redonner l’avantage à Liverpool. Une passe décisive pour faire le break. Bref, une grosse performance du Brésilien pour offrir à Liverpool un nouveau derby de la Mersey.

Isco (Real Madrid) : Élégant, efficace, altruiste, passeur, buteur. Il faudrait un moment pour lister toutes les qualités d’Isco. Sans doute trop. Alors autant se contenter de l’admirer. C’est largement suffisant.

Marek Hamšík (Naples) : Qui d’autre que lui pour arracher le match nul face à la Juventus et enflammer le San Paolo ? Personne. Et quoi d’autre qu’une action collective de toute beauté et une finition en lucarne pour y parvenir ? Rien.


Attaquants

Edinson Cavani (PSG) : Des occasions ratées à la pelle. Des conduites de balle hasardeuses. Des dribbles foirés. Puis deux reprises de poney, pour deux buts. Cavani dans toute sa splendeur. Et voilà le Matador qui en est quand même à quarante buts en quarante matchs. Pas mal, pour un croqueur.

Mario Gómez (VfL Wolfsburg) : Menés deux à zéro à dix minutes du terme, les loups de Wolfsburg ont pu s’en remettre au chef de la meute. L’immense Mario. Auteur d’un triplé en sept minutes, le plus acteur porno des footballeurs pensait même offrir la victoire à son club, mais c’était compter sans l’égalisation du Bayer en toute fin de partie.

Robert Lewandowski (Bayern Munich) : Le samedi après-midi de Robert ? Rien de ouf, un triplé. Son cinquième toutes compétitions confondues. La saison de Robert ? 43 buts, en 43 matchs. La vie de Robert ? Quelque chose d’assez agréable.


Remplaçants

Edin Džeko (AS Roma) : Face à Empoli, samedi soir, Džeko a inscrit ses 32e et 33e buts de la saison, toutes compétitions confondues. Soit un record pour un joueur de l’AS Roma. Francesco qui ?

Benjamin Nivet (Troyes) : 600 matchs en professionnel, ça en impose. Surtout quand on fête ça avec une victoire et un retour sur le podium de la Ligue 2. Bon anniversaire, Duncan Nivet.

Benoît Costil (Stade rennais) : Un penalty repoussé, un coup franc détourné, de multiples parades et de bonnes interventions aériennes. Très solide, Benoît Costil a permis aux siens de ne pas sombrer face à l’OL. Plutôt utile, puisque Rennes a fini par égaliser en fin de match.

Valentin Eysseric (OGC Nice) : Un petit contrôle bien senti à l’entrée de la surface, un super enroulé, et l’OGN Nice revient provisoirement à un point du PSG. Ce n’est pas compliqué, le football.

Benjamin Moukandjo (FC Lorient) : Son but face à Caen permet à Lorient d’enchaîner deux victoires consécutives pour la première fois de la saison. Et de quitter, enfin, la place de lanterne rouge. Un but important, donc.

Neymar (FC Barcelone) : Ce dimanche, face à Grenade, Neymar a profité de la victoire catalane pour passer la barre des cent buts avec le club blaugrana. À vingt-cinq ans. Putain de précocité, tiens.



Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 5 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 5 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27
À lire ensuite
Le Barça sirote Grenade